Mon AlloCiné
La Fille des marais
note moyenne
3,3
7 notes dont 5 critiques
40% (2 critiques)
40% (2 critiques)
20% (1 critique)
0% (0 critique)
0% (0 critique)
0% (0 critique)
Votre avis sur La Fille des marais ?

5 critiques spectateurs

greenberg
greenberg

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 22 critiques

5,0
Publiée le 23/12/2009
Un chef d'oeuvre absolu, l'adaptation d'une nouvelle de Selma Lagerlöf transposée en Allemagne du Nord. Des paysages vrais, des intérieurs vrais, de grands moments (le procès, le mariage), des moments intimes vrais, une humanité complexe, ce film donne une idée bien plus juste d'une certaine société paysanne que le très stéréotypé "Ruban blanc" couronné en 2009 à Cannes. "La Fille des marais" ne cache rien de l'injustice, des conventions et de la lourde hiérarchie qui pèsent sur cette société, sans oublier la dureté générale de la vie. Comme souvent dans les films de Sierck / Sirk, une rédemption et le triomphe des sentiments contre les conventions. Il y a de l'Ozu dans ce Sirk-là, c'est à ce niveau qu'il faut placer ce film trop peu connu, peut-être le meilleur des films de l'auteur du remarquable remake d'"Imitation of Life".
nekourouh
nekourouh

Suivre son activité 47 abonnés Lire ses 688 critiques

3,0
Publiée le 08/11/2012
Film intéressant artistiquement et bien construit. Belle réflexion sur le mariage et la justice.
TTNOUGAT
TTNOUGAT

Suivre son activité 160 abonnés Lire ses 2 428 critiques

5,0
Publiée le 09/02/2012
Quand à peine dix minutes après le début, on a les yeux pleins de larmes devant la beauté des choses aussi bien visuelles que spirituelles, on ne peut attendre la suite qu'avec délectation. C'est le cas, tout est beau et qui n'aime pas ce film n'aime pas le cinéma tel qu'il mérite d'être aimé. Il n'existe que très peu de films dont je pourrais affirmer la même chose car pour les réussir il faut des conditions exceptionnelles qu'il est de plus en plus difficile de rencontrer. Avec Dreyer, Sirk est le plus grand réalisateur danois et curieusement ce chef d'oeuvre est pourtant peu connu . Bien sur, le scénario d'une grande rigueur, quoi de mieux qu'un prix Nobel de littérature, participe beaucoup à cette réussite mais la maîtrise technique de Sirk est déjà à son apogée et comme la pureté des photographies est du même niveau tant en extérieurs qu'en intérieurs avec des plans d'anthologie, aucune critique n'a de prises. Helga Christmann est une héroïne exemplaire, une femme modèle que Sirk a immortalisée en dirigeant de main de maître une actrice qui a pu porter toute sa vie durant ce rôle merveilleux. Beaucoup de femmes auraient aimé être à sa place.
Jean-François S
Jean-François S

Suivre son activité 14 abonnés Lire ses 691 critiques

4,0
Publiée le 06/06/2010
"La fille des marais" est le deuxième film de Detlef Sierck (futur Douglas Sirk). Ce mélodrame paysan est à l'image du cinéma allemand qui continuera à produire ce genre d'idylle romantique et particulièrement après-guerre jusqu'au dégout dans les années 70. Mais pour l'heure (1935), l'Allemagne vient de passer sous le contrôle des nazis et n'a pas encore pris le controle idéologique des productions du studio qui continue à chercher des succès commerciaux. Ce mélodrame est une adaptation d'un célèbre roman de Selma Lagerlöff (auteur du célèbre Nils Holgerssons) et fut à l'époque commercialisé comme un film de prestige de la UFA. Malgré sa jeune expérience, Sirk montre un incroyable talent dans sa mise en scène qui ne ressemble pas à celle d'un débutant et maitrise parfaitement les symbolismes subtiles dans son film. La musique reste sobre et le film n'a pas encore les lourdeurs du genre qui lui seront caractéristiques. Et même si les usages ont bien changés depuis ce temps, le film reste distrayant et on ne s'ennuie jamais.
NicoMyers
NicoMyers

Suivre son activité 42 abonnés Lire ses 301 critiques

4,0
Publiée le 23/07/2009
La fille des marais (Das Mädchen vom Moorhof) Douglas Sirk 1935 Un jeune et modeste fermier, amoureux d'une femme issue d'une plus grande ferme que lui, se rend à la foire aux bonnes pour en embaucher une. Il tombe en affection pour une jolie bonne, enceinte de son ancien patron et qui se défend lors d'un procès pour faire reconnaître le futur bébé. *** Joli film pour le débutant Douglas Sirk, qu'il signe alors sous son vrai nom Hans Detlef Sierck, et dans lequel pointe déjà les thèmes de ses plus grands mélodrames : turpitudes d'un amoureux qui a demandé la main d'une femme trop tôt, partagé entre une riche héritière et une innocente fermière. Une histoire pas franchement originale, simplette, mais que Sirk s'efforce à sublimer par la mise en scène. Son travail formel est déjà excellent, quoique un peu en retard en comparaison de ceux de Lang ou Murnau, bien plus novateurs à leurs débuts. Néanmoins, ne soyons pas trop sévères en comparaison : en 1935, Sirk n'en n'est qu'à son deuxième film avec La fille des Marais. On se contentera alors de la mise en scène tout ce qu'il y a de rigoureuse, parsemée de quelques coups d'éclats et de recherches techniques (transition amenée par un caillou jeté dans l'eau), ainsi que d'un rythme soutenu, de personnages bien travaillés (le père mutique et la fille des marais si naïve) et d'un dénouement fort émouvant. Ce qui fait en fait pas mal de bons points !
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top