Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
Assassin(s)
Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Assassin(s)" et de son tournage !

Scandale à Cannes en 1997

Assassin(s) fut en compétition au festival de Cannes 1997. A sa projection, il fut sifflé par les spectateurs de la salle et les critiques "assassinèrent" le film : un critique du Figaro qualifia ce film de "film le plus nul depuis l'invention du cinéma".

Engagé

Pointant du doigt les dysfonctionnements d'une société aliénante ne laissant aucune chance à la jeunesse, Assassin(s) comporte plusieurs thématiques qui témoignent des prises de positions radicales de son réalisateur. Le sous titre du film - "Toute société a les crimes qu'elle mérite" - est représentatif du positionnement de Mathieu Kassovitz, s'insurgent ici contre la télévision et autres médias incapables de fournir des repères solides à une jeunesse de plus en plus livrée à elle-même.

Même titre

Le long métrage s'appelle Assassin(s) à cause du film Assassins (1995) réalisé par Richard Donner, avec Sylvester Stallone en vedette principale.

Seconds rôles

Hormis ses deux acteurs principaux, Assassin(s) possède un casting des plus solides : on y retrouve, notamment, l'incontournable Danièle Lebrun dans le rôle de la mère de Max, et Peter Kassovitz dans celui du philosophe que l'on voit au 20 heures à la fin du film.

Cannes

Assassin(s) est le deuxième long métrage de Mathieu Kassovitz à être en compétition à Cannes.

Marketing

La célèbre phrase "film le plus nul depuis l'invention du cinéma" a été reprise sur la jaquette du DVD.

Retrouvailles

Assassin(s) marque la deuxième collaboration entre Mathieu Kassovitz et Danièle Lebrun, après Un héros très discret réalisé par Jacques Audiard. Ils se retrouvent par la suite dans La Vie d'une autre, premier film de Sylvie Testud.

Pas vraiment convaincu

A l'origine, Michel Serrault n'était pas convaincu par cette histoire, mais il a fini par accepter pour deux raisons : la première, c'est qu'il a tout de suite sympathisé avec Mathieu Kassovitz, et la seconde c'est que le metteur en scène ne voulait pas faire le film sans lui ! Cela étant, le comédien voulait également être sûr, avant d'accepter, que le film ne se limite pas à un déferlement de violence gratuit, mais se doit aboutir à une conclusion solide et morale.

De 1992 à 1997

Assassin(s) est l'adaptation longue du troisième court métrage de Mathieu Kassovitz : "Assassins...". Le court métrage, réalisé en 1992, était interprété par Marc Berman qui reprenait alors le rôle de Michel Serrault. Mathieu Kassovitz et Robert Gendreu avaient les rôles qu'ils ont repris dans la version long métrage.
Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
  • After - Chapitre 1 (2019)
  • Avengers: Endgame (2019)
  • La Malédiction de la Dame blanche (2019)
  • Les Crevettes pailletées (2019)
  • Just a gigolo (2018)
  • Simetierre (2019)
  • Raoul Taburin (2018)
  • Monsieur Link (2019)
  • Mon Inconnue (2019)
  • Dumbo (2019)
  • El Reino (2018)
  • Tanguy, le retour (2018)
  • Shazam! (2019)
  • Nous finirons ensemble (2018)
  • Chamboultout (2019)
  • Le Parc des merveilles (2019)
  • Le Vent de la liberté (2018)
  • Working Woman (2018)
  • Royal Corgi (2018)
  • La Lutte des classes (2018)
Back to Top