Notez des films
Mon AlloCiné
    M
    note moyenne
    4,1
    462 notes dont 17 critiques
    répartition des 17 critiques par note
    0 critique
    8 critiques
    6 critiques
    2 critiques
    1 critique
    0 critique
    Votre avis sur M ?

    17 critiques spectateurs

    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 3707 abonnés Lire ses 10 395 critiques

    4,0
    Publiée le 23 août 2013
    Alors que Joseph L. Mankiewicz tournait la même annèe le mythique "All about Eve", Joseph Losey s'essayait au remake de "M le maudit" de Fritz Lang! Ce n'est qu'au fond que de pouvoir concrètiser d'autres projets que Losey a acceptè ce remake dont l'idèe au dèpart ne l'enchantait guère (pas plus d'ailleurs que Lang lui-même). Dans de superbes images (de jour comme de nuit dont un plan fabuleux de M, seul sur un banc, en train de jouer de la flûte), un "M" censurè, interdit dans plusieurs ètats, même avec des coupures! C'est donc un peu comme un film mort qui renait de ses cendres grâce à Patrick Brion, un remake à l'atmosphère oppressante qui contient pourtant les meilleures choses que Losey a fait du point de vue cinèmatographique et visuelle! Certes, David Wayne ne nous fait pas oublier Peter Lorre mais il est en tout point remarquable notamment quand il ètend la main pour que la petite Janine Perreau cesse de jouer de la flûte, de peur de trahir sa cachette! Sinon, afin d'èviter de tels crimes, voici les cinq choses à ne pas faire: 1/ Ne laissez pas vos enfants monter en voiture avec des inconnus car parfois ce sont des allers-simples vers la mort; 2/ Ne laissez pas vos enfants accepter des cadeaux d'un inconnu car la vie de votre enfant vaut plus que des pop-corns ou une friandise; 3/ Ne faites pas sortir vos enfants quand il fait noir car la nuit est un alliè pour le tueur qui s'attaque à nos enfants! 4/ Ne laissez pas votre enfant sans surveillance dans des endroits boisès ou des zones dèsertes car si vous ne le surveillez pas, d'autres l'observent peut-être! 5/ Ne laissez pas vos enfants frèquenter ce vieux monsieur de votre quartier car la plupart sont inoffensifs mais il y a des exceptions! Vous devez tout faire pour que votre enfant ne soit pas victime de ces exceptions! Très bonne dècouverte...
    haciol
    haciol

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 264 critiques

    4,0
    Publiée le 10 août 2010
    Un film de très grande qualité, avec une ambiance vraiment pesante. La scène finale est vraiment exceptionnelle.
    AMCHI
    AMCHI

    Suivre son activité 1205 abonnés Lire ses 5 480 critiques

    4,0
    Publiée le 12 juillet 2013
    Pas très chaud à l'idée de mettre en scène ce remake du magistral M le maudit de Lang Losey l'a finalement fait et s'en tire pas trop mal. Ce remake ressemble en grande partie à l'original et donc n'apporte rien de plus mais il en reste un bon polar dramatique sombre et d'un style rarement vu dans le cinéma américain des années 50. C'est très noir et pessimiste, la ville de M le maudit semble gangréner par le crime à tel point que ce sont les voyous (parmi eux Raymond Burr) qui devront se charger de mettre fin au tueur d'enfant, ce dernier est joué par David Wayne qui s'en tire plus qu'honorablement dans un rôle pas évident, le final ou il se confesse devant tout les criminels est saisissant. Ce remake n'était sans doute pas nécessaire mais Losey tourne un de ses meilleurs films. Tout comme pour Le Rôdeur il est assisté de Robert Aldrich.
    Plume231
    Plume231

    Suivre son activité 1213 abonnés Lire ses 4 640 critiques

    3,0
    Publiée le 29 mai 2012
    C'est vrai que comparé au célébrissime chef d'oeuvre de Fritz Lang, ce remake fait un peu pâle figure. On peut lui reprocher parfois de ne pas suffisamment s'éloigner de l'original (séquence du ballon, celle du bar, etc... !!!) pour être lui-même, et David Wayne n'a pas le talent et le charisme de Peter Lorre. Mais si Fritz Lang avait parfaitement réussi à faire ressentir l'atmosphère d'une République de Weimar malade qui n'allait pas tarder à vendre son âme au Diable, Joseph Losey le réussit tout aussi parfaitement avec une Amérique des années 50 d'apparence lisse mais grevée de diverses paranoïas dont le Maccarthysme (avec lequel le cinéaste aura de gros problèmes !!!). A travers une technique impeccable, un casting plutôt convaincant et quelques grands moments (surtout ceux qui se différencient du Lang !!!), Losey ne s'en sort pas trop mal avec quelque chose qui était pourtant loin d'être évident. Un portrait sans fard et sans concession du Pays de l'Oncle Sam ; il n'est pas étonnant que le film ait été interdit dans plusieurs états, les gens n'aiment pas se voir dans un miroir.
    herbert1980
    herbert1980

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 110 critiques

    4,0
    Publiée le 29 mai 2012
    Je ne comparerai pas ce film à celui de Lang ne l'ayant pas vue. La première chose qui frappe c'est la beauté des plans tranchant avec le sujet grave. Une belle réalisation incontestablement. Les acteurs crédibles, l'histoire intéressante... Le seul bémol est la fin qui après une belle séquence arrive trop abruptement. Du bien bel ouvrage !
    ygor parizel
    ygor parizel

    Suivre son activité 101 abonnés Lire ses 2 503 critiques

    3,5
    Publiée le 16 juillet 2012
    Une bonne histoire reste une bonne histoire. La trame de ce film est excellente, certes je trouve que visuellement parlant ce remake n'atteint pas la qualité du film de Fritz Lang mais c'est pas mal tout de même. Cette version ressemble moins a un conte, l'univers est plus réaliste (donc cela dépend du goût du spectateur).
    TTNOUGAT
    TTNOUGAT

    Suivre son activité 246 abonnés Lire ses 2 522 critiques

    4,0
    Publiée le 28 mai 2012
    Nous sommes avec ce film sur le thème exact des ''remakes''qui est à la fois un vrai problème pour presque tout le monde et un faux problème si on parle uniquement cinéma. C'est même le moment idéal pour comparer le talent des réalisateurs puisque ce sont eux qui décident comment faire bouger et s'exprimer les acteurs parmi des extérieurs choisis et des mouvements de caméra les plus parfaits possibles. Il faut également tacher d'oublier totalement le premier film et juger le second comme si le premier n'existait pas...La comparaison des des deux viendra éventuellement ensuite et sera un tout autre sujet. En raisonnant ainsi ce film apparaît vraiment réussi avec des plans magnifiques, des choix formidables comme celui de l'escalier de pierre ou du lieux servant de refuge à M et quelques trouvailles comme M s'excusant auprès de sa dernière future victime et la recouvrant pour dormir ou M devant le portrait de sa mère. Je trouve même que question mise en scène, je n'ai jamais de Losey aussi bon. Par contre ce film possède quelques lacunes, son rythme est souvent trop rapide et les ellipses trop brèves...J'ai eu l'impression que Losey était pressé de le terminer. D'ailleurs la fin est ratée et le personnage de l'avocat marron alcoolique est bien pâle par rapport au grand chef de la pègre locale qui bizarrement perd son sang froid à l'arrivée de la police. En outre l'équilibre police/voyous n'est pas assez respecté car chacun sait bien que la différence entre ces deux milieux n'est qu'une affaire de circonstances.
    anonyme
    Un visiteur
    3,5
    Publiée le 22 septembre 2010
    Ce remake n'amène rien de nouveau et Peter Lorre en détraqué on n'a jamais fait mieux. il vaut donc mieux regarder l'original même si Losey fait encore du bon boulot ici.
     Kurosawa
    Kurosawa

    Suivre son activité 277 abonnés Lire ses 1 359 critiques

    3,0
    Publiée le 22 décembre 2016
    Le défi était donc de taille pour Joseph Losey : on peut penser que faire un remake de l'un des films les plus renommés de l'histoire du cinéma n'est pas chose aisée. Et sans essayer d'être indulgent ou, au contraire, de faire preuve de sévérité mais en regardant le film pour ce qu'il est, "M" est un suspense efficace qui doit beaucoup à la mise en scène de Losey, notamment son travail sur un noir et blanc très contrasté et sur une gestion de l'espace anxiogène (la scène de la traque dans l'immeuble et la scène du jugement dans le parking). Il n'empêche qu'il est difficile de faire constamment abstraction du film de Lang et donc de remarquer ce qu'il manque chez Losey : la force politique du propos est ici très faible alors que le long-métrage allemand saisissait la tension de tout un pays peu de temps avant qu'Hitler ne prenne le pouvoir et, sur le plan de l'interprétation, celle de David Wayne est assez banale, typique d'une approche d'un criminel de film noir alors que celle de Peter Lorre mettait en évidence l’ambiguïté du tueur, certes fou à lier mais à la part enfantine très perturbante. On appréciera certainement plus le film de Losey si on n'a pas vu celui de Lang, mais dans le cas où l'on ne peut s'empêcher d'établir la comparaison - par pur réflexe - on trouvera intéressante cette version américaine mais sans surprises et aux rares variantes peu pertinentes.
    weihnachtsmann
    weihnachtsmann

    Suivre son activité 167 abonnés Lire ses 3 134 critiques

    4,0
    Publiée le 10 janvier 2017
    Comparé à Lang, on est ici davantage dans l'intrigue policière, le film noir, où le récit se focalise avant tout sur la recherche de l'assassin seul contre tous avec ses démons et sa flûte sortie du conte du "joueur de flûte de Hamelin". Il y a moins d'introspection mais plus de tension en particulier lors de la fuite dans le grand magasin désert où les cauchemars prennent une dimension réelle. La tension devient écrasante avec la fin philosophique sans oublier la mise en scène serrée et concise.
    cylon86
    cylon86

    Suivre son activité 910 abonnés Lire ses 4 430 critiques

    3,0
    Publiée le 2 mars 2016
    Pas facile de passer après "M le maudit" de Fritz Lang et pourtant Joseph Losey s'attaqua au projet sans ciller. Réalisé 20 ans après la version de Lang, "M" a tout de même du mal à soutenir la comparaison avec son aîné. Impossible de ne pas penser au film original devant celui-ci, reprenant allègrement des tas de scènes, d'idées et de plans (en particulier lors du premier meurtre de la pauvre petite Elsie). Mais au-delà de l'inévitable comparaison qui nuit un peu à l'ensemble, il faut bien reconnaître à Joseph Losey un talent certain. Sa mise en scène au noir et blanc superbe regorge d'idées et de trouvailles originales, parvenant à se démarquer de son aîné. On y trouve une ambiance bien particulière, de paranoïa (en 1951, année à laquelle le film a été réalisé, la peur du communisme est partout) et de terreur. Là où le film fonctionne surtout, c'est quand il s'éloigne de l'ombre de Fritz Lang, plaçant par exemple dans le scénario un avocat alcoolique et désabusé aidant la pègre. La scène finale, forcément attendue, est d'ailleurs assez extraordinaire, remarquablement écrite et surtout interprétée par un David Wayne à fleur de peau. L'acteur, passant dans l'ombre de Peter Lorre, arrive d'ailleurs à offrir une interprétation de qualité, faisant de son personnage la première victime d'une société malade.
    soniadidierkmurgia
    soniadidierkmurgia

    Suivre son activité 367 abonnés Lire ses 3 265 critiques

    4,0
    Publiée le 23 avril 2016
    En 1951 l'Amérique entre dans une des phases les moins glorieuses de son histoire politique. Le sénateur Joseph McCarthy conduira bientôt son pays sur la route de l'hystérie anti-communiste devenant rapidement chasse aux sorcières et menant , comble de la paranoïa ambiante, à l'exécution des époux Rosenberg le 19 juin 1953. Joseph Losey qui n'a jamais caché ses sympathies communistes est à cette époque très proche de l'œil du cyclone. C'est donc sans trop hésiter qu'il accepte cette commande se doutant bien que les possibilités de travailler vont se raréfier. C'est le producteur d'origine allemande Seymour Nebenzal qui lui propose de mettre en scène un remake du fameux "M le maudit" de Fritz Lang dont il avait déjà assuré la production en 1931. Le scénario sera en grande partie rédigé par son ami Waldo Salt qui sera lui placé sur la liste noire des scénaristes interdits de travail à Hollywood. L'œuvre de Fritz Lang sortie de l'imagination de son épouse Thea von Harbou fera avec le temps figure d'augure funeste des temps sombres qui vont recouvrir pendant une décennie le ciel allemand. Losey a sans doute compris que tout en restant fidèle au modèle incontournable, il pouvait en donner une lecture prémonitoire de la folie qui guette son pays. En extrapolant la trame liée aux meurtres d'enfants ramassés au hasard des rues d'une grande ville, on peut en effet voir dans les deux films une démonstration de la peur de la différence qui finit par enrager les élites puis les foules. Les juifs dans l'Allemagne des années 30 et les communistes dans l'Amérique des années 50. Dans cette optique, Losey choisit David Wayne, acteur jusqu'alors spécialisé dans les comédies légères pour interpréter M. Délibérément, l'aspect monstrueux qui émanait des yeux globuleux et du visage rond Peter Lorre est gommé pour faire ressortir l'humanité du tueur qui spoiler: livrera lors de la scène finale du tribunal populaire qui s'improvise dans un parking en sous-sol, les ressorts psychanalytiques pouvant expliquer sa déviance née d'une mère dominante et castratrice . En dehors de ces deux variantes majeures dans le portrait psychologique du tueur, c'est principalement dans l'approche esthétique que Losey se singularise. Les studios, écrin de l'expressionnisme allemand ont laissé la place aux décors naturels d'un Los Angeles populaire méconnu, aujourd'hui disparu, magnifiquement mis en lumière par Ernest Laszlo. Etonnamment le discours sous-jacent de Losey sur le suivisme des foules et sur la connivence entre milieu et politique ne sera pas relevé par la censure pourtant particulièrement sur les dents en cette période. Sans doute parce que la narration reste globalement fidèle au chef d'œuvre insurpassable de Fritz Lang très populaire à l'époque à Hollywood. Un Lang qui ne pardonnera jamais à Losey d'avoir osé se mesurer à un de ses sommets, alors que lui-même comme le souligne Michel Ciment a repris deux fois Renoir sans jamais s'en excuser. Complètement oublié le film devait bien sûr être réévalué mais on reste quand même en dessous de la peur sourde qu'avait su communiquer le grand Peter Lorre errant dans une ville allemande devenue le terrain de chasse d'un prédateur affolé par sa folie qu'il voudrait désespérément maitriser.
    JR Les Iffs
    JR Les Iffs

    Suivre son activité 26 abonnés Lire ses 1 151 critiques

    2,0
    Publiée le 12 décembre 2018
    Reprise du thème classique du film de Murnau : un tueur de fillette est recherché par des gangsters, car il nuit à leurs affaires. Thriller américain en N&B de Joseph Losey. Réalisation honnête de Losey. Les séquences en intérieur sont classiques, parfois longues, par contre les extérieurs sont bien filmés : l'utilisation de la ville de Los Angeles est efficace, mais l'action de poursuite du meurtrier est vraiment trop simpliste et semble non réaliste. La recherche de M dans un Grand Magasin à étages est impressionnante : beaux décors. (Dommage que la TradAuto soit si mauvaise) La fin est longue, difficile à comprendre. Conclusion : ensemble plutôt moyen.
    James Betaman
    James Betaman

    Suivre son activité 41 abonnés Lire ses 238 critiques

    2,0
    Publiée le 19 novembre 2016
    J’ai commencé le film en pensant qu’il était réalisé par Fritz Lang, le gars qui a fait Metropolis et qui par la même occasion, a eu mon respect éternel (mais j’ai découvert plus tard que j’ai vu le remake, donc pas le bon film). Mais à vrai dire, c’était pas vraiment la vraie raison pour laquelle j’ai pris ce film dans la médiathèque de ma ville. J’entendais très souvent que M était un film génial en plus d’un classique. Mais en fait, je savais juste que c’était l’histoire d’un tueur d’enfants avec un enquête. Et en fait, ce M (ce remake), ce n’est que ça. Enfin, l’histoire. Car en réalité, M délivre un véritable message sur les USA des années 40. Le film remet en cause toute la logique de la société et des hommes à travers le personnage de M, coupable de ses meurtres, mais victime de la société qui l’a amené à commettre ces crimes. En fin de compte, niveau message, M est une véritable pépite tant il ose remettre en cause le rêve américain. Mais manque de bol… qu’est ce qu’on s’emmerde devant M. Certes il y a du travail de mise en scène, notamment sur les leitmotivs. Mais… c’est chiant. Le scénario avance pas, il se passe presque rien, et en fin de compte, le message n’est délivré que dans les cinq dernières minutes. Sinon, c’est juste des flics et des mafieux qui disent « oh, il est énervant ce tueur » agrémenté de quelques kidnappings qui certes, sont bien mis en scènes, mais qui se ressemble affreusement tous. Je veux dire, il y a une bonne quinzaine de minutes où les personnages sont à un point A et rien ne se passe à part qu’ils cherchent quelque chose. Sauf que dans ces quinze minutes, y a vraiment rien ! Rien de chez rien ! Donc, déjà que le film est très court, j’ai presque l’impression que le réalisateur l’a rallongé au maximum quitte à faire des longueurs pour que ça soit un vrai long-métrage. Je sais que j’ai l’air d’être un jeune idiot qui ne sait pas apprécier les films vieux de plus de 60 ans, mais là, je fais vraiment un effort. J’ai adoré Citizen Kane, Metropolis, Casablanca, mais celui-là, il passe pas. Quel dommage qu’un propose aussi pertinent ne soit pas bien mis en valeur dans ce film.
    Jrk N
    Jrk N

    Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 215 critiques

    4,5
    Publiée le 22 août 2018
    Il faut revoir "M" de Losey (1951), remake assez fidèle du chef d'oeuvre où -20 ans avant- Fritz Lang avec l'aide du grand acteur au physique terrifiant Peter Lorre dénonçait violemment la prise de pouvoir par les malfrats-nazis. Evidemment Losey n'a pas la prétention d'égaler Lang mais il reprend avec précision de lscénario transposé dans le downtown impressionnant de Los Angeles : funiculaire, métro, galeries extérieures, escaliers qui n'en finissent pas, différences de niveau entre les rues, galerie commerciale de l'immeuble Bradbury à structure métallique sont utilisés magistralement pour recréer, sans les décors expressionnistes de Lang, une impression de tension et de folie qui s'empare de la ville , de la police, de la foule, des bandits eux-mêmes. Comme dans un film noir, l'intrigue d'une solidité à toute épreuve avance directement sans aucun temps mort. Les personnages : flics, bandits, foule sont plus repoussants les uns que les autres. Il y a un peu de la patte d'Aldrich évidemment. Losey insiste sur le comportement moutonnier des foules et sur l’identité entre les comportements des mafiosi et des policiers. Sorti en série B, le film connu un bon succès, ensuite, très injustement on l'a oublié. Black listé par McCarthy non pas à cause de ce film mais de son appartenance au PC, Losey apportera au cinéma anglais deux de ses chefs d' œuvre immortels : The Servant 63 et Accident 67, tous deux en collaboration avec Pinter, confirmant ainsi son très grand talent de preneur de vue, monteur et directeur d'acteur dont on voit l'efficacité.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top