Mon AlloCiné
L'An 01
note moyenne
3,5
186 notes dont 26 critiques
31% (8 critiques)
27% (7 critiques)
15% (4 critiques)
12% (3 critiques)
12% (3 critiques)
4% (1 critique)
Votre avis sur L'An 01 ?

26 critiques spectateurs

Uchroniqueur

Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 715 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 21/09/2012

L'an 01, un film situationniste qui réuni une belle brochette de copains. Un film inclassable. Fait de bric et de broc. Complètement zazou. Dadaïste, Génial. Étonnant. Une bouffée d’oxygène et de décontraction. On y reconnaîtra des tas d'acteurs ou journalistes connus.

chrischambers86

Suivre son activité 1034 abonnés Lire ses 9 994 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 28/07/2012

Jacques Doillon, pour son premier long-mètrage, avec ses personnages frustes, son cinèma brut dèpourvu de toute rèfèrence culturelle à l'inverse de celui de la nouvelle vague et son budget modeste, imagine à travers une suite de sketches ce qui se passerait si le monde arrêtait de travailler, les usines de tourner...A partir d'un scènario de Gèbè, d'après sa bande dessinèe publièe dans "Charlie Hebdo", il dècrit sur le ton de la farce une sociètè permissive où règne l'oisivetè! Une oeuvre utopiste mais sympathique avec son esprit gauchiste et baba-cool, interprètè par une ribambelle d'acteurs: Gèrard Depardieu, Miou-Miou, Coluche, Gèrard Jugnot, Christian Clavier, Thierry Lhermitte, Romain Bouteille, Henri Guybet...pour ne citer qu'eux...

hugolesage

Suivre son activité Lire ses 25 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 14/12/2008

Quelle légèreté! Quelle bouffée d'oxygène! Quelle révélation! Quel culot! Quelle impertinence intellectuelle. Une source d'inspiration énorme en ces temps de travail forcé, d'agriculture intensive, de justice répressive, de désabusement et de résignation générale. après l'avoir vu plus rien ne parait impossible, un seul mot d'ordre vient en tête " c'est vrai ça si on arrêtait tout? Et voila que l'on se met à penser(et non rêver!) à des lendemains qui chante. Merci Gébé!!

ferdinand75

Suivre son activité 58 abonnés Lire ses 2 621 critiques

4,0Très bien
Publiée le 26/01/2016

Au delà du marqueur que représente ce film pour toute une génération, « L’an 01 » peut être revu en 2016 , avec beaucoup de plaisir. C’est bien réalisé, le duo Doillon/Gébé, fonctionne parfaitement bien : bonne technique cinématographique, beaux travellings, avec un scénario solide, une histoire qui tient la route, manifeste ambitieux mais non didactique : le projet de tout arrêter, de faire un pas de côté et de vivre une vie alternative, en créant un autre système de valeurs.. Et puis il y a des « performances » d’acteurs excellentes, soit par des acteurs cultes que l’on connaît , que l’on retrouvera dans les décennies suivantes, soit par des membres de « communautés » actives de l’époque. La scène d’ouverture nous montre un Gérard Depardieu, jeune et fluet, mais avec déjà sa voix puissante, Spoiler: qui décide ne pas prendre son train de banlieue,et de ne plus bosser.. On retrouvera ensuite la troupe du Café de la Gare dans une autre scène culte avec Thierry Lhermitte ( en hippie barbu ) , Junot et Clavier .Une autre scène absolument hilarante du couple Miou Miou et Henri Guybet, qui ont mis leur réveil à 6.00 du matin ,Spoiler: pour se rappeler le temps où ils allaient au travail. On reconnaît au passage lors d’un débat animé Philippe Stark, le designer. Beaucoup d’humour bien sûr, avec le musée Spoiler: du métro ou les gens se serrent entre des statues, le musée de l’électro ménager, ou sont exposés les ustensiles de cuisine, ou des clients imaginent ce que seront les objets intelligents du futur ; connectés et avec écran vidéo, exactement ce que nous avons aujourd’hui, et c’était il y 40 ans !!! Quelle vision. Il y aussi toute la partie sur l’évolution des mœurs : l’égalité homme –femme, la liberté sexuelle, l’aménagement du temps de travail, les loisirs, l’avènement du Bio. Beaucoup d’éléments que l’on retrouve comme admis et acquis dans la société contemporaine. Le grand plaisir aussi de voir toute l’équipe de Charlie Hebdo, Spoiler: en comploteurs fascistes, préparant une contre- révolution ; On voit avec nostalgie , les anciens fondateurs : Gébé ; Reiser ,le Professeur Choron et Cavanna, décédés au fil du temps qui s’est écoulé depuis, mais aussi avec beaucoup de peine les deux derniers « assassinés » de janvier 2015 : Cabu et Wolinski.. Comme par ironie cruelle, ils en appellent à prendre les armes contre la « révolution » de l’An 01, et c’est bouleversant de les revoir. Le final se conclue avec la bande à ColucheSpoiler: complètement déjantée et hilarante.. Un film très surprenant par la modernité de son propos, la toujours actualité des questions qu’il pose, par la justesse de ton ,et par la gentille utopie qu’il distille . Film qui révélait aussi le grand talent de Gébé probablement le plus doué et le plus créatif de la bande "Hara Kiri" et Jacques Doillon , qui se servira de ce film comme tremplin pour préparer sa magnifique carrière de réalisateur avec plusieurs dizaines de films à son actif .

Truman.

Suivre son activité 130 abonnés Lire ses 1 349 critiques

4,0Très bien
Publiée le 06/04/2014

L'an 01 est un film unique qui sait adapter une idée jusqu'au bout avec folie, humour et un brin décalé, un film qui selon moi représente à merveille la société des années 70, qui représente tout simplement les années 70, un raz le bol global et on refait le monde en repartant à 0 et voici l'an 01 . Esprit hippie intégré à fond et re-création d'une société selon un idéal et ceci nous amène à l'absurde comme la scène des clés et l'abolition des propriétés privés ou tout devient public . Une réflexion sur notre monde intéressante dans un traitement sympa avec quelques têtes d'affiches comme Gérard Depardieu, un film à voir !

Yetcha

Suivre son activité 108 abonnés Lire ses 3 286 critiques

2,5Moyen
Publiée le 27/09/2007

Oui, certes, il a vieillit! Mais bon, comment ne pas resté bouche bée devant ce film utopique d'une génération flower power en perte de vitesse de laquelle émerge encore quelque perle de ce genre. Un "documentaire" bourré de stars d'hier et d'aujourd'hui, qui n'était qu'hier de petits figurants. Une utopie si belle, si reposante qu'elle donne envie de s'y replonger une fois le film terminé. A découvrir...

sebos31

Suivre son activité Lire ses 48 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 06/02/2005

C'est vraiment un film culte. Imaginer la fin de la société de consommation actuelle où chacun vit pour travailler et travaille pour vivre. Une utopie qu'on a tous imaginé : stop on arrête tout ! Doillon met en scène les dessins de Gébé dans Charlie hebdo (années 1970) avec une foule d'acteurs qui deviendront célèbres (Lhermitte, Depardieu, Miou-Miou, Clavier, Jugnot, Coluche...) et de journalistes de Charlie. Une énorme comédie (je me suis rarement autant marré) tout en ironie car le raisonnement a quand même ses limites mais qui finalement pose une question : cette sacro-sainte croissance, dans quel but ?

Tëom

Suivre son activité Lire ses 18 critiques

4,5Excellent
Publiée le 02/05/2015

D'une rare fraicheur ce film défend l'importance du temps libre, de l'absence d'autorité et de pouvoir, l'organisation par altruisme, la protection de l'environnement et le rejet de la technologie si elle contrevient aux quatres valeurs précendentes. Un film que nous devrions tous regarder pour voir avec recul les mécanismes actuels. Avant-gardiste et il reste très actuel. Un film qui donne de l'espoir, à voir en cas de coup de blues :)

Trax F.

Suivre son activité Lire ses 4 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 04/01/2014

Je viens juste de visionner le film et il me restera sans doute longtemps en mémoire. Le côté anarchiste que prône l'oeuvre est singulière, autant que son montage, qui met bien en valeur l'idéologie du film par sa totale décohérence, on passe du tout au rien, même si l'ordre chronologique est lui bien en ordre. Le casting est énorme, citons Gérard Jugnot, Coluche, Gérard Depardieu et le tout se visionne très facilement. Il fait réfléchir autant qu'il est divertissant. Si vous ne l'avez pas encore vu, foncez, vous serez peut-être aussi surpris que moi !

Sylvie P.

Suivre son activité Lire ses 8 critiques

4,0Très bien
Publiée le 26/02/2013

L’an 01 est l’année où les gens font un pas de côté et la France bascule dans l’utopie. Le film réalisé en 1972, inspirée par l’idéologie post-soixante-huitarde est aux antipodes du cinéma militant de l’époque. La lutte des classes n’est pas le moteur de l’histoire sauf dans une séquence où la Bourse de New-York s’effondre et une autre où des ouvriers se confrontent à un contremaître. Les personnages du film ne cherchent pas à prendre le pouvoir, ils veulent changer leurs vies et leurs modes de consommation qui les aliènent .Il n’est pas nécessaire de produire plus que les besoins de base et les individus ressentent le besoin de développer les relations interpersonnelles. Les pratiques amoureuses doivent se libérer. Le long métrage est une suite de saynètes. L’équipe d’Harakiri participe au film : le professeur Choron, François Cavanna, le scénario est de Gébé. Cette équipe est rejointe par des acteurs de café-théâtre du Café de la Gare : Miou-Miou, Romain Bouteille, Coluche, etc… Le long métrage a été réalisé en noir et blanc avec peu de moyens mais le film fonctionne toujours. Les rires fusaient dans la salle.

devlin6994

Suivre son activité 28 abonnés Lire ses 1 087 critiques

1,5Mauvais
Publiée le 10/07/2011

Un film anar et soixante-huitard unique au monde, au traitement aussi confus et bordélique que la société utopique qu'il décrit. C'est quand même à voir une fois dans sa vie, parce que Gébé et Doillon vont au bout de leur délire, et bien que "L'An 01" soit franchement médiocre, il a un petit côté sympathique qui vaut le détour. Et avec 40 ans de recul, on peut aussi s'amuser à reconnaître de jeunes acteurs pas encore connus...

ichlo

Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 55 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 14/07/2010

Une flopée d’acteurs connus, un peu moins connus ou qui vont pas tarder à l’être… Farce ou attrape, utopie ou mise en réalité, la fable révolutionnaire qui réuni ces trois réalisateurs de renom n’a rien de farfelu et part du principe de grève générale totale et illimitée. « Et si on arrêtait…, demain on arrête tout, on s’en fout des patrons » en réconciliera plus d’un avec les conflits qu’il entretient avec le pouvoir. Bonne phase critique à la table de presse des professeurs Choron, Cabu et Cavanna où peut se saisir une certaine distance entre le vécu des ouvriers et la dictature des possédants tandis qu’en salle de rédaction les employés ne répondent plus au téléphone et se passent la pommade ! Hilarité générale d’une cohue au bas d’immeubles lorsque chacun éructe à plein gosier son prénom, d’abord l’un après l’autre puis tous ensemble et il y a encore du monde qui arrive… Phase : « et si on apprenait à se connaître ? » Tout le monde jette les clefs par les fenêtres et il n’y a guère que ce personnage à l’exception de sa prévoyance qui songe, sous des prétextes de collectionneurs, à ramasser le maximum de billets de banque chez les gens qui auraient l’idée de s’en priver…

herisson26

Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 71 critiques

4,0Très bien
Publiée le 20/05/2008

Premier janvier 01, 15 h. Le mot d’ordre a fait le tour du pays, et même de l’Europe : « on arrête tout ». Tout le bazar, les machins énormes qu’on a inventés pour se faciliter la vie — et ça a marché, voyez : on a tellement bien simplifié ce monde qu’il faut quinze ans d’études pour apprendre à y survivre (réflexion tirée de Les dieux sont tombés sur la tête, mais qui s’insère assez bien dans la conversation). On a lancé plusieurs mots d’ordre d’arrêt temporaire, pour que les gens s’habituent à l’idée : pendant cinq minutes, ici ou là, on s’arrête de rouler, de bosser, de courir et on discute. Mais maintenant, c’est la vraie affaire, enfin : on arrête pour de bon. Objectif : prendre le temps de réfléchir. « Depuis des siècles, on nous dit : “le bonheur, c’est le progrès, faisons un pas en avant” ; le progrès est bien là, mais le bonheur est toujours pour demain. Alors, faisons un pas de côté. » On arrête toute activité et on discute. Bien entendu, on n’est pas des irresponsables. On arrête tout mais on entretient soigneusement tout le bazar, des fois qu’il s’avèrerait qu’on en ait besoin. D’ailleurs, on sait déjà qu’après un temps d’arrêt total, les machins dont le manque se révélera trop cruel seront redémarrés — à commencer par les usines de nouilles, parce que le premier problème quand on arrête tout et qu’on réfléchit, c’est de manger quand même. Et puis, on relancera rapidement la presse et la radio. Parce que quand 60 millions de personnes se mettent à réfléchir, les idées fusent et il ne faut pas les laisser perdre. D’ailleurs, on écrit ses idées sur les murs au cas où ça inspirerait quelqu’un. [... marre de la limite à 2000 car] Cinématographiquement, c’est une large comédie de mœurs à la construction bizarre, à l’image médiocre (tourné en 16 mm, ça se voit) et au jeu d’acteurs inégal. Sociologiquement, c’est un document indispensable. Humainement, c’est une heure et demie de bonne rigolade qui, quelque part, fait peut-être quand même un peu réf

benoitparis

Suivre son activité 47 abonnés Lire ses 1 274 critiques

4,0Très bien
Publiée le 16/03/2008

La version cinématographique d’un récit dessiné d’utopie libertaire dans le prolongement des évènements de mai 68. Pour qui s’intéresse à ce courant c’est indispensable à voir. Il y a au moins un beau reste récupéré par toute la classe politique : l’écologisme. Les vélos envahissant les Champs Elysées ont évidemment inspiré… Autrement notre société de loisirs formatés est bien loin de la revendication de reprise en charge émancipée de la vie développée dans ce film. C’est militant mais agréable à voir : les équipes de Charlie Hebdo et du Café de la gare savent être drôles et les J. Doillon, A. Resnais, J. Rouch... étaient déjà des cinéastes inventifs et connaissant leurs métiers.

Debats_citoyen

Suivre son activité Lire ses 2 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 02/11/2006

Splendide! Ce film reste très expérimental, on sent la culture post-68: liberté sexuelle, collectivisme... Néamoins, "on fait un pas de coté" ou "on arrête tout", ces deux slogans majeurs du film nous font réfléchir sur notre société de consommation de masse, le travail, etc... En somme, ce film amuse, fait réféchir, et parfois enrage...

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top