Mon AlloCiné
    Cartouche
    note moyenne
    3,2
    666 notes dont 66 critiques
    18% (12 critiques)
    35% (23 critiques)
    24% (16 critiques)
    15% (10 critiques)
    6% (4 critiques)
    2% (1 critique)
    Votre avis sur Cartouche ?

    66 critiques spectateurs

    Shaigan
    Shaigan

    Suivre son activité 37 abonnés Lire ses 79 critiques

    4,5
    Publiée le 6 septembre 2017
    Cartouche, c'est le cinéma français à l'époque où ses réalisateurs et producteurs faisaient encore des films d'aventure, d'action et de divertissement, avec des héros forts et courageux. Tout ce que le cinéma français ne fait plus aujourd'hui et a abandonné au seul cinéma américain. Cartouche, c'est Belmondo quand il était jeune, un charisme incroyable qui irradie l'écran à chaque instant. C'est Claudia Cardinale quand elle était jeune, l'une des filles les plus mignonnes et craquantes de tous les temps. C'est Jean Rochefort quand il était jeune : sans moustache ! Cartouche, c'est aussi malheureusement cette tendance très critiquable du milieu du cinéma de toujours faire l'apologie des criminels et des délinquants. Mais Cartouche, c'est surtout un film d'aventure qui commence sur un ton de comédie, plutôt agréable à regarder mais pas très ambitieux, et qui, aidé par la magnifique musique de Georges Delerue, finit en une tragédie d'un incroyable souffle romantique et dont l'intensité dramatique laisse pantois.
    jimmyc
    jimmyc

    Suivre son activité 103 abonnés Lire ses 131 critiques

    5,0
    Publiée le 6 novembre 2013
    Philippe de Broca réalise ici un des meilleurs films de cape et d'épées jamais réalisé en France à cette époque ..Cette première collaboration entre Belmondo-De Broca est le récit romancée du brigand Cartouche. La première partie offre aventure ébouriffante, et narre l'irrésistible ascension de Louis-Dominique Bourguignon dit" Cartouche" voleur anonyme de la cour des miracles, déserteur ,puis retour triomphal à la tête des brigands. La caractérisation de Cartouche et de ses acolytes donne dans l'inspiration à la Alexandre Dumas et ses trois mousquetaires. Virevoltant, bagarreur et charmeur Jean-Paul Belmondo reste éclatant de un bout à l 'autre de la pellicule ...Le rythme est effréné et les décors superbes ....Le récit change progressivement pour devenir plus dramatique et sombre, laissant enfin éclater la flamboyante bande originale signée Georges Delerue....Mais l 'oeuvre ne se résume pas simplement à un simple film d 'aventure ....Elle possède une noblesse dans la composition des interprètes ...La deuxième collaboration du couple Jean-Paul Belmondo-Claudia Cardinale après le sublime "La Viaccia " et avant le cultissime "La Scoumoune "est ici bien évidemment différente, mais le lien d 'amour entre eux reste toujours intact à travers les objectifs des cinéastes les ayant immortalisés sur pellicule ....La scène où Vénus exprime sa solitude à Cartouche,accompagnée par les notes au clavecin du compositeur sont pures merveilles .....Claudia "Vénus"Cardinale qui souhaitait vivre son amour simplement avec celui que elle aimait donnera sa vie en échange de son aimé ...Lors de ce final émouvant où le héros déposera Vénus couverte de bijoux, dans un carrosse d'or et laissant celui-ci emporté par les flots, prouvent combien Georges Delerue touche le génie en ses notes, devenant alors absolument féeriques. Celle qui n'a jamais rien possédé ,possède dans un élan d 'amour ce que elle désirait enfin ...Le cinéaste réuni un couple légendaire, un scénario habile, un compositeur talentueux et offre en 1962 une véritable fraîcheur cinématographique.
    Caine78
    Caine78

    Suivre son activité 782 abonnés Lire ses 4 996 critiques

    4,0
    Publiée le 21 mars 2019
    J'en gardais un beau souvenir : c'est confirmé, « Cartouche » résiste brillamment à l'épreuve du temps. Pas de doute : lorsqu'il était inspiré, Philippe de Broca était capable de signer des réussites étonnantes, des divertissements idéaux auxquels il ajoutait une réelle émotion, notamment à travers des personnages parfois inoubliables. Doté de pas mal d'humour, ne se départant jamais de cette volonté de procurer du plaisir, le réalisateur propose une aventure historique foisonnante, riche en décors et en costumes particulièrement soignés, la qualité du visuel comme de la bande-originale signée par le grand Georges Delerue confirmant cette impression d'excellence. Peut-être y a t-il un peu trop de légèreté, de « décontraction », notamment à travers quelques scènes de bagarre un peu « boum-badaboum », mais cela ne m'a pas dérangé plus que ça, l'interprétation des premiers comme des seconds rôles étant plus qu'à la hauteur : sans être inconditionnel de Jean-Paul Belmondo, ce héros éponyme lui va à merveille, Claudia Cardinale est irrésistible, Odile Versois signe une prestation finalement assez complexe tandis qu'avec Jean Rochefort, Marcel Dalio, Jess Hahn, Philippe Lemaire ou encore Noël Roquevert, on est bien servi niveau « gueules » et talent. Les dernières minutes, d'un lyrisme étonnant, éminemment mélancoliques, s'avèrent une conclusion aussi idéale qu'inattendue. Un modèle du genre.
    Vincent L.
    Vincent L.

    Suivre son activité Lire ses 8 critiques

    3,5
    Publiée le 4 janvier 2018
    bon film de cape et d'épée avec de bon péripétie. Certain second role laisse a desirer... on passe un bon moment
    François G.
    François G.

    Suivre son activité 73 abonnés Lire ses 21 critiques

    3,0
    Publiée le 17 janvier 2016
    Un film de cape et d'épée très divertissant. Bien que l'histoire ne flirte pas avec l'originalité, l'ensemble du récit reste très prenant et offre de très bonnes séquences. La mise en scène de Philippe de Broca est rythmé, et l'action mélangé à l'humour se montre très efficace. Malgré une histoire d'amour banale et sans grand intérêt, "Cartouche" est plein de bonne humeur et de rires, porté par un Jean-Paul Belmondo très convaincant. Accompagné par de bons Jean Rochefort, Claudia Cardinale et Jess Hahn, ce brave Robin des Rues nous fascine du début à le fin. L'ambiance de l'époque est quant à elle très bien retranscrite grâce aux décors, aux dialogues et au costumes ; qui rendent ce tout certes vieux mais marquant. La réalisation est plutôt bonne avec des plans symboliques et des mouvements de caméras fluides, des scènes très bien orchestrées accentuent le rythme rapide du métrage ; et une musique accompagnant celle-ci avec convenance nous offre de belles compositions. Saisissant et énergique, "Cartouche" est une œuvre diablement prenante qu'on ne se lasse pas de revoir.
    demoph
    demoph

    Suivre son activité 1 abonné

    5,0
    Publiée le 21 mai 2017
    Un film charnière dans l'histoire du cinéma français et qui mélange les genres cinématographiques. De Broca débute en même temps que la nouvelle vague, et même si on ne l'y associe pas directement, il y a tout de même un certain nombre de lien, comme le fait de tourner en décor réel. Cartouche fait la part belle à ceux qui ont écrit l'histoire du cinéma français. A la photographie on retrouve Matras qui accompagna Ophuls pour ses quatre chefs d’œuvre à son retour en France, au scénario Boulanger et De Broca reçoivent l'aide de Spaak scénariste de la Grande Illusion, et au casting on retrouve Dalio habitué des Renoir, et Roquevert habitué des Clouzot et dans un rôle qui ressemble beaucoup à celui qu'il tenait dans Fanfan La Tulipe, le film de cape et d'épées français le plus populaire des années cinquante. Parallèlement, on découvre la nouvelle génération et sa star Belmondo, qui s'est révélé avec la nouvelle vague dans A bout de souffle. Il y a aussi Jean Rochefort, qui noue sur le tournage une passion pour l'équitation. A l'écriture, une fois encore on retrouve un réalisateur et un écrivain. De Broca et Boulanger forment durant les années soixante un de ces duos qui ont façonné le cinéma français et en ont fait un cinéma de dialoguiste: Carné et Prévert, Lautner et Audiard, Pagnol et Pagnol. Boulanger sait trouver les mots justes pour permettre à De Broca de varier à l'envie les tons et les styles pendant le film. Ainsi ce qui frappe en premier avec Cartouche, c'est l'absence de style dominant. A la guerre, on a le droit à de la comédie parodique: tout est exagéré, le maréchal est joué de façon totalement caricatural, et le seul objectif est de faire rire et de donner de la guerre l'image d'une vaste bouffonnerie meurtrière. Une satire violente et hilarante. Avant cela on a eu le droit à une scène de torture et la description des quartiers pauvres de Paris. Et après on a le droit à une grande scène d'action dans une auberge, pleine d'humour et de panache, qui est l'un des seuls moments où le film semble vraiment revendiquer son appartenance au genre de la comédie d'aventure et du film de cape et d'épée, façon Fanfan la tulipe ou comme les films de Jean Marais (le Bossu, le Capitan). Puis c'est la prise de pouvoir de Cartouche à Paris à nouveau pleine de panache. L'action, l'aventure, un rythme effréné, l'humour: tels ont été les mots d'ordre des trois premiers quart d'heure du film. Il est temps pour De Broca de venir faire ce qu'il sait faire le mieux, ajouter la mélancolie. Celle-ci apparait alors que la bande de voleurs triomphe. Cartouche s'ennuie. On a d'abord Jean Rochefort qui joue du piano parce que ça sert "à aimer", transition poétique vers une première scène où apparait la mélancolie. Claudia Cardinale sort d'un miroir, image visuellement très forte et qui montre bien l'immobilité à laquelle ne peut qu'aboutir la recherche du bonheur quand elle est couronnée de succès. Cet idée que le bonheur est insupportable est une idée essentielle de l’œuvre de De Broca, pour qui l'homme fuit toujours ce qu'il a obtenu. Satisfaire un désir, c'est en faire naitre un autre. L'inaction bienheureuse, c'est à la fois ce que recherchent et ce qui effraye les protagonistes de De Broca. Et il y a cette phrase que Boulanger offre à Cardinale et qui résume toute la pensée des auteurs du film et de leur films suivants (l'homme de Rio, les tribulations...): "Amuse toi, ça empêche de mourir". S'ouvre alors une deuxième moitié qui va lentement accompagner les personnages hors du paradis qu'ils avaient trouvé. Le besoin d'avoir ce qu'on n'a pas, le hasard comme le dit Dalio, tout mène vers le drame. Et pourtant le souvenir de la première moitié continue de faire croire au spectateur qu'il est dans un film comique et qu'à la fin, ça finira forcément bien, fusse miraculeux ou incohérent. Et puis c'est la scène finale, et là encore, quand on voit Belmondo renverser tout seul dix soldats d'un coup d'épaule, on croit encore être devant une comédie, mélanclique certes, mais qui va quand même nous honorer d'un happy end. Et puis non. Pas de happy end. Soudain ces personnages de comédie d'aventure deviennent des personnages de tragédie, condamnés à vivre leur destin jusqu'au bout, jusqu'à la mort. La scène finale est peut-être la plus brillante de De Broca, la luminosité, le décors et surtout la musique de Delerue sont parfaits. Et puis il y a cette main de Belmondo qui veut caresser mais qui ne peut plus, ce poing qui se referme et ce personnage qui comprend qu'il a échoué. Sa folle course s'achève sur un échec. Pouvait-elle s'achever autrement? Plusieurs dialogues laissent à penser à l'importance du hasard, mais en réalité les dés sont pipés. Évidemment Cartouche aurait pu faire d'autre choix et à le voir fouetter les chevaux du carrosse, on comprend que c'est d'abord contre lui que se tourne sa rage. Il faut voir aussi Belmondo abandonner Cardinale et celle-ci rester seul dans la cave. Enchaînant les grands morceaux de bravoure et les scènes mélancoliques, avec un vrai propos, une musique qui multiplie les thèmes magiques, des dialogues qui visent toujours juste que ce soit la poésie, l'humour, la critique, la réflexion, un très bon casting... Cartouche est de ces chefs d’œuvre qui surprennent car tout laissait à penser que le film ne serait qu'un film de plus, mais par son refus de s'enfermer dans un genre, par sa fin, par sa capacité à très bien faire tout ce qu'il veut faire, Cartouche devient lentement un grand film. Là où les films hollywoodiens servent surtout à divertir, De Broca ne perd jamais de vue son propos, et délivre des dialogues d'autant plus intelligents.
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 1514 abonnés Lire ses 8 665 critiques

    4,0
    Publiée le 28 mai 2009
    Dirigè de main de maître par Philippe De Broca qu'il retrouvera sur "L'homme de Rio", Jean-Paul Belmondo, jeune et fringuant, prête sa fougue à "Cartouche", prince des voleurs où l'action est lointainement inspirèe de la vie de Louis Dominique Bourguignon! Dans cette populaire èvocation de ce cèlèbre bandit qui fait preuve d'un sens du lyrisme et du tragique peu commun, on y retrouve une plèiade d'acteurs cèlèbres comme Jean Rochefort, Marcel Dalio, Jess Hahn, Jacques Charon, Noël Roquevert et la sublime Claudia Cardinale dont le triste destin dans ce carrosse dorè, presque fantasmagorique, est inoubliable! Avec une utilisation splendide des couleurs, de la lumière et des dècors, "Cartouche" est le modèle du film de cape et d'èpèes français, à la fois vif et inventif, servi par par une admirable photographie de Christian Matras et surtout un classique incontournable du cinèma français des annèes 60! Très belle musique de Georges Delerue...
    Gonnard
    Gonnard

    Suivre son activité 106 abonnés Lire ses 1 803 critiques

    0,5
    Publiée le 12 juin 2010
    Regarder "Cartouche" revient un peu à dire "merde" à l'Histoire afin de produire un divertissement consensuel et sans réelle saveur. Le genre de film auquel on a le droit tous les ans, le 25 décembre, si vous voyez ce que je veux dire. Dans la vie du célèbre coupe-jarret, le réalisateur ne retient que les éléments "belmondisants", i.e. le charme, le panache, le côté Robin des Bois. Exit la dénonciation finale de ses compagnons de rapines par exemple. J'ai beau être fan de Bébel, de ses cascades, de sa gouaillerie, je me suis emmerdé comme un rat mort. Comme rien n'est réaliste, sauf la fin, on finit par être blasé de voir Cartouche se jouer de dix soldats armés jusqu'au dent, réaliser un triple salto arrière pour retomber sur ses deux pieds tel un gymnaste chinois passant sa vie dans les salles de sport, ou encore éviter les balles tel Keanu Reeves dans Matrix. Trop c'est trop, c'est même tropico, donc je dis "merde" à mon tour à ce genre de cinéma qui ne vaut finalement pas grand chose.
    JamesDomb
    JamesDomb

    Suivre son activité 49 abonnés Lire ses 1 061 critiques

    5,0
    Publiée le 29 septembre 2006
    Ahhh Bebel et Claudia...Qu'est ce qu'ils sont beaux dans ce film ! Comment ne pas craquer pour les yeux de biche de la sublime Claudia...et le reste d'ailleurs...c'est un film qui va très vite, ça bouge, les combats sont superbes, on rit, on a même les larmes aux yeux à la fin...Philippe de Broca réalise un film qui divertit encore plus de 40 ans après. A revoir, c'est du tout bon !
    shmifmuf
    shmifmuf

    Suivre son activité 86 abonnés Lire ses 1 730 critiques

    3,5
    Publiée le 18 juillet 2013
    Un film qui enfant m'avait ébloui par sa fantaisie et son sens de l'aventure. Il reste malgré les années et un côté un peu kitsch un excellent film de cape et d'épée aux accents romantiques.
    Danny Wilde
    Danny Wilde

    Suivre son activité 43 abonnés Lire ses 125 critiques

    4,0
    Publiée le 19 février 2015
    Voici l'exemple d'un certain cinéma français historique de qualité, gai et coloré. Philippe De Broca aborde ici le film d'aventure à grande mise en scène avec celui qui va devenir son acteur fétiche, J.P. Belmondo dont il fait un nouveau Fanfan la Tulipe plein de verve et de souplesse. Les auteurs du film brodent sur la légende de Cartouche, bandit de grand chemin au grand coeur, en prenant quelques libertés avec le personnage historique mais restent fidèles à la mythologie populaire du redresseur de torts, courageux et galant, bravant les nobles, les lois de la société du XVIIIème et l'autorité. Tout en se livrant à une sorte de pastiche de la "guerre en dentelles", et à l'aide d'une reconstitution historique crédible, De Broca réussit un film brillant empli de panache, de comédie et de gags visuels servis par d'excellent comédiens ; Belmondo y trouve un de ses meilleurs rôles, auprès de son copain Jean Rochefort, Claudia Cardinale est plus belle que jamais, et on se régale toujours de la faconde de Noël Roquevert... Un spectacle très divertissant et soigné tel que le cinéma français savait en faire à cette époque.
    Akamaru
    Akamaru

    Suivre son activité 556 abonnés Lire ses 4 294 critiques

    1,0
    Publiée le 15 novembre 2010
    Classique fréquemment rediffusé lors des fêtes,"Cartouche"(1961)marquait un grand tournant dans la carrière jusque là confinée de Jean-Paul Belmondo.Ce film de cape et d'épées,dont l'action se déroule à la fin du XVIIème siècle,permet à celui qu'on appelle désormais Bébel,de faire naître sa passion pour les cascades les plus folles non doublées.Bondissant,sautillant,gouailleur et charmeur,Cartouche est un bandit de grand chemin au grand coeur,dont les méfaits trouveront une conclusion tragique,dans la France inégalitaire des riches et des puissants.Philippe De Broca,qui peaufine les décors et costumes,est si peu soucieux de vérité historique que ça en devient lassant.Passé l'agitation presque théâtrale mise en place,le film n'intéresse pas,se contentant de brasser de l'air,rendant presque parodique le genre,popularisé en son temps par Gérard Philippe et Erroll Flynn.A noter les présences toujours appéciés de la sublimissime Claudia Cardinale et du taquin Jean Rochefort.L'outrance des interprétations n'aide pas "Cartouche" sur la durée.Une farce historique nécessite bien plus de rigueur,et il faut bien l'admettre,le genre est tombé en désuétude.
    zanskar
    zanskar

    Suivre son activité 36 abonnés Lire ses 271 critiques

    1,0
    Publiée le 14 novembre 2010
    Trop foufou, trop fourre-tout, Belmondo trop Belmondo qui en fait des tonnes... Restent les beaux décors, ça fait peu et on trouve le temps long !
    Tedy
    Tedy

    Suivre son activité 76 abonnés Lire ses 2 455 critiques

    1,5
    Publiée le 24 juillet 2011
    Un film de cape et d'épée qui mélange burlesque, romance et tragédie. Une vision très romancée du célèbre bandit Cartouche, légèrement gâchée par l'inégalité du rythme.
    jfharo
    jfharo

    Suivre son activité 26 abonnés Lire ses 1 232 critiques

    1,5
    Publiée le 2 janvier 2012
    Un pauvre film de cape et d'épée avec un Belmondo matamor !,bof.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top