Mon AlloCiné
Martyrs
Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Martyrs" et de son tournage !

Un film controversé

La Commission de Classification des Films a décidé, jeudi 29 mai 2008, à 13 voix contre 12, d'interdire Martyrs aux moins de 18 ans, ce qui équivaut à un véritable suicide commercial. Dès lors, de nombreuses voix se sont élevées contre cette classification, qui avait été notamment utilisée pour Saw 3 en 2006 ou Baise-Moi de Virginie Despentes en 2000. Selon Richard Grandpierre, producteur et patron d'Eskwad : "Concrètement, cela signifie que le film, s'il sort, ne sera pas distribué dans une centaine de salles, mais dans cinq au maximum, et que Canal + devra déprogrammer un porno du samedi soir et renoncer à le diffuser une petite dizaine de fois parce qu'il ne pourra passer qu'entre minuit et 5 heures du matin." Wild Bunch, le distributeur français, a même décidé d'annuler la sortie française prévue le 18 juin 2008. A la suite d'un entretien avec le réalisateur Pascal Laugier, la ministre de la culture, Christine Albanel, a alors demandé à la commission de classification des films de procéder à un nouvel examen du film. Celle-ci est finalement revenue sur son avis, et a rendu un avis, le 1er juillet suivant, proposant une mesure d'interdiction du films aux moins de 16 ans avec avertissement. Cette proposition a été validée par la ministre Christine Albanel.

Sur la violence du film

Pascal Laugier : "choquer ne m'intéresse pas en soi mais il fallait vraiment qu'on ait une sensation physique, organique, de la douelur infligée, sinon on aurait perdu toute idée de gravité de cette violence, ça l'aurait rendu " gadget " et faisait du film un objet passablement douteux. (...) Je voulais que chaque coup soit douloureux, non par quelque discours moral sur la représentation de cette violence, mais parce que c'est le sujet même du film : au bout, tout au bout de la violence, est-ce qu'il y a quelque chose ? Je crois qu'au fond, c'est le genre de questions que posent tous les films d'horreur que j'aime ; en quoi et pourquoi la condition humaine est-elle aussi atroce ?"

Un tournage au Canada

Pascal Laugier a décidé de tourner Martyrs au Canada pour plusieurs raisons : tout d'abord, pour le décor : "La lumière du Québec est vraiment singulière, elle apporte au film une émotion supplémentaire. Le ciel a des teintes de gris que je n'ai pas vues ailleurs, les blancs aussi sont particuliers." De plus, ça lui rappelait l'ambiance des films de ses maîtres dans le cinéma de genre : "David Cronenberg bien sûr, mais aussi d'autres réalisateurs moins connus comme William Fruet ou Georges Mihalka. Ils ont fait des séries B que j'aime de façon nostalgique et qui me rendaient ce pays très mythologique."

Le choix des actrices

Pascal Laugier s'exprime sur ses deux actrices principales : "Pour Mylène [Jampanoï] ça a été presque immédiat. Elle a un vrai goût pour les projets de la marge, une vraie énergie de jeune femme à vouloir secouer le cocotier, à provoquer. Je savais qu'elle accepterait d'aller dans des univers un peu limites... Et puis, sa cinégénie est extraordinaire, son charisme aussi. Quand elle entre dans une pièce, la température change, les gens modifient leur comportement. Faut vraiment ne pas être du tout réalisateur pour ne pas sentir ça... En plus, son énergie naturelle est assez noire. Elle a un truc dangereux, sombre, elle est pleine de contradictions passionnantes...". En revanche, Morjana Alaoui n'est arrivée sur le tournage que tardivement. : "J'ai vu beaucoup d'actrices, je ne trouvais pas. Et puis une amie m'a conseillé de voir le film Marock dans lequel Morjana tenait le rôle principal. Ce que j'ai fait. Je l'ai trouvée intrigante, d'une étrangeté singulière, très différente des actrices " parisiennes". Je sentais bien qu'elle jouait à l'instinct, qu'elle avait un truc bien à elle. Je décide donc de la rencontrer et, en cinq minutes, je sais que c'est elle. Je ne lui ai même pas fait passer d'essai. C'était une certitude."

La préparation de Mylène Jampanoï

Avant de jouer dans Martyrs, Mylène Jampanoï ne connaissait pas de films d'horreur : "avant le tournage, Pascal m'a montré quelques films des années 70 que j'ai trouvés brillants... Des extraits des oeuvres de William Friedkin, d' Halloween aussi. Car il voulait me montrer à quel point la performance de Jamie Lee Curtis était bonne, à quel point c'était dur à faire d'être juste quand le film ne repose pas sur le dialogue, sur le " bon mot ", mais sur des actions simples comme marcher dans la rue, ouvrir une porte, etc..."

Le dernier film de Benoît Lestang

Martyrs est le dernier film de Benoît Lestang, créateur d'effets spéciaux maquillage renommé dans le cinéma de genre, qui s'est suicidé en Juillet 2008, deux mois avant la sortie du film. Il avait notamment exercé son art sur Sheitan, Manderlay ou Saint Ange, le premier film de Pascal Laugier. Sur Martyrs, le réalisateur a largement apprécié le travail du maquilleur : "Dieu merci, Benoît Lestang, le créateur des effets, était là avec son talent et ses solutions qui m'ont souvent tiré de la merde...". Pour Morjana Alaoui "la bonne humeur et la sérénité de Benoît me permettaient de souffler pendant le tournage. Son travail est impressionnant." Et Mylène Jampanoï pense qu' "On a eu beaucoup de chance de l'avoir sur le tournage."

La collaboration Laugier/Grandpierre

C'est la troisième fois que Pascal Laugier et le producteur Richard Grandpierre travaillent ensemble. Richard Grandpierre et sa maison de production Eskwad avaient en effet produit le premier long-métrage de Pascal Laugier, Saint Ange, et les deux hommes s'étaient rencontrés sur la tournage du Pacte des loups, dont Pascal Laugier a réalisé le making-of.

La première réaction

A la première lecture du scénario, Richard Grandpierre, le producteur, a refusé le film : "Je ne vais pas le faire. C'est insupportable" a-t-il dit à Pascal Laugier. Le réalisateur était surpris, mais "content de son coup". Il l'a finalement convaincu, avec l'idée que si Eskwad ne le faisait pas, personne ne le ferait. Aujourd'hui, Richard Grandpierre "le revendique à 200%".

Grandpierre : un habitué des chocs cannois

Richard Grandpierre avait produit Irréversible de Gaspar Noé, qui avait fait un scandale à Cannes en 2002, notamment à cause d'une scène de viol particulièrement violente de 9 minutes. En 2008, Martyrs a fait scandale au marché du film à Cannes, à cause de sa violence extrême. Mais les deux films ont leurs fervents défenseurs.

L'accident de Morjana Alaoui

Pendant une scène, Morjana Alaoui, qui n'avait pas fait la différence entre le décor et les vrais objets, est passée par une plateforme non sécurisée. Elle a fait une chute de trois mètres, et s'est cassé trois os. Elle a dû rester 6 semaines à l'hôpital et le tournage a été suspendu d'autant.

Sélection au Festival des Films de Toronto

Martyrs a été sélectionné dans la section Midnight Madness du Festival International des Films de Toronto.
Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
  • Mortal Engines (2018)
  • Astérix - Le Secret de la Potion Magique (2018)
  • Bienvenue à Marwen (2018)
  • Une Affaire de famille (2018)
  • Spider-Man : New Generation (2018)
  • Rémi sans famille (2018)
  • Pupille (2018)
  • Les Animaux fantastiques : Les crimes de Grindelwald (2018)
  • Sauver ou périr (2017)
  • Bohemian Rhapsody (2018)
  • Robin des Bois (2018)
  • Le Grinch (2018)
  • Aquaman (2018)
  • Le Retour de Mary Poppins (2018)
  • Les Veuves (2018)
  • Casse-noisette et les quatre royaumes (2018)
  • Hunter Killer (2018)
  • L'Empereur de Paris (2018)
  • A Star Is Born (2018)
  • Oscar et le monde des chats (2018)
Back to Top