Notez des films
Mon AlloCiné
    L'Honneur des Prizzi
    note moyenne
    2,9
    395 notes dont 43 critiques
    répartition des 43 critiques par note
    1 critique
    14 critiques
    10 critiques
    6 critiques
    11 critiques
    1 critique
    Votre avis sur L'Honneur des Prizzi ?

    43 critiques spectateurs

    Dominique D.
    Dominique D.

    Suivre son activité Lire ses 95 critiques

    3,5
    Publiée le 17 octobre 2019
    Un bon film plein de situations cocasses. Les acteurs sont à la hauteur. À voir et peut-être à revoir, en version sous-titrée, cette fois !
    Rodolphe M.
    Rodolphe M.

    Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 32 critiques

    3,5
    Publiée le 17 juillet 2019
    L'Hommeur Des Prizzi est une parodie cynique des films de mafioso. Charley Partanna (J. Nicholson) est membre d'une des plas grandes familles de la mafia new-yorkaise : les Prizzi. Il rencontre Irene Walker (K. Turner) et en tombe immédiatement amoureux. L'inverse se passe aussi. Irene étant impliquée dans de nombreuses histoires de magouilles pas claires, leur coup de foudre réciproque les mènera vers de nombreux tourments ! Huston (grand réalisateur hollywoodien s'il en est !) écorne de manière agressive le mythe du film de mafia dans cette avant-dernière péloche de son imposante carrière. Les gangsters apparaissent tous isolés, replié sur eux-mêmes et vivant en vase clos, prêts à tout pour récupérer leur gains. La police et les avocats ne sont pas à meilleure enseigne : véreux au possible. Huston ne nous en fait aimer aucun, ils apparaissent tous sans morale, assez bas-du-front et obsédés par leur magot. Nicholson offre une performance assez en retenue et intéressante. La particularité du film vient du traitement que Huston fait de Kathleen Turner. Il ne l'embellit pas (elle a presque des dents noires !!!) alors qu'il magnifie et sacralise sa propre fille (Angelica) qui est au casting aussi. Il lui offre le personnage le plus iconique du film. A rattraper donc.
    this is my movies
    this is my movies

    Suivre son activité 310 abonnés Lire ses 3 047 critiques

    4,5
    Publiée le 25 janvier 2016
    (...) Si les gangsters gardent la classe, avec leurs costumes taillés sur mesure, leur train de vie dispendieux et un défilé de jolies femmes, le portrait qui est fait de ces derniers est bien plus acide et bien moins flatteur sous plusieurs aspects. Charley Partanna a beau être un redoutable tueur, il n'en reste pas moins un homme profondément stupide (c'est ce que Huston répétera à Jack Nicholson avant chaque prise d'ailleurs), complètement soumis à son amour des femmes, ces dernières sachant pertinemment comment faire pour le manipuler, ou bien aux ordres de ses supérieurs, quelques soient ses sentiments ou ses envies. On rit bien souvent aux dépens de ce personnage, à la fois maladroit et étroit d'esprit, bourrin et aimant le raffinement. Nicholson livre par ailleurs une performance incroyable dans ce rôle. (...) L'autre grande actrice du film, c'est bien sûr Kathleen Turner qui trouve là un rôle de femme peu banale : tueuse implacable, séductrice de haut vol, elle mènera par le bout du nez Charley pour arriver à ses fins. Cette comédie noire et satirique respecte tous les canons du genre, avec son lot d'intrigues liées à l'argent, avec les inévitables traîtres, coups tordus et autres rivalités qui entraîneront quelques règlements de comptes sanglants et qui seront probablement développés dans les suites des aventures de cette famille mafieuse qui oscille entre la bouffonnerie et la maîtrise complète des affaires. Ce subtil mélange inspirera sûrement David Chase, le créateur de la série "Les Soprano" qui obéit à peu près aux mêmes règles avec ses héros qui agissent comme de véritables beaufs au quotidien tout en spoiler: tuant de sang froid et sans aucun remords tout ceux qui les gênent. (...) La mise en scène de Huston apparaît comme vraiment aboutie, avec quelques mouvements de caméra assez incroyables et sa direction d'acteurs est elle aussi formidable. Un découpage fluide, quelques effets de style discrets et une maîtrise du tempo tout bonnement exceptionnelle bref, c'est du très haut niveau. En fait, l'un des rares éléments visuels qui soit un peu en retrait selon moi, c'est la photo du film signée par Andrezj Bartowiak. Un peu trop lisse, ses éclairages ressemblent par moments à ce qu'on peut retrouver dans les soaps opéras de l'après-midi. Son manque de contraste nuit vraiment au film, qui aurait mérité un peu plus de noirceur dans ses tons. Le critique complète ici
    soniadidierkmurgia
    soniadidierkmurgia

    Suivre son activité 411 abonnés Lire ses 3 268 critiques

    4,0
    Publiée le 25 mars 2015
    John Huston était un iconoclaste irrévérencieux et l’âge n’avait rien changé à l’affaire. Pour son avant dernier film avant de rejoindre trois ans plus tard Boggie (Humphrey Bogart) et son père Walter aux paradis des buveurs, le réalisateur du « Faucon maltais » (1941) et de « Quand la ville dort » (1950) revenait au film noir pour donner sa propre vision de l’univers de la mafia italienne en réponse au « Parrain » de Francis Ford Coppola. Là où l'enfant terrible du Nouvel Hollywood lui-même d'origine italienne donnait une dimension tragique quasi mystique aux mœurs barbares de ces petites frappes à la recherche permanente de respectabilité trahie par leur goût irrépressible du chic grandiloquent, Huston l'irlandais désenchanté moquera le ridicule de leur soi disant code d'honneur, prétexte fallacieux à beaucoup de leurs exactions criminelles. Quoi de mieux pour rire jaune de tout cet apparat qu'un Jack Nicholson en tueur à gages aux lèvres exagérément lippues opposé à une Kathleen Turner, Diane chasseresse vénéneuse dans un duel à mort qui va permettre à Huston de démontrer que derrière cet ordonnancement de façade tout le monde est prêt à trahir tout le monde. Le grand Jack reprend une partie des mimiques de Jack Torrence l'écrivain paranoïaque du "Shining" de Stanley Kubrick pour notre plus grand plaisir. Un Kubrick à qui Huston rend clairement hommage en copiant sur un mode adagio les rapines sanglantes d'Alex (Malcom McDowell) et de sa bande dans "Orange mécanique" lors de l'exécution des basses oeuvres de Charley Partanna (Jack Nicholson) . Huston s'amuse et nous avec de ce pied de nez à la nouvelle génération d'Hollywood à qui il reproche sans doute de se prendre un peu trop au sérieux. A près de quatre vingt ans, le vieux routier a formidablement défendu l'honneur de ses compagnons d'armes que furent les Ford, Preminger, Hawks ou Wilder pour la plupart condamnés à l'inaction à la fin de leur carrière. Sidney Lumet adoptera la même démarche en 2007 avec le formidable "7h58 ce samedi là". Vous n'avez pas encore vu "L"honneur des Prizzi" ? Procurez-vous vite le DVD.
    Estonius
    Estonius

    Suivre son activité 540 abonnés Lire ses 3 421 critiques

    3,5
    Publiée le 7 mars 2014
    Peut-être un peu lent, un peu bavard, sans enjeu véritable (sauf à la fin bien sûr). On passe néanmoins un bon moment à la vision de ce film de gangsters à la limite de la parodie remarquablement interprété par John Nicholson et Kathleen Turner, avec des personnages haut en couleurs (Angélica Huston y est surprenante, quant à William Hickey dans le rôle de Don Corrado Prizzi, il est inoubliable.
    BioIlan
    BioIlan

    Suivre son activité Lire ses 86 critiques

    2,5
    Publiée le 16 février 2013
    J'ai pas vraiment accroché, le coup de foudre entre les deux acteurs principaux est trop tiré par les cheveux et le jeu de Nicholson pas top du tout. Bon à part ça le scénario est pas trop mal et la fin ratrappe bien le film. Pas essentiel à voir du tout.
    Philippe Z.
    Philippe Z.

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 60 critiques

    1,5
    Publiée le 17 décembre 2012
    Non pas vraiment un bon film, Huston ou pas Huston. Tout y est télécommandé, le scénario est plutôt mièvre et les dialogues sont d'une platitude rare. S'ils avaient été meilleurs, cela aurait sauvé le film en en essayant d'en faire une parodie de film de gangster car les méchants, qui sont très méchants, ne sont pas crédibles alors il eût mieux valu en rire, hélas ce n'est pas le cas. De plus Nicholson n'y est pas dans son meilleur rôle. Jouer les fous lui va très bien, mais les tueurs demeurés, ça, pas du tout! La mise en scène est du niveau théâtre de boulevard, et encore il y en a des réussis, mais là pendant deux heures, les portes n'arrêtent pas de se fermer ou de se rouvrir, et c'est pas du Musset. C'est un film de salon plein de couranst d'air tellement il ne se passe pas grand chose. On finirait presque par s'enrhumer. Peut-être l'aurais-je apprécier différemment à sa sortie il y presque trente ans, mais tout compte fait, je ne crois même pas.
    Nelly M.
    Nelly M.

    Suivre son activité 58 abonnés Lire ses 525 critiques

    4,0
    Publiée le 5 novembre 2012
    Il y a presque des époques pour apprécier un film, banni ou écoeurant à sa sortie, relançant l'intérêt quelques décennies plus tard... C'est le cas de celui-ci. Il est encore soit trop gros, soit délicieusement caricatural. A rebours des romances hollywoodiennes sur fond crapuleux (Nicholson en Tex Avery dans l'approche qu'il a de sa partenaire Kathleen Turner, efficace en tueuse glamour)... Leurs oeillades style "je te tiens par la barbichette" montrent à quel point le coeur lutte avec le dressage devenu partie intégrante de l'individu. Certes le mot "polack" pour "polonais", audible en 1985, écorche l'oreille en 2012 sur le dvd sorti en version française. Sinon ce peut être un divertissement honorable, gagnant en suspense en dernière partie. A l'exception peut-être du patriarche qui en fait des tonnes, les acteurs s'amusent ferme dans leur double jeu et "Jack" peut cabotiner, son rôle le demande. Récit pertinent pour relever les paliers de cynisme des extrémistes, leur logique de pragmatiques dénués de réflexion. Une belle définition du "panier de crabes"... Pour corser les affres de ces bandits de la politesse, John Houston met des gants, case affective d'abord... Résultat, on voudrait laisser une chance au couple.... A voir manoeuvrer la tribu Prizzi, monstre froid aux lentes tentacules policées, on se prend à comparer avec les mafias expéditives d'aujourd'hui, La "Camorra", pour ne citer qu'elle...
    DukeMARVIN
    DukeMARVIN

    Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 300 critiques

    3,0
    Publiée le 11 mars 2012
    Après la vue de ce dernier film de J.Huston, le moins que l'on puisse dire est que nous restons sur notre fin. Jack Nicholson est comme chaque fois très bon, cependant ce film est trops comique pour être un bon film de gangster et pas assez pour être une bonne parodie.
    mazou31
    mazou31

    Suivre son activité 36 abonnés Lire ses 936 critiques

    4,0
    Publiée le 12 janvier 2012
    Une comédie divertissante et bien enlevée sur la maffia. Jack Nicholson y campe un mafioso minable, jouet de sa femme, de son parrain et de son père, maffioso lui aussi. Tous les acteurs sont formidables, Nicholson s’abstenant pour une fois de cabotiner et William Hicley étant admirable dans son rôle de vieille momie. L’histoire est tordue à souhait, la mise en scène de grande classe et le rythme soutenu. La satire est omniprésente mais subtile et le suspense reste entier jusqu’au bout. Une excellente parodie.
    totoro35
    totoro35

    Suivre son activité 56 abonnés Lire ses 1 787 critiques

    3,0
    Publiée le 2 janvier 2012
    Loin d'être un grand John Huston, cette comédie n'en reste pas moins agréable à suivre grâce au regard original et moqueur portée sur la Mafia et à son couple vedette.
    thierry lesage
    thierry lesage

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 60 critiques

    4,0
    Publiée le 20 novembre 2011
    Le maitre John Huston nous régale avec cette comedia delle arte sur les mafieux, on est loin des univers mafieux de Scorsese ou Coppola mais c'est surtout une comédie et Nicholson et Turner nous ravissent
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 4379 abonnés Lire ses 10 398 critiques

    3,5
    Publiée le 12 avril 2011
    On pourrait supposer qu'une star est nèe quand on commence mentalement à lui faire jouer tout ce qui se joue actuellement! C'est le cas même avec Kathleen Turner à ce moment de l'histoire du cinèma qui mène une carrière intelligente dans les annèes 80, s'arrange pour accepter des rôles de femme qui existent, c'est à dire qui èvoluent et qu'on dècouvre à chaque regard! Son personnage d'Irène Walker, dans "L'honneur des Prizzi", c'est le dèfi de paraître gentille...et tout d'un coup abattre quelqu'un! La comèdie tourne à plein ici: deux tueurs qui s'aiment, (dont le grand Jack Nicholson) voilà qui n'est pas ordinaire! Seulement Huston, lui, n'a pas tout le temps envie de rire et attaque les moeurs mafieuses à la soude caustique et choque le spectateur par un lent processus de dramatisation! Jusqu'à l'acte individuel! il fait se superposer romance, violence, crimes et blagues, mènageant à la fois temps et place pour chacune de ces composantes! En quelque sorte, un èclatement clos avec un excellent duo Kathleen Turner-Jack Nicholson...
    Davidhem
    Davidhem

    Suivre son activité 64 abonnés Lire ses 336 critiques

    5,0
    Publiée le 31 mars 2011
    Jack Nicholson et John Huston, c'est une relation qui durait depuis plus de dix ans avant qu'ils ne décident de tourner sous les ordres du deuxième. En effet, les deux hommes se connaissaient déjà depuis longtemps non seulement parce qu'ils avaient tourné ensemble en tant qu'acteurs dans "Chinatown" de Roman Polanski mais surtout parce que John Huston, réalisateur depuis des décennies, allait devenir le beau-père de Jack Nicholson puisque celui-ci se maria avec sa fille Anjelica Huston. Finalement en 1985, les trois personnes décident de tourner un long-métrage et ce film sera l'avant-dernier de John Huston. Le réalisateur s'immisce dans le milieu de la mafia sicilienne treize ans après Francis Ford Coppola qui tourna "Le Parrain", un film que Nicholson avait à l'époque refusé de tourner. Cela signifierait-il que John Huston voulait donner à son gendre une seconde chance de briller dans un film sur la mafia sicilienne? La réponse est oui. Le réalisateur élabore un long-métrage possédant un scénario riche, dense, avec des dialogues savoureux, bien rédigés et à la différence de Coppola, Huston montre les mafieux non pas comme des cerveaux mais comme des opportunistes qui ne prennent pas le temps de réfléchir et qui tombent dans des pièges pourtant prévisibles. Les films de mafia avant celui-ci affichaient un caractère machiste, en l'occurence les mafieux de ce film ne sont pas des modèles de gentilhommes, ce sont des pourris ignobles et qui méprisent tout mais John Huston introduit ici un élément nouveau, celui de la femme fatale. On ne précisera pas le contenu de l'histoire bien évidemment mais Kathleen Turner et Anjelica Huston détiennent des rôles d'une considérable importance qui sont très bien développés. Le film est très bien construit, très bien orchestré avec des musiques qui prêtent à rire selon les situations, les cinéphiles reconnaîtront des morceaux de mélodie d'"Orange mécanique" et de "Le Parrain" tout cela pour distribuer des clins d'oeil comiques. Ce film est particulièrement réussi pour son humour cynique, sa noirceur et surtout pour son dénouement inattendu et cruel, mais qui résume bien la complexité des hommes et des femmes de ce milieu, mêlés entre amour impossible et les affaires criminelles. Au final, John Huston réalise un excellent long-métrage et donne un rôle en or à Jack Nicholson, qui compose un personnage humain et désemparé par ce qui lui arrive, jouant parfaitement ce rôle avec violence et émotion.
    belo28
    belo28

    Suivre son activité 42 abonnés Lire ses 1 130 critiques

    4,0
    Publiée le 19 septembre 2010
    Très bon film au casting exemplaire! Une mise en scène très bien maitrisée de la part d'un John Huston en grande forme! dommage que la fin soit baclée... et trop vite expédiée!
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top