Notez des films
Mon AlloCiné
    La Zona, propriété privée
    note moyenne
    3,6
    1301 notes dont 240 critiques
    répartition des 240 critiques par note
    92 critiques
    75 critiques
    21 critiques
    39 critiques
    6 critiques
    7 critiques
    Votre avis sur La Zona, propriété privée ?

    240 critiques spectateurs

    jolaclass
    jolaclass

    Suivre son activité Lire ses 18 critiques

    5,0
    Publiée le 28 mars 2008
    Un film choc et bouleversant, porteur de la réalité d'un pays qui se divise pour mieux se déchirer, où l'argent est une soution à tout problème. C'est une véritable traque à l'homme, incarné par un jeune adolescent de 16ans, qui marque donc le rythme soutenu du film, plongeant le spectateur dans un suspense haletant du début à la fin. Servi par une pléiade d'acteurs aussi excellents les uns que les autres, le cinéma mexicain brille ici par sa capacité à mettre en scène des situations incongrues et intenses, ainsi qu'à faire passer des émotions le plus simplement possible sans aucun artifice. L'on ne peut alors sortir de la salle qu'imprégné de l'atmosphère noire et sombre faisant la beauté de ce bijou cinématographique! Incontournable!
    Sophiou
    Sophiou

    Suivre son activité Lire ses 8 critiques

    3,0
    Publiée le 23 novembre 2012
    Un pamphlet contre le système libéral mondialisé autour de l'histoire d'un village aux Etats-Unis. Un film nécessaire, intéressant et plutôt bien réalisé.
    gimliamideselfes
    gimliamideselfes

    Suivre son activité 1166 abonnés Lire ses 3 662 critiques

    5,0
    Publiée le 7 juillet 2008
    Très bon film, très touchant, triste… les dérives de notre monde capitaliste où l'on veut se protéger avant d'aider les autres… magnifiquement filmé du point de vue des enfants. Poignant
    tomPSGcinema
    tomPSGcinema

    Suivre son activité 215 abonnés Lire ses 3 252 critiques

    2,0
    Publiée le 24 juillet 2010
    La Zona, propriété privée est le premier film du réalisateur Rodrigo Pla. Après un début plutôt interessant, le film ne l'est plus tellement après une heure de métrage, dommage!! Voila tout de même un réalisateur a suivre car le film possède quand même de tres bons moments. 11/20
    caro18
    caro18

    Suivre son activité 57 abonnés Lire ses 2 213 critiques

    2,0
    Publiée le 16 août 2010
    Ennuyeux mais très réaliste.
    baocoq
    baocoq

    Suivre son activité 24 abonnés Lire sa critique

    5,0
    Publiée le 4 mars 2013
    Film très triste sur la fin mais super bien ! ;) on aurait espéré une fin heureuse, mais dans ce film, ce n'est pas le cas. Ce qui change au film classique. De plus, on ressent de la tristesse pour le jeune homme coincé dans ce guetto.
    selenie
    selenie

    Suivre son activité 1014 abonnés Lire ses 4 877 critiques

    4,0
    Publiée le 15 avril 2008
    Un film qui fait froid dans le dos... Et tellement réelle ! Ces gros bourgeois qui préfèrent vivrent entre eux pour éviter les horreurs de la vraie vie et se prtèger ainsi des autres non privilégiés est bien le signe d'un retour à l'ancien régime. Parfaitement joué ce film me fait penser au chef d'oeuvre de Arthur Penn "La poursuite impitoyble" de 1966... 1 homme seul près à être lynché par une populace qui se croient au-dessus des lois. Du suspens et de la tension font de ce film un coup de poing encore plus fort que "Les 7 vierges". Seule scène râtée : le père regarde le film de son fils et comprend que le jeune homme n'a pas tué et il pleure de rage, il s'en veut. Scène inutile et incompréhensible. De toute façon la mort d'un gardien et ceui des 2 copains font qu'ils auraient tous fait pareils ; il ne faut pas de témoin ! Ce qui fait que cette scène est une tentative de rédemption (d'excuse ?!) pour lisser le propos. C'est très dommageable et coûte la 4ème étoiles.
    velocio
    velocio

    Suivre son activité 392 abonnés Lire ses 2 133 critiques

    5,0
    Publiée le 26 mars 2008
    Premier long métrage du réalisateur uruguayen Rodrigo Pla, "La Zona, propriété privée" est un pamphlet terrible contre le système tout-libéral qui règne de plus en plus tout autour de la planète. Il s'intéresse ici à un de ces villages comme il en existe de plus en plus aux Etats-Unis et qui commencent à apparaître dans notre beau pays : des dizaines, voire des centaines de villas splendides coupées du reste du monde par un mur, gardées arme aux poings par une milice/police privée. Ici, on est au Mexique, un pays où les écarts économiques de plus en plus importants entre riches et pauvres sécrètent bien entendu une augmentation de la criminalité. Dès l'ouverture du film, on est fixé : un premier plan sur ces villas, des jardins bien entretenus, des rues en parfait état sillonnées par des 4x4. La caméra s'élève, on passe au dessus d'un mur surmonté de barbelés et, de l'autre côté, on "atterrit" dans un bidonville. La tempête sévit et elle va permettre à 3 jeunes membres des quartiers populaires de s'introduire de l'autre côté, côté richesse. La tentative de cambriolage tourne mal. La suite est parfaitement maîtrisée : on retrouve les rapports entre police privée et police "officielle", avec ses bons éléments et ses éléments pourris; on retrouve une chasse à l'homme, l'inquiétude des parents. Cette vision du monde qui nous attend si on n'y prend pas garde fait froid dans le dos, mais elle a le mérite de nous prévenir du danger qui nous menace.
    ffred
    ffred

    Suivre son activité 479 abonnés Lire ses 3 145 critiques

    5,0
    Publiée le 1 avril 2008
    Attention film coup de poing ! Pour son premier long métrage le mexicain Rodrigo Pla frappe un grand coup. Le jeune metteur en scène met en lumière la "fracture sociale" de plus en plus grande dans son pays en particulier et dans le monde en général. Car ce genre de "zone" existe déjà aux Etats-unis ou ailleurs. Ce n'est pas de la fiction. L'histoire, très simple, est écrite à quatre mains par le réalisateur et sa compagne. Chaque personnage est bien cerné, sans être encombré de cliché ou de stéréotype, ils sont présentés brut, comme ils sont, avec leurs arguments, leurs défauts, leurs faiblesses. Ils ne sont pas jugés et on peut comprendre chacune des motivations de trois parties en présence : les riches, les pauvres et la police. Même si on es père tout le temps, le récit ne va pas comme on le souhaiterait et la fin tragique, terrible, inéluctable arrive immanquablement. Nombre de constats sont alors à faire, et le premier qui vient à l'esprit en sortant de la salle est qu'on est mal barré ! Voilà un premier film et un metteur en scène qui ont tout compris. Voilà ce que ne fait plus aujourd'hui que très rarement le cinéma : nous montrer le monde tel qu'il est. Sans fioriture, sans hypocrisie, juste les faits, juste faire voir les choses. Sans jugement, sans pathos, avec un soucis d'honnêteté et de vérité, Rodrigo Pla bouscule et nous fait, si n'est réagir, au moins réfléchir. Son film a toutes les qualités que l'on attend d'un film : un scénario intelligent et bien écrit, une mise en scène solide qui n'ennuie pas, une direction d'acteurs parfaite... Rarement un premier film aura été aussi maîtrisé, abouti, convaincant.Seuls les films d'Inarritu (les 3 !) m'ont mis une telle claque dans la gueule comme ça. Décidemment le cinéma mexicain a de belles choses à nous offrir, et continue d'étonner d'année en année. On ne peut que souhaiter (et espérer) à ce jeune metteur en scène une carrière aussi belle que celle de son glorieux aîné. Gros coup de coeur.
    RENGER
    RENGER

    Suivre son activité 1006 abonnés Lire ses 5 462 critiques

    4,0
    Publiée le 4 avril 2008
    Première réalisation à la fois audacieuse et pertinente. Celle d’un monde où l’on se coupe des autres, des pauvres et de ceux qui nous paraissent inférieurs. Le film démarre au cœur d’une cité résidentielle chic, du type « Rêve Américain ». Manque de bol, on est en faite au Mexique au cœur d’une enclave protégée par des murs gigantesques, où surplombent des fils barbelés et une armada de vigils et de caméras de sécurités. Ne voulant pas se mélanger à la misère et à la pauvreté du monde extérieur, ils se sont bâtis une « zone » aseptisée où la paranoïa sécuritaire prédomine le jour où trois ou quatre adolescents pénètrent illégalement dans la résidence. Vol, meurtres, coups de feu, on ne sait plus qui est le coupable, si bien que les habitants se livrent à une traque incessante envers le seul ado rescapé des coups de feu. S’engage alors un lynchage public envers ce pauvre gosse qui ne souhaite qu’une chose, quitter cette résidence à tout prix. Entre la corruption, la pauvreté et cette névrose bien présente, Rodrigo Pla surprend pour son premier film. Entre gène et honte, ce film reflète à lui seul la triste vérité !
    Malevolent Reviews
    Malevolent Reviews

    Suivre son activité 395 abonnés Lire ses 3 205 critiques

    3,5
    Publiée le 8 mai 2013
    Critique sociale magistralement mise en scène par un jeune réalisateur prometteur, La Zona, propriété privée est une merveille du cinéma mexicain. Interprétation sans faille, rythme soutenu (qui aurait été un poil plus frénétique), scénario original et photographie glauque : le film est un quasi-sans-fautes... On se surprend à suivre cette mésaventure bouleversante de ce jeune adolescent pris au piège dans une cité isolée du reste de la ville, contrôlée d'une main de fer par des habitants solitaires, solidaires et revanchards. Pas de scènes-choc à proprement parler, le réalisateur ne tenant pas à montrer du gore pour du gore, mais des séquences d'une froideur sans pareille, dévoilant peu à peu la nature humaine et le pouvoir de ces habitants décidément invincibles. À voir absolument !
    tixou0
    tixou0

    Suivre son activité 303 abonnés Lire ses 1 699 critiques

    3,0
    Publiée le 23 juillet 2010
    Dans un futur proche, quand l'insécurité contraint la petite bourgeoisie à imiter les plus nantis et à donc s'enfermer derrière de hauts murs : ainsi se forme "la zona", en plein Mexico misérable. Un soir de tempête, trois de ces miséreux profitent d'une panne d'électricité et d'un trou dans l'enceinte pour pénétrer dans "la zona". Et c'est le drame... Plà nous raconte une histoire haletante et tragique avec beaucoup d'humanité (grâce surtout à ses deux jeunes héros, qui se sont reconnus au-delà des différences sociales), et dit beaucoup, sans démonstration pesante et sans manichéisme.
    soniadidierkmurgia
    soniadidierkmurgia

    Suivre son activité 305 abonnés Lire ses 3 258 critiques

    4,0
    Publiée le 7 août 2012
    Film coup de poing sur ce que pourrait devenir la vie à la lisière de nos grandes métropoles. On connaît en ces temps de surpopulation qui juxtaposent de manière parfois brutale les différentes couches sociales la tentation du repli sur soi. Juste à la bordure d’une favela une communauté vit retranchée derrière un mur. Quand un panneau publicitaire tombe sur un pylône privant d’électricité la forteresse, l’occasion est trop belle pour trois jeunes affamés d’aller se servir en grimpant à ce mât de cocagne providentiel. L’expédition va très vite tourner court laissant deux des voleurs sur le carreau et un troisième en fuite. C’est alors que s’engage vraiment le film nous montrant comment fonctionne la petite communauté avec sa hiérarchie et ses lois autoproclamées. Il s’agit en fait d’une véritable dictature qui régit cette enclave qui croît pouvoir résister face à des milliers de crève-la-faim flanqués à ses portes. La corruption sert à acheter la police locale quand les crimes punitifs sont trop voyants. Cette vision d’une société en décomposition où le lien social a disparu peut nous paraître lointaine et réservée aux pays émergents mais nous avons nous aussi nos ghettos avec les banlieues abandonnées. La vie réglée au sein de la communauté ne réussit pas à tout le monde et le vigile chargé de nettoyer la « Zona » a bien du mal à contenir l’indignation de sa femme et de son fils. Rodrigo Pla nous montre par les dissensions au sein de la famille qu’il ne faut pas perdre espoir, sachant que tout système autoritaire génère sa propre perte par une contestation interne. Film à montrer à tous ceux qui sont des partisans de l’autoritarisme à tout crin.
    wesleybodin
    wesleybodin

    Suivre son activité 306 abonnés Lire ses 3 864 critiques

    4,5
    Publiée le 12 août 2011
    Une course à la survie sur fond d'inégalité sociale menée d'une main de maître par un génie de la mise en scène. C'est dur, sans concession, comme un cou de poignard dans le dos donné par un individu vous souriant amicalement. Entre richesse et pauvreté, mieux vaut se trouver dans le bon camp ou la zona le fera pour vous.
    Addyct-26
    Addyct-26

    Suivre son activité 175 abonnés Lire ses 756 critiques

    2,5
    Publiée le 24 août 2009
    La Zona, propriété privée, premier film du méxicain, Rodrigo Pla .. Un premier long métrage assez bon, qui démarre de façon assez intriguante mais qui par la suite perd en rythme. Le film reprend de l'intéret en fin de film, le final, la découverte du dernier adolescent dans la cité réisdentielle. Un final dur, surprenant, révoltant et qui fait beaucoup réfléchir. Entre ces deux extrêmes, (le début et la fin), c'est dans l'ensemble plûtot plat et creux. j'avoue m'être un eu ennuyé quand même. Bien que les acteurs reste tout au long du film excellent et joue leurs rôles de façon très juste. Le scénario perd beaucoup de son intensité en milieu du film. Au final, j'ai étais dans l'ensemble assez déçu du résultat de "La Zona, propriété privée", j'en avais entendu beaucoup de bien, c'est peut être ce qui explique le fait que je sois resté un peu sur ma faim à la fin du film, même si le final m'a régalé car je ne m'attendais pas à une telle chute. Film néanmoins à voir, malgrès la lenteur et le manque de rythme, le sujet est très intéréssant, les réactions des personnages sont très réaliste et c'est ce qu'il fait le plus peur dans toute cette histoire.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top