Notez des films
Mon AlloCiné
    Alice au Pays des Merveilles
    note moyenne
    3,3
    35656 notes dont 3456 critiques
    répartition des 3456 critiques par note
    526 critiques
    920 critiques
    627 critiques
    781 critiques
    319 critiques
    283 critiques
    Votre avis sur Alice au Pays des Merveilles ?

    3456 critiques spectateurs

    MaCultureGeek
    MaCultureGeek

    Suivre son activité 787 abonnés Lire ses 1 167 critiques

    2,5
    Publiée le 3 juin 2017
    Laissez moi vous raconter une histoire : celle de Johnny Depp et Tim Burton, deux grandes personnalités en plein déclin constant, qui ne parviennent plus à se renouveler et retrouver l'aura qui faisait, il y a vingt ans déjà, leur grand intérêt. C'est leur personnalité extravagante et géniale qui semble les avoir quittés, la personnalité unique de leur art somme toute différent l'un de l'autre, mais tellement complémentaires lorsqu'on les associe entre eux. Depuis Wood, Edward, Sleepy, Charlie, les deux hommes semblaient avoir trouvé un terrain d'entente suffisamment prometteur et crédible pour pouvoir s'attirer les yeux rêveurs d'une foule de nouveaux fans en érection. Et c'est à la vue de cet Alice au Pays des Merveilles que l'on laissera un horrible constat s'imposer à nous : ce temps ci est définitivement révolu, enterrant deux grands d'hier fans aux nouveaux géants d'aujourd'hui. Car si Burton et Depp n'auront pas su passer les années 2000 avec ce génie si particulier qui animait leurs débuts de carrière, c'est que leurs films en ont largement pâti. Ainsi, cet Alice perd toute l'âme des oeuvres de Burton, ou la folie mesurée du jeu auparavant sublime d'un Depp qui manque ici d'inspiration. Recyclant toutes les mimiques qu'il pu utiliser ici ou là, il se contente de nous jouer un éternel Jack Sparrow, grotesque dans son attitude, avec pour seul différence que la folie sera ici poussée à son paroxysme. Forcément que la recette prendra pour les moins exigeants d'entre nous, pour les amateurs de son jeu si unique, mais ne soyons pas si sûrs que les autres l'apprécient tout autant. L'on pourrait même commencer à sentir un certain air de lassitude chez ceux qui trouveront ici le point d'overdose d'un jeu certes répétitif, mais toujours suffisamment efficace pour ne pas nous endormir. Une prestation passablement banale qui croulera facilement sous le jeu endiablé d'un Carter inoubliable par son surjeu et son phrasé enfantin, étrange gosse démoniaque à la tête de pastèque. Irritante jusqu'à sa voix de crécelle, elle relèvera le niveau jusqu'à la toute conclusion de l'oeuvre, étrange méli-mélo d'action que n'aurait guère renié un certain Peter Jackson. Et s'il est une chose qui déçoit par dessus tout le spectateur un tant soit peu exigeant, c'est que la dite chose concerne la mise en scène de Burton. Nous prouvant qu'il n'est plus que l'ombre du génial artiste qu'il fut, l'homme nous sert une drôle de bouillasse dégoulinant d'un numérique abjecte et mal posé, souvent mal incrusté sur des décors refoulant le fond vert bon marché. Son film manque d'âme, de peps : il est vide, fade, sans saveur, comme tous ces produits surgelés qui viennent remplacer le savoir-faire ancestral d'artisans amoureux de leur profession. Remplacés par un numérique malvenu, les décors habituellement construits des films de Burton ne laissent plus aucune place à la magie ou la rêverie, l'homme tentant de nous faire croire que son art est toujours intact, au travers de quatre pauvres arbres en putréfaction qui ne sont pas sans rappeler un certain Sleepy Hollow, le génie en moins. Vide et sans aucune saveur, Alice au Pays des Merveilles n'a pour lui que son aspect divertissement primaire : si l'on omet tous ses défauts, si l'on oublie ses airs vrais d'attraction de Disney pour Lapin sous coke avec des lunettes 3D, l'on pourra y passer le temps sans disconvenu. Car au final, cette version "Burtonienne" des aventures d'Alice pourra distraire par un après-midi pluvieux, si l'on n'a rien d'autre à voir. A trop prendre le melon, le célèbre duo d'artistes commence à sérieusement nous prendre la tête.
    ck-13
    ck-13

    Suivre son activité Lire ses 24 critiques

    5,0
    Publiée le 9 juin 2019
    Vraiment spectaculaire et grandiose moi qui n'ai pas aimé le dessin animé, j'ai adoré la version de Tim Burton. Le genre de film qu'on adore ou qu'on deteste. Qu'on lui coupe la têêêêêêêêêteeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee
    NoSerious M
    NoSerious M

    Suivre son activité 115 abonnés Lire ses 156 critiques

    3,5
    Publiée le 23 juillet 2017
    On change en quelque sorte d'univers, mais le film accentue un peu trop sur la simplicité. On est des fois emporté par l'ambiance, mais le manque d'idées et d'approfondissements m'empêche d'être touché. Comme le Chester je ne suis pas friand de ce genre de nourriture.
    Cinemangageek
    Cinemangageek

    Suivre son activité 34 abonnés Lire ses 40 critiques

    5,0
    Publiée le 26 février 2013
    super fim ! chef d'oeuvre de tim burton ! j'en ai pris plein les yeux quand je l'ai vu au cinéma et chaque fois que je le revois en DVD ! Un film a voir absolument !
    RENGER
    RENGER

    Suivre son activité 393 abonnés Lire ses 5 459 critiques

    2,5
    Publiée le 24 mars 2010
    Tim Burton réalise une libre adaptation des deux romans de Lewis Carroll et en restitue une œuvre à la fois déroutante mais pas déplaisante. On retrouve ainsi Alice à l’âge de 19 ans, disposée à épouser un Lord sur l’avis de ses parents, mais n’étant pas prête à ce sacrifice, elle s’enfuit et se retrouve à Wonderland., un endroit qu’elle n’avait plus visité depuis sa tendre enfance, elle a même finit par l’oublier, ainsi que ses habitants (tels que le Lapin Blanc, le Loir, la Chenille, le Chat du Cheshire, le Chapelier Fou ou encore la Reine Rouge et la Reine Blanche), si bien qu’elle a l’impression d’être dans un rêve. Pour cette adaptation, Tim Burton a fait confiance au scénariste Linda Woolverton, qui lui a restitué une œuvre bien différente auquel on aurait pu s’attendre, assez loin de l’univers de Lewis Carroll, mais étonnamment proche de celui de Narnia (2005), le film oscille entre quête héroïque ultra classique et comédie loufoque & absurde. Si le scénario pose problème, heureusement, la qualité visuelle du film se démarque, certes, beaucoup moins gothique que ce à quoi on aurait pu espérer, si l’ensemble reste assez glauque, les couleurs foisonnent par moment, rendant les scènes plus oniriques qu’inquiétantes. Très inspiré de l’adaptation animée de 1951 des studios Disney, cette nouvelle version, est d’une esthétique saisissante, alternant sans cesse entre prises de vues réelles, animations & motion-capture, ajoutez à cela la 3D Relief, le film vous tient en haleine et parvient à faire de l’ombre à un scénario pas vraiment passionnant et original. Si les décors sont sublimes, on appréciera aussi les nombreux effets d’optiques basés sur les distorsions d’échelle et de proportions auxquelles les personnages sont victimes (essentiellement le Chapelier Fou & la Reine Rouge). Enfin, niveau distribution, on retrouve Johnny Depp pour une septième collaboration avec le cinéaste, aux côtés de Helena Bonham Carter et l’inconnue (mais ravissante) Mia Wasikowska.
    AMANO JAKU
    AMANO JAKU

    Suivre son activité 206 abonnés Lire ses 755 critiques

    3,0
    Publiée le 4 juin 2016
    Une nouvelle version un peu plus « adulte » du grand classique de Disney avec aux commandes le loufoque et surdoué Tim Burton ? Pourquoi pas ? Je dirais même : « Oui, allons-y : ça va être terrible !! » D'autant plus que le début commence plutôt bien : même si elle porte la même robe bleue et blanche, une chevelure blonde et une coiffure identiques ; la Alice version 2010 est désormais une jeune femme de 19 ans qui se montre audacieuse et affirme ses opinions, quitte à être en conflit avec sa mère. De plus, son introduction dévoilant sa vie « réelle » se révèle être une sympathique caricature ironique de la société victorienne vue à travers le regard révolutionnaire de notre héroïne excentrique. L'avantage, c'est que le récit nous dévoile direct le leitmotiv du film : il s'agira d'un voyage initiatique censé amener Alice vers le passage de l’enfance à l’âge adulte. Ensuite nous arrivons au fameux Wonderland : le recours à un mélange de plusieurs techniques d’effets visuels nous permet une plongée immersive dans un univers fantastique où les perceptions ne sont plus tout à fait les mêmes (la chute d'Alice qui défie les lois de la physique et du temps, les proportions et distorsions des corps comme celui d'Alice ou la tête de la Reine Rouge, les fleurs immenses et colorées au visage humain, la Reine Blanche qui semble flotter au dessus du sol, le chat dont chaque partie du corps semble indépendante par rapport aux autres...). C'est assez bluffant et on est rapidement happé dans cet univers absurde. C'est aussi avec plaisir que l'on retrouve tous les personnages attachants du roman de Lewis Carroll : le lapin blanc, le chapelier fou, Bonnet-Blanc et Blanc-Bonnet, le loir, la Reine de Cœur, la chenille et le chat du Cheshire (LA grande réussite du film : design parfait, un look improbable mais plaisant, une présence incroyable et un charisme dingue !!). Malgré tout ça, il y a quelque chose qui passe pas, une impression étrange qu'on arrive ni à comprendre ni à définir : la 3D s’incruste finalement assez mal dans le paysage et en devient presque inutile. Au milieu de toutes ces idées colorées, rien ne ressort vraiment tout semble pas à un tel point qu'on en regrette de ne pas voir le film en version normale 2D numérique…ensuite le scénario est finalement assez simple et carrément linéaire et sans surprise puisqu'il s'appuie sur un parchemin prophétique qui annoncent dès le départ le déroulement de l’intrigue et sa résolution. C'est vraiment dommage car il y avait de quoi surprendre un peu plus notamment avec l'opposition des deux reines (le choc entre la vil dominatrice hystérique et un tantinet psychopathe et la gentille hippie ultra naïve avait de quoi permettre des ajouts scénaristiques intéressants). Le pire, c'est que la pauvre Alice ne semble pas finalement maître de son destin et que son initiation n'est qu'un programme prévu qui va s'exécuter normalement. La pauvre et mignonne Mia Wasikowska n'est pas mauvaise actrice mais le scénario la laisse en plan sur le bas côté : elle se donne un mal de chien pour sauver les meubles mais cela reste vain...dommage. Helena Bonham Carter est parfaite en Reine Rouge hystéro-sadique et Johnny Depp est toujours excellent même s'il continue encore et toujours de faire du Johnny Depp (je commence à croire que cet immense acteur prend de moins en moins de risques, quitte à proposer à chaque fois une caricature de lui-même : c'est un peu rageant tout de même...) Par contre, je ne peux que m'agenouiller devant LA performance d'Anne Hathaway : son hallucinante Reine Blanche oscille constamment entre le ridicule et l'interprétation acidulée. On se retrouve alors avec une monarque sous acide dont le trip permanent ne la fait jamais redescendre sur terre (littéralement : quand elle se déplace, on dirait qu'elle flotte dans les airs !!). J'aime beaucoup cette actrice mais là, je l'ai carrément adorée !! Elle s'est réellement impliquée dans ce rôle digne d'une exquise farce et cela se voit à l'écran (elle-même, lors d'une interview, a avoué qu'elle considérait son personnage comme « une punk-rock végétalienne et pacifiste » ^^). Le film vaut le coup d'œil rient que pour cette fabuleuse interprétation. Voilà, bilan : le nouveau bébé de Tim Burton n'est pas mauvais, mais plutôt excessivement simple. L’histoire d' "Alice au Pays des Merveilles" était parfaitement dans les cordes de Mister Burton : le genre de truc en or massif pour qu'il puisse s’en donner a cœur joie pour nous émerveiller...simplement il n'a pas l'air d'avoir osé se lâcher totalement (totalitarisme de Disney ? Dictature du PG-13 ? Les 2 en même temps...très probable). Mais si on se laisse aller, on passe tout de même un bon moment....et puis Anne Hathaway est tout bonnement géniale !
    Florian Malnoe
    Florian Malnoe

    Suivre son activité 57 abonnés Lire ses 537 critiques

    2,0
    Publiée le 4 juin 2016
    On est loin de la superbe adaptation de "Charlie et la chocolaterie" avec cet " Alice au pays des merveilles. Le numérique est pour commencer un peu trop omniprésent en plus d'être assez inégal, ce qui casse un peu l'immersion. Ensuite la mise en scène reste pas mal mais le tout manque de surprise. Scénario assez convenu et ennuyant est aussi à pointer du doigt. Question interprétation je trouve le chapelier campé par Depp un peu effacé mais l'actrice principale reste charmante, même si assez inexpressive. Le ton se révèle également pas assez dark, or j'aurais voulu que Burton apporte un peu ça dans l'univers. Une semi-déception.
    Shy M.
    Shy M.

    Suivre son activité 39 abonnés Lire ses 26 critiques

    5,0
    Publiée le 4 juillet 2014
    Pour moi, tout simplement génial et parfait! Je le recommande vivement tant pour les petits et les grands!!! 5/5
    Berliioz
    Berliioz

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 79 critiques

    4,5
    Publiée le 24 mai 2013
    Ouahhh .. Encore merci Tim! .. L'histoire est respecté, les acteurs sont excellent et les scènes vraiment belles et bonnes! .. Un plaisir pour les yeux du début à la fin .. A voir sans hésiter!
    anonyme
    Un visiteur
    4,5
    Publiée le 10 juillet 2013
    Excellent film de Burton encore une fois! J'ai adoré plonger dans l'univers d'Alice au Pays des Merveilles, haut en couleurs, psychédélique et magique pour ma part! Avec des acteurs tous bons dans leur rôles, mais bien sûr chapeau bas à Johnny Depp qui est parfait dans ce rôle du Chapelier Fou! Film que j'ai vraiment beaucoup apprécié, à voir! :)
    stebbins
    stebbins

    Suivre son activité 317 abonnés Lire ses 1 747 critiques

    1,0
    Publiée le 29 mars 2010
    Un ratage. En l'espace de quelques films, Tim Burton n'a réussi qu'à transformer sa recette " univers-bicoque " en formatage indigeste. Après un gros poisson efficace mais terriblement mièvre, une chocolaterie acidulée aux couleurs vomitives, un conte macabre insignifiant et un barbier sanguinolent voici Alice : long métrage surfait, sans aucun charme, reposant sur la présence de Johnny Depp et Helena Bonham Carter au générique, le dernier Burton n'est même pas décevant. Juste foireux. Ayant vu la version Disney il y a fort longtemps, je crois pouvoir dire sans me tromper qu'il n'y a pas photo : l'animation relevait alors de la création d'un monde merveilleux qui n'oubliait pas de pimenter de noirceur ses personnages. Ici Burton a recours à une 3D gadget, sans nul autre intérêt que de chatouiller les petits yeuyeux des petits nenfants pas sages : le résultat est moins impressionnant qu'abrutissant, faussement féroce ( quand on s'appelle Tim Burton il faut bien garder la face ! ) et visuellement hideux. Décidément il est bien loin le temps d'Edward aux Mains d'Argent...
    Chevalier Noir
    Chevalier Noir

    Suivre son activité 175 abonnés Lire ses 340 critiques

    3,0
    Publiée le 26 juillet 2013
    Qui mieux que Tim Burton aurait put adapter le célèbre roman d’Alice au Pays des Merveilles de Lewis Carroll? Personne. Mais le résultat du film m’a déçus sur certains points. Âgée de 19 ans, Alice va retourner dans le monde imaginaire qu’elle a nommée Le Pays des Merveilles qu’elle a découvert quand elle n’était qu’une petite fille. De retour dans le monde magique elle va retrouver tous ses amis, le Lapin Blanc, la Chenille, le Chat du Cheshire et bien entendu le Chapelier Fou. Mais tout le monde la prend pour une « fausse » Alice alors que la vrai devrait être avec eux pour combattre la tyrannique reine rouge. Alice va s’embarquer dans une incroyable aventure et défier la reine rouge pour mettre fin à son règne. Au début le spectateur voit le titre « Alice au Pays des Merveilles » et se dit que cela doit être intéressant et là son œil s’arrête sur le nom du réalisateur Tim Burton et se dit que le film doit être plus qu’intéressant voire même très prometteur car un des plus grands cinéastes aux manettes du film Alice au Pays des Merveilles adapté du roman de Lewis Carroll est très intriguant car qu’est-ce que Tim Burton va faire? Qu’est-ce que le film va donner? Mystère. Ensuite le spectateur regarde le casting et voit Johnny Depp, Helena Bonham Carter, Anne Hathaway et Mia Wasikowska dans ce film, en voyant ça il file le voir au cinéma. Je ne l’est pas vu au cinéma mais j’ai été un peu déçus par ce film que j’attendais beaucoup lorsque je l’est vus en DVD. Le scénario est pas mal mais je le trouve incomplet ou pas assez développé, l’histoire paraît un peu basique mais reste tout de même palpitante. Les scènes d’action ne sont pas si spectaculaires qu’elles le devraient comme la bataille finale légèrement molle, heureusement qu’il y a le face à face entre Alice et le Jabberwocky mais qui n’est pas si spectaculaire qu’il le devrait aussi. Ce qui est bien dans ce Alice au Pays des Merveilles c’est qu’on retrouve l’univers de Tim Burton et que son univers correspond parfaitement à cette histoire, on retrouve les arbres morts penchés ou tordus, des moments sombres, des châteaux gigantesques, des forêts noire, des monstres, la musique est également très fidele au film et ressemble à d’autres musiques de films du réalisateur. Tim Burton ne pouvait également pas passer à côté des personnages cultes du roman de Carroll et du dessin-animé de Disney, on retrouve la Chenille, le Lapin, les Roses qui parlent, le Chat du Cheshire, le Chapelier Fou et ses compagnons le Lapin et la Souris, il y a évidemment la Reine Rouge pour le scénario et on retrouve des moments du dessin-animé comme la descente d’Alice dans le gouffre avec le lit, les réveils, les horloges, la scène où elle grandit, rapetisse pour passer la petite porte, la partie de croquet avec les hérissons, la scène sous forme de flash back où elle peint des roses blanche en rouge... Maintenant parlons des acteurs Mia Wasikowska est excellente dans le rôle d’Alice et est révélée grâce à ce film, ensuite il y a la star de Tim Burton, Johnny Depp qui m’a un peu déçu dans le film car je trouve le personnage moins intéressant que ses autres personnages qu’il a joué au cinéma mais il joue bien et c’est le principal, il y a Helena Bonham Carter qui interprète le Reine Rouge avec une ENORME tête qui est bien mais un peu décevante dans le rôle mais avec sa réplique « Qu’on lui coupe la tête! » elle livre un personnage déjanté. Et enfin nous avons Anne Hathaway en Reine Blanche, elle est très belle, elle joue bien mais le personnage est sous employé. Mais ce qui est bien avec Alice au Pays des Merveilles version Tim Burton c’est qu’on en prend plein les yeux avec les sublimes décors et effets spéciaux d’une grande beauté. Pour conclure Alice au Pays des Merveilles est pour moi un peu décevant car il manque de rythme, les jeux des acteurs ne sont pas excellents, le scénario n’est pas aussi complexe que je l’espérais et le film manque de féerie mais la féerie burtoniènne est présente. Le film reste bon malgré ses défauts.
    Ramm-MeinLieberKritiker-Stein
    Ramm-MeinLieberKritiker-Stein

    Suivre son activité 92 abonnés Lire ses 543 critiques

    4,0
    Publiée le 28 mai 2014
    Tim Burton a un talent fou pour superposer son genre sur différents d'autres thèmes. Même si 95% du film à été tourné sur fond vert, la poésie du livre et le savoir-faire de Burton se confondent et s'apprivoisent, donnant, au final, un duel de personnages tout en couleurs étonnamment légendaire. Servi, en plus, par un casting bluffant, on à tout simplement du mal, parfois, à reconnaître que ce sont les studios Disney qui, derrière tout ça, dirige le tournage et ont livré le scénario. Dommage que certains acteurs s'appuient un peu trop sur les caractéristiques de leurs personnages : Anne Hathaway ou Johnny Depp délirent, de temps en temps, et tombent dans une imagination perverse et complètement exagérée. Ne pas oublier quelques incohérences assez gênantes (Helena Bonham Carter se met à ne plus identifier LA Alice (très bien jouée par Mia Wasikowska, en passant) en vrai mais sur un parchemin, oui?). Sans ces deux choses qui peuvent déranger, le film serait parfait sur tous les points. Une belle réussite.
    Dark Taylor
    Dark Taylor

    Suivre son activité 35 abonnés Lire ses 255 critiques

    1,0
    Publiée le 26 septembre 2013
    Un ratage faramineux pour Tim Burton. Mais où est-donc passé le fabuleux génie et ses univers déjantés, qui officiait dans les années 80/90 avec d'excellents films tels que "Sleepy Hollows" ou "Batman" avec Jack Nicholson en Jocker. Les acteurs et la distribution sont assez inégaux, voire très très inégaux. Ainsi les performances vont de Bien (pour Helena Bonham Carter en reine rouge génialissime) à nullissime (Alice franchement fade et amorphe) en passant par moyen (Johnny Depp on a vu mieux dans un rôle complétement hystérique ou déjanté) et très moyen (Anne Hathaway en Reine Blanche ultra maquillée). Evidemment, comme Tim Burton a complétement disparu ici, la réalisation pêche, et pas qu'un peu. Ainsi, la photographie est absolument hideuse, avec un étalage absolument hideux De plus, sauf quand Alice est dans le monde réel, pratiquement tout les décors des scènes sont en images de synthèses, alors que des paysages naturels auraient été les bienvenues pour sortir un peu de toute cette monotonie de couleurs dégorgantes à souhait. En clair, on passe d'un univers enchanteur à une sombre machinerie aux couleurs ternes qui donnent vite le cafard, voire la nausée. Du coté du scénario, on a aucune réelles surprises, tout est ultra-prévisibles de bout en bout, on sait dès l'arrivée au Pays des Merveilles que les gentils vont gagner et les méchants se faire prendre une bonne raclée et être bannis (pas de morts et de sang, ça pourrait choquer les enfants) bien que le film réussisse à garder un certain souffle épique tout au long du film, malgré des péripéties un peu chiantes. Bref, pas de quoi s'accrocher à son fauteuil comme si vous participiez à une course poursuite à 200 à l'heure sur le périph parisien aux heures de pointes. Par contre, le geste de regarder sa montre risque vite de devenir répétitif et lassant. Les personnages secondaires se révèlent dans l'ensemble franchement chiants: tel en est du couple des deux jumeaux chauves dont j'ai oublié le nom et qui parlent comme des idiots, ou bien du couple Lièvre de Mars complétement taré et de la souris qui irritent bien vite tout les deux. Reste le valet de cœur, larbin de la reine, qui parvient tout de même à tirer son épingle du jeu, grâce à une interprétation assez convaincante. Je ne parle pas de la scène de la bataille finale, particulièrement débile à souhait, où on est loin d'une bataille à la "Seigneur des Anneaux" (je sais, certains diront que c'est difficilement comparable mais c'est mon point de vue en ce qui me concerne). Non franchement, l'Académie des Oscars a beau dire, ce film n'est pas ce qu'il prétend être et n'en vaut absolument pas la peine, c'est à se demander qui vote à cette cérémonie. Alors la raison d'un tel ratage de la part de Burton, est-ce la touche Disney, qui a transformé le tout en un film pour enfant franchement chiant et sans aucune originalité par rapport à ce qu'à fait la firme depuis tout ce temps? On n'en saura sans doute jamais la réponse.
    Monkey F.
    Monkey F.

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 30 critiques

    1,5
    Publiée le 13 août 2013
    Ce film est une véritable déception, il n'y a aucune originalité au niveau de l'histoire et de la réalisation. ( comme dans n'importe quel blockbuster). Tout a été penser pour mettre la 3D en avant, et seulement la 3D. Burton revient encore une fois avec son acteur préféré, Johnny Depp, qui a lui seul prends tout l'espace de l'affiche du film ( Ce serait pas Alice, des fois, l’héroïne ?) et nous ressert encore une fois ses mimiques des Pirates des Caraïbes. Un très mauvais film. Mais ou est passé le réalisateur d'Edward aux mains d'argent et de Sleepy Hollow ?
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top