Mon AlloCiné
    Le Roi et le clown
    note moyenne
    3,8
    129 notes dont 26 critiques
    38% (10 critiques)
    35% (9 critiques)
    12% (3 critiques)
    12% (3 critiques)
    0% (0 critique)
    4% (1 critique)
    Votre avis sur Le Roi et le clown ?

    26 critiques spectateurs

    Multiface
    Multiface

    Suivre son activité 64 abonnés Lire ses 320 critiques

    4,0
    Publiée le 2 juin 2008
    Il ne faut pas s’attendre dans ce film d’époque coréen à une reconstitution des décors historiques impressionnants et une mise en scène grandiose avec des magnifiques effets spéciaux, ce film à l’esthétique plutôt surannée est composé de longues scènes théâtrales au style satirique. Néanmoins, malgré l’austérité de la forme, on se laisse facilement captiver par le spectacle, la narration grandiloquente et l'insolence des comédiens. Le récit se passant au 16e siècle, relate l’histoire de deux saltimbanques qui décident pour se faire connaître, de monter des spectacles satiriques en se moquant du roi et de sa concubine. Nul doute, Le Roi et le Clown apporte une réflexion intéressante sur le pouvoir de la satire qui ayant la capacité à transgresser les codes restrictifs d’une cour complètement coupé du monde extérieur, permet à son roi d’avoir connaissance des réalités du monde quotidien et de prendre ainsi conscience de la raillerie dont son gouvernement est le sujet de la part du peuple. Cependant même si ce moyen de communication de remise en question de la puissance politique tout en la légitimant va permettre au Roi, d’obtenir une vision différente de son gouvernement, de ses proches, l’intégrité artistiques des comédiens va quand même trouver ses limites notamment à travers le personnage de Gong-Gil, acteur à la beauté androgyne dont s’entiche le roi dans une relation ambiguë. On peut regretter alors que cette farce bouffonne sur l’incommunicabilité des êtres et le pouvoir de l’humour tombe peu à peu dans le gros mélodrame même si l’ensemble de la réflexion sonne juste dans un drame finalement très passionnel.
    Pierre G.
    Pierre G.

    Suivre son activité Lire ses 20 critiques

    5,0
    Publiée le 24 décembre 2009
    Ce n'est pas une métaphore sur le comédien. Ce n'est pas une métaphore sur le prince. C'est une histoire d'amour d'autant plus brûlante qu'elle ne se dit jamais.
    pat68
    pat68

    Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 78 critiques

    0,5
    Publiée le 28 janvier 2008
    Vous considère-t-on comme un roi ou un clown en vous invitant au cinema ? C'est la question que l'on peut également se poser en visionnant ce film qu'il m'a été permis de voir lors d'un week end parisien. Bof, à part l'exostimse d'un film asiatique, peu d'intérêt à mon gout...
    lesliensderos
    lesliensderos

    Suivre son activité Lire ses 17 critiques

    5,0
    Publiée le 27 janvier 2008
    Ce film est vraiment une pépite ! Trés drôle ! Trés dépaysant ! Trés touchant ! Et surtout, extrêmement culloté pour un film coréen où l'homosexualité est quand même trés condamnée du fait du machisme de la société. Le sujet est traité d'une manière qui choquerait même la LCR homo ! Résultat ? 12 millions de spectateurs en Corée. Je vous en supplie, faites de ce film un succés. Vous ne regretterez pas le déplacement.
    aaber
    aaber

    Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 351 critiques

    5,0
    Publiée le 11 février 2008
    A comparer avec ma critique sur "Tigre et Dragon". Ici, pareil, tout est beau, les costumes, la chorégraphie, les costumes mais il y a autre chose au-delà, une vraie réflexion sur la tyrannie du pouvoir, le devoir de raillerie des saltimbanques, sur une sexualité non assumée et même si certaines scènes peuvent traîner en longueur, on retiendra essentiellement la grande prouesse des acteurs : remarquable ! Joyce, marchons sur un film de fer !
    Clémence Promise
    Clémence Promise

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 14 critiques

    3,5
    Publiée le 8 décembre 2012
    Lee Joon Ki est geniale dans son rôle et le film est superbe ! Le film traite de la relation amoureuse entre un roi et son "bouffon".
    Quentin E. V.
    Quentin E. V.

    Suivre son activité 90 abonnés Lire ses 83 critiques

    3,5
    Publiée le 18 juin 2018
    Wang-eui Nam-ja ou plus correctement dit "l'homme du roi" est un film vraiment très poétique. Le choix des acteurs est excellent et l'évolution de l'histoire est tout bonnement jouissive. Ne le regardez pas si vous recherchez de l'action, le rythme reste relativement lent. A voir !
    E B
    E B

    Suivre son activité Lire ses 5 critiques

    4,0
    Publiée le 23 juillet 2016
    Apparemment c'est l'adaptation d'une pièce de théâtre coréenne récente; pourtant l'argument rappelle quand même furieusement "Le Roi s'amuse" d'Hugo, et c'est un compliment car ce film est animé de la même puissante réflexion sur la folie, le pouvoir, le mensonge, l'amour, la dignité et la comédie. En plus c'est très bien filmé, avec sobriété et élégance. On peut juste regretter une petite longueur (c'eût été parfait avec une péripétie de moins en montant vers le dénouement). Un très bon film.
    kibruk
    kibruk

    Suivre son activité 30 abonnés Lire ses 1 332 critiques

    4,0
    Publiée le 30 mars 2011
    Film assez proche d’"Adieu ma concubine", il ne souffre pas de la comparaison. Réalisation soignée, moyens conséquents, très bons acteurs, l’histoire basée sur des faits réels est en plus très originale. "Le roi et le clown" est de ces films inconnus qui méritent d’être vus et qu’il est très agréable de découvrir.
    velocio
    velocio

    Suivre son activité 346 abonnés Lire ses 1 161 critiques

    4,0
    Publiée le 26 janvier 2008
    Si vous voulez voir un film coréen qui sorte de l'ordinaire, "Le roi et le clown" est peut-être fait pour vous ! Sachez que ce film a fait presqu'autant d'entrées en Corée que "Les Bronzés 3" en France. La comparaison s'arrête là, dans la mesure où "Le roi et le clown" entre dans la catégorie "cinéma de qualité" et non dans la daube sinistre. Dans la Corée du 16 ème siècle, une troupe de comédiens venue de province pour conquérir Séoul est très proche d'avoir de gros ennuis pour avoir oser montrer dans la rue un spectacle satirique épinglant le roi et sa maîtresse. Grâce à Gong Gil, un membre de la troupe, travesti en femme, ils deviennent les "clowns" officiels du roi. Mais, petit à petit, les relations s'enveniment entre la troupe, le roi, sa maîtresse et ses ministres. Pendant près de 2 heures, ce film dépaysant, très plaisant et esthétiquement réussi, nous apprend beaucoup de choses sur l'histoire de la Corée, peu souvent évoquée, tout en nous informant sur les rapports entre les monarques (rois ou élus du suffrage universel), leurs vassaux et le monde du spectacle. Sujet universel, on est bien placé pour le savoir !
    RENGER
    RENGER

    Suivre son activité 358 abonnés Lire ses 5 436 critiques

    2,5
    Publiée le 7 février 2008
    L’un des plus important succès au box office en Corée du Sud, c’est à ce film que l’on le doit. Avec plus de 12 millions (!!!) spectateurs, le film débarque enfin en France (sachant que le film est sorti en 2005 chez eux). Lee Jun-ik réalise ici une très belle fable sur la liberté au XVIème siècle où sont confrontés deux acteurs de rue et un roi. Très beau au niveau visuel, des couleurs chatoyantes et qui en imposent, mais très beau aussi au niveau de la technique, les spectacles de rues sont époustouflants. Des acteurs plus que crédibles dans un film qui aurait mérité d’être un peu plus travaillé afin d’éviter les longueurs.
    Hakim G
    Hakim G

    Suivre son activité 38 abonnés Lire ses 655 critiques

    4,0
    Publiée le 21 février 2009
    Le roi et le clown est un spectacle réjouissant à la foi dure et léger. La Corée nous rapporte une de ses meilleurs réussites.
    Kim-Bong-Park
    Kim-Bong-Park

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 12 critiques

    5,0
    Publiée le 19 septembre 2010
    On ne va pas se le cacher, Le Roi et le Clown trouve son intérêt principal non pas dans la forme mais dans le fond. Ce n’est pas le film en tant qu’œuvre d’art que l’on retiendra, mais en tant que média. On en parle jusque dans Tetu et forcément ils ont beaucoup aimé cette histoire qui tourne autour de la passion d’un roi pour un acteur androgyne. On est au 16ème siècle en Corée et c’est la dynastie Chosun qui règne sur la péninsule. Deux comédiens décident de quitter leur troupe qui officie loin de la capitale et dont celui qu’on appelerait aujourd’hui le producteur à la facheuse tendance de vendre les fesses de Gong-gil en même temps que son spectacle. Ca fout Jang-seng en rogne, ça tourne chocolat et les deux se retrouvent sur la route. Prochain arrêt : Seoul. La capitale n’est alors qu’une étape, le train-film les mène tout droit dans l’antre du grand méchant roi qu’ils sont sommés de faire rire sous peine d’être exécutés (ça leur apprendra à se moquer de lui dans les faubourgs). On ne vous cassera pas le trop le suspens en vous disant qu’ils y parviennent. Ensuite c’est un exposé assez sage sur la fonction du théâtre qui utilise des masques pour mieux faire tomber ceux de la Cour du Roi. Ah oui, y aussi du mélo et du drame ne vous en faites pas. Kim-bong-park.over-blog.com
    cristal
    cristal

    Suivre son activité 143 abonnés Lire ses 789 critiques

    3,0
    Publiée le 2 décembre 2011
    "Le roi et le clown", dans un élan qui préfigure la liberté du cinéma sud-coréen de demain (même s'il est déjà débarrassé de bien des tabous), pose des questions fondamentales sur les rôles humains, le pouvoir d'une monarchie dans laquelle les délégués sont corrompus, la nature de l'art, ou encore la force d'une amitié traversant les épreuves du temps. Sur une mise en scène très musicale, d'une grandeur exceptionnelle, cette quasi-fresque étonne, épate, et émerveille d'un bout à l'autre ; grâce à une magnifique construction de plans et un magistral jeu d'acteurs (en particulier le roi), cette parabole sur la démence au pouvoir arrive autant à nous faire rêver avec des thèmes forts traités avec consistance (l'amour, l'amitié, la haine), qu'à nous effrayer lors des pulsions folles d'un roi tyrannique qui perd la raison et le contrôle de ses actes. La relation qui se noue entre lui et l'artiste transsexualisé, prostitué, prend d'étonnantes formes, entre sensualité renfermée dans les regards et domination virile dans le corps, un échange permanent et quasiment animal, où les deux se cherchent sans réellement se trouver. Entre temps, l'amitié entre les deux comédiens se désagrège petit à petit, laissant à l'un la possibilité de concrétiser un amour absurde, et à l'autre de souffrir d'un manque d'affection qui déstabilise son art et son humeur. Les conditions humaines sont donc chamboulées et renversées, et malgré une trame prévisible, le réalisateur parvient à insuffler une dose de magie qui nous font oublier la suite logique. Dommage alors que Lee Jun-Ik se perde dans une fin interminable, et que son film soit quelque peu alourdi par une musique trop lourde. "Le roi et le clown" n'est donc pas exempt de défauts (on oubliera rapidement les grosses facilités de raccourcis narratifs et le malaise dans la mise en scène de certains envahissants costumes dans le cadre, ainsi que de petites longueurs), mais sa beauté et sa sincérité en font un bon grand film, épique et intime
    CinephileXX
    CinephileXX

    Suivre son activité 134 abonnés Lire ses 25 critiques

    5,0
    Publiée le 26 janvier 2008
    Bravo aux distributeurs de films qui nous proposent - enfin - des films différents, des films qui malheureusement ne sortent pas dans un nombre considérable de salles de cinéma. Courrez vite voir de toute urgence ce conte très sensible qui nous parle de tolérence, de différence avec de beaux sentiments ! Beaucoup d'émotions que nous propose donc cette troupe de comédiens .. et ce roi en perdition. Un film à découvrir et à faire découvrir à tout ceux qui veulent voyager dans une autre dimension ... et partir à la rencontre de la cinématographie coréenne.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top