Les Parents terribles
  • Séances
  • Bandes-annonces
  • Casting
  • Critiques
    • Critiques Presse
    • Critiques Spectateurs
  • Photos
  • DVD, VOD
  • Musique
  • Le saviez-vous ?
Note moyenne :   3,3 pour 33 notes dont 8 critiques  | 
  • 2 critiques     25%
  • 0 critique     0%
  • 3 critiques     38%
  • 3 critiques     38%
  • 0 critique     0%
  • 0 critique     0%

8 critiques spectateurs

Trier par 
Les plus récentes
  • Critiques les plus utiles
  • Les membres ayant fait le plus de critiques
  • Membres ayant le plus d'abonnés
tomPSGcinema

80 abonnés | Lire ses 2428 critiques |

   3.5 - Bien

Alors qu'il est accaparé par une mère abusive, Michel tombe amoureux de Madeleine. Mais malheureusement, cette dernière se trouve être la maîtresse du père de Michel... Voilà pour le sujet bien controversé de ce long-métrage de Jean Cocteau, qui était d'ailleurs à la base une de ses pièces de théâtre. La mise en scène de la part du réalisateur de "La Belle et la Bête" ne manque pas de richesse, mais c'est surtout la prestation des comédiens qui marque les esprits. Les performances que je retiendrais le plus sont celles de Jean Marais, dans le rôle de Michel (bien qu'il soit un peu vieux pour încarner ce personnage), celle de Josette Day qui est vraiment très touchante dans le rôle de Madeleine ainsi que celle d'Yvonne de Bray qui possède un personnage assez troublant. Un huis-clos étouffant et qui marque quelque peu les esprits !

brunodinah

12 abonnés | Lire ses 773 critiques |

   2 - Pas terrible

"Les parents terribles" (1948), c'est l'adaptation au cinéma de la pièce de théâtre à succès de 1938. Et Jean Cocteau de se faire réalisateur, scénariste et dialoguiste. Quoi de bien nouveau pour cet artiste touche-à-tout ? Rien de terrible me répondriez vous. De plus, il s'agit de théâtre filmé. Eh oui, que voulez-vous ? Ca palabre beaucoup, un peu trop à mon goût, mais la mise en scène est là, carrée, stylisée, avec des plans larges, serrés... des travellings (arrières...) réussis pour une mise en boîte intelligente pour l'époque mais un peu trop classique aujourd'hui à mon goût. Jean Cocteau avait l'art de connaître son époque avec sûreté pour projeter avec tact et fermeté ses idées transgressives sur la société traditionnelle. Joli point, maître Cocteau. Passons au scénario : un jeune homme de 22 ans, vivant sous le même toit que ses parents et sa tante, découvre l'amour dans les bras d'une jeune femme qui n'est autre que la maîtresse de son père... . Diable !, me diriez-vous. Cocteau a l'art de nous embrigader dans une famille modèle pour ensuite la faire éclater au grand jour. Un très bel antagonisme de la part de l'homme artiste. Cocteau écrit son film pour bien montrer la relation qui existe entre la mère et son fils. Une mère possessive donc qui veut à tout prix empêcher ce mariage (pour garder son fils à côté d'elle), tout comme le mari qui, ainsi, garderait son amante. Une mécanique bien huilée et qui permet de rentrer de plein fouet dans les complexes œdipiens (rapport mère-fils, le fils qui idolâtre sa mère) et familiaux (le mari trompeur, la femme esclave). Jean Cocteau ou l'art de nous transporter dans des tournants infernaux et incestueux. On assiste ici au point de départ de la Nouvelle Vague avec ces idées contestataires (même si elle ne démarrera qu'une décennie plus tard), et cette façon de traiter les rapports entre les membres de la famille, ça me fait penser à un réalisateur particulier, Louis Malle (je n'ai vu que "La petite" mais un de ses films à scandale "Le souffle au cœur" traite du même sujet). Dans le rôle du fils, un Jean Marais charmeur, tombeur de ces dames (de son amoureuse surtout), à croquer. Du très bon boulot, et c'est tout ce qu'on peut noter côté casting. Josette Day, Marcel André (renouvelant ainsi leurs mandats de participation après "La belle et la bête"), Yvonne de Bray (revue deux ans plus tard aux côtés de Gaby Morlay : "Agnés de rien") et Gabrielle Dorziat ("La chaleur du sein" de Jean Boyer, "Premier rendez-vous" avec Darrieux, "Un singe en hiver" dans lequel se cotôient deux monstres sacrés (Belmondo-Gabin), ...) font figure d'harmoniser un peu le tout autour de Jean Marais. Heureusement que Cocteau s'y connaît en matière de cinéma, sinon on aurait pu avoir pire. Et encore, c'est soutenable. Ajoutons là-dessus la musique de Georges Auric (toujours présent lui-aussi) et on peut se demander pourquoi il prend la peine de nous marteler ces deux ou trois notes quelques peu rédhibitoires. Est-ce la peine ? Il s'agit ici d'une pièce de théâtre filmée, pour moi, la musique est annexe. Or, Cocteau semble de l'avis contraire. But why ? Quel est l'enjeu ? Celui de surprendre le spectateur (comme moi), ou de faire acte de présence au générique ET dans le film ? La question reste en suspens. Pour conclure, Jean Cocteau ré-embauche la même troupe que pour son film précédent (Marais, Day, André, Bérard, Auric) et nargue la société contemporaine pour mieux parler de troubles psychologiques révélateurs (l'amour, la drogue et la mort). Chapeau bas, chapeau haut et plus de chapeau !!! Le seul défaut du film ? D'avoir été réalisé en 1948. Il n'y a plus d'effet théâtral mais la forme était osée. "Les parents terribles" est un drame humain façonné par un maître de genre qui précipite son vaudeville dans une véritable et terrible tragédie grecque. Spectateurs avertis, regardons pour l'analyse coctanienne. PS : après René Clément pour "La belle et la bête", c'est au tour de Claude Pinoteau (futur-réalisateur de "La gifle", "La boum", "La 7ème cible"...) de se faire assistant-réalisateur ! Ce Jean Cocteau est un véritable dénicheur de talent. Terriblement appréciable !!


Maqroll

46 abonnés | Lire ses 1123 critiques |

   2.5 - Moyen

Adaptation par l’auteur lui-même de sa pièce de théâtre, ce film n’échappe pas au défaut majeur du genre, à savoir un excès de verbe au détriment des images. L’interprétation est correcte en dépit de la présence saugrenue de Jean Marais qui interprète à trente-cinq ans un jeune homme de vingt deux ans. Elle est surtout dominée par Gabrielle Dorziat qui porte le film (comme elle porte la famille) sur ses épaules solides. Pour le reste, la mise en scène de Cocteau fait tout ce qu’elle peut pour fuir les pièges du théâtre filmé, y réussit parfois (quelques angles vertigineux qui n’appartiennent qu’au cinéma) mais échoue le plus souvent en se contentant de filmer des dialogues familiaux à l’intérêt vite limité. Dans le rôle de la mère, Yvonne de Bray est insupportable de cabotinage.

Plume231

400 abonnés | Lire ses 4144 critiques |

   3 - Pas mal

Le moins bon film de Jean Cocteau qui s'il arrive à montrer l'exiguïté par laquelle vivent les personnages n'arrive à sortir du carcan du théâtre filmé. Le film est bavard, terriblement bavard, ce qui fait parfois qu'on décroche tellement cela en devient épuisant. Mais pourtant l'oeuvre est loin d'être indigne d'intérêt car les relation quasi-oedipien entre la mère et le fils est traité ici avec toute l'étrangeté unique de Jean Cocteau. Jean Marais et Josette Day sont franchements trop vieux pour leurs personnages mais le reste du casting, en particulier Gabrielle Dorziat, arrive à sauver les meubles. A voir surtout pour les amateurs de Jean Cocteau.

chrischambers86

685 abonnés | Lire ses 9044 critiques |

   3 - Pas mal

La noblesse du fait divers et le style de la tragèdie du hasard...Trois ans après "La belle et la bête", Jean Cocteau rèunit à nouveau Jean Marais et Josette Day, en adaptant à l'ècran une de ses pièces à succès! Pour interprèter ce drame d'une famille dèchirèe, le cinèaste a conservè la distribution de sa crèation thèâtrale! Ce qui permet à Jean Marais de reprendre un rôle qui a contribuè à lancer sa carrière! Celui d'un fils qui fait souffrir sa mère (Yvonne de Bray) trop possessive, en aimant une autre femme, par ailleurs maîtresse de son père! Un huis-clos ètouffant remarquablement interprètè, où tous les personnages sont pris dans un sac de noeuds complexe et passablement incestueux ...

Camusduverseau

24 abonnés | Lire ses 925 critiques |

   5 - Chef d'oeuvre

Excellente tragédie filmée sur les problèmes de couples et les problèmes de familles.

sysou

51 abonnés | Lire ses 1038 critiques |

   5 - Chef d'oeuvre

Ce film est savoureux principalement pour ses dialogues incisifs car tirés d’une pièce de théâtre. Hormis Jean Marais dont l’interprétation d’un benêt de 22 ans frise le ridicule, tous les acteurs s’en sortent avec brio. Ce film est un chef d’œuvre de cruauté, ses parents là sont vraiment terribles, heureusement que Tante Léo est là. A voir absolument !

Ancien utilisateur

   2.5 - Moyen

Comment Cocteau a-t-il pu tirer un film aussi ennuyeux de sa célèbre pièce ? Surtout Jean Marais n'a jamais joué aussi mal. Il veut jouer un jeune homme fragile et en devient ridicule. Juste une scène où il montre un certain talent, celle où il passe d'une joie extrême à une douleur infernale.

Donnez votre avis sur ce film

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Vidéos liées à ce film
Les Parents terribles Bande-annonce VF
16 106 vues
Playlists
6 vidéos
LA SHORT PAUSE #19 - 5 courts métrages à déguster
4 vidéos
LA SHORT PAUSE #18 - 5 courts métrages à déguster
5 vidéos
LA SHORT PAUSE #17 - 5 courts métrages à déguster
Toutes les playlists
Tous les meilleurs films au ciné