Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
Je ne vous oublierai jamais
Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Je ne vous oublierai jamais" et de son tournage !

Un film personnel

Le réalisateur Pascal Kané a voulu revenir sur l'histoire de sa famille à travers ce film: "Le film concerne la vie compliquée de mon père, et il m’a bien fallu la moitié de la mienne pour la comprendre ! J’avais d’ailleurs déjà tourné un documentaire en 2000 autour de cette même thématique, qui s’appelait significativement La théorie du Fantôme. Il fallait d’abord que je comprenne ce qui s’était passé pour mon père et ses proches, pendant la guerre, en Pologne, et dont il n’avait rien voulu savoir. Et il fallait que je comprenne les raisons de ce déni, et ce que ça avait produit dans sa vie ultérieure ( au delà de sa souffrance et du malentendu avec moi… ). Après cela, je pouvais plus facilement développer une fiction sur le thème des effets psychiques de la disparition brutale – mais abstraite – de ses proches pour quelqu’un. La théorie du Fantôme tournait donc autour de la recherche d’un mystère relatif à la vie antérieure de mon père, un secret lié à son passé et qui avait, sa vie durant, rongé nos propres relations. Il y avait comme un mur entre son passé et sa vie présente, et son refus de communiquer là dessus nous a gravement séparés. Bien après sa mort, j’ai donc voulu comprendre, briser ce secret pour me rapprocher de lui. J’y ai été aidé par la découverte, dans son coffre, de lettres, que ma mère connaissait, envoyées de Pologne par sa famille entre 1939 et 1941. Des lettres tragiques et accusatrices, écrites en Polonais."

Marseille: un rôle central

Le réalisateur a choisi de situer toute cette histoire à Marseille, au moment où de nombreux européens en danger transitaient par ce port pour tenter de quitter la France. Cela lui a également donné l'opportunité de travailler à la reconstitution d'éléments historiques auxquels il a toujours porté un grand intérêt: " Je connais bien Marseille et son histoire, et savais trouver, dans cette période ( 1941 ), des éléments cinématographiquement passionnants à reconstituer, ce qui a été très peu le cas jusqu’à maintenant dans le cinéma français. L’afflux d’étrangers d’Europe de l’Est et d’ailleurs, les trafics sur les devises et sur les visas avec les consulats, les organisations parallèles comme celle de Varian Fry ou ce Croqu’Fruit où certains travaillaient dans l’esprit de “ la Belle Equipe ” et du Front Populaire, mais aussi le succès des opérettes… tout cela donnait un cadre original et dramatique à l’histoire."

Le ghetto de Lodz

Au début de février 1940, les Allemands créèrent un ghetto dans la partie nord-est de Lodz. Plus de 150 000 Juifs, soit plus d’un tiers de la population de la ville, y furent confinés dans un espace réduit. Les Allemands isolèrent le ghetto du reste de la ville au moyen de fils de fer barbelés. Des unités spéciales de la police étaient chargées de surveiller le périmètre. Les autorités allemandes commencèrent alors à déporter les Juifs du ghetto de Lodz vers le camp d’extermination de Chelmno. En septembre 1942, 70 000 Juifs et 5 000 Tziganes y avaient été déportés.

L'importance des voix

En plus des éléments autobiographiques sur lesquels repose le scénario, Pascal Kané a décidé d'ajouter un élément supplémentaire lié à l’identité de Rosa, la chanteuse que Levilé rencontre à Marseille. En effet, sa mère a été elle aussi chanteuse lyrique. Le réalisateur ne tenait pas à donner à cet aspect un poids considérable mais souhaitait que cela reste de l'ordre de l'anecdotique. Il explique son choix: "Ainsi Levilé se trouve au centre de deux champs d’attraction vocaux opposés : la voix de sa mère et de ses soeurs et celle de Rosa. J’ai toujours ressenti très fortement la dimension envoûtante, ensorcelante des voix, et il était essentiel que ce registre vocal soit au premier plan."

Connaître ses fantômes

Pour le réalisateur, faire ce film a été l'occasion de donner vie et d'apprendre à connaître les fantômes qui hantent son passé et celui de sa famille. Il s'est d'ailleurs consacré à cette aventure pendant près de quatre ans: "Connaître plus intimement ces personnages familiers/ étrangers qui avaient hanté mon enfance, leur donner cette dimension à la fois de vivants et de morts à l’image, a été à la base de mon travail scénaristique sur Je ne vous oublierai jamais, appuyé ponctuellement par des conversations avec Jacques Fieschi et Philippe Lamensch", explique t-il.

Des actrices allemandes au casting

Hannelore Elsner et Andrea Sawatzki sont des actrices très populaires en Allemagne, davantage habituées à la télévision qu'au cinéma. On a découvert Hannelore Elsner grâce à des films sortis en France comme L' Insaisissable (2001) ou Cherry Blossoms (2008). Avec plus de 150 films pour le cinéma et la télévision, elle figure parmi les actrices allemandes de premier plan. Elle doit sa popularité à son rôle dans la célèbre série allemande Commissaire Léa Sommer qu’elle a interprété de 1994 à 2006. Elle a d'ailleurs reçu pour ce rôle le prix le “ telestar” (1995) et le "hessian tv award" (2003). Andrea Sawatzki quant à elle, s'est illustrée dans des séries TV comme L' Empreinte du Crime, Pauvres millionnaires ou encore Tatort, tout en faisant quelques apparitions remarquées au cinéma: en scientifique s'essayant à l'expérience de Milgram dans L' Expérience (2000) ou encore dans Südsee, eigene Insel (1999) et plus récemment dans Shattered Glass (2002). Je ne vous oublierai jamais marque leur première collaboration à un film français.

De critique à réalisateur

Pascal Kané a commencé sa carrière comme journaliste critique aux "Cahiers du Cinéma" de 1969 à 1981. Il a également enseigné à la Fémis et dans d'autres universités (Paris I, Paris III...) avant de passer derrière la caméra en 1973. Il tourne près de six courts-métrages de fiction ainsi qu'une douzaine de films de télévision pour l’INA, France Télévision et Arte puis réalise son premier long-métrage en 1977, Dora et la Lanterne magique, présenté en Section Parallèle au Festival de Cannes. Par la suite, il tourne Liberty Belle (1983) qui reçoit le Prix de la Presse Internationale à Cannes, Un jeu d'enfant (1990) présenté au Festival de Namur et L' Educatrice (1995). Après plus de dix ans d'absence, il revient avec Je ne vous oublierai jamais, seul film en partie autobiographique de son répertoire.
Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
  • Parasite (2019)
  • Toy Story 4 (2019)
  • Beaux-parents (2019)
  • Le Daim (2019)
  • Tolkien (2019)
  • Anna (2019)
  • Men In Black: International (2019)
  • Spider-Man: Far From Home (2019)
  • Child's Play : La poupée du mal (2019)
  • Nevada (2019)
  • X-Men : Dark Phoenix (2019)
  • Le Roi Lion (2019)
  • Made In China (2019)
  • Aladdin (2019)
  • Roxane (2018)
  • Noureev (2018)
  • Le Coeur des hommes (2003)
  • Rocketman (2019)
  • Le Chant du Loup (2018)
  • Yves (2019)
Back to Top