Mon AlloCiné
Le Blues de l'Orient
note moyenne
2,7
6 notes dont 2 critiques
0% (0 critique)
0% (0 critique)
0% (0 critique)
0% (0 critique)
100% (2 critiques)
0% (0 critique)
Votre avis sur Le Blues de l'Orient ?

2 critiques spectateurs

bergerdeschats
bergerdeschats

Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 242 critiques

1,0
Publiée le 10/03/2008
Partir sur cette terre ou les hommes se dechirent et montrer comment la passion pour la musique peut les rapprocher, le tout agrementer de la propre quete de la réalisatrice, juive et amoureuse de la musique arabe. Helas, ce documentaire se veut trop demonstratif quand l'essentiel tient dans la ressenti face a l'ecoute de sublime morceaux et la vision et les mots qui les interpretent.
Flavien Poncet
Flavien Poncet

Suivre son activité 142 abonnés Lire ses 1 072 critiques

1,0
Publiée le 09/01/2008
Réaliser un film sur les arabesques de la musique orientale est une délicate entreprise. Il faut, pour mener à bien l’affaire artistique, transcender les mouvements sonores en des mouvements audiovisuels qui se commentent. «Le Blues de l’Orient» (France, 2007) de Florence Strauss déambule entre l’Egypte, Israël, le Liban et la Syrie. Le voyage de Strauss et de son équipe unissent chacun de ses territoires sous l’égide de la musique traditionnelle de l’Orient. Cette union est mue à la base par la volonté de Strauss, petite fille du célèbre producteur Robert Hakim, de fouiller ses racines. La fouille s’engage sur le bitume d’une route orientale. Cette allée que nous promet l’ouverture n’est qu’un leurre puisque nulle voie structurée se profile, sinon celle aléatoire qui suit les trois variations principales de la musique orientale : la musique syrienne, musulmane et judaïque. Toutefois, l’enquête demeure très superficielle. Le «retour aux sources» que prônent le film et son image du voyage n’a même pas lieu. Les rencontres humaines se substituent à l’introspection de la cinéaste dans les sinuosités musicales. Le film, au lieu d’être une singulière rétrospection, un «retour aux sources» n’est in fine qu’une vague flânerie dans la musique. Vague certes mais toutefois pas inintéressante pour peu que l’on soit sensible aux quarts de ton de la composition orientale. Cette succession de scopitones alanguis berce la musique mais alourdis le film. Bien qu’il y ait un effort du cameraman à voguer dans l’espace à la quête d’une union entre le visage et les mains (entre l’intellect et les sentiments), la lutte du son et de l’image, sclérose le voyage. L’union de l’Orient et de l’Occident, à laquelle nous invite Abd Azrie, puy de culture musicale, n’a pas lieu. Le blues (absent du film), musique occidentale, et l’Orient ne s’unissent pas. En surface il y a bien réunion, en profondeur il n’y a que molle promenade.
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top