Mon AlloCiné
La Trilogie Marseillaise de Marcel Pagnol : Cesar
note moyenne
4,1
363 notes dont 32 critiques
38% (12 critiques)
47% (15 critiques)
16% (5 critiques)
0% (0 critique)
0% (0 critique)
0% (0 critique)
Votre avis sur La Trilogie Marseillaise de Marcel Pagnol : Cesar ?

32 critiques spectateurs

chrischambers86

Suivre son activité 1225 abonnés Lire ses 9 996 critiques

4,0Très bien
Publiée le 06/05/2012

Dernière partie d'une trilogie marseillaise inoubliable, "Cèsar" est sans aucun doute le plus èmouvant des volets! Le succès de cette trilogie rèalisè par Marcel Pagnol fut immense, non seulement en France, mais dans le monde entier! Elle reposait, il faut le dire, sur les èpaules d'un acteur incomparable, un vrai monstre de la scène et de l'ècran, Raimu, entourè d'acteurs mèridionaux ou non, mais qui surent s'adapter à cette force de la nature et de l'art dramatique, comme Pierre Fresnay, Orane Demazis, Robert Vattier, Charpin, Maupi, Rellys, Milly Mathis, etc...Pagnol, qui n'avait jamais ètè tentè jusque là par la mise en scène cinèmatographique confia la rèalisation de "Marius" à Alexandre Korda et celle de "Fanny" à Marc Allègret! Mais il avait dèjà fait ses premières armes derrière la camèra avec "Joffroy", "Angèle" et "Merlusse". Aussi entreprit-il lui-même le tournage de ce "Cèsar" et n'abandonna plus la mise en scène par la suite! Avec toujours cette même passion gènèreuse pour les petites gens et par un amour illimitè de la Province, Pagnol signe un dernier volet parfois sombre mais toujours humain, où les liens de la famille et le bonheur sont plus forts que tout! Tous les acteurs, sans exception, sont à jamais dans nos mèmoires...

landofshit0

Suivre son activité 123 abonnés Lire ses 1 729 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 17/03/2014

Avec césar Pagnol ferme la boucle de sa trilogie marseillaise. Il soigne comme dans les deux précédents volets,les personnages et les dialogues. Si césar est certainement le plus émouvant de la trilogie, la drôlerie des dialogues et des personnages est toujours présente,même aux moment les plus dramatiques. Ces films sont des classiques du cinéma français intemporel car toute la nature humaine y est représentée.

Akamaru

Suivre son activité 509 abonnés Lire ses 4 335 critiques

3,5Bien
Publiée le 08/05/2014

Troisième et dernier volet de la trilogie marseillaise de Marcel Pagnol,"César"(1936)fut spécialement écrit et conçu pour le cinéma,contrairement aux deux autres,adaptés de pièces de théâtre. Pagnol prend en charge l'intégralité de la réalisation,et peut se laisser aller à une narration plus dramatique,voire shakespearienne. L'action se déroule alors que le petit Cesariot est devenu adulte et diplômé de polytechnique. Cherchant à connaître Marius,son véritable père,après la mort de son tuteur,Panisse,il se rend compte des sacrifices consentis par ses parents. Le film pêche par une exposition trop longue,et par un humour nettement plus clairsemé. On retrouve néanmoins le sens des dialogues de Pagnol,et cet accent chantant de la Canebiere. Thematiquement,on y parle des liens familiaux incassables,des ravages des secrets ou des médisances. Raimu,même grossièrement grimé,est toujours impérial alors que Pierre Fresnay est particulièrement consistant dans le rôle rendu mature de Marius.

Caine78

Suivre son activité 673 abonnés Lire ses 6 705 critiques

4,0Très bien
Publiée le 20/04/2006

Un classique du cinéma francias. Répliques cultes et acteurs formidables. C'est vraiment bon.

Bub ... Haut les flingues,

Suivre son activité 36 abonnés Lire ses 605 critiques

4,0Très bien
Publiée le 25/01/2016

Toujours la même qualité de jeu et une histoire aussi prenante que dans les précédents opus, si on la resitue dans l'époque où les filles-mères étaient mal-venues. En acceptant le rôle de Mme Panisse Fanny a donné un grand avenir à son fils illégitime. Mais là n'est pas la question. Le film est cousue de séquences magnifiques pour l'interprétation de ses acteurs et la mise en scène si réussie pour un film de 80 ans. L'humour continuellement présent et fin tout au long de l'histoire. Une curiosité de ce dernier film, que personne aujourd'hui ne remarque est qu'il est quasiment de la SF. Tourné en 1936, il est censé se passer en 1952, or, les décors ont été adaptés à cette modernité. Tout le monde a le téléphone, l'électricité. Les voitures sont toutes des prototypes, "concept-cars" pour les anglophones distingués, des grandes marques françaises, Delahaye, Citroën, Renault, même le bateau "Fanny" est un pointu marseillais modernisé pour l'occasion. Chapeau bas la comédie bien conçue et sa présentation hors de pair.

Roub E.

Suivre son activité 62 abonnés Lire ses 2 504 critiques

4,0Très bien
Publiée le 20/07/2014

Fin de la trilogie marseillaise de Pagnol, ce César va dresser le bilan de ce que le secret de famille a engendré chez chacun de personnages. Le film est assez fort même s'il y a quelques longueurs à mon goût et je n ai pas été convaincu par l acteur qui joue Cesariot dont j ai trouvé le jeu trop théâtral. La partie de carte au retour de l enterrement de Panisse est un moment extraordinaire (à la fois drôle et touchant une des force de Pagnol).

Stephenballade

Suivre son activité 123 abonnés Lire ses 909 critiques

4,0Très bien
Publiée le 03/05/2016

(A lire en s’imaginant autant que possible l’accent marseillais. Quant aux marseillais, qu’ils ne m’en veulent pas, je ne suis pas au niveau de leur vocabulaire et expressions métaphoriques). Woooh ! peuchèèère ! Quâtre ânnées ont pâssé depuis la réalisationn de "Fanny", et voilà-t-y pas qu’on retrouve nos fârfadets 18 ans plus târd. Mais qu’est-ce que c’est que cette cagâde ? Ma parôle, ils sont tombés sur le ciboulôt de ne pas nous faire prôfiter de ces fôlles années. Et nous alôrs ? on ne fait plus partie de la fête ? Mais quelle est donc cette couillonnâde ? Booonnn, d’aaaccord, il n’a rien dû se passer de bien terribleuh, hé. Faut dire que des décisions ont été décidées pour le bieen de tout le mônde. Mais quand même ! Voilà que le petit, pas plus haut que trois pômmes, a bien grândi. Hééé oui : élevé par le brâve Pâniisse qui a subvenu à tous ces besoinns, il est à la grânde écôle. L’école polytichnique qu’ils appellent. Mais voilà qu’il rentre au pays avec pour bagâge son assent estranger, parce que ce drôle de Panisse, il lui a pris l’idée farfelue de mourir. Et bim ! Alors qu’Honoré vient à peine de casser sa pipe, le jeune instruit (ah oui hé, dès qu’on va à l’écôle, on dit là-bas qu’on prend de l’instructionnn) apprend que son pèère n’est pas son pèère, et que son vrai pèère est peut-être môrt, et peut-être pâs, et que son pârrain, hé ben ce n’est pas seulement son pârrain mais ôssi son grand-pèère. Ah mais quel drôle de pâstis ! C’est une de ces pagailles, que je ne vous dis pas. Evidemment, nous avons graand plésir de retrouver tout le mônde. D’abord Pâniisseuh, qui trouve encôre à redire sur son lit de môrt. Ensuite les errances de Marius parfumées de côlère. Puis les gâmineries des lôcaux. Mé ossi les facéties verbâles de César, toujours ossi drôle et attachant. Enfin tout le mônde, quoi. Avec en prime, l’apprentissage de la vie du jeune Césariot (André Fouche excellent dans cette raideur apportée par l'instruction de son personnage). Traitant de chôses grâves et importantes ayant rapport avec la fâmille, "César" confirme la tournure un peu plus dramâtique qu’a pris "Fanny", et cette fois, c’est Marcel Pagnol lui-même qui s’est mis derrière la camérâ, toujours avec ce style qui consiste à filmer une pièce de théâtre, toujours dans cette ambiance marseillaise bônne enfant, mettant ainsi un terme à lâ trilogie. Wooh ! coquin de sort ! c’est fini ! (Fin de l’accent marseillais : trop difficile, et moi ; comme un imbécile, je croyais y arriver). Supporté par une musique aux consonances parfois gaguesques, le résultat final de la trilogie est un éblouissant résultat que donne l’adéquation totale entre le texte et les acteurs, mais aussi entre les acteurs et...les acteurs. Indémodable. D’ailleurs on ne critique pas "Marius", "Fanny" ou "César". Tout simplement, on savoure ce doux parfum de Provence et cette langue chantante merveilleusement imagée.

Maitre Kurosawa

Suivre son activité 150 abonnés Lire ses 1 055 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 17/02/2015

"César" est le dernier film de la trilogie marseillaise et réunit à la fois les défauts et les qualités présentes dans "Marius" et "Fanny", c'est-à-dire des scènes trop étirées, des digressions inutiles et un cabotinage qui trouve vite ses limites opposés à une émotion sincère liée à une ampleur romanesque importante. Le film commence lentement et devient véritablement intéressant au moment où il fait apparaître Marius. Alors, Pagnol met en scène un véritable drame familial où les vérités et les points de vue s’enchaînent de façon percutante. Le film monte en puissance, confronte ses personnages sans les ménager avant de s'apaiser et d'ouvrir sur un possible recommencement. Une trilogie imparfaite mais dense et ambitieuse.

Hotinhere

Suivre son activité 36 abonnés Lire ses 1 357 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 26/11/2013

18 ans ont passé. La dernière partie de la trilogie, réalisée par Pagnol himself, la plus émouvante (les deux dernières scènes... waow), est le film du bilan, du pardon. Un film sombre qui nous fait passer, grâce aux dialogues et au talent de ses comédiens, du rire aux larmes. Juste un chef d’œuvre quoi.

halou

Suivre son activité 39 abonnés Lire ses 1 484 critiques

4,0Très bien
Publiée le 17/03/2010

Clôturant cette trilogie renommmée, ce dernier volet reprend les qualités déjà relatés de ses 2 prédécesseurs. Du haut niveau.

PJ_10@hotmail.fr

Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 179 critiques

4,0Très bien
Publiée le 12/07/2009

Une bonne fin de trilogie. Un film touchant.

titicaca120

Suivre son activité 117 abonnés Lire ses 1 820 critiques

4,0Très bien
Publiée le 22/12/2007

beaucoup moins fort que marius et césar des scénes assez longues comme l'agonie de panisse,puis pas mal de coupures au montage font perdre de la qualité au scénario,mais ça reste quand même l'apothéose de la trilogie marseillaise à voir pour connaitre l'épilogue heureux.

darthbebel

Suivre son activité 12 abonnés Lire ses 636 critiques

4,0Très bien
Publiée le 24/03/2010

Un peu moins de charme que les deux précédents.

ludovic-50

Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 236 critiques

4,0Très bien
Publiée le 28/11/2016

Pour ce troisième et ultime volets je dois dire qu'il est tout aussi bon que ces deux précédents : On a ici un peu plus d'acteurs présents dans ce film et l'apparition notamment du fils de Fanny avec une histoire centré sur ce nouveau personnage ou il découvre son vrai père, à ses recherches pour le retrouver et auquel on assiste aux retrouvailles père / fils émouvantes dans un scénario très performant et avec toujours ces dialogues et des scènes parfaites. Une musique douce et envoûtante s'ajoute au film et une fin concluante achevant définitivement cette mythique trilogie.

Ricco93

Suivre son activité 36 abonnés Lire ses 805 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 01/11/2016

Quatre ans après la sortie de Fanny, Marcel Pagnol clôt sa trilogie marseillaise directement au cinéma (alors que les deux premiers volets étaient à la base des pièces de théâtre) et prend, cette fois, lui-même en charge la réalisation (depuis la sortie de Fanny, il avait débuté une carrière derrière la caméra et avait signé six longs métrages). Alors qu’il était à la base un homme de théâtre, c’est finalement lui qui offre la mise en scène la plus maitrisée et la plus audacieuse (notamment dans les différents effets de transitions entre les séquences : volets, raccords à l’iris, raccords en étoile …, multiplication des mouvements de caméra) de la trilogie. Il se permet également la petite audace de situer son histoire vingt ans après en vieillissant son casting (le travail de maquillage est très réussi) tout en conservant un univers qui semble ne pas avoir évolué (pas d’effets d’anticipation du futur de la société) et de traiter la mort de façon humoristique (la longue séquence autour de la mort prochaine de Panisse est la partie le plus comique du film). Pour le reste, cette œuvre reste du même niveau que le reste de la trilogie et fait apparaitre le personnage de Césariot qui rompt avec son entourage (il fait de hautes études et a abandonné l’accent marseillais) et qui devient le pivot principal de l’histoire. Ainsi, en s’emparant lui-même de la fin de la trilogie, Marcel Pagnol signe un coup de maitre et offre un chef-d’œuvre intemporel toujours aussi plaisant à voir aujourd’hui.

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top