Notez des films
Mon AlloCiné
    [REC]
    Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "[REC]" et de son tournage !

    Un cauchemar en direct !

    Avec [Rec], les réalisateurs Jaume Balaguero et Paco Plaza expliquent avoir voulu "construire le cauchemar le plus crédible possible, une expérience terrifiante qui pourrait garder le public le plus captif possible. On a donc décidé de raconter cette histoire comme un reportage télévisé en direct, de tourner en "live" avec l'horreur qui survient en temps réel, sans possibilité de stopper le récit. L'idée était de laisser l'action se développer devant les yeux du spectateur. Comme si tout ce qui se passait à l'image était VRAIMENT EN TRAIN de se dérouler, avec le minimum d'élipses temporelles."

    Que le spectateur ait la frousse !

    Jaume Balaguero explique avoir réalisé [Rec] avec l'idée de proposer au public une expérience jamais vécue auparavant. "On se demandait quel pourrait être le concept idéal de manière à impliquer le spectateur au maximum dans l'histoire et lui flanquer une frousse qu'il n'avait jamais encore jamais vécue au cinéma", explique-t-il. "On voulait faire un film qui ne suivrait pas les livres d'école de cinéma à la lettre, qui ne se limiterait pas aux codes habituels du genre."

    La télé-réalité comme modèle

    Jaume Balaguero explique s'être inspiré de l'univers de la télé-réalité pour [Rec]. "Nous avons pensé que la clef résidait peut-être dans la manière dont sont construits certains programmes destinés au petit écran", explique le cinéaste. "Il fallait que notre film soit le plus réaliste possible, que l'histoire paraisse se dérouler en direct, un peu à l'image d'une émission de télé-réalité." Paco Plaza, le co-réalisateur de [Rec], poursuit dans ce sens : "Nous étions convaincus qu'en nous inspirant des artifices propres à la télévision, nous serions en mesure de créer un film d'horreur différent, et bien plus effrayant, de ceux qu'on a l'habitude de voir."

    Un tournage inhabituel

    La structure de [Rec], qui sort de l'ordinaire, a constitué un véritable défi pour les deux cinéastes. Jaume Balaguero explique : "Ecrire et réaliser un tel film était une expérience totalement nouvelle pour nous, pratiquement à l'opposé de nos précédents films bien plus classiques, tant dans la forme que dans le fond. Avec un film comme [Rec], on ne peut pas utiliser le même langage cinématographique pour construire la tension et le suspense. (...) Tous ces artifices qui nous permettent habituellement de tricher quelque peu, de préserver le sens de la narration, le rythme, la dynamique des situations ou encore le suspense, sont donc proscrits." Et son confrère Paco Plaza d'ajouter : "Il était pratiquement impossible de respecter le scénario à la lettre. Nous nous sommes rapidement rendu compte qu'il fallait laisser une énorme place à l'improvisation pour obtenir l'effet recherché."

    Une bande-annonce vécue de l'intérieur

    La première bande-annonce de [Rec], particulièrement originale, a grandement participé au buzz entourant le long métrage. Elle ne dévoilait aucune image mais filmait les réactions des spectateurs durant les avant-premières du film à l'aide de caméras infrarouge. Un choix étonnant et efficace qui s'avère particulièrement attractif pour ceux qui aiment avoir peur au cinéma : s'y succèdent en effet des plans de spectateurs sursautant, se cachant les yeux et hurlant à tout-va.

    L'influence des jeux vidéos

    Pour faire de [Rec] une expérience immersive unique, Jaume Balaguero et Paco Plaza se sont inspirés des jeux vidéo. Le premier nommé explique ainsi : "Nous avons tout mis en oeuvre pour que le film soit quasiment interactif, en prenant modèle sur les jeux vidéo. Je suis personnellement fasciné par les jeux Resident Evil et Silent Hill, par la manière dont ils impliquent le spectateur dans l'histoire. Et c'est précisément parce qu'on est concerné et captivé par ce qui se passe à l'écran, sans jamais décrocher, qu'on est d'autant plus effrayé quand l'horreur survient. On a essayé de reproduire ce sentiment."

    Deux réalisateurs horrifiés !

    Jaume Balaguero et Paco Plaza, les réalisateurs de [Rec], sont spécialisés dans le genre horrifique. Le premier est déjà considéré comme l'un des chefs de file de la nouvelle vague fantastique espagnole, avec des films comme La Secte sans nom, Darkness et Fragile. Le second, moins connu, s'est notamment illustré en signant Les Enfants d'Abraham (Méliès d'Argent au Festival de Sitges 2002) et L'Enfer des loups.

    Balaguero/Plaza : deuxième collaboration

    [Rec] marque la deuxième collaboration entre les réalisateurs Jaume Balaguero et Paco Plaza. Ces derniers avaient auparavant co-signé OT : The Movie, un documentaire de la collection Operacion Triunfo autour de la version espagnole de Star Academy. Ce n'est d'ailleurs sans doute pas un hasard si [Rec] a comme modèle la télé-réalité.

    [Rec] fait flipper les festivals

    [Rec] a été présenté à la 64e Mostra de Venise. Le film d'horreur a par ailleurs été triplement récompensé au Festival du Film Fantastique de Gérardmer 2008 en recevant le Prix du Jury, le Prix du Public et le Prix du Jury Jeunes. Il a enfin reçu quatre distinctions au Festival International de Sitges 2007 : Prix du Public, Prix de la Critique, Prix des Meilleurs réalisateurs pour Jaume Balaguero et Paco Plaza et Prix de la Meilleure actrice pour Manuela Velasco.
    Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
    • De Gaulle (2019)
    • En avant (2020)
    • La Bonne épouse (2019)
    • 7. Koğuştaki Mucize (2019)
    • Le Cas Richard Jewell (2020)
    • Invisible Man (2020)
    • L'Appel de la forêt (2020)
    • Contagion (2011)
    • Parasite (2019)
    • Dark Waters (2019)
    • Papi-Sitter (2019)
    • Vivarium (2019)
    • Radioactive (2019)
    • Une Sirène à Paris (2019)
    • 1917 (2019)
    • Les Misérables (2019)
    • Woman (2019)
    • J'accuse (2019)
    • Sonic le film (2020)
    • 10 jours sans maman (2019)
    Back to Top