Notez des films
Mon AlloCiné
    Les Bureaux de Dieu
    Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Les Bureaux de Dieu" et de son tournage !

    Vu à Cannes

    Les Bureaux de Dieu a été présenté au Festival de Cannes, dans le cadre de la Quinzaine des Réalisateurs, en 2008.

    Sûre écoute

    La réalisatrice précise ses intentions : "Comment raconter ce que j'ai voulu filmer, ce que j'ai trouvé si beau, chaque fois que j'ai passé du temps dans un centre du Planning familial ? Les tragédies les plus modernes et ancestrales se disent, là, à l'ombre des moulures poussiéreuses d'anciens appartements bourgeois, occupés par des femmes libres qui ont choisi de faire un métier qu'elles inventent au fur et à mesure, un métier qui consiste à écouter d'autres femmes aux prises avec leur liberté d'aimer, d'avoir des enfants, maintenant, un de ces jours, ou jamais. Un coup de fil raté et un enfant va naître pour le meilleur ou pour le pire... Pour cette jeune fille et pour cet enfant ? Qui sait ? Nous sommes dans des pièces qui entendent ce que personne ne dit ailleurs de la nouvelle vie que nous connaissons tous, depuis la séparation possible entre les étreintes amoureuses, le sexe et la naissance d'un enfant."

    Le dispositif

    A la fin des années 90, Claire Simon est entrée en contact avec le centre du Planning familial de Grenoble. Après y avoir passé quelques jours, elle a écrit aux responsables du centre : "En venant vous voir, j'ai découvert un lieu extraordinaire et actuel de la transmission entre femmes." Elle a ensuite cherché un dispositif permettant de représenter cette réalité à l'écran. "J'ai enregistré avec un magnétophone, et aussi un petit carnet, la vie, les entretiens, les conversations dans plusieurs centres du Planning familial. Nous en avons tiré un scénario en respectant les mots dits, la langue de chacun(e)." Elle a ensuite eu l'idée de confier les rôles de conseillères, médecins, stagiaires à des stars et les rôles des personnes venues consulter à des inconnues. Avant chaque prise, personne ne connaissait sa partenaire. Ainsi, "la rencontre avait lieu devant la caméra avec le texte su, mais avec l'émotion de cette rencontre directement "en fiction"."

    Des "icones" dans les Bureaux de Dieu

    Claire Simon explique pourquoi elle a demandé à des actrices très connues d'incarner les conseillères. Elle dit avoir choisi "de très grandes actrices immédiatement reconnaissables, des "stars", c'est-à-dire des icônes, plus encore, des modèles. Les conseillères pour celles qui viennent les consulter seraient donc à la fois distantes comme des professionnelles et impressionnantes en tant que modèles de femmes libres : Nathalie Baye, Nicole Garcia, etc. Je voulais montrer comment on écoute. Et je pensais que ce jeu-là, de l'écoute, était très difficile à réussir, et que ça valait la peine de le proposer à des stars. Et puis enfin la présence de grandes actrices permettait au spectateur de comprendre qu'il s'agissait d'une fiction et de toutes les femmes. Et bien sûr cela rappelait le fameux manifeste des 343 "salopes", les femmes célèbres de l'époque, qui avaient déclaré qu'elles avaient eu recours à l'avortement clandestin."

    Nathalie, fan depuis un bail

    Des années avant que Claire Simon la contacte pour Les Bureaux de Dieu, Nathalie Baye avait écrit pour lui faire part de son enthousiasme après avoir vu à la télévision son documentaire Les Patients (1989). Heureuse d'avoir pu collaborer avec elle, l'actrice évoque le fait de côtoyer des acteurs non-professionnels : "C'est une donnée très excitante. Cela m'était arrivée quelques fois (Pialat, Beauvois et quelques autres) mais jamais d'une manière aussi dense et absolue. Je pense que l'enjeu est plus difficile pour les acteurs professionnels que pour les non professionnels. Parce que ces derniers véhiculent une authenticité et une vérité d'une telle force, que le moindre " bidouillage " d'un acteur professionnel peut saper tout le travail... Cela demande à la fois une grande concentration et une grande disponibilité. L'essentiel, c'est d'" être ", et pas " jouer ". Et l'écoute, aussi. L'écoute, c'est ce qu'il y a de plus important."

    Boujenah, du couffin à la pilule

    Fils et frère de médecins, Michel Boujenah, qui interprète le Dr Lambert, est familier des sujets abordés dans le film. "J'ai été confronté très tôt aux problèmes qui touchent à l'avortement, à la pilule, et évidemment à l'existence du Planning familial." D'autre part, il note : "Depuis la loi sur l'avortement et l'apparition de la pilule, on peut penser que les choses se passent normalement, mais c'est faux : des tas de jeunes femmes, en France et ailleurs, ne sont absolument pas informées, ne savent même pas que cela existe."

    Le planning, toujours à l'ordre du jour

    Rachida Brakni parle de la nécessité d'un tel film d'aujourd'hui : "Il y a un côté un peu réactionnaire dans cette société : les choses y sont de plus en plus cloisonnées. J'entends parfois des choses aberrantes dans la bouche de jeunes filles qui confondent le désir avec la pornographie et semblent parfois oublier que leurs aînées se sont battues pour l'émancipation et les droits des femmes. J'ai l'impression qu'on est en train – de façon très sourde, très sournoise – de faire table rase de ce passé, de cette histoire... Avec le Planning familial, on est au coeur même d'un choix : le choix de sa sexualité, le choix d'avorter, le choix d'être libre. Et j'ai la sensation que ce choix-là, face à la léthargie ambiante, est aujourd'hui en péril. Il y a comme une régression, et c'est en cela que le film de Claire est important."

    Docu-fiction, la ligne "Claire"

    Ce n'est pas la première fois que Claire Simon brouille les frontières entre documentaire et fiction. On peut citer Ca, c'est vraiment toi (1999), projet hybride mêlant intrigues sentimentales et plongée dans les institutions européennes. Dans Scènes de ménage (1991), elle filme l'actrice Miou-Miou, qui accomplit différentes tâches domestiques. On lui doit aussi Coûte que coûte, tragi-comédie sociale, au suspense haletant, qui relate la véritable lutte pour la survie d'une petite entreprise de produits surgelés.

    "Ce que vivent les femmes"

    L'écrivain Annie Ernaux donne son point de vue sur le film : "" Je ne sais pas, je ne suis pas une femme " dit un garçon à sa copine. Comme s'il s'agissait d'une ignorance naturelle et qu'après tout il ne soit pas utile de savoir. C'est à cela que sert le film de Claire Simon : que les hommes sachent, les filles de quinze ans, les mères, tout le monde. Bien sûr, il informe sur le stérilet, la pilule du lendemain, le déroulement et le prix d'une IVG, il le faut, mais surtout il déchire le silence et l'illégitimité qui entourent les territoires du féminin, ce que vivent les femmes, loin des magazines people, dans la réalité d'ici et de maintenant. Et encore au-delà, dans les trous du discours, au travers de ces fragments d'existence, il fait entrer la société entière, avec sa diversité, ses luttes culturelles, ses préjugés, sa dureté économique, la société, autant dire " dieu ", c'est ainsi que je comprends le titre. Et il n'y a pas de jugement."

    Retrouvailles

    Quelques semaines avant la sortie des Bureaux de Dieu, Nathalie Baye et Isabelle Carré étaient déjà ensemble à l'affiche d'un film : Cliente de Josiane Balasko. Elles s'étaient aussi donné la réplique dans Les Sentiments de Noémie Lvovsky.

    Aléas du casting

    Catherine Frot, Déborah François et Vincent Lindon avaient tous trois été pressentis pour jouer un rôle dans le film.
    Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
    • L'Ombre de Staline (2019)
    • La Bonne épouse (2019)
    • Tout Simplement Noir (2020)
    • Les Parfums (2019)
    • De Gaulle (2019)
    • En avant (2020)
    • Invisible Man (2020)
    • Filles de joie (2019)
    • Artemis Fowl (2020)
    • The Demon Inside (2018)
    • Radioactive (2019)
    • Jumbo (2020)
    • T’as pécho ? (2019)
    • Eté 85 (2020)
    • La Voix du succès (2020)
    • Nous, les chiens (2019)
    • Scooby ! (2020)
    • Lucky Strike (2020)
    • Un fils (2019)
    • The Hunt (2020)
    Back to Top