Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
La belle et l'ordinateur
note moyenne
3,6
101 notes dont 24 critiques
17% (4 critiques)
50% (12 critiques)
13% (3 critiques)
21% (5 critiques)
0% (0 critique)
0% (0 critique)
Votre avis sur La belle et l'ordinateur ?

24 critiques spectateurs

chrischambers86
chrischambers86

Suivre son activité 1032 abonnés Lire ses 10 094 critiques

4,0
Publiée le 19/11/2013
Fleuron du cinè-clip, rêve d'informatique par l'intermèdiaire d'un computer amoureux, "Electric Dream" est indiscutablement un essentiel du genre! Oublions la stupiditè du titre en français (rebaptisè depuis "La belle et l'ordinateur) et replongeons avec dèlice et nostalgie dans les annèes 80 avec cet excellent film romantico / science / fictionnelle devenu aussi culte que sa B.O en elle-même dont l'inoubliable « Love Is Love » du groupe new wave Culture Club (spèciale dèdicace à mon cousin). Qu'il faisait bon de vivre en 1984 en compagnie du formidable Lenny von Dohlen et de cet ordinateur fortement èpris de sa voisine violoncelliste, la magnifique Virginia Madsen! Venu du clip, le cinèaste Steve Barron n'avait que 28 ans quand il signa ce premier long-mètrage en nous rappelant les couleurs, les fringues et les effets spèciaux de toute une èpoque! Avec en prime un joli clin d'oeil de l'ordi en fin de gènèrique! Dommage que Barron ("Teenage Mutant Ninja Turtles", "Coneheads", "The Adventures of Pinocchio") n'ait jamais retrouvè par la suite cette folle originalitè, cette magie et cette èmotion made in 80's...
Mockylokkh
Mockylokkh

Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 29 critiques

4,5
Publiée le 27/03/2013
Electric Dreams de Steve Barron (retitré "La Belle et L'ordinateur" en France), ou l'une des plus hallucinantes et surtout, l'une des plus belles histoires d'amour que le cinéma nous ait offert ! On y fait la connaissance d'Edgar, un ordinateur pas comme les autres qui, à la suite d'un court-circuit, se retrouve doté d'une intelligence, de sentiments, et d'un sens de l'humour féroce ! Dés lors, il va chambouler la vie et les habitudes de son propriétaire, Miles Harding, un jeune architecte ambitieux, et tomber amoureux, tout comme lui, de Madelyn, la jeune et jolie violoncelliste qui vient de s'installer dans l'immeuble. Miles et Edgar vont alors se disputer l'amour de la belle, en usant chacun de tout leur charme afin de la séduire, dans une rivalité amoureuse surréaliste qui atteint son paroxysme lors du duel musical entre l'ordinateur et le violoncelle; scène d'anthologie où l'émotion vous fera monter les larmes aux yeux. Ajoutez à tout ça une bonne dose d'humour, un jeu d'acteurs toujours juste - Le traitement très subtil de la relation entre Miles et Edgar donnant à l'ordinateur un véritable rôle d'acteur et une réelle personnalité qui le rend quasiment humain - et une bande originale typiquement eighties à tomber par terre, composée par Giorgio Moroder (Pape de l'electro des années 80) et Jeff Lyne (Chanteur et compositeur du groupe Electric Light Orchestra). Un film culte pour la génération qui a connu les débuts de l'informatique et l'arrivée des premiers ordinateurs dans nos foyers.
doudougotcha
doudougotcha

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 4 critiques

5,0
Publiée le 26/07/2010
Un film qui a marqué mon enfance, une B.O. tout simplement excellente!
LEPELTIER E
LEPELTIER E

Suivre son activité 28 abonnés Lire ses 1 336 critiques

4,0
Publiée le 18/01/2013
Tellement 80's et kitsch que c'en est touchant , que du bonheur !
nadejounette
nadejounette

Suivre son activité Lire sa critique

4,0
Publiée le 10/10/2012
J'ai adoré ce film et j'aimerais beaucoup le revoir mais il est introuvable en français. Peut-être les chaînes hertziennes pourraient-elles nous l'offrir en cadeau pour Noel ? Ce serait une idée très agréable.
Michael M
Michael M

Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 14 critiques

5,0
Publiée le 19/07/2012
Si l'on oublie la traduction pathétique du titre, ce film était un bijou qui anticipait à l'époque toutes les innovations de l'informatique pour améliorer notre confort. Culte !
Rotomouleur
Rotomouleur

Suivre son activité Lire ses 18 critiques

4,5
Publiée le 19/06/2012
Eighties au dernier degré, gnangnan à souhait... mais on s'en fout, ce film est une vraie madeleine rappelant des années plus innocentes, la musique est excellente, l'histoire d'amour touchante et au final tout ça est lumineux.
Abronsius
Abronsius

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 61 critiques

4,0
Publiée le 08/05/2010
Bande-son inoubliable, histoire sympathique, je ne comprends pas pourquoi ce film est tombé aux oubliettes. Si vous avez la chance de vous le procurer, vous ne serez pas déçu !
e70838
e70838

Suivre son activité Lire sa critique

5,0
Publiée le 08/08/2008
J'avais adoré ce film quand il est passé à la télé. J'aimerais beaucoup l'acheter quand il sortira en DVD. Ce film est l'une des raisons pour lesquelles j'ai fait option intelligence artificielle durant mes études. C'est un film romantique qui introduit quelques idées sur l'intelligence artificielle de façon plutôt poétique.
Frédéric M.
Frédéric M.

Suivre son activité 24 abonnés Lire ses 928 critiques

2,5
Publiée le 29/12/2014
Petite comédie entre romantique et fantastique, un peu vieillote (un remake à faire ?). Reste une bande son sympa très 80s ! et le charme de Virginia
FMS-cinephile
FMS-cinephile

Suivre son activité 28 abonnés Lire ses 194 critiques

2,0
Publiée le 12/09/2011
La belle et l’ordinateur (‘Electric dreams) est un long-métrage réalisé par un certain Steve Barron en 1984. Le scénario est simple : la rivalité entre un ordinateur à l’intelligence supérieur qui à soudainement pris vie se retrouve rival contre son propriétaire pour conquérir le cœur de leur jolie voisine. Sur le papier, on pourrait vraiment penser que ce film nous ferait part d’une personnification superbe de l’ordinateur nous attachant ainsi à l’histoire et nous faisant oublier ce côté surnaturel minimaliste. Et bien sûr, en matière personnification, Christine de John Carpenter en est le maître ! Ici, rien de tout cela, cependant le côté kitsch du film, des dialogues et de la photographie contraste avec de bons plans assez intéressants de par leurs points de vues pertinents comme lors de cette scène ou Miles arrose son ordinateur de champagne, à ce moment précis on aperçoit comment l’intérieur de l’ordinateur (à savoir les puces, micro-processeurs et autres circuits) se font efficacement inondés, malheureusement le film n’est bien filmer que par moment. A croire que le réalisateur voulait offrir de bons plans mais il ne fallait pas trop lui en demander… Quand au casting, il n’est pas très mauvais, mais ne casse pas des briques non plus avec notamment des prestations mitigés de nos deux acteurs principaux, à savoir Lenny Von Dohlen en Miles Harding le propriétaire de cet ordinateur pas banal et Virginia Madsen interprétant la voisine de ces « personnes » se déclarant peu à peu la guerre pour le cœur de cette dernière. cependant, il es toujours intéressant de voir quelque chose de nouveau (une créature, ou autre chose qui n’est pas souvent humain) apprendre à découvrir le monde, et ici apprendre à expliquer l’amour. Et concernant cet amour, le film en donne une bonne leçon quand à la fin du film reflétant bien la vision de l’amour que se fait ce Steve Barron, réalisateur de ce film particulier. La mise en scène n’est pas très soigné, non vraiment ce film est aussi décevant visuellement que sur le papier avec son concept un tantinet stupide et grotesque bien que celui-ci s’inspire de la révolution qu’était la technologie comme les ordinateurs et autres objets électronique d e l’époque. Evidemment maintenant, un IMMAC es ridicule comparé à un ordinateur portable APPLE. Difficile donc de se remettre dans le contexte, en matière d’utilisation de la technologie moderne à l’époque, je ne peux que vous conseiller la première partie du film l’Amie mortelle de Wes Craven. De plus le rythme du film est vraiment étrange, vraiment pas travaillé quand aux scènes, aucune n’est percutante et nous plonge dans cet univers aucunement crédible mais s’essayant à l’innovant. Steve Barron, ton film n’est pas très connu et je comprend pourquoi…
riqueuniee
riqueuniee

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 161 critiques

3,5
Publiée le 25/05/2019
Mais d'où vient ce titre français absurde ? J'ai vu le film à sa sortie, et j'avais acheté le single de la chanson du film, et dans les deux cas il n'était question que du titre Electric dreams… Pour en revenir au film, c'est en fait une comédie romantique où l'un des éléments du triangle amoureux est un ordinateur, doté de sentiments "humains" par accident, et non une véritable réflexion sur l'intelligence artificielle; On notera toutefois, vu de notre époque, le côté précurseur de la chose, comme pour (dans un autre style), l'à peu près contemporain War games. Si on a un côté fleur bleue, on peut finir par se laisser toucher par cette histoire, et par le sort final de l'ordinateur ayant acquis des sentiments "humains" (sans larmes, ça reste une comédie légère). Et le film (signé par un réalisateur alors surtout connu par ses clips) a pris avec les ans un petit côté rétro pas désagréable. A noter, pour la voix (en VO) de l'ordinateur, la présence de Bud Cort, l'acteur de Harold et Maude.
Manu D
Manu D

Suivre son activité Lire ses 33 critiques

4,0
Publiée le 24/07/2018
qu'il faisait bon vivre en 1984,le son de Culture Club,le charme de Virginia Madsen ,une comédie typiquement 80's ,c'est kitch,mais qu'importe,mais qui a eu l'idée de coller ce titre a la version Française ! Electric Dreams sonne tellement mieux..............
Azimov
Azimov

Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 137 critiques

4,5
Publiée le 12/07/2015
Un film qui n'a pas profondément marqué les esprits à sa sortie. Pourtant les rumeurs de remake sont régulièrement relancées. C'est que profondément ancrée dans le début des années 80, cette petite comédie romantique témoigne du passage à l'ère du tout connecté et s'offre le luxe d'une profonde réflexion sur l'intelligence artificielle qui rappelle les grandes références SF de l'époque. En outre à la réalisation, Steve Barron, venu du video-clip (on lui doit notamment celui de Take on me de A-ha), se permet des plans inventifs qui surprennent toujours, 30 ans plus tard. Enfin la bande-son phénoménale vient compléter l'ensemble pour faire de ce petit bijou plein de charme un film culte auquel de nombreux films de SF rendent désormais hommage.
CH1218
CH1218

Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 1 555 critiques

3,5
Publiée le 27/09/2014
Cette comédie romantique autour d’un trio totalement improbable entre un jeune homme, une charmante violoncelliste - la belle Virginia Madsen - et un ordinateur domestique, faisait partie de mes films de chevet durant mon adolescence. Réalisé par Steve Barron, as du vidéo clip dans les années 80 à qui l’on doit, entre autre, le «Billie Jean» de Michael Jackson ou encore le génial «Take on me» du groupe A-ha, «Electric Dreams» semblerait bien désuet de nos jours alors qu’il utilisait le haut de gamme de la technologie informatique de l’époque. Bien que je ne l'ai pas revu depuis de nombreuses années, j'en garde encore un tendre souvenir. Par contre, la super BO est toujours en bonne place dans ma CDthèque.
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top