Notez des films
Mon AlloCiné
    Underworld 3 : le soulèvement des Lycans
    note moyenne
    3,1
    5241 notes dont 542 critiques
    répartition des 542 critiques par note
    99 critiques
    120 critiques
    67 critiques
    134 critiques
    76 critiques
    46 critiques
    Votre avis sur Underworld 3 : le soulèvement des Lycans ?

    542 critiques spectateurs

    schumifan
    schumifan

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 20 critiques

    5,0
    Publiée le 25 février 2009
    A ma grande surprise, ce volet est un grand cru. J'ai trouvé le film excellent, meilleur que les 2 premiers épisodes, alors qu'ils étaient déjà de bonnes factures.
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 1583 abonnés Lire ses 10 386 critiques

    2,5
    Publiée le 26 février 2014
    Action, gore, amour...Voilà un produit consommable de la franchise "Underworld" qu'on n'attendait pas avec une lègitime impatience, espèrant et craignant tout à la fois le pire! Un peu meilleur que le second volet, "Underworld : Rise of the Lycans" mèrite pourtant qu'on s'y attarde même s'il reste en deçà du premier opus de Len Wiseman! Abordons d'une plume affutèe le sujet de ce prèquel oblige qui se dèroule dans un Moyen-Age gothico-fantasy, dans une ambiance glauque et gore à souhait où la lumière du jour est exclue! Avec ce physique dur, Michael Sheen se dèfonce en lycan en nous transmettant en pleine face ses sentiments de rèbellions et de souffrances! En maîtresse de loup-garou, Rhona Mitra ne dèmèrite pas non plus en vampire et nous ferait presque oublier Kate Beckinsale! Même si scènaristiquement parlant ça reste assez simpliste, les effets spèciaux sont de bonne qualitè et permettent aux amateurs du merveilleux monde des vampires et des lycans de se trouver quelque peu rassasiès! Pas de quoi dècoller non plus de son fauteuil mais les nombreux fans de "Underworld" ne se plaindront pas de cet honorable film fantastique avec un final qui nous fait comprendre le dèbut de la saga et qui mettra du coup tout le monde d'accord...
    cylon86
    cylon86

    Suivre son activité 490 abonnés Lire ses 4 430 critiques

    2,5
    Publiée le 31 janvier 2017
    Après deux premiers films ayant réussi à conquérir le public grâce à un univers assez original et aux formes admirables de Kate Beckinsale, "Underworld" s'offre un troisième opus en forme de préquel. Si la présence du personnage de Selene se fait un peu ressentir, on remarquera une chose étrange : ce troisième film, mettant en scène le début de la révolte des lycans contre les vampires à la suite des amours contrariés de Lucian et Sonja, est presque le meilleur de la saga. Le côté épique et historique y est pour beaucoup, plongeant le film dans une atmosphère particulière. En dépit du scénario relativement simple, le charme opère grâce aux interprètes (Michael Sheen se donne à fond dans le rôle de Lucian, Bill Nighy campe un Viktor toujours aussi méprisant, Rhona Mitra se pose comme l'atout charme et guerrier de l'opus) et aux scènes d'action joyeusement orchestrées par Patrick Tatopoulos qui travaillait sur les effets spéciaux des deux premiers films et qui livre là un spectacle honnête devant lequel on n'a pas le temps de s'ennuyer, avec ce qu'il faut de sang qui gicle.
    selenie
    selenie

    Suivre son activité 483 abonnés Lire ses 4 876 critiques

    0,5
    Publiée le 1 mars 2009
    Un énième préquel inutile pour tous sauf pour le porte-monnaie des producteurs. Inutile car c'est une histoire déjà connue puisque racontée dans les deux premiers épisodes. Le style gothique est oublié pour un style fantoche sans âme avec des décors minimalistes (la forteresse et surtout ses cachots). L'amourette manque de passion et Rhona Mitra n'a pas l'once de sensualité de Kate Beckinsale. Les FX ont perdus en qualité (on veut gagner plus mais avec moins). série Z pop corn pour un samedi pluvieux sous la couette.
    RENGER
    RENGER

    Suivre son activité 378 abonnés Lire ses 5 459 critiques

    2,0
    Publiée le 13 février 2012
    Troisième opus de la saga et grands changements en perspective ! D’une part, parce que ce n’est plus Len Wiseman qui est à la réalisation et à la distribution, ce n’est plus Kate Beckinsale qui endosse le premier rôle (tous deux étant sur les deux opus), cette fois-ci, c’est le frenchi Patrick Tatopoulos qui endosse le rôle de réalisateur (c’est sa première fois !), après avoir été le responsable des effets visuels (SFX et décors) sur les deux premiers volets, il passe au niveau supérieur et qui mieux que lui pouvait s’occuper de cet énième chapitre ? C’est justement cela qui rassure, de ne pas avoir affaire à un novice mais un connaisseur ! Dans les rôles titres, on retrouve Rhona Mitra, Michael Sheen & Bill Nighy. Le résultat final est plutôt très convainquant, le film tient la route et reprend même aux origines de la saga. Mise en scène qui défrise et SFX de qualités, on n’a pas le temps de s’ennuyer !
    Malevolent Reviews
    Malevolent Reviews

    Suivre son activité 293 abonnés Lire ses 3 205 critiques

    1,0
    Publiée le 28 avril 2013
    La saga Underworld n'échappe pas à la dure loi consistant à présenter un troisième opus sous forme de prequel. Ainsi, la sempiternelle bataille entre les suceurs de sang et les loups-garous va être expliquée bien comme il faut à travers un prélude inutile, les origines ayant déjà été expliquées en long en large et en travers dans le deuxième opus... Underworld 3 souffre de nombreux défauts aussi insipides les uns que les autres avec en premier lieu la réalisation mollassonne d'un Patrick Tatopoulos pas très à l'aise derrière la caméra. On excuse le spécialiste des maquillages spéciaux pour son premier passage en tant que réalisateur mais tout de même... Rythme inégal, effets spéciaux pas terribles, dialogues débiles répétitifs (au bout du cinquième "On est pas des animaux !", on commence à grincer des dents) : ces origines sont indéniablement manquées. Ces magnifiques dialogues sont distribués par une flopée d'acteurs profitant du départ de l'attractive Kate Beckinsale pour tenter de s'imposer. En vain. La tout aussi sexy Rhona Mitra n'arrive malheureusement pas à créer d'alchimie entre son personnage creux comme une jarre, bien obligée de montrer ses fesses pour que le spectateur s'intéresse un tant soit peu à elle. Pareillement au cabotin Michael Sheen, lui aussi présent dans le premier opus, dont nous découvrons ici tout l'étendu de son jeu d'acteur. Nous retrouvons également l'inévitable Bill Nighy ainsi que quelques visages déjà aperçus dans les premiers opus mais rien ni personne ne viendra nous faire oublier la belle Kate et sa combi en latex. De plus, là où Len Wiseman faisait preuve d'une réalisation clippesque avec une série de combats bien chorégraphiés, notamment dans Underworld 2, on n'obtient ici qu'un ersatz de tout le travail de Wiseman, sans aucun souffle épique, seulement quelques affrontements enchainés à la va-vite sans conviction aucune, bien au chaud dans un studio. Car le plus flagrant reste cette impression de claustrophobie que l'on observe pendant ce court film : mis à part quelques pièces du château (par ailleurs toutes identiques) et quelques arbres pour créer un semblant de forêt, rien ne semble bien dépaysant. En bref, un prequel tout simplement qui n'évite pas les clichés et qui lasse plus qu'il ne distrait.
    Yannickcinéphile
    Yannickcinéphile

    Suivre son activité 223 abonnés Lire ses 4 024 critiques

    3,5
    Publiée le 28 juin 2013
    Underworld 3 est une petite préquelle pas inintéressante, mais qui reste un peu banale au final. Il dispose d’une interprétation heureusement investie, et globalement convaincante. Clairement celui qui tire son épingle du jeu c’est Bill Nighy, remarquable dans son rôle de méchant, qui livre une prestation très plaisante, et saisi pleinement son personnage à bras le corps. Il entraine totalement derrière lui le reste du casting, qui comporte notamment Rhona Mitra. Elle est ici un peu trop monolithique, offrant un faible travail au niveau du rendu des émotions. Néanmoins, elle a une belle présence physique, ce qui rattrape un peu le coup. Je relève enfin dans le trio de tête Michael Sheen, qui contrebalance bien le jeu de Rhona Mitra. Lui au contraire n’est pas très impressionnant niveau charisme et présence à l’écran, par contre il est nettement meilleur coté « émotion » et il arrive à donner du souffle à sa rébellion. Le scénario est intéressant. Il développe une histoire plaisante, rythmée, avec une bonne gradation et quelques rebondissements surprenants, même si ceux-ci étaient entraperçus dès le premier épisode en fait. Je regrette tout de même quelques incohérences, notamment lors du combat entre Sheen et Nighy (je ne la dirai pas car c’est sur la fin et cela détruirait le suspens). Par ailleurs il est vrai que le film marche aussi sur un terrain souvent déjà bien balisé (l’histoire d’amour impossible), et qu’il manque un peu de souffle. Visuellement, Tatopoulos fait ici sa première mise en scène. Il ne s’en sort pas mal, et parvient avec un budget qui n’a rien de déconcertant, à livrer un film généreux, avec des passages auquel il donne une belle intensité (l’attaque des loups-garous par exemple). Les combats sont plutôt bien mis en scène, quoique parfois, pour cacher un peu les limites budgétaires, la caméra s’agite un peu et ne fait pas profiter pleinement du spectacle. La photographie est un peu décevante. Elle est constamment bleue, et elle joue très mal sur le contraste couleurs froides-chaudes. Alors certes cette photographie est justifiée par la problématique des vampires, mais enfin elle aurait pu être intégrée avec un travail plus fin et plus soigné, d’autant que parfois c’est très sombre à l’écran. Les décors eux sont convaincants. Ils sont un peu restreints pour un film de ce genre, mais par rapport au budget il n’y a vraiment rien à dire. Les fx aussi sont solides. Tatopoulos n’est tout de même pas le premier venu dans ce domaine, et là encore, par rapport au budget, il y a du bon travail. En dehors de quelques effets numériques sanglants un peu foireux, les loups-garous eux sont assez réussis. Je parlais effets sanglants, en effet Underworld 3 reste dans l’âme de la série, avec une touche d’horreur qui le déconseillera aux plus sensibles. Enfin niveau bande son c’est un peu juste, je m’attendais à un peu de recherche, et au final c’est basique et sans grand intérêt. Voilà, pour conclure sur ce film, il est plaisant à voir, mais n’est pas non plus excellent. Il a quelques défauts assez sensibles, et reste tout de même mineur dans le genre auquel il appartient. A voir à l’occasion pour se divertir, même si l’ambiance sombre et le coté horrifique rebutera un certain public.
    wesleybodin
    wesleybodin

    Suivre son activité 204 abonnés Lire ses 3 864 critiques

    1,0
    Publiée le 2 avril 2009
    Un véritable massacre. On en rigolerait presque tant le film est raté, mauvais. Les acteurs jouent extrêmement mal, on a bien du mal à croire au scénario tiré par les cheveux : l'équipe du film ne s'est pas trop foulé pour la trame principale du film avec un concentré de stéréotypes maladroits. Les dialogues, lorsqu'ils ne sont pas ridicules de sens, sont quasi inexistants. Enfin, le clou du spectacle, les effets spéciaux sont d'une bassesse lamentable avec une animation pathétique, les mouvements des Lycans sont saccadés, bâclés. Heureusement que le film ne dure que 1H20 : 10 min de plus et l'on basculait dans le sadomasochisme. Un véritable massacre qui fait basculer le concept intéressant des deux premiers volets dans le grossier, le pathétique, l'absurde.
    Stephenballade
    Stephenballade

    Suivre son activité 184 abonnés Lire ses 1 196 critiques

    4,0
    Publiée le 22 février 2017
    Souvenez-vous : "Underworld" mélangeait les films de vampires et de loups-garous, et réinventait ainsi le genre. Le succès fut au rendez-vous, ce qui a donné lieu à une suite, aussi réussie que son grand frère. Voici donc le troisième épisode, qui n’est pas une suite, mais un préquel puisque l’histoire se déroule avant les deux premiers épisodes, afin de permettre au public de mieux comprendre le pourquoi de la guerre opposant les vampires aux lycans, alors que les origines ont été par ailleurs évoquées lors de l’entame de la saga. Len Wiseman a laissé la réalisation à son ami Patrick Tatopoulos, qui signe ici son premier long métrage. Un pari risqué ! Risqué ? Noooon, car le nouveau cinéaste n’est en fait pas un nouveau venu dans la franchise, puisque c’est lui qui a créé les créatures du premier film et qui a été le directeur artistique du second volet. Il avait donc toutes les recettes en main, et le fait est que… le résultat est à la hauteur des deux premiers opus. Nous sommes remontés loin dans le temps, à une époque médiévale (entrevue lors des premières images de "Underworld 2 - Evolution"), au temps où on ne circulait encore qu’à cheval et où arbalètes et épées régnaient en maître parmi les armes. Ceci offre un nouvel environnement à ces créatures qui ne peuvent évoluer que la nuit, et quel environnement ! Il est particulièrement bien choisi, avec des passages souterrains, des geôles, des coins et des recoins qu’aucun réverbère ne vient éclairer (et pour cause, puisque les réverbères n’existaient pas en ce temps-là), seulement timidement éclairés par quelques torches ici et là. Les nouveaux décors sont donc bien en phase avec l'atmosphère sombre, glauque et cachée que la saga s'était efforcée de mettre en place. Exit donc Kate Beckinsale et sa tenue gothiquement sexy, et bienvenue à Rhona Mitra pour interpréter Sonya, la fameuse fille de Viktor, elle aussi évoquée dans les épisodes précédents. Il est vrai qu’on peut s’interroger sur l’utilité de revenir au commencement de cette guerre, mais comme le précise justement l’internaute Guillaume M., ça a le mérite de donner du sens aux deux premiers épisodes (ainsi qu’aux numéros suivants éventuels) et de les crédibiliser. Et puis surtout, revenir aux origines permet de prendre un virage à 180°, pour montrer les vampires sous leur plus mauvais jour et, du même coup, de légitimer le combat des lycans. Tout le contraire des épisodes précédents, en fait. L’histoire n’en est rendue que plus intéressante, et permet à la saga de rebondir efficacement grâce aussi, il faut le dire, à la bonne interprétation de l’ensemble des acteurs : Bill Nighy toujours aussi froid, implacable, et dénué d’état d’âme ; Michael Sheen, visiblement plus inspiré que jamais dans son rôle, Lucian, pris dans les tourments de l’amour et de la révolte. On peut cependant déplorer qu’une grande partie du suspense soit tué dans l’œuf puisqu’on sait dès le début qui va s’en tirer ou pas.
    Addyct-26
    Addyct-26

    Suivre son activité 174 abonnés Lire ses 756 critiques

    2,5
    Publiée le 10 février 2010
    Underworld, épisode 3 : le soulèvement des Lycans, un très bon volet . Je suis pas fan de la saga, mais je dois avouer que celui là m'a passioné ! J'avais apprécié le premier opus, eut du mal accroché avec le second, et j'ai beaucoup apprécié ce troisième film, qui est un retour aux sources ! L'actrice "Rhona Mitra" qui joue le rôle de la mêre de Sélène, crève l'écran, elle est sublime et très charismatique. Elle ressemble beaucoup à Kate Beckinsale, ça rend donc son rôle de mêre encore plus crédible ! C'est vraiment très bien fait ! Les Effets spéciaux, maquillages, costumes, décors, sont pour la plupart très réussit. Le film comporte son lot de belles scènes ! Des scènes qui vaut le coup d'oeil ! Avis à ceux qui n'ont pas été emballé par les deux premiers opus, Underworld 3 vous réconciliera peut être avec la saga ! J'ai beaucoup aimé ce nouveau volet, par contre je pense qu'il serait astucieux, d'en arréter là. Un quatrième film serait de trop.
    Xyrons
    Xyrons

    Suivre son activité 153 abonnés Lire ses 3 360 critiques

    4,0
    Publiée le 23 mai 2009
    Ce troisième volet d’Underworld est peut être le meilleur. Belle opposition entre lycans et vampire avec de magnifiques scènes d’action, beaux effets spéciaux. Belle mise en scène de Patrick Tatopoulos et une belle distribution, Michael Sheen, Bill Nighy, Rhona Mitra... Un scénario qui fonctionne très bien et parfaitement maîtrisé par le réalisateur. Bref un film fantastique convainquant, 13 / 20.
    cristal
    cristal

    Suivre son activité 143 abonnés Lire ses 789 critiques

    1,5
    Publiée le 9 mai 2011
    "Underworld" premier du nom était une belle surprise, film de vampires survolté et stylé, à l'esthétique gothique et underground à la fois. Le deuxième s'était perdu dans une bouillie sans nom, pas désagréable mais à l'opposé de son prédécesseur, lui ôtant ainsi tout interêt de faire partie d'une continuité, d'une trilogie annoncée dès le début. Pour ce troisième volet, le personnage change, malgré un look et un visage similaire à Kate Beckinsale, et le réalisateur aussi ; cela ne se sent pas trop, même si l'utilisation particulière de décors magnifiquement pensés (et référencés au Seigneur des anneaux) laissent bien à croire que Patrick Tatopoulos est un ancien chef décorateur et superviseur d'effets visuels. Malheureusement, l'ambiance du premier volet se perd dans des caves poisseuses et bleutées qui sentent la fraîcheur du studio. Le visuel urbain gothique qui faisait le sel du premier épisode se perd au profit d'un style fantastique poussé trop loin. L'abondance d'effets spéciaux (comme de dialogues, dans certaines séquences), pas toujours maîtrisés, plombent la lisibilité visuelle du film et le réduit, comme le 2, à un pâté esthétique et sonore. La mise en scène est désastreuse (beaux décors, beaux maquillages, mais photographie dégueulasse de vieux film américain et cadrages ridicules viennent tout gâcher), le scénario est répétitif et prévisible, mais surtout il manque la classe et l'inventivité du premier épisode. Ici, tout se résume à une histoire d'amour puérile et une tonne d'effets spéciaux, avec de grotesques traînées de sang synthétique. Il n'y a donc rien à sauver : la lourdeur du scénario et de la mise en scène (si l'on peut appeler ça comme ça), la musique tonitruante, l'érotisme primaire et artificiel de l'amourette, la barbarie insupportable des scènes d'action, moyennement chorégraphiées, le montage incompréhensible de la fin, qui nous ballade à travers les trois épisodes (dont il est difficile de se rappeler ne serait-ce que d'un quart), la fad
    romano31
    romano31

    Suivre son activité 143 abonnés Lire ses 1 458 critiques

    3,0
    Publiée le 2 mai 2013
    3ème opus de la saga Underworld. Celui-ci se déroule bien avant le 1 et le 2 et nous raconte comment les Lycans, esclaves des vampires, se sont révoltés et comment ils ont gagné leur liberté. Pas de Kate Beckinsale dans cet opus, logique me direz-vous. Rhona Mitra n'est pas Kate Beckinsale et elle est loin d'avoir tout le charisme que dégage Beckinsale lorsqu'elle est à l'écran. Néanmoins, Rhona Mitra ne se débrouille pas si mal que ça et forme un duo plutôt sympathique avec Michael Sheen. La réalisation du film a été confié au français Patrick Tatopoulos dont c'est d'ailleurs le premier long métrage. Et pour une première, ce n'est pas si mal. Les Lycans sont très bien faits, comme dans tous les opus d'ailleurs, et les scènes d'action sont bien rythmées. Cependant, ce troisième opus reste en dessous des autres films car très clairement Underworld = Kate Beckinsale et ça, les producteurs l'ont bien compris. Pour preuve, le quatrième film est excellent et Kate Beckinsale est magnifique.
    anonyme
    Un visiteur
    0,5
    Publiée le 28 septembre 2012
    04 / 20 Une honte , j'ai vu le premier , je le juge très moyen , le second je ne l'ai pas encore vu mais celui ci est un bon gros navet sans âme et intelligence , scénario grotesque , mise en scène pathétique et Rhona mitra est mauvaise , inévitable et indispensable pour les fans et la saga néanmoins pour moi c'est catastrophique , rien est à sauver .. j'ai déteste visuellement le film est très mal fait , les décors sont affreux !
    dougray
    dougray

    Suivre son activité 108 abonnés Lire ses 1 904 critiques

    3,0
    Publiée le 16 janvier 2012
    Je n’ai jamais été un grand fan de la saga "Underworld", sorte de "Roméo et Juliette" à la sauce gothique et gonflée artificiellement à l’action post-"Matrix". C’est dire si la mise en chantier d’un 3e épisode revenant aux sources du conflit entre vampires et lycans, qui plus est sans la torride Kate Beckinsale, ne m’a pas particulièrement emballée. Et pourtant, contre toute attente, ce préquel est peut être le meilleur de la série ou, en tout cas, le plus abordable. Les scénaristes ont visiblement décidé de laisser de laisser de côté les multiples sous-intrigues des précédents opus, qui venait compliquer inutilement le récit, pour faire dans la simplicité en se concentrant sur l’histoire d’amour entre le lycan Lucian (Michael Sheen toujours aussi surprenant dans ce rôle qu’il reprend pour la 3e fois) et la vampire Sonia (Rhona Mitra qui a la lourde charge de faire oublier Kate Beckinsale… et qui n’y arrive d’ailleurs pas), fille du despotique Viktor (Bill Nighy qui rempile également dans cet inhabituel rôle dramatique et qui dévoile les failles du personnage). Les fans de la saga ne seront guère surpris par le scénario, déjà bien éventé par les 2 premiers épisodes, mais le travail sur les personnages est plutôt intéressant bien qu’attendu (le docile Lucian qui se révèle meneur d’hommes, la frondeuse Sonia qui défie son père, l’amour du tyrannique Viktor pour sa fille, les ambitions de Tanis…). Côté mise en scène, le passage de témoin entre Len Wiseman et Patrick Tatopoulos passe pratiquement inaperçu si ce n’est que les fusillades matrixiennes sont remplacées ici par des scènes de combats ampoulées par des effets sanguinolents sans grand intérêt. Idem pour les effets spéciaux, pas franchement révolutionnaires sans pour autant être indignes. Mais le film ne souffre pas des baisses de rythme de ses prédécesseurs (la courte durée du film y est pour beaucoup) et se laisse donc gentiment regardé sans trop se prendre la tête. Pour un peu, il viendrait presque relever le niveau de la saga…
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top