Notez des films
Mon AlloCiné
    Hondo, l'homme du désert
    note moyenne
    3,3
    111 notes dont 23 critiques
    répartition des 23 critiques par note
    0 critique
    6 critiques
    12 critiques
    4 critiques
    1 critique
    0 critique
    Votre avis sur Hondo, l'homme du désert ?

    23 critiques spectateurs

    Plume231
    Plume231

    Suivre son activité 1431 abonnés Lire ses 4 640 critiques

    3,0
    Publiée le 24 novembre 2010
    L'exemple-même du western qui réussit assez brillamment à éviter tout manichéisme dans sa représentation des indiens qui sont montrés comme de véritables êtres humains ayant vraiment de bonnes raisons de se révolter. Ce qui fait le point fort de ce film est sans conteste ses personnages que ce soit celui assez complexe de John Wayne, celui incroyablement consistant (alors que généralement les femmes dans ce genre sont fades au possible!) incarné par Geraldine Page qui dans son tout premier rôle à l'écran montrait déjà qu'elle était une grande actrice, ainsi que d'autres à l'exemple de ce mystérieux chef indien du nom de Vittorio. Beaucoup reproche à ce film d'être trop court, il est certain que dix ou vingt minutes de plus n'auraient pas fait de mal, mais moi ce que j'aurais grandement tendance à blâmer c'est qu'alors que les 70 premières minutes étaient remarquables, les 10 dernières retombent dans la convention la plus totale. C'est regrettable car on aurait pu avoir affaire à un western entièrement et véritablement unique. Reste qu'on ne doit surtout pas oublier les qualités quasi-unique de ce film qui font qu'il mérite grandement d'être vu.
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 4392 abonnés Lire ses 10 398 critiques

    3,0
    Publiée le 25 avril 2014
    L'art du western constitue l'une des spècialitès essentielles du cinèma amèricain! il est donc normal que la grande majoritè des metteurs en scène de ce pays se soient affrontès un jour ou l'autre à ce genre! il est impossible de signaler tous les rèalisateurs qui, un jour ou l'autre, se sont essayès à la « western story » . Par exemple, doit-on retenir le nom de John Farrow, qui rèalisa plusieurs bons westerns dans les annèes 40-50 ? Ce metteur en scène serait bien oubliè aujourd'hui, s'il n'ètait le père de l'actrice Mia Farrow! En 1953, il tourna cependant un film à grand succès, "Hondo", une histoire en pleine vague pro-indienne (voir une apologie de la famille rurale comme l'ètait "Shane"), interprètè par le grand John Wayne! Un peu oubliè aujourd'hui, c'est pourtant un western plein de poussière qui sort sans problème du lot et constitue une très divertissante dècouverte où gronde la rèvolte apache! A noter l'utilisation du relief qui se fait sentir dans certaines bagarres mouvementées...
    TTNOUGAT
    TTNOUGAT

    Suivre son activité 271 abonnés Lire ses 2 522 critiques

    5,0
    Publiée le 8 novembre 2018
    Hondo est peu connu et surtout il n’est quasiment jamais mis à l’honneur. Pourtant il le mérite car il contient quelques séquences absolument magnifiques. Passionnant de bout en bout, chaque personnage étant bien défini. L’héroïne est intéressante faute d’être très attirante et un des méchant, Léo Gordon, est convaincant. On retrouvera dans d’autres westerns. Selon les goûts, les dialogues paraitront riches de sens et intelligents ou trop longs et conventionnels. Par contre, connaitre les mœurs apaches est toujours un enrichissement personnel. Leur chef Vittorio doit beaucoup à l’acteur australien Michaël Pate dont la présence est essentielle, sa personnalité est supérieure à celle de John Wayne qui est ici trop inconstant pour être attachant. Quelques petits détails empêchent d’adhérer pleinement à l’histoire comme les positions géographiques floues, la situation exacte des apaches peu claire, le massacre inutile du chien, l’ellipse sur la mort de Vittorio. D’autres sont enthousiasmant, John Farrow disposait de cavaliers et de chevaux exceptionnels. La séquence de la poursuite de Hondo est admirable, le petit garçon est très bon, l’inévitable Ward Bond qui se cache derrière une énorme barbe apporte un peu d’humour. Hondo est véritablement un western à découvrir, il est évident qu’il aurait pu être cité comme un chef d’oeuvre du genre avec davantage d’exigence dans le déroulement de son scrip. L’influence de John Ford se voit nettement dans la qualité des rapports entre le couple. Enfin sur le plan philosophique l’attitude de Hondo et de Angie sur le mensonge apporte énormément de valeurs aux sentiments humains.
     Kurosawa
    Kurosawa

    Suivre son activité 290 abonnés Lire ses 1 360 critiques

    3,0
    Publiée le 4 août 2014
    "Hondo, l'homme du désert" est un western bien mené, avec un John Wayne une fois de plus en forme et un scénario solide ne reculant jamais devant la complexité. Pourtant, on ne sent que trop rarement les personnages en danger. Cela est dû à un manque de tension dans une réalisation élégante et appliquée mais du coup un peu trop sage. Aussi, l'utilisation trop fréquente de la musique qui conduit au surlignage de la nature des différents moments est regrettable. L'ensemble, qui allie plutôt bien humour et action, n'est pas pour autant désagréable.
    Fan2contes
    Fan2contes

    Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 461 critiques

    4,0
    Publiée le 1 juillet 2012
    Un western gentillet, pas très intellectuel, mais qui se regarde très bien.
    Frédéric Le Mouël
    Frédéric Le Mouël

    Suivre son activité 15 abonnés Lire ses 264 critiques

    3,0
    Publiée le 15 avril 2014
    Western peu connu, qui permet à John Wayne de développer son personnage de cow-boy solitaire, courageux et droit dans ses bottes. Quelques jolies scènes (la scène d'ouverture en particulier), de bonnes intentions (les Indiens méritent qu'on les respecte), mais, globalement (à cause de dialogues insipides), une oeuvre naïve, voire niaise dans son traitement.
    NeoLain
    NeoLain

    Suivre son activité 888 abonnés Lire ses 4 726 critiques

    4,0
    Publiée le 17 novembre 2014
    John Wayne joue un éclaireur de l'armée américaine surveillant les apaches sur leur territoire. On suit le tout sans ennui, un western bien sauvage et de qualité correct.
    tomPSGcinema
    tomPSGcinema

    Suivre son activité 307 abonnés Lire ses 3 252 critiques

    3,0
    Publiée le 20 juillet 2010
    Hondo est western de très bonne facture de la part de John Farrow. La mise en scène est d'une belle réussite, et fait d'ailleurs penser a du John Ford, notamment lors de la séquence de bataille entre les Indiens et la cavalerie à la fin du film. John Wayne est vraiment convaincant dans le rôle d'Hondo, un éclaireur de la cavalerie qui deviendra le parfait protecteur d'Angie Lowe ( Geraldine Page qui possède ici un de ses premiers grands rôles au cinéma ), une femme au fort tempérament et de son petit garçon. L'acteur fait preuve de son charisme habituel et de son talent à travers ce personnage attachant. Il s'agit donc d'un western à découvrir par le plus grand nombre, dommage cependant qu'il soit d'une durée trop courte ( environ 1H20 ) , car l'histoire aurait mériter d'être un peu plus élaborée et certains protagonistes d'être un peu plus présent.
    soniadidierkmurgia
    soniadidierkmurgia

    Suivre son activité 413 abonnés Lire ses 3 268 critiques

    3,5
    Publiée le 10 août 2015
    John Farrow était jusqu'alors spécialisé dans les films noirs et d'aventures qu'il alternait avec Ray Milland ou Alan Ladd ses deux acteurs fétiches. Il venait tout juste d'aborder le western avec "Vaquero" quand il fut contacté par la Batjac (société de production de John Wayne) pour orchestrer le retour du Duke à son genre de prédilection trois ans après "Rio Grande". Téméraire mais quand même prudent Wayne place ses hommes aux postes clefs , James Edward Grant au scénario et Andrew Mac Laglen comme assistant réalisateur. Ainsi il peut donner le meilleur de lui-même dans ce rôle de Hondo qui réussit assez bien la synthèse de ce que pouvait représenter Wayne à l’époque aux Etats-Unis. Le cowboy courageux, droit dans ses bottes que rien ne fera dévier des principes de vie qu’il s’est fixés. Seul l’amour pourra le faire renoncer à sa vie de loup solitaire. On frise bien sûr l’image d’Epinal mais c’est celle-ci que les américains aimaient se voir renvoyer plutôt que celle du conquérant massacreur du peuple indien et exterminateur de bisons. Le film s’il remplit bien cet office n’omet pas pour autant de rappeler la tâche indélébile du tort fait aux indiens à travers la rébellion des Apaches après que les hommes blancs aient foulé aux pieds tous les traités signés. Il n’est pas innocent que Hondo soit à moitié apache permettant à Wayne d’incarner la dualité de cet homme nostalgique de ses quelques années passées auprès de ce peuple moins barbare que l’imagerie populaire l’a de tout temps propagé pour soulager la conscience collective des migrants. Faire tenir ces propos par John Wayne confère au film une symbolique qui prend tout sa valeur 60 ans après sa sortie. En guise de conclusion, en présage du sort inéluctable qui s’abat sur ses frères apaches, Hondo lâche une phrase à la nostalgie douloureuse : « C’était une belle vie ». Rien que pour ces mots le western de Farrow mérite sa place au panthéon du genre juste derrière les grands classiques. Il faut signaler que John Ford à finit le tournage de ce film en 3D, John Farrow devant se rendre sur un autre plateau. Enfin Wayne qui devait se contenter du rôle de producteur a remplacé Glenn Ford mal engagé dans sa relation avec John Farrow. Signalons enfin la présence toujours rassurante et roborative du fidèle compagnon de Wayne, le bien-nommé Ward Bond ici barbu et tourbillonnant.
    lilybelle91
    lilybelle91

    Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 914 critiques

    1,5
    Publiée le 17 mai 2014
    Sans doute l'un des moins bon western de John Wayne, tant les enjeux sont néants dans cette histoire sans grande saveur ! Avec en prime des dialogues incroyable, du genre : "...il est mort " "Hé oui, nous sommes tous mortels, sont heure était venus !" A oublier...
    selenie
    selenie

    Suivre son activité 1714 abonnés Lire ses 4 877 critiques

    3,0
    Publiée le 2 septembre 2016
    Adapté du premier roman de Louis L'Amour, le film est réalisé par John Farrow et écrit par James Edward Grant, scénariste qui retravaillera plusieurs fois avec John Wayne. Le seul soucis d'importance est notre difficulté à croire que Hondo Lane/John Wayne puisse être à moitié indien. Un bon western mais trop académique pour réellement entrer au Panthéon du genre.
    bobmorane63
    bobmorane63

    Suivre son activité 85 abonnés Lire ses 1 437 critiques

    4,0
    Publiée le 27 avril 2011
    Un bon Western réalisé par John Farrow peut etre un peu classique et court ou l'on retrouve le roi des cowboys de l'époque John Wayne, convainquant et un brin romantique qui croise sur sa route de mission une ferme au milieu de nulle part ou habitent une femme et un enfant qui attendent depuis longtemps le retour du mari. Au milieu d'une bataille entre les blancs et les Apaches, le destin du cowboy solitaire croisera cette famille avec une erreur dramatique qui lui sera pas facile de l'avouer et tomber sous le charme de la jeune femme. Un Western qui vieillit bien grace au charisme du jeu de John Wayne et des scènes de batailles qui sont bien réussits. Géraldine Page, le petit garçon et les roles secondaires demeurent excellents. Par contre, il y a une petite maladresse dans une scène qui m'a fait sourire, c'est le chien qui accompagne John Wayne dans une course poursuite avec les Indiens, le Duke fait plusieurs escalades à cheval et le toutou doit etre souple et rapide pour suivre son maitre alors que l'armée d'Apache n'y arrive difficilement (rire). A découvrir.
    Freaks101
    Freaks101

    Suivre son activité 107 abonnés Lire ses 619 critiques

    3,5
    Publiée le 28 octobre 2010
    Un bon western classique, conçu initialement pour la 3D. John Wayne y campe un éclaireur métisse, ce qui ne semble pas évident à première vue, mais le bonhomme est tellement à l’aise dans ses bottes de cow-boy qu’il ferait avaler n’importe quelle pilule. Les auteurs prennent également soin de justifier les motivations belliqueuses et légitimes des indiens, même si la cavalerie vient mettre un peu d’ordre dans tout ça à la fin, au pays de l’oncle Sam on veut bien être tolérant mais y a des limites. Le film est souvent comparé à du John Ford, cette comparaison est un brin usurpé, même si ça reste de bonne facture.
    loulou451
    loulou451

    Suivre son activité 69 abonnés Lire ses 1 502 critiques

    4,0
    Publiée le 31 janvier 2011
    Un excellent western de facture très classique réalisée par John Farrow qui donne là un rôle sur mesure à John Wayne. Le scénario tient la route et l'ensemble est bien au-delà de la moyenne. A découvrir !
    Housecoat
    Housecoat

    Suivre son activité 68 abonnés Lire ses 329 critiques

    3,5
    Publiée le 10 novembre 2018
    Hondo, l'homme du désert est assez spécial pour sa tentative technique dont l'expérimentation est à la mode à l'époque: la 3D. N'ayant pu le voir qu'en 2D, je ne peux certifier à 100% si son utilisation est pertinente dans ce western, mais, et c'est peut-être une bien meilleure qualité, se tient largement en tant que western standard dont John Wayne est la tête d'affiche (mieux vaut ça qu'un film qui se sert du relief n'importe comment, ce qui en retire tout l'intérêt une fois privé de cet outil). Et curieusement, Hondo, l'homme du désert est encore plus singulier sur son parti-pris qui ne diabolise aucun camp mais prenant tout de même le risque de les représenter sous un jour respectueux. John Wayne incarnant un métis servant l'armée blanche mais restant néanmoins neutre et éclairé sur les tribus Indiennes qu'il combat, le chef Indien rendant service à la famille incrustée dans la vallée selon leurs coutumes (même si elle est forcée, il les protège et veille à leurs bien être de son point de vu) et terminant même le film sur une phrase douce-amère mais réaliste et macabre pour les natifs. Quant à John Wayne, au-delà de son identité dans le film, doit constamment vivre de dilemmes, tuer ou pas, révéler ou garder un secret douloureux, ou aider ou combattre au nom d'un drapeau ou d'une terre. Le film aurait pu tirer le meilleur de tout ce bagage avec un meilleur metteur-en-scène pouvant en tirer la sève (John Ford ayant apparemment participé, son apport étant non-crédité) mais Hondo, l'homme du désert est légèrement intrigant pour tout ce qui l'entoure, assez pour avoir eu sa propre série télé et inspirer un personnage secondaire de Star Wars en tout cas.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top