Mon AlloCiné
Le Trou
Séances Bandes-annonces Casting Critiques spectateurs Critiques presse Photos VOD
Blu-Ray, DVD Musique Secrets de tournage Box Office Récompenses Films similaires News
Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Le Trou" et de son tournage !

Un succès post-mortem

Lors de sa sortie en salle, le film ne connait pas le succès. On a reproché à Jacques Becker la prise de position en faveur des criminels. Le Trou trouve cependant des défenseurs dans la Nouvelle Vague, notamment avec François Truffaut qui trouve le film poétique. Il faut des années avant que le film ne devienne une référence à l'égal d'Un condamne a mort s'est échappé de Robert Bresson, auquel Le Trou a souvent été apparenté, et plus tard de L'Évadé d'Alcatraz de Don Siegel.

Un cinéaste contraint par les producteurs

Après les échecs conjugués de films comme Antoine et Antoinette (1947) ou Edouard et Caroline (1951), Jacques Becker accepte de tourner des films correspondants davantage aux exigences des producteurs, avec des acteurs à succès : Fernandel dans Ali Baba et les 40 voleurs (1954), Robert Lamoureux dans Les Aventures d'Arsène Lupin (1957), Gérard Philipe dans Montparnasse 19 (1958). Avec la Nouvelle Vague, Jacques Becker comprend qu'il peut revenir à un cinéma libéré des contraintes économiques.

Une interprétation toute naturelle

L'interprétation faite par des acteurs non professionnels, avec en tête Jean Keraudy, ex-détenu ayant lui-même participé à de véritables évasions de pénitenciers français, contribue à ce que le film paraisse très proche des conditions réelles de détention.

Gros plans et musique inexistante

Pour renforcer l'aspect étouffant de la cellule, Jacques Becker use de gros plans et de cadrages très travaillés, appuyés par une trame sonore sans musique, où les petits bruits quotidiens constituent un concert de sons étranges.

Une adaptation

Le Trou est adapté du premier roman de José Giovanni, futur réalisateur de La Scoumoune, qui s'est lui-même inspiré de son expérience d'ex-détenu.

24 minutes amputées

Jacques Becker est mort deux semaines après la fin du tournage du Trou. Si le film a été monté en respectant ses souhaits, 24 minutes en ont été amputées par le producteur Serge Silberman pour remédier à son échec commercial.

Plan séquence

Jacques Becker filme un long plan de quatre minutes, dans lequel le spectateur est obligé de ressentir l'effort déployé par les prisonniers pour creuser le trou .

Hommage

Le Trou était considéré par Jean-Pierre Melville comme "le plus beau film français".

Le souci du détail

La prison de la Santé a été minutieusement reconstituée grâce à l'aide d'anciens détenus qui étaient parvenu à s'en échapper.

Musique diégétique

Toute la musique que l'on entend dans Le Trou provient d'éléments que l'on peut voir à l'écran ; elle est diégétique car elle fait partie de l'action du film.

Caméo

Le fils de Jacques Becker, Jean Becker, a été assistant réalisateur sur Le Trou. Il apparaît également dans le film comme gardien de prison.
Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
  • La Belle et la Bête (2017)
  • Baby Boss (2017)
  • Lion (2016)
  • Split (2017)
  • Going To Brazil (2017)
  • Sage Femme (2017)
  • Logan (2017)
  • Gangsterdam (2016)
  • Les Figures de l'ombre (2016)
  • Kong: Skull Island (2017)
  • Ghost In The Shell (2017)
  • Patients (2017)
  • The Lost City of Z (2016)
  • Alibi.com (2016)
  • L'Embarras du choix (2016)
  • Chacun sa vie (2017)
  • Grave (2016)
  • Sous le même toit (2016)
  • Brimstone (2016)
  • Fast & Furious 8 (2017)
Back to Top