Mon AlloCiné
Fantastic Mr. Fox
Bandes-annonces
Casting
Critiques spectateurs
Critiques presse
Photos
VOD
Blu-Ray, DVD
Musique
Secrets de tournage
Box Office
Récompenses
Films similaires
News
Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Fantastic Mr. Fox" et de son tournage !

Roald Dahl, une nouvelle fois au cinéma

Fantastic Mr. Fox est l'adaptation du roman Fantastique Maître Renard de Roald Dahl dont les oeuvres ont souvent connnu un beau succès au cinéma (Charlie et la chocolaterie, James et la pêche géante).

Un univers à part

Pour écrire le scénario, Wes Anderson s'est installé quelques temps à Gipsy House, la propriété familiale de Roald Dahl à Great Missenden dans le Buckinghamshire, en Angleterre. Il voulait ainsi s'imprégner de l'univers de l'auteur et des environnements dans lesquels il vivait et écrivait.

Des archives précieuses

Wes Anderson raconte comment il a travaillé à à Gipsy House : "Liccy m'a montré la célèbre cabane où son mari écrivait. Le soir, elle m'a laissé examiner les manuscrits de Roald Dahl. Un archiviste m'a fait me laver les mains deux fois avec un savon spécial et m'a demandé de fermer tous les rideaux et de verrouiller la porte quand j'aurais fini. J'étais seul avec des dizaines de brouillons écrits à la main. Il y avait plein de dessins de Roald Dahl dans les marges, et cela m'a permis de comprendre comment il créait ses histoires. J'avais le sentiment qu'il était avec moi, et qu'il regardait par-dessus mon épaule."

Fidèle... à l'esprit de Dahl

Le roman d'origine ne suffisant pas à alimenter tout un scénario de film, les scénaristes ont modifié quelques élements de l'histoire (Mr. Fox n'a plus qu'un fils) tout en en rajoutant d'autres. Anderson : "Nous avons essayé d'imaginer ce que Roald Dahl aurait pu ajouter à sa propre histoire sans le copier mais en ajoutant un peu de notre personnalité."

Souvenir d'enfance

Wes Anderson est particulièrement attaché au roman de Roald Dahl puisqu'il s'agit tout simplement de son premier livre. "J'ai adoré le personnage de Mister Fox, cet animal à la fois héroïque et un peu vaniteux. J'ai aussi beaucoup aimé les terriers et les galeries. Mes frères et moi rêvions d'aller sous terre, de creuser des tunnels et de construire des forts."

Esprit de famille

Pour Fantastic Mr. Fox, le réalisateur a fait appel à quelques uns de ses comédiens fétiches pour effectuer le doublage comme Bill Murray (blaireau), Jason Schwartzman (Ash), Owen Wilson (l'entraîneur Skip), Willem Dafoe (Rat)... On peut également entendre les voix de Adrien Brody vu dans A bord du Darjeeling Limited, Michael Gambon aperçu dans La Vie aquatique ou encore Brian Cox (Rushmore).

Un projet longuement réfléchi

Wes Anderson a émis le souhait d'adapter le roman de Roald Dahl à la fin des années 90, après avoir réalisé Rushmore et Bottle Rocket. C'est à ce moment qu'il a contacté la veuve de l'écrivain pour la première fois. "Nous nous sommes rencontrés trois ans plus tard à New York", raconte-t-elle. "Il m'a invitée à déjeuner dans un restaurant très chic. Il m'attendait. Il était en train de travailler sur son nouveau projet, La Famille Tenenbaum, nous avons beaucoup discuté, et je me suis dit que ce garçon semblait avoir toutes les qualités requises pour faire ce film. De plus il ressemblait à Mister Fox, très bien habillé et impeccable."

Wes Anderson et l'animation

Dans La Vie aquatique, Wes Anderson a fait appel à Henry Selick (L'Etrange Noël de M. Jack) pour animer les animaux marins de son film. Satisfaits de leur collaboration, ils devaient travailler ensemble sur Fantastic Mr. Fox avant que Selick, accaparé par la réalisation de Coraline, ne soit finalement remplacé par Mark Gustafson.

Question de magie

Wes Anderson insiste sur le côté artisanal de l'animation image par image : "J'adore l'aspect de la fourrure de King Kong dans le film original. Comme les animateurs manipulaient la marionnette à chaque image, les poils n'arrêtaient pas de bouger, et c'est une des choses qui donnent à l'animation de cette époque toute sa magie. Dans le film de Jean Cocteau La Belle et la bête, on voit comment sont faits les effets spéciaux, on comprend que les bras qui tiennent les chandeliers appartiennent à des personnes qui sont derrière le mur. On perçoit aussi que le film est tourné à l'envers, ce qui a des incidences sur la lumière. Les effets spéciaux de ce genre, ceux dont on comprend comment ils sont faits, sont ceux qui m'ont toujours fasciné le plus."

Influence

Parmi les multiples sources d'inspiration du film, Anderson cite Le Roman de Renart (1941) de Ladislas Starewitch. Déjà réalisé en stop-motion, le film mettait en scène des marionettes fabriquées en véritables peau d'animaux. Nelson Lowry, chef décorateur : "Wes était très inspiré par l'aspect un peu brut et très original des marionnettes de ce film. Elles sont à la fois étranges et très réalistes, et nous avons voulu retrouver la même sensation avec nos personnages. Ils ont un certain naturalisme ; ils conservent leurs traits animaux tout en étant stylisés, mais pas à la manière de personnages mignons de film pour enfants. Ils sont sophistiqués et plus adultes. Je me suis aussi inspiré de photographies d'animaux en costumes prises durant l'époque victorienne. Des petits chatons en train de prendre le thé et d'autres fantaisies de ce genre. Elles mettent un peu mal à l'aise, mais on ne peut s'empêcher de les trouver fascinantes. On retrouve donc un peu ce sentiment dans l'aspect de nos personnages."

Un travelling pas comme les autres

Véritable marque de fabrique de Wes Anderson, le travelling présentant les personnages vaquant à leur activité a ici été particulièrement difficile à réaliser. Elle a en effet demandé près de trois mois de préparation et autant de tournage. Mark Waring raconte, superviseur de l'animation : "C'est une scène très complexe avec presque tous les personnages du film. On voit d'abord la Taupe qui joue du piano, puis la caméra passe sur la table de la mine de silex où ils préparent le banquet. Tous les personnages mettent la table et certains discutent. On passe ensuite dans la cuisine pleine d'activité où le Lapin découpe des aliments en donnant des ordres à ses assistants, puis la caméra glisse jusqu'au Blaireau et à Mister Fox qui discutent en marchant, et arrive devant le bol de punch où Ash, Kristofferson et Agnès discutent pendant 45 secondes en se servant des verres."

A l'air libre !

Les dialogues du film n'ont pas été enregistrés en studios comme pour un film d'animation traditionnel mais dans des conditions réelles (granges, champs, etc...) Cela avait pour but de conférer plus de naturel aux différentes répliques.

Mr. Fox en chiffres

Au final, 4000 accessoires, 500 marionnettes et 150 décors (dont certains mesurant plus de 10m de long) ont été nécessaires pour réaliser le film. 5229 plans et 621,450 photos ont été enregistrées, et tous les jours 120 gigaoctets de données étaient générées (18,5 téraoctets de données ont été conservées au final)

Accent américain

Si l'univers de Roald Dahl est plus britannique qu'américain, les voix originales du film sont, elles, américaines. Cela est dû au fait qu'il fallait garder une certaine cohérence dans les voix après le choix de George Clooney dans le rôle de Mr. Fox.

Caméo vocal

On peut entendre le réalisateur Wes Anderson dans la version originale puisqu'il prête sa voix à l'agent immobilier qui vend à Mister Fox le hêtre au début du film.

Clin d'oeil parisien

Wes Anderson vivant partiellement en France, il a placé quelques éléments rappelant sa vie parisienne. On retrouve par exemple dans le film l'insigne désuète "Duluc détective" de la rue du Louvre dans le 1er arrondissement.

Une chanson originale

La chanson de Petey (écrite par Wes Anderson et Noah Baumbach) est interprétée par Jarvis Cocker, le fantasque chanteur du groupe "Pulp".

L'eau et le feu

Pour créer de l'eau, les animateurs ont utilisé du cellophane. Le feu, quant à lui, a été fabriqué avec du savon à la glycérine taillé et sculpté, et du coton a été utilisé pour la fumée.

Attention les yeux

Les animaux du film ne clignent jamais des yeux. C'est un élément de mise en scène spécifiquement voulu par le réalisateur. Ce clignement permettant habituellement de donner une certaine intensité et un rythme aux dialogues, les marionnettistes ont dû compenser en fabriquant des yeux particulièrement réalistes.

Technique

Les prises de vues en "image par image" ont été réalisées avec l'appareil photo Nikon D3.

Tournage

Le tournage du film a commencé le 9 juin 2008 aux studios Three Mills à East London.

Mr. Fox à Londres

Fantastic Mr. Fox a fait l'ouverture du 53e Festival du film de Londres en octobre 2009.
Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
  • Dunkerque (2017)
  • Baby Driver (2017)
  • Valérian et la Cité des mille planètes (2017)
  • Spider-Man: Homecoming (2017)
  • Les Proies (2017)
  • The Circle (2017)
  • Sales Gosses (2016)
  • Moi, Moche et Méchant 3 (2017)
  • La Colle (2017)
  • Le Caire Confidentiel (2017)
  • La Planète des Singes - Suprématie (2017)
  • Mission Pays Basque (2017)
  • I Wish - Faites un vœu (2017)
  • Baywatch - Alerte à Malibu (2017)
  • Song To Song (2017)
  • Transformers: The Last Knight (2017)
  • Black Panther (2018)
  • Wonder Woman (2017)
  • Ce qui nous lie (2017)
  • Cars 3 (2017)
Back to Top