Le Nouveau protocole
  • Séances
  • Bandes-annonces
  • Casting
  • Critiques
    • Critiques Presse
    • Critiques Spectateurs
  • Photos
  • DVD, VOD
  • Musique
  • Le saviez-vous ?
Note moyenne :   2,3 pour 906 notes dont 245 critiques  | 
  • 27 critiques     11%
  • 56 critiques     23%
  • 14 critiques     6%
  • 86 critiques     35%
  • 44 critiques     18%
  • 18 critiques     7%

245 critiques spectateurs

Trier par 
Les plus récentes
  • Critiques les plus utiles
  • Les membres ayant fait le plus de critiques
  • Membres ayant le plus d'abonnés
Adrien T.

11 abonnés | Lire ses 9 critiques |

   4 - Très bien

J'ai bien aimé ce film. Il s'agit d'un thriller nerveux à la française, se déroulant entre les Vosges et Paris, sur fond de complot pharmaceutique. Il me rappelle un peu le sympathique "Contre Enquête" avec Jean Dujardin. Tout commence dans une forêt des Vosges, où l'on découvre Clovis Cornillac en agent de l'ONF en plein travail, lorsqu'il apprend Spoiler : la mort de son fils dans un accident de voiture. Il incarne à merveille le rôle du père obstiné qui mène l'enquête, veut trouver un coupable et se trouve embarqué dans une histoire qui le dépasse un peu. Le réalisateur parvient à entretenir le suspens et jusqu'aux dernières minutes on se demande comment cette histoire va finir.

Émilien Bartoli

3 abonnés | Lire ses 60 critiques |

   1 - Très mauvais

Ah que de chemin parcouru pour Clovis Cornillac depuis Brice de Nice, il semble devoir devenir le Depardieu de la prochaine décennie, tant au niveau du talent que de cette propension à accepter tous les rôles qu’on lui propose, quitte à friser le délit d’omniprésence. C’est souvent pour le meilleur, mais pas cette fois-ci. Son personnage de père révolté par la mort mystérieuse de son fils ne convainc pas, faute à des rictus continuels rendant le tout caricatural. Il n’est par ailleurs pas aidé par un scénario maladroit qui s’emmêle les pinceaux dans sa (louable) intention de départ qui était de dénoncer le business pharmaceutique. Le problème : la redondance du propos et une intrigue qui était déjà bouclée au bout d’une demi-heure pouvant se synthétiser en une formule : « On laisse mourir des gens pour faire plus de bénéfices ». À l’instar d’Une vérité qui dérange, et comme toujours dans ce cas-là, quand on traite un sujet à enjeu réel de manière lourde c’est l’effet inverse de celui recherché qui se produit : le désintérêt complet.


Le journal fk

3 abonnés | Lire ses 159 critiques |

   3 - Pas mal

Très bon film Français , avec un Clovis cornillac très bien dans son rôle ! Un sujet peu traité , parfois confus , un scénario qui tourne en rond malgré que l'histoire est correcte , mais sa reste plutôt bien réalisé dans l'ensemble , et bien équilibré et rythmé malgré un petit démarrage en douceur , ce film est convaincant !

caro18

30 abonnés | Lire ses 2232 critiques |

   3 - Pas mal

Bon film qui intrigue jusqu'au bout en dénonçant au passage le fonctionnement de certains groupes pharmaceutiques.

Laura G.

3 abonnés | Lire sa critique |

   5 - Chef d'oeuvre

C'est un film émouvant, je l'ai beaucoup aimé; rare sont les bons films français . On suit le père dans sa course aux indices du décès de son fils . A la fin on se pose des questions sur la nécessité des test clinique et autre .

GyzmoCA

1 abonné | Lire ses 254 critiques |

   2.5 - Moyen

Un film français sur l industrie pharmaceutique, c est rare et ne boudons pas notre plaisir surtout avec un Clovis au sommet de son art. Mais bon il manque quelques éléments dans le scénario pour qu on puisse vraiment s attacher a cette histoire.

annatar003

39 abonnés | Lire ses 864 critiques |

   2 - Pas terrible

"Le Nouveau protocole" est un petit thriller français tout ce qu'il y a de plus normal. Basé sur une intrigue intéressante sur la papier mais trop grossièrement amenée à l'écran, le film de Thomas Vincent souffre de lourdes maladresses qui le plomberont du début à la fin. On y retrouve Clovis Cornillac dans la peau d'un père de famille cherchant des réponses à la mort de son fils. Durant ses doutes il se joindra à Marie-Josée Croze qui le poussera à démarrer une investigation plus dangereuse qu'il n'y parait. Pourtant, malgré des efforts de forme, "Le Nouveau protocole" se cloitrera trop dans certains choix en n'évitant d'autres directions qui auraient mériter d’être explorer avec davantage de soin. Mais à côté de ses défauts c'est sa froideur qui se révèlera son plus sérieux handicap. Car en évitant l'émotionnel hollywoodien, "Le Nouveau protocole" oubliera le partage avec le public, élément pourtant fondateur du cinéma.

bsalvert

12 abonnés | Lire ses 2469 critiques |

   2 - Pas terrible

une histoire déjà vue 100 fois, malgré l'investissement des acteurs dans leur rôle.

soniadidierkmurgia

75 abonnés | Lire ses 2075 critiques |

   2.5 - Moyen

Thomas Vincent emprunte la voie des films paranoïaques qui ont eu leur époque de gloire dans les années 70 avec les Enrico , Deray , Leroy ou Boisset . L'entreprise était louable de vouloir redonner vie à un genre finalement assez peu exploité qui était alors devenu une spécificité hexagonale. Mais il faut bien avouer que comparé aux captivants "Le secret" d'Enrico, "Un papillon sur l'épaule" de Deray ou encore "Les passagers" de Leroy , "Le nouveau protocole" fait pâle figure. La faute à qui ? Sans doute pas au scénario qui emprunte la voie classique propre à instiller le suspense. C'est plutôt vers la direction des acteurs qu'il faut rechercher la faille. Marie-José Croze plutôt convaincante habituellement en fait des tonnes comme si revenait à elle seule la responsabilité de convaincre le spectateur du complot ourdi par les laboratoires qui au nom du profit n'hésitent pas à sacrifier des cobayes aux quatre coins du monde. Vincent tente avec une certaine habileté d'instaurer le doute dans l'esprit du spectateur sur la santé morale de son héroïne mais dans le même type de rôle Marlène Jobert au temps de sa splendeur était autrement convaincante. Vincent aurait certainement dû développer les personnages secondaires du côté des méchants et introduire plus de rebondissements pour étayer son propos et relancer le suspense. Enfin, Cornillac a beau faire ce qu'il peut, il n'a pas la stature d'un Ventura ou d'un Trintignant. Ne soyons quand même pas trop sévère avec cette courageuse tentative de suivre la voie de prestigieux aînés. Thomas Vincent n'a pas une kyrielle de films à son actif et il progressera sans aucun doute si l'on veut se souvenir que "Je suis un assassin" sa précédente livraison était plus aboutie.

stillpop

33 abonnés | Lire ses 1444 critiques |

   2.5 - Moyen

L'histoire d'un père qui va prendre conscience d'un monde de profit, au milieu de sa forêt. Ah que ce sujet est casse gueule ! Et au moins peut-on remercier le réalisateur de chercher une échappatoire au manichéisme gentil / méchant. Le sujet de la santé est le plus complexe, puisque effectivement, l'allopathie agressive et chirurgicale est bizarrement efficace. Et les sommes en jeu sont devenues tellement astronomiques, avec l'aval de tous les gouvernements, que l'on peut se poser pas mal de questions. Le doit-on ? C'est un peu la problématique du film. Puisque l'on n'a pas toutes les données du problème (surtout avec ce domaine couvert par une certaine logique du secret médical, notamment celle bien commode des brevets), puisque l'on peut toujours théoriser l'apport de la science moderne médicamenteuse face à la meilleure hygiène générale des pays occidentalisés, sans pouvoir un jour définir qui est le plus efficace. Alors, le débat est sans fin, et il est plus que logique que l'ordre national soit au service des trusts pharmaceutiques dès qu'il s'agit de sauver des prestiges de référence mondiaux, ou qu'il s'agit de garder à l'esprit des moutons que l'on s'occupe bien d'eux et qu'il n'y a jamais d'erreurs et encore moins de malhonnêteté. Qui a parlé de sang contaminé ? Qui a parlé de catastrophes sanitaires dues aux vaccins ? S'il n'y avait ces désagréables manants sidéens d'Actup qui sont les rares à attaquer de front les bienfaiteurs de la santé, le statu quo serait presque aussi silencieux que parfait. Car si l'on n'a pas forcément besoin d'une voiture, et qu'on peut dénigrer autant que l'on veut un constructeur ou le principe même de l'automobile en bon écologiste à pédales, il est beaucoup plus compliqué de mordre la main qui vous soignera un jour ou l'autre, la santé étant une chose bien fragile face à la vieillesse. Plus que face aux risques d'une société occidentale bien sécurisée. Saleté de corps imparfait qui nous fait dépendre de gens qui gagnent beaucoup sur notre dos avec la complicité de toute une profession et de l'état qui y trouve très largement son compte. Car ce ne sont pas les tarifs époustouflants des matériels du privé, médicaments et autres salaires de chirurgiens qui plombent la santé, ni la gestion opaque de la Sécurité Sociale que personne ne peut vérifier, c'est la gestion des hôpitaux et le trop de médecins ou de fonctionnaires qui y travaillent. Evidemment. On oscille entre les deux points de vue pendant tout le film, des activistes gauchistes qui fonctionnent par paranoïa Xfilesque et par rumeurs, des professionnels qui fonctionnent par peur et par intérêt. Les premiers n'ont à perdre que leur foi en l'humanité et en leur but, les deuxièmes ont beaucoup à perdre, à tous les niveaux, et ce ne sont pas les plus abrutis. On ressort de la salle en sachant qu'on a été menés en bateau, et la seule critique que l'on pourrait formuler sur la morale de l'histoire est que le cinéma doit normalement nous amener à espérer que l'on puisse trouver une sortie honorable à un problème grave. Ce n'est pas le cas ici, et c'est un peu dommage. Par contre, le vrai problème, c'est que le budget, le scénario, les acteurs, l'action et surtout la réalisation ne sont pas du tout à la hauteur d'un tel sujet, de cette manière intelligente de réfléchir à cet imbroglio qui résume beaucoup de problèmes contemporains. Car après tout, qui croire ? C'est bien tout le problème. Les écolos conspirationistes frustrés de pépètes et de pouvoir ou les capitalistes purs et durs, dans une concurrence acharnée et mondiale qui commence à fissurer la langue de bois des Pasteur and Sanofi and Co des années 60. Croze est too much (dans le mauvais sens du terme), Cornillac n'a jamais autant été une caricature du beauf de province que dans un rôle taciturne de bucheron qui scie avant de réfléchir. Mais personne ne joue mal, loin de là, tout est simplement trop prévisible. Hélas, les invraisemblances sont trop nombreuses, un peu comme un road movie qui accumule les poncifs, de manière frontale, là où les films « seul contre tous » sont généralement plus subtils. La scène de la PDGère étant le plus grand guignol, même dans « Michael Clayton », on voit des gens qui ont un peu plus peur. Perso, en tant que « vieux » contestataire un peu avant la mode écologiste, la vie et la survie de milliards de personnes dans le monde depuis 30 ans m'a au moins montré une chose. On pourra pourrir autant que possible la planète et la nature, l'être humain est tellement souple, sa psychologie et son effet placebo interne tellement puissants, et la chirurgie au scalpel (ou chimique) est tellement perfectionnée qu'il a encore de longs jours devant lui. Un peu comme les cafards ou les virus, l'humanité est capable de se reproduire et de survivre à peu près partout, qu'importe finalement la manière. Le seul problème, c'est l'argent, et ce qu'il peut faire faire de manière erratique ou dangereuse, surtout quand c'est à court terme.

Précédente Suivante

Donnez votre avis sur ce film

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Vidéos liées à ce film
Le Nouveau protocole Bande-annonce VF
193 690 vues
Le Nouveau protocole Teaser VF
4 806 vues
Le Nouveau protocole Extrait vidéo VF
2 650 vues
6 vidéos liées à ce film
Playlists
5 vidéos
LA SHORT PAUSE spéciale Batman - 5 courts métrages à déguster
5 vidéos
LA SHORT PAUSE #10 - 5 courts métrages à déguster
4 vidéos
Les 5 vidéos buzz de la semaine #23
Toutes les playlists
Tous les meilleurs films au ciné