Mon AlloCiné
    L'Homme tranquille
    note moyenne
    3,9
    399 notes dont 42 critiques
    24% (10 critiques)
    57% (24 critiques)
    12% (5 critiques)
    2% (1 critique)
    5% (2 critiques)
    0% (0 critique)
    Votre avis sur L'Homme tranquille ?

    42 critiques spectateurs

    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 1473 abonnés Lire ses 8 623 critiques

    5,0
    Une merveille! Depuis que le cinèma parle, il s'est souvent penchè sur les particuliaritès "locales", et le film qui symbolise ce genre, mèlange de comèdie, drame et de sentimentalisme, est sans conteste "The Quiet Man". Un oscar ici du meilleur rèalisateur pour John Ford qui marque son grand retour en Irlande! Hommage de l'auteur à ses origines irlandaises, ce n'est tout de même pas un reportage, mais une tendre caricature de ses lointains compatriotes! Ford aimait dire qu'il ne s'identifiait pas au hèros et qu'il s'ètait contentè d'habiller John Wayne (peut-être son plus beau rôle) avec des vêtements irlandais et de lui faire jouer une comèdie! Ici, l'herbe est encore plus verte que dans la tradition et Maureen O'hara est bien la plus rousse de toutes les irlandaises! On notera d'excellents seconds rôles dont Barry Fitzgerald, Ward Bond et surtout Victor Mc Laglen! Sa longue bagarre finale avec John Wayne à travers les champs, les rivières, les meules de foins, les rues et même le bistrot du village d'Innisfree est un grand moment de cinèma! Une ballade irlandaise tendre, humoristique et inoubliable, ou Ford renoue avec ses propres racines, le tout filmè dans un pays très traditionnaliste et riche en coutumes...
    landofshit0
    landofshit0

    Suivre son activité 148 abonnés Lire ses 1 353 critiques

    4,0
    Le rythme et le ton ravageur du film emporte ces personnages dans un vent mêlant,la romance au drame le tout pimenté par une pointe d'humour rendant le film irrésistible. Ford savait rendre ses personnages incroyablement vivants,il faut dire que les dialogues les aident grandement. Ceux ci sont ponctués de petites phrases qui font mouches. Le final drôle à souhait vient finir d'emporter le morceau de la sympathie que possède ce film,le gag des sauts d'eau et très bien vu. Quelques reproches sont possibles comme l'utilisation trop fréquente des studios à la place des extérieurs et l'image un peu terne,mais ça reste tout de même un très bon Ford.
    Yves G.
    Yves G.

    Suivre son activité 320 abonnés Lire ses 364 critiques

    2,0
    "L'homme tranquille" (1952), qui ressort à la Filmothèque, se présente comme un chef d'œuvre méconnu de John Ford. Délaissant les grandes plaines de l'Ouest, le réalisateur d'origine irlandaise a entraîné John Wayne dans un retour aux sources. Les riantes collines gaéliques servent en effet de décor à cette comédie désuète. Fortune faite aux Etats-Unis, son héros a décidé de revenir dans son village natal. Il y rachète la propriété où il grandit jadis, au grand dam de son voisin. Et il tombe amoureux de la jolie fille du village qui - ô coïncidence - se trouve être la sœur dudit voisin. Naît ainsi une animosité qui constitue le fil rouge de ce film gentillet. Car rien n'est jamais grave dans cette comédie noyée de bons sentiments et aux relents vaguement machistes. Voir John Wayne sans colt ni cheval est assez dépaysant. Cela ne suffit pas à lui seul à justifier l'intérêt porté à ce film qui résonnera peut-être au cœur des Américains d'origine irlandaise, nostalgique du vert paradis de leurs amours enfantines, mais qui n'éveillera guère d'écho chez les autres.
    Thomas B.
    Thomas B.

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 42 critiques

    4,5
    Vibrant hommage de John Ford à l'Irlande natale de ses parents (émigrés aux Etats-Unis), "L'Homme tranquille" est aussi et certainement l'un des meilleurs films du grand réalisateur, dans la lignée de ses œuvres plus "sociales" telles "Les Raisins de la Colère" ou "Qu'elle était verte ma vallée", trop souvent oubliées au milieu de ses westerns classiques et de son obsession pour le personnage de Lincoln. John Wayne en Irlandais-Américain de retour sur la terre de ses ancêtres est une référence explicite à Ford lui-même, et la peinture exécutée ici de la campagne immaculée où les éléments se déchaînent est tout bonnement à couper le souffle. Maureen O'Hara, fétiche de Ford depuis "Qu'elle était verte ma vallée" (d'autant plus qu'elle-même est née à Dublin !), démontre encore une fois son talent d'actrice en femme courage, dans un pays où la propriété s'acquiert à la force de ses mains et la sueur de son visage. Le tableau passionnant d'une Irlande idéalisée et de l'esprit de communauté qui y règne. Bref, un chef d'œuvre qui vaut bien un 4,5/5.
    cosby
    cosby

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 63 critiques

    5,0
    Ce film est d'abord une carte postale de l'Irlande, de ses pubs,de ses paysages, de son peuple... le "grand John" y trouve l'un de ses meilleurs films, la scène ou il va rechercher Maureen O'Hara étant d'anthologie... Comme celle du combat épique... John Ford nous livre un oeuvre humaniste, ode à la terre, à ses racines. Un film comme on n'en fait plus.
    Walter Mouse
    Walter Mouse

    Suivre son activité 411 abonnés Lire ses 317 critiques

    4,5
    John Ford va batailler ferme pendant 15 longues années pour qu'Hollywood accepte de financer son adaptation de The Green Rushes, roman de Maurice Walsh lui donnant la possibilité de raconter sa première grande histoire d'amour. Le réalisateur s'en retourne donc vers sa mère-patrie mais pour la dépeindre sous un tout nouveau jour. Loin des représentations ambiguës pour ne pas dire ténébreuses qui figuraient dans ses précédents films sur l'Irlande, L'Homme Tranquille est une vision utopique du pays mettant en avant la bonne entente et la convivialité régnant au sein de la petite communauté fictive d'Inisfree, très attachée aux traditions. Les forces de l'ordre ne sont quasiment jamais visibles, la ville ne souffre d'aucun problème économique et chaque habitant est relié à un autre. Au coeur de cette bourgade rayonnent la reine du Technicolor Maureen O'Hara et la bonne mine du titan John Wayne, fidèle à lui-même. Leur romance charmante et pittoresque à souhait nous met à l'aise dans notre cocon où moments de pure joyeuseté et expériences de vie difficiles forment un tout diablement homogène et agréable. La résolution innocemment fordienne étend l'ambiance bon enfant pour le plaisir sans que le metteur en scène perde le contrôle tonal. Un retour au bercail ravivant et plein de beaux moments de cinéma. Du John Ford comme on l'aime!
     Kurosawa
    Kurosawa

    Suivre son activité 213 abonnés Lire ses 354 critiques

    4,0
    L'ouverture du film et l'arrivée de Sean Thornton (John Wayne) à la gare donne le ton : "L'Homme tranquille" sera tourné presque exclusivement vers la joie et la bonne humeur, "presque" car Sean sera tourmenté par un passé douloureux et par un présent lui réservant quelques obstacles, en particulier un mariage difficilement concrétisable avec la belle Mary Kate Danaher (Maureen O'Hara); cette histoire d'amour semblait pourtant bien commencer, avec une rencontre lyrique et vibrante, mais se voit très vite contrariée par le frère Will Danaher. Si le conflit est pris au sérieux par Ford, jusqu'au point où l'union entre Sean et Mary Kate semble impossible et engendre quelques séquences sombres, il est néanmoins dépassé par un stratagème comique qui vient malicieusement redistribuer les cartes. L'intelligence de "L'Homme tranquille" est donc de ne pas écarter ce qui pourrait empêcher le couple de se former - en somme, le film est dépourvu de naïveté - tout en privilégiant la légèreté de façon à ce que tout se finisse bien; quant à l'émotion qu'il génère, elle provient d'un mélange de virilité et de douceur et d'un contraste entre l'esprit de camaraderie et une passion exacerbée. En bref, John Ford signe un film d'une grande lucidité aux personnages tous attachants.
    Newstrum
    Newstrum

    Suivre son activité 14 abonnés Lire sa critique

    4,5
    Un film chaleureux aux mille détails pittoresques. Ford parle du retour au pays d'un fils prodigue qui est autant Sean que lui-même. L'histoire d'amour entre Sean et Mary Kate (formidables John Wayne et Maureen O'Hara) contrariée par la coutume est aussi l'histoire d'un amour pour l'Irlande, ici terre semi-imaginaire. Visuellement, Ford est au sommet de son art et l'on ne se lasse pas de voir et revoir L'Homme tranquille. Voir mon analyse et ma critique complète sur mon blog : newstrum.wordpress.com
    Ryce753
    Ryce753

    Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 373 critiques

    4,0
    Un film méconnu et pourtant considéré comme un chef-d'oeuvre par beaucoup. Je n'irai peut-être pas jusqu'à le qualifier comme tel mais ça reste un très bon film aux images vraiment jolies et au charme certain. La représentation par John Ford de cette magnifique Irlande est comme j'aime me l'imaginer dans mon esprit. Ses magnifiques paysages verdoyants, ses vallées et collines infinies, son vent, sa pluie, ses cottages et villages ruraux rustiques, ses habitants coutumiers et surtout cette couleur verte flamboyante omniprésente qui imprègne ce film et caractérise si bien ce pays font des arguments pour découvrir ce métrage. Rien que pour cette "poésie champêtre"et au-delà de cette histoire d'amour entre John Wayne et Maureen O'Hara, le film vaut la peine d'être vu . C'est aussi très léger et Ford réunit plusieurs genres cinématographiques comme l'humour, la comédie, le drame, la romance, le sentimentalisme et tout cela se marient finalement assez bien. C'est évident que des films comme ça, par leur côté naïf et un peu désuet, on en fera plus aujourd'hui. 4 étoiles.
    Sheriff44
    Sheriff44

    Suivre son activité Lire sa critique

    5,0
    Un petit bijou qui a gardé toute sa fraîcheur, dans une Irlande certes idéalisée mais magnifique. Grand trio d'acteurs.
    soulman
    soulman

    Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 75 critiques

    5,0
    Un superbe film de John Ford, sans doute l'un de ses plus personnels. Cette évocation de l'Irlande est l'occasion de présenter un visage méconnu de John Wayne, l'acteur fétiche du cinéaste et aussi un peu son double, dont le jeu d'ordinaire limité s'étend ici à une palette d'émotions qu'il a rarement mise en action. Face à lui, Maureen O'Hara est magnifique et son apparition au début du film, chevelure rousse détachée d'un pâturage verdoyant, est un grand moment de cinéma.
    gjolivier1982
    gjolivier1982

    Suivre son activité 37 abonnés Lire ses 256 critiques

    3,0
    Un peu difficile de comprendre l'engouement pour ce film qui a très mal vieilli. Reste bien sur un grand réalisateur et de grandes stars mais cela n'empêche pas l'ennui car ni l'histoire ni les personnages sont très intéressants. La caricature est trop poussive pour convaincre ou émouvoir. Dommage donc...
    Benjamin A
    Benjamin A

    Suivre son activité 333 abonnés Lire ses 1 055 critiques

    4,0
    "C'est ma première tentative d'histoire d'amour. Je voulais tourner une histoire d'amour entre adultes" C'est en 1952 que sort "The Quiet Man" où John Ford nous narre l'histoire de Sean Thornton, un boxeur américain qui revient sur ses terres natales en Irlande. Il rentrera rapidement en conflit avec un habitant local mais tombera aussi amoureux de la sœur de celui-ci... John Ford a eu du mal à trouver des producteurs pour son film mais il a insisté et c'est tant mieux, en plus d'avoir rencontré un important succès (critique, public et au niveau des récompenses), c'est une vraie réussite, qui montre une fois de plus qu'il est capable de s'attaquer à différents genres (du western au drame en passant donc par le mélodrame). Ici, il met en scène une Irlande plutôt calme et paisible où débarque cet américain ne demandant qu'à être, lui aussi, paisible et vivre au calme. Peu à peu il met l'intrigue en place avec sa rencontre avec une belle rousse et le frère de celle-ci, décidé à ne pas le laisser en paix. Outre les protagonistes, toute la galerie de personnages qu'il met en scène est intéressante. Passionnant de bout en bout, Ford sait prendre le temps lorsqu'il le faut et fait ressortir toute l'émotion des personnages. Il mélange différents genres où l'équilibre est parfait, allant du mélodrame à la comédie en passant par le drame pour donner à son récit une dimension tendre, lyrique et attachante. Plusieurs scènes sont marquantes et là où beaucoup les auraient rendu naïves, Ford sait les rendre belles, simples et touchantes. Lorsque ce n'est pas tourné en studio, il sublime les paysages et les contrées irlandaises qui sont déjà superbes, notamment ses longues campagnes verdoyantes. Visuellement le film est d'excellente qualité, bien aidé par un beau technicolor et une superbe reconstitution (costumes, décors...) Mais Ford sublime aussi ses acteurs, que ce soit John Wayne qui s'avère parfait dans ce rôle ou la belle rousse Maureen O'Hara. John Ford retranscrit à merveille son amour pour ses racines irlandaises et nous dresse un tableau aussi passionnant que l'Irlande peut être magnifique, surtout lorsqu'elle est sublimée par sa caméra.
    soniadidierkmurgia
    soniadidierkmurgia

    Suivre son activité 200 abonnés Lire ses 2 106 critiques

    4,5
    Si John Huston fut un temps irlandais d'adoption, John Ford l'était lui de souche et certains de ses plus beaux films comme "Le mouchard" (1935), "Qu'elle était verte ma vallée" (1941) ou encore "L'homme tranquille" (1952) furent l'occasion pour lui d'effectuer un retour nostalgique sur ses racines européennes. Comme souvent chez les émigrés à partir de la deuxième génération, les origines enfouies donnent lieu à fantasmes sans limites sur le paradis perdu d'un pays vu surtout à travers son folklore et ses traditions transmis à longueur d'enfance par parents, oncles et tantes. Ford tenait absolument à adapter le roman de l'écrivain irlandais Maurice Walsh dont il avait acquis les droits quinze ans plus tôt. Sa notoriété pourtant immense ne lui avait pas permis de réaliser son projet avant la deuxième Guerre Mondiale faute d'une rentabilité jugée comme hasardeuse par tous les studios ayant employé Ford de la RKO à la Fox en passant par la MGM. Toujours déterminé il réussira à convaincre la Republic, studio aux moyens limités de se lancer dans l'affaire en échange de plusieurs films plus commerciaux devant permettre au film de rentrer dans ses frais. "Rio Grande" plus grosse recette jamais enregistrée par la Republic rendra donc les choses possibles. John Wayne et Maureen O'Hara fidèles acteurs de Ford eux aussi nés ou d'origine irlandaise avaient donné leur accord depuis longtemps. Ayant attendu patiemment son heure, Ford va mener l'affaire comme il l'entend et emmener avec lui en Irlande toute sa famille de cinéma. On retrouve donc aux côtés du couple vedette Ward Bond, Barry Fitzgerald et Victor Mac Laglen. La famille est constituée mais on retrouve aussi la famille de la famille à travers les enfants ou frères de la troupe. Frank S Nugent scénariste qui connait bien l'univers de Ford a mis en forme le roman. L'arrivée du train ramenant Sean Thornton (John Wayne) au pays après une carrière de boxeur aux Etats-Unis s'étant conclue de manière tragique c'est un peu Ford qui se débarrasse de ses oripeaux de yankee signant des westerns. Dès lors l'impétrant devra prouver au cours d'un long parcours initiatique amoureux la solidité de ses racines. C'est une Irlande de rêve en technicolor que nous dépeint Ford, avec ses plaines verdoyantes, ses petits ruisseaux qui serpentent et ses charmantes chaumières fumantes mais aussi avec ses hommes et ses femmes aux caractères trempés, souvent obstinés mais toujours loyaux et jamais réellement méchants. Le whisky tient lieu de remontant et les traditions sont respectées jusqu'à l'outrance notamment par une Maureen O'Hara qui soumet son soupirant à une série d'épreuves assez retorses qui lui vaudra à la toute fin une correction mémorable . Tout ce monde-là se chamaille et se donne le coup de poing allègrement sans jamais aucun coups bas. Cette vision naïve des rapports humains et cet attachement un peu ridicule aux traditions est bien compréhensible de la part d'une troupe venant d'un pays qui ne leur avait pas apporté pas d'autre histoire que celle récente construite sur un génocide qui n'a jamais vraiment voulu dire son nom mais qui fut bien réel et sur l'éclosion d'une société capitaliste où l'argent régnait en maître . Il ne faut rien chercher de réaliste dans "L'homme tranquille" mais suivre Ford dans la vision d'un monde où les hommes et les femmes s'aimeraient et où les conflits ne se régleraient que dans l'honneur et à poings nus, le tout se terminant comme il se doit devant une bonne pinte de bière. Dans une telle explosion de bonne humeur inutile de préciser que tous les acteurs sont à leur meilleur notamment un Barry Fitzgerald impayable en chaperon alcoolique gardien sourcilleux des règles ancestrales. Un excellent cru fordien.
    Gonnard
    Gonnard

    Suivre son activité 105 abonnés Lire ses 1 803 critiques

    1,0
    Un film à l'ancienne, au rythme lentissime, avec des combats ridicules, certains personnages qui ne le sont pas moins. Mention spéciale à la rouquine accrochée à son pognon comme une moule à son bouchot. Pas facile de tenir 2h.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top