Mon AlloCiné
    De beaux lendemains
    note moyenne
    3,6
    221 notes dont 21 critiques
    14% (3 critiques)
    33% (7 critiques)
    33% (7 critiques)
    5% (1 critique)
    14% (3 critiques)
    0% (0 critique)
    Votre avis sur De beaux lendemains ?

    21 critiques spectateurs

    gimliamideselfes
    gimliamideselfes

    Suivre son activité 927 abonnés Lire ses 2 634 critiques

    2,5
    Publiée le 29 novembre 2009
    Un bon film, psychologique, intéressant, avec de bons acteurs, un scénario troublant.
    Plume231
    Plume231

    Suivre son activité 576 abonnés Lire ses 4 143 critiques

    3,0
    Publiée le 29 juin 2012
    Une oeuvre au rythme lent, peut-être un peu exagérement lent d'ailleurs, à laquelle le parallèle qui est fait entre le conte "Le Joueur de flûte de Hamelin" et le désespoir d'une petite ville entière à cause d'un fait divers tragique donne une allure fantasmagorique que les décors neigeux où se déroule l'action ne font que mieux souligner. Que dire de plus sur ce film un brin étrange à part qu'il montre bien qu'il n'y a rien de plus fédérateur que la tristesse et que Ian Holm, dans le rôle d'un avocat qui insuffle de la haine chez les autres pour essayer de chasser ses propres démons, est troublant.
    jfharo
    jfharo

    Suivre son activité 26 abonnés Lire ses 1 232 critiques

    3,0
    Publiée le 17 janvier 2011
    Un sujet douloureux traité avec délicatesse et talent .
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 1562 abonnés Lire ses 8 725 critiques

    3,0
    Publiée le 26 juillet 2010
    Dans de splendides paysages enneigès canadiens, le cinèaste Atom Egoyan bouleverse la chronologie pour montrer le travail de deuil d'une communautè qui redècouvre la solidaritè, dans une belle fluiditè de mise en scène! Le film a ètè couronnè au festival de Cannes - avec le Grand Prix (entre autres) - pour son adaptation d'un roman de Russell Banks sur l'accident d'un car scolaire, où un avocat incite les habitants d'une bourgade à demander rèparation, après la disparition de leurs enfants! Perdu dans un rythme à la fois lent et prècis, les acteurs sont remarquables, de Iam Holm à Sarah Polley, pour une oeuvre mètaphorique et douloureuse, qui èpouse le point de vue de chacun de ses personnages...
    jocojoco
    jocojoco

    Suivre son activité 87 abonnés Lire ses 30 critiques

    4,0
    Publiée le 6 septembre 2014
    Il est bien agréable aujourd'hui de se replonger dans l'œuvre antérieure aux années 2000 du cinéaste canadien dont les récents films (Adoration, Chloé) de plus en plus puritains et grotesques, jusqu'à son dernier opus Captives, incompréhensiblement sélectionné en compétition à Cannes, n'ont cessé de décevoir. On retrouve certes déjà dans De beaux lendemains un propos sentencieux (la disparition des enfants qui obsède l'avocat Mitchell Stephens, confondant son histoire personnelle avec celle des autres, comme métaphore du sentiment collectif de culpabilité des adultes - adultère, inceste, impuissance de Stephens devant la vie dépravée que mène sa fille Zoe, junkie et séropositive, renvoyant à un trauma advenu alors qu'elle était enfant et pas encore "perdue") et édifiant (préserver la cohésion du groupe) mais il est transcendé par la beauté formelle et la subtilité du scénario (malgré quelques invraisemblances), à l'image du récit qui navigue habilement entre trois périodes distinctes. Le plus beau sortilège du film est de mettre en exergue de son intrigue proprement dite, le conte traditionnel du "Joueur de flûte de Hamelin". Ainsi le personnage de Nicole renvoie au petit garçon estropié qui s'est vu refuser l'accès au pays de l'enchanteur. Le recours au conte, tout en prémunissant le récit d'un quelconque pathos par le biais du fantastique et de l'imaginaire enfantin, offre une réflexion sur la précarité de notre existence et sur l'au-delà, ailleurs diffus qui imprègne le film quoique implicite. Comme dans la belle scène finale où ce qui semble être la lumière des phares du véhicule de Billy Ansel que voit Nicole par la fenêtre, se mue en une lumière irréelle, peut-être venue du pays des morts. La promesse d'une porte d'entrée vers l'au-delà, vers l'imaginaire.
    Athalie
    Athalie

    Suivre son activité 86 abonnés Lire ses 216 critiques

    1,0
    Publiée le 16 février 2010
    Beau concentré d'émotions. Il n'empeche que j'ai trouvé le film un peu trop mou (réalisation trop pataude) . Du côté de la musique ça pêche aussi .. Par contre les acteurs sont Nikels, ça fait du bien de voir que certains sont encore capables d'habiter leurs personnages et de ne pas seulement éffleurer la chose.
    lillois
    lillois

    Suivre son activité 73 abonnés Lire ses 454 critiques

    4,0
    Publiée le 19 janvier 2011
    C'est à ce jour le seul film d'Atom Egoyan que j'ai vu, celui-ci m'a conquis. Je vais faire dans la simplicité pour qualifier The sweet hereafter : c'est un grand moment de cinéma. Et un grand moment de cinéma qui commence par une claque dans la gueule, un drame humain terrassant, une petite ville qui voit mourir ses enfants, le car scolaire englouti dans un lac gelé suite à un accident. Vraiment injustement méconnu, je vous incite à dégotter quelque part ce film, il serait dommage de passer à côté.
    Parkko
    Parkko

    Suivre son activité 72 abonnés Lire ses 2 020 critiques

    4,0
    Publiée le 16 août 2010
    Un film trouble, dur, inquiétant et intéressant. Un film dont on ne ressort pas indifférent. Difficile de résumer en quelques lignes ce que j'en pense. C'est une œuvre qui s'intéresse beaucoup à la psychologie des personnages, mais ce qui nous permet de comprendre leurs actes, leurs motivations. Notons que Sarah Polley est excellente dans son rôle d'adolescente. Quant à la mise en scène de Atom Egoyan, elle vient souligner le tout, avec des plans magnifiques venant contraster la difficulté du sujet. On en ressort troublé, on ne sait pas quoi en penser.
    Aulanius
    Aulanius

    Suivre son activité 66 abonnés Lire ses 1 196 critiques

    3,0
    Publiée le 19 janvier 2015
    Voilà un film méconnu sur lequel je suis tombé complétement par hasard. A première vue, rien d'exceptionnel mais une chose à particulièrement retenu mon attention : le jeu des jeunes acteurs et même des très jeunes. Ils sont d'un naturel et d'une profondeur, j'avais rarement vu ça auparavant. La palme revient quand même à la jeune Sarah Polley, qui avec sa beauté pure, nous gratifié d'une superbe prestation. Pour le reste, en ce qui concerne les bons points, on pourrait citer la variété des plans ; la bande originale assez simple mais efficace ; les sujets de fonds comme le plus important du long métrage : les secrets ; l'Amérique profonde, enfin reculée disons ; etc ... Je n'ai pas été déçu dans l'ensemble mais si je pouvais faire un ou deux reproches je dirai que "The Sweet Hereafter" est un peu trop long et que parfois on ne comprend pas trop le pourquoi du comment. Je ne vais pas vous mentir en vous disant que j'ai vu le film du siècle mais j'ai passé un bon moment. Il y a un véritable message derrière tout ça et la protagoniste nous accompagne durant ses presque deux heures avec un dialogue en off, très intéressant. J'ai découvert après que j'avais détesté une de ses autres réalisations : "Adoration", comme quoi j'ai bien fait de tomber par hasard dessus. Donc à voir si vous avez un peu de temps libre devant vous. 12/20.
    Critique de Monique Pantel dans Europe 1
    Critique de Monique Pantel dans Europe 1

    Suivre son activité 51 abonnés Lire ses 240 critiques

    1,0
    Publiée le 7 juillet 2014
    Ca m'a fait chier, mais alors, vraiment, hein. J'aime pas cette culpabilité qu'on impose à toute une petite ville parce qu'il y a eu un accident. J'aime pas ça du tout, hein. C'est un peu comme la culpabilité qu'on impose à la France en ce moment, à travers le procès de Papon.
    BeatJunky
    BeatJunky

    Suivre son activité 49 abonnés Lire ses 957 critiques

    3,0
    Publiée le 26 octobre 2014
    Je ne peux que rejoindre l'avis d'une grande partie des avis que j'ai lu à savoir qu'on en ressort troublé sans savoir trop quoi en penser. C'est d'ailleurs ce que je pourrais critiquer c'est que on laisse planer le doute sur les vraies motivations de cette ado superbement interprétée par Sarh Polley. Une ado étrange, et mystérieuse dont on ne sait toujours pas comment cerner à la fin du film. L'ambiance de ce village est vraiment bien mis en scène, Atom Egoyan a réussi me mettre dedans. Suivre cet avocat essayer de convaincre les habitants touchés par ce drame (pour des raisons personnelles que je n'ai malheureusement trouvé pas très claires) quitte à semer la discorde entre ceux qui le suivent et les autres est très intéressant, parfois inquiétant vu la réaction de certains habitants. La décision finale reviendra à Sarah Polley et j'aurai encore plus apprécié ce film avec plus de clarté sur les motivations de cette jeune fille bien mystérieuse...
    Xavi_de_Paris
    Xavi_de_Paris

    Suivre son activité 47 abonnés Lire ses 1 682 critiques

    4,0
    Publiée le 5 juillet 2011
    Atom Egoyan distille dans ce film une atmosphère particulière, qui fait sa force, faite d'un mélange entre conte et drame authentique dans un village en proie à un terrible drame. Le contraste entre l'oubli et la volonté de justice est très marqué, et le parallèle avec le conte du joueur de flûte de Hamelin rudement bien exploité. Les emphases poétiques sont magnifiques et bouleversantes. Quant aux acteurs, ils sont parfaits.
    vintage
    vintage

    Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 32 critiques

    5,0
    Publiée le 29 septembre 2006
    Si un film m'a bousculé, marqué c'est bien DE BEAUX LENDEMAINS. Un film sur la Souffrance, les non-dit, le mensonge, les interdits...tout cela dans l'hiver et le froid canadien. J'aime ce film profondément, quelque chose de visceral!!!
    Tanezir
    Tanezir

    Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 583 critiques

    4,0
    Publiée le 24 juin 2009
    Voici un film vraiment bien. Le scénario est un peu spécial mais le film s'en tire pas trop mal. Difficile de se prononcer car il n'y a pas vraiment de trucs mauvais.
    givree_la_fee
    givree_la_fee

    Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 60 critiques

    5,0
    Publiée le 29 septembre 2006
    Est-ce qu'un drame unit les personnes entre elles ? Peut-être. Certains prétendront que oui. Atom Egoyan lui, nous montre que non. Un drame n'est qu'une violente et impitoyable rafale de vent qui s'abat sur une cabane de bois déjà fragile. Des morceaux (de bois, de larmes, de lune) gisent çà et là, brisés, perdus et vulnérables sur l'herbe encore frémissante. Il est cinq heures déjà, c'est l'hiver, le soleil tombe, la nuit se lève, leurs bottes crissants sur le long parterre neigeux, les victimes se replient sous leur toit, se renferment chaque soir un peu plus dans leur carapace éternellement grise et bâtie à force de mensonges. Existent en ermites, meurent à petit feu, ne vivent plus car n'ont plus rien pour vivre. Tout cette souffrance sur laquelle le froid même a lâché son emprise, Atom Egoyan la film avec magnifiquence, avec une grandeur sans limites mais pudique et réservée, donnant à son oeuvre un aspect unique préservé à jamais des outrages du temps. Se mêlent à cela des acteurs touchants de justesse (Sarah Polley, Ian Holm ...) et les paysages sans fin du Canada. La cabane de bois, tout nous donne à la reconstruire, promettant ainsi à Atom Egoyan de beaux lendemains.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top