Mon AlloCiné
Bienvenue à Suburbicon
note moyenne
3,0
632 notes dont 107 critiques
9% (10 critiques)
26% (28 critiques)
31% (34 critiques)
19% (21 critiques)
10% (11 critiques)
4% (4 critiques)
Votre avis sur Bienvenue à Suburbicon ?

107 critiques spectateurs

benoitG80

Suivre son activité 1569 abonnés Lire ses 1 187 critiques

4,5Excellent
Publiée le 07/12/2017

« Bienvenue à Suburbicon » est une fable amère et macabre, totalement folle et décalée, assumée comme telle par un George Clooney épatant ! C’est en effet tout simplement excellent d’avoir su trouver ce ton faussement tranquille au départ pour nous embarquer dans un tourbillon de folie familial en presque huis-clos, alors qu’en toile de fond et à deux pas de là, le racisme bat son plein ! C’est un cinéma qui sent la patte des frères Coen et pour cause (!), et dont le cynisme, doublé d’une escalade dans l’horreur nous est servi dans un contexte qui en apparence est en total décalage... Un véritable pied de nez à l’American Way of Life, dont cette satire se moque à travers une sombre et caustique affaire qui va prendre une ampleur incroyable ! De plus, le spectateur est bien loin de pouvoir prévoir les rebondissements tant tout part dans tous les sens, ou « à vau l’eau » comme dirait notre Matt Damon dépité, complètement inattendu et à contre-emploi ici ! Julianne Moore, assez écervelée (dixit son propre frère !) et franchement hilarante, en nous offrant un numéro tout sourire, et pas trop futée comme jamais. Certaines scènes où le petit Nicky/Noah Jupe est pris au piège, sont stupéfiantes et nous renvoient au film « la Nuit du Chasseur », alors que son jeu vaut vraiment le détour dans ce sac de nœuds peu commun dont il fait les frais ! Tout est dans ce film extrêmement bien fichu afin de nous perdre dès le début en conjectures à propos de telle ou telle situation, et rétrospectivement on se met même à réfléchir aux quelques détails qui avaient tous leur sens et donc toutes leurs explications, et peut-être même plus si on cherche bien ! La violence verbale et physique est totale, et va dans des extrémités insoupçonnables en étant mêlée à un humour noir grinçant à souhait ! Si on y ajoute des seconds rôles aux petits oignons plutôt originaux, qui se télescopent et interviennent sans s’y attendre, on est comblé ! Alors que tous ces acteurs sont filmés soit en très gros plan, ou sous des angles surprenants et plutôt nouveaux, ce qui leur donnent le plus souvent une dimension angoissante à la présence étonnante... L’esthétique de ce film en est alors encore plus remarquable, parmi une Amérique des années 50 reconstituée avec finesse, tout cela pour un plaisir des yeux évident ! Franchement bravo pour cette réalisation haut la main, qui pourra sans doute déplaire à certains, mais dont la presse fait la fine bouche sans comprendre vraiment tant ce film est pétri de qualités à tous niveaux... À découvrir évidemment !

DanielOceanAndCo

Suivre son activité 273 abonnés Lire ses 3 265 critiques

4,0Très bien
Publiée le 10/12/2017

Franchement, quand je vois la réception de "Bienvenue à Suburbicon" aussi bien en France qu'aux Etats-Unis, je me demande si on a vu le même film. Parmi les principaux reproches, le film de Clooney ne sait pas choisir entre la satire sociale, la comédie et le film noir et du coup, il se rate dans tous les domaines. Pardon?? En reprenant le script des frères Coen et en y rajoutant l'histoire de cette famille afro-américaine qui s'installe à côté des protagonistes, je trouve que ça décuple la force du récit en y apportant une atmosphère étrange, presque électrique et qui justifie la folie des quarante dernières minutes, mieux encore, elle permet cette ironie absolument jouissive à la toute fin Spoiler: lorsqu'une voisine accuse cette famille de tous les problèmes du monde, notamment les morts dans la famille du jeune Nicky. Quant à l'intrigue principale, on a beau être en terrain connu vu qu'il est impossible de ne pas penser à "Fargo" ou "Burn After Reading", elle reste particulièrement bien ficelée et offre des rôles sur mesure pour le talent de Matt Damon et Julianne Moore, qui s'en donnent à cœur joie à jouer avec les faux-semblants, mais ce sont surtout Oscar Isaac qui a droit à tout : répliques et personnage cultes, et le jeune Noah Jupe qui sont exceptionnels. Côté mise en scène, George Clooney n'a jamais été aussi inspiré et livre probablement la meilleure réalisation de sa carrière juste derrière "Confessions d'un homme dangereux" et le final, à la fois intense et violent, est ultra-jouissif. Bref, je ne sais pas à quoi tout les déçus s'attendaient, personnellement, j'ai pris mon pied et c'est le plus important!!

garnierix

Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 53 critiques

4,0Très bien
Publiée le 09/12/2017

Ce film vous scotche dès le départ. On croit lire une BD. Et même s’il vire au hachis de corned-beef à la fin, on reste scotché longtemps. Bravo à Clooney réalisateur pour tout ce qu’il a voulu accomplir, même s’il n’y est pas arrivé pour tout. On sort étonné par ce film ahurissant même si la fin se cherche. Étonné d’avoir pensé souvent à Alfred Hitchcock, d’avoir pensé au film Shining, d’avoir pensé à Fargo –sur ce dernier, l’étonnement n’en est pas un puisque les frères Coen font partie des auteurs du film. Étonné enfin et surtout par l’héroïne: la bêtise ordinaire. Quelle source d’inspiration ces années 50 aux États-Unis, pitoyablement prétentieuses, profondément racistes, tellement bigotes (et l’on ne doit pas confondre un Épiscopal et un Nazaréen). Prospérité pour tous et vices chez personne. Le départ est donné par un facteur qui est une vraie caricature de l’Américain, toujours à sourire aux anges, avec les dents blanchies, le gras du cou qui déborde, les plis de chemise bien repassés. C’est le premier gentil, le premier faux-gentil. Il n’y a que des gentils dans ce film, même parmi les méchants, comme dans une farce, mais il n’y a que des prédateurs en réalité, sauf un gamin de 11 ans et une famille noire. Ce film est bien une farce. Mais c’est une farce, ciselée comme une BD, qui fait peur et qui donne la nausée. Matt Damon excelle dans son rôle –on ne dira pas en quoi pour ne pas spoiler, mais il vaut le déplacement (comme le film).

tyler77durden

Suivre son activité 71 abonnés Lire ses 79 critiques

4,0Très bien
Publiée le 07/12/2017

Le retour de Clooney à la réalisation se fait sous la plume des frères Coen (scénaristes et qui devaient réaliser le film il y a longtemps) et on peut dire qu'on sent l'ombre des frangins planer tout au long du film. "Suburbicon" est une fable qui slalome entre comédie noire et satire politique de manière (relativement) habile. La première demie-heure est un peu chaotique car le film tâtonne pour trouver son genre et son rythme, mais quand le film trouve alors la bonne cadence, il déroule un cinéma bien mené qui convoque tour à tour le suspens d'un Hitchcock ou le côté décalé d'un Jeunet. La partie politique (et l'allégorie à la politique Trump) manque parfois de subtilité mais offre un background solide et une portée insoupçonné au film. On pense ici à "Edward au mains d'argent" qui avait déjà montré du doigts les "ghettos blancs" de la middle classe US et leur rejet de la différence. Au final, le film est une réussite, surtout les parties où il se concentre sur le fils, en montrant l'innocence de l'enfance face au monde vicié des adultes. Déconcertant.

alice025

Suivre son activité 380 abonnés Lire ses 747 critiques

3,5Bien
Publiée le 11/12/2017

« Bienvenue à Suburbicon » est un régal bien que le rythme soit inégal. En effet, l'histoire met du temps à démarrer et on commence à trouver cela long. Mais quand la machine est enfin mise en place, on s'embarque dans un délire complet, un thriller avec de l'humour noir et décalé, rappelant bien évidemment la patte des frères Coen. Véritable satire du rêve américain des années 1950, il y a aussi un contraste fort et absurde entre ce que cette charmante ville en apparence veut nous vendre, et entre l'extrême rejet face à l'installation d'une famille noire. Les acteurs sont tous bons, en particulier Oscar Isaac avec sans doute le rôle le plus dingue de l'histoire, c'est à partir de son personnage que tout part en vrille. Le nouveau film de George Clooney est vraiment fun et macabre à la fois, malgré un début inégal. Si vous aimez ce genre de style comme moi, je vous le conseille. cinephile-critique.over-blog.com

dominique P.

Suivre son activité 161 abonnés Lire ses 1 418 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 08/12/2017

Cela parle d'une petite ville américaine charmante en surface mais complètement dangereuse, folle, crapuleuse et violente sous la surface. Tandis qu’une famille blanche, caricature de l’american way of life, s’enlise dans des magouilles et autres horreurs, une autre famille noire voisine subit le racisme et le harcèlement des riverains. Le film est la satire grinçante de cette petite société hypocrite et raciste de la fin des années 1950. J'ai bien aimé ce film de grande qualité, bien foutu, grinçant et intéressant.

alex0704

Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 24 critiques

4,0Très bien
Publiée le 06/12/2017

encore un film génial des frères Coen...un casting au top et un scénar déjanté...Matt Damon dans un rôle innatendu

selenie

Suivre son activité 324 abonnés Lire ses 4 359 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 07/12/2017

S'il s'agit d'une histoire policière, une comédie grinçante à humour noir, en arrière-plan il s'agit d'un contexte ségrégationniste. Mais toute cette partie "ségrégationniste" reste très superficiellement traitée et finalement devient un peu superflue. En effet, l'intrigue reste focalisée sur la famille blanche dont le patriarche joué par Matt Damon perd un peu pied à l'insu de son plein gré. Clooney n'étant pas Coen, la grande différence c'est que Clooney appuie un peu moins le décalage noirceur-humour, avec un petit soucis de rythme, un peu trop monocorde sur la durée. Un bon moment à défaut d'être un film majeur. Site : Selenie

Danny N.

Suivre son activité 45 abonnés Lire ses 238 critiques

4,0Très bien
Publiée le 06/12/2017

En cette journée de deuil national avec la mort de Johnny Hallyday dont j'étais très fan, j'ai failli ne pas aller à Lyon pour voir ce film mais alors que je suis tout Matt Damon dans sa carrière depuis 1998. Comme c'est le plus gros flop de la carrière de réalisateur de George Clooney et second plus gros floip niveau films pour Matt Damon, il sort dans peu de salles* et uniquement en VO à Lyon ! le film a t'il été doublé en français ?! cela le condamne encore plus à être vite balayé donc comme il y a STARS 80 sorti le même jour que je dois repousser à dans 15 jours car mercredi prochain c'est le STAR WARS qui sort, c'était cette semaine ou jamais.... le début est laborieux, on se demande ce qu'on est venu faire devant ce film mettant en scène les années 50 avec des looks ringards puis le style devient de plus en plus palpitant, diabolique et déchainé.. avec un final totalement inattendu donc je ne comprends pas ce rejet du public, la qualité est là, on est très loin d'un film raté... on retrouvera Matt Damon déjà dans un autre film le 10 janvier...

Caroline Le Charles

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 12 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 09/12/2017

Dingue et génial. A prendre au 2ème degré et pourtant subtil. On rit aussi, acteurs formidable et surtout le petit Nicky !

Critique d'Emy Lee

Suivre son activité 85 abonnés Lire ses 946 critiques

4,0Très bien
Publiée le 17/12/2017

Je n'attendais pas grand chose de ce film, d'ailleurs j'en avais très peu entendu parlé. J'avais surtout été attirée par l'affiche, et son ambiance année 60. Souvent partagé sur les films de George Clooney, souvent attiré par les frères Coen, et emballée par le duo formé par Matt Damon et Julianne Moore, je pars donc dans les salles obscures. Je sais que j'utilise souvent ce mot, mais le film a été une réelle surprise, et dans bon sens. J'ai adoré l'introduction, tel un conte, qui laisse entrevoir une partie de ce récit. J'ai beaucoup aimé être plongée dans cette banlieue américaine très proprette, qui m'a rappelé la banlieue de Tim Burton dans "Edward aux mains d'argents". On nous propulse au sein de la famille Lodge, je reconnais qu'au début on est assez perdu, puis on commence à démêler les éléments et finalement construire la finalité. Un film sans trop de surprise mais qui pourtant m'a captivé, ne serait-se que savoir jusqu'où cela va aller. La réalisation est propre, avec une très belle utilisation de la lumière, des décors et des costumes superbes, l'ensemble nous plonge dans un décor de carte postale... certes un peu sombre. Le casting est très plaisant, surtout le jeune Noah Jupe que j'ai découvert et adoré. Cette famille a tellement de problématique en parallèle de l'intrigue policière, que le temps passe trop vite. Un très beau moment de cinéma !

Hako-niwa

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 65 critiques

4,5Excellent
Publiée le 11/12/2017

Et j’ai adoré. Scénario bien construit, humour noir, situation loufoque, monter en puissance dans le WTF, et malgré tout un regard incisif sur les Etats-Unis et le problème racial. George Cloney s’est inspiré d’une histoire vraie, celle de William et Daisy Meyers, un couple de noirs qui s’est installé 1957 à Levittown. Ils ont été harcelé comme cela est décrit dans le film. Au départ on ne comprend pas pourquoi cette famille dont on ne sait jamais grand chose est mise en parallèle avec la vie de leur voisin d’en face. Spoiler: Le film bascule quand on comprend que les manifestants qui ont si peur d’une famille juste à cause de leur couleur de peau, feraient mieux de s’inquiéter de leur voisin blanc si peu fréquentable. C’est bien vu, et c’est dommage que certains spectateurs n’aient pas compris l’enjeu et le discours du film de Cloney. Ce n’est certes pas la façon la plus simple de parler de ce sujet, mais j’ai au contraire trouvé que c’était plutôt bien vu. Sans doute trop en dehors des clous pour le spectateur, il ravira les amateurs des frères Cohen et de leur histoire loufoque et jubilatoire. Matt Damon et Julianne Moore sont lisse au premier regard, mais petit à petit ils se dévoilent et ce n’est pas beau à voir. Petit coup de cœur Oscar Isaac dans le rôle de l’assureur. Je n’en dirais pas plus. Bienvenue à Suburbicon est un film jubilatoire, où l’humour noir côtoie le pire de l’humanité. George Cloney signe un film incisif et drôle, complètement à part. Certes cela ne plaira pas à tout le monde, mais j’aime ce genre de prise de risque. Ce film pourrait bien devenir culte.

Chris58640

Suivre son activité 35 abonnés Lire ses 430 critiques

3,5Bien
Publiée le 10/12/2017

Le dernier film de George Clooney en tant que réalisateur est l’adaptation d’un scénario des frères Coen, qu’ils ont longtemps gardés sous le coude sans jamais franchir le pas. C’est donc Clooney qui s’y colle. Et franchement, on m’aurait soutenu que Ethan et Joël Coen étaient derrière la caméra, je l’aurais cru sans problème. « Bienvenue à Suburbicon » met en scène les années 50 en adoptant les codes techniques des films des années 50 : décors un peu criard, jeu un tout petit peu surjoué, musique qui souligne bien les effets, effets de mise en scène (utilisation des ombres, cadrage particulier, etc…). Clooney est parti du principe qu’en adaptant les frères Coen, il fallait coller à leur style et que c’était l’occasion de filmer « à l’ancienne » une comédie policière qui fait la part belle aux rebondissements, aux faux semblants, aux coïncidences aussi. Dans le genre « old school », il réussit son coup, son film est bien calibré, bien rythmé, le suspens y est maintenu le temps qu’il faut et toutes les scènes d’enchainent sans difficultés, sans à-coup jusqu’à un final sanglant, dévastateur et cynique à souhait. L’humour noir, cela doit être drôle pour fonctionner et ici, ça fonctionne. Spoiler: Que ce soit avec une tasse de café ou un sandwich confiture-beurre de cacahouètes, ce qui doit arriver arrive : on le voit arriver, et ça arrive, fatalement, et sadiquement dans son fauteuil de cinéma on se marre doucement. Le scénario n’est pas très compliqué à comprendre : une famille blanche bien comme il faut se montre polie (juste polie, même pas amicale) avec leur nouveaux voisins noirs et le soir même, ils sont agressé chez eux : on y voit évidemment tout de suite une relation de cause à effet et cette ambigüité dure, un petit peu,Spoiler: juste le temps que l’on se dise qu’on fait fausse route, à cause de quelques détails apparemment anodins. Il n’y a pas dans « Bienvenue à Suburbicon » de rebondissements qui nous laisse pantois, il y a des rebondissements mais on les a senti venir, parce qu’on est malin, en tant que spectateur, on ne la nous fait pas ! Cette façon de jouer avec un faux suspens pour mieux nous embarquer dans un polar noir et cynique, le tout trempé dans un humour décalé, est assez efficace. La violence du film, qui est réelle (il est interdit au moins de 12 ans) a tendance à être désamorcée par cet humour noir qui fait qu’on sourit au lieu de frissonner, même si à l’écran les personnages commettent le pire avec une facilité déconcertante. « Bienvenue à Suburbicon » est la peinture d’une société américaine en apparence paisible et bien élevée mais qui se révèle abominablement violente, raciste, sans scrupule et sans morale. Les blancs de Suburbicon ont beau aller à l’Eglise tous les dimanches, ils se comportent dans leur vie à l’inverse de la charité chrétienne et de l’amour de leur prochain ! On peut regretter que le scénario des frères Coen n’aille pas un tout petit peu plus loin encore dans la critique acerbe de ce microcosme hypocrite, qu’il ne traite le harcèlement de la famille noire que comme un détail de l’intrigue, une sorte de toile de fond. J’ai cru, j’ai espéré que cette attitude ségrégationniste allait interférer plus qu’elle ne le fait dans l’histoire de la famille Lodge. Car c’est bien l’histoire du petit Nicky Lodge et de sa famille dysfonctionnelle qui est au centre de l’intrigue, la famille noire qui loge à côté est presque traité de façon anecdotique. La famille Lodge, dans laquelle on ne comprend pas d’emblée qui est qui, dont les membres semblent plus liés par la trahison et le mensonge que l’amour familial, où on traite les enfants comme des objets un peu encombrants et sans psychologie, est effrayante. Mais tout effrayante qu’elle est, est-elle improbable dans l’Amérique de 1959 ? Hum…pas si sur… Néanmoins, si le jeu des acteurs est un peu surjoué, l’intrigue est elle aussi un tout petit peu excessive, trop cynique, trop noire pour être parfaitement crédible. Les coïncidences et les rebondissements sont aussi un tout petit peu exagérés, comme si l’on était davantage devant un conte moral qu’un véritable polar. Si l’on accepte cette idée, alors le film se laisse voir avec un vrai plaisir presque coupable. Matt Damon et Julianne Moore (qui tient un double rôle pendant un tout petit moment) donne corps à cette famille toxique et malsaine, apparemment très fréquentable mais toute pourrie quand on gratte un tout petit peu. Le petit Nicky est interprété par le jeune Noah Jupe qui est le vrai héros de « Bienvenue à Suburbicon », tout compte fait. Il se fond dans ce rôle comme il faut, surjouant la peur quand on le lui demande, et qui pose sur sa famille un regard de plus en plus désabusé, et il y a vraiment de quoi. On peut souligner aussi la qualité de certains seconds rôle comme celui des deux agresseurs ou surtout celui de l’enquêteur des assurances (Oscar Isaac) truculent et drôle mais Spoiler: tout aussi pourri au final que les autres personnages, alors qu’on l’a fugacement trouvé formidable. C’est ça le truc à Suburbicon : personne n’est ce qu’il prétend et tout le monde est bien pourri à l’intérieur sauf les enfants (encore innocents) et la famille noire qui sert d’exutoire à une population blanche qui a la bave aux lèvres. On pourrait trouver cela caricatural, ça l’est peut-être en partie mais l’Amérique de la ségrégation raciale était une caricature de société et les lynchages et autres meurtres raciaux ne sont pas une vue de l’esprit mais un abcès historique que l’Amérique de 2017 doit encore finir de crever. « Bienvenue à Suburbicon » est un film sur les années 50, aux couleurs des années 50 mais qui, au regard du fond, reste très moderne et pertinent. On peut regretter qu’il n’aille parfois pas assez loin, qu’il manque de mordant ou de cynique sur tel ou tel point, et excessif sur d’autres mais il n’en demeure pas moins un bon film réussit, agréable et que l’on peut déguster sans problème, surtout si on aime les saveurs sucrées-acides.

axelle J.

Suivre son activité 16 abonnés Lire ses 227 critiques

4,5Excellent
Publiée le 08/12/2017

Ne pas se fier aux apparences de la ville de Suburbicon car les gens qui paraissent bien sous tous rapports sont en fait horribles, minables, monstrueux pour une bonne partie d'entre eux. Cette comédie policière nous le démontre de façon exemplaire. C'est cinglant, horrible ce qui se passe et en même temps drôle car certains dialogues ou situations valent leur pesant d'or. A voir.

Adrien D.

Suivre son activité 0 abonné Lire sa critique

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 06/12/2017

Ce film, c'est un hommage à une époque bien précise, la réalisation est percutante, une grosse pression pendant tout le film. Très bon film pour cette fin d'année c'est sur

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top