Notez des films
Mon AlloCiné
    The Dark Knight Rises
    note moyenne
    4,3
    56407 notes dont 6418 critiques
    répartition des 6418 critiques par note
    2355 critiques
    2202 critiques
    856 critiques
    512 critiques
    250 critiques
    243 critiques
    Votre avis sur The Dark Knight Rises ?

    6418 critiques spectateurs

    Anthony Stark
    Anthony Stark

    Suivre son activité 33 abonnés Lire ses 122 critiques

    3,5
    Publiée le 1 septembre 2015
    Après l'excellent "Batman Begins" et le chef-d'oeuvre "The Dark Knight", Nolan nous sort le dernier opus de la trilogie. Autant vous dire qu'il est vraiment inférieur aux deux premiers opus. La mort tragique de Heath Ledger ne pouvait que faire souffrir la suite car à la base elle devait concerner le procès du Joker. Le scénario a donc été totalement remanié et il n'y a aucune trace du Joker dans ce volet. AUCUNE! Je sais bien que faire revenir le Joker dans ce film aurait été foireux mais là il n'y a vraiment rien! Même pas une trace de lui dans un journal, même pas une référence à lui dans une discussion ou même pas une petite photo d'archive de lui. Que le Joker disparaisse totalement de "The Dark Knight Rises" reste vraiment dommage. Mais passons aux points positifs: Déjà Anne Hathaway incarne à merveille Catwoman comparé à la version grotesque de Burton. De plus, elle est terriblement sexy! De plus, la musique est toujours aussi géniale dont le fabuleux morceau de Catwoman qui apparait dans cet opus. Mais je n'exagérais rien en disant que le film est très moyen, il reste cependant très agréable à regarder et plutôt intelligent. Mais il reste à des années lumières du raffinement de "The Dark Knight", car ce volet la préfére avancer avec des gros sabots. L'autre gros point faible de ce film, c'est qu'il veut en faire trop pour essayer de faire plus épique que le précédent opus. Il ne mets quasiment que de la poudre aux yeux. La maestria de l'écriture du précédent opus a disparu. Bref "The Dark Knight Rises" est très agréable à regarder et il est un bon divertissement. Mais c'est tout. On aurait tout de même pu s'attendre à mieux comme conclusion même avec la mort de Heath Ledger.
    Wolverine1992
    Wolverine1992

    Suivre son activité 56 abonnés Lire ses 405 critiques

    5,0
    Publiée le 28 mai 2013
    Tout comme les précédents volets de la saga, The Dark Knight Rises est un chef-d'oeuvre !!! Les acteurs sont excellent notamment Tom Hardy dans le rôle de Bane. Les scènes d'action sont plus spectaculaire que dans les précédents volets et les effets spéciaux sont incroyables !
    ffred
    ffred

    Suivre son activité 652 abonnés Lire ses 3 256 critiques

    5,0
    Publiée le 29 juillet 2012
    ...Je ne dirais pas que j'ai été emballé, le mot est faible, mais plutôt subjugué, voir même fasciné. Jamais un Batman n'a été aussi noir et aussi désespéré. Le scénario, foisonnant, n'a d'égal que la mise en scène grandiose et virtuose de Nolan. Tant de thème abordés, avec une puissance à laquelle je ne m'attendais pas. Je suis resté scotché pendant les 2h44mns de projection sans jamais m'ennuyer une seconde. La première scène de l'avion donne le ton et l'ensemble va crescendo jusqu'à un final aussi inattendu qu'émouvant... La suite sur : http://lecinedefred2.over-blog.fr/article-the-dark-knight-rises-108618974.html
    SpiderBaby
    SpiderBaby

    Suivre son activité 27 abonnés Lire ses 619 critiques

    0,5
    Publiée le 12 août 2012
    De l'ampleur visuel, de la féérie expresionniste et gothique des premiers Batman, il ne reste rien qu'une New York grise de film d'action béta. Le thème emblématique de Danny Elfman, aussi marquant que ceux de Starwars ou d'Indiana Jones, a été remplacé par une artillerie lourde qui saigne les tympans. Et puis surtout, il y a ce fond idéologique ultra-sécuritaire et douteux instauré par le détestable Nolan, où révolutionnaires, communistes et terroristes sont mis dans le même sac, où ceux qui veulent renverser le système en place, cette société qui prend si bien soin des siens, même de ses orphelins (sic) ; qui osent s'attaquer à la bourse -ces fous inconscients- sont punis par de super policiers incorruptibles et des politiciens philantropes, motivés par un sens inébranlable et absolu de la justice... Propagande puante qui culmine quand Batman-casque-à-pointes charge en première ligne d'une cohorte de CRS pour aller cogner du manifestant... Nauséabond.
    legend13
    legend13

    Suivre son activité 104 abonnés Lire ses 911 critiques

    5,0
    Publiée le 15 juillet 2020
    Apres avoir époustouflé le monde entier avec le mémorable "The Dark Knight", la tache de Christopher Nolan pour ce 3eme et dernier opus était ardue. Et la disparition du regretté Heath Ledger, son Joker, est un évènement qui a du accroitre la difficulté. Et pourtant, les frères Nolan ont réussit à sortir de leurs manches un scénario tout simplement excellent. La scène d'introduction (comme pour "The Dark Knight") est juste géniale. La réalisation est parfaite et embarque le spectateur dans un Gotham au bord du chaos... Et c'est très réussi. Venant en aux acteurs. La aussi tout est parfait. Christian Bale est meilleur que jamais dans le rôle du héros tourmenté. Michael Caine est toujours aussi bon en Alfred. D’ailleurs la relation entre Bruce Wayne et ce dernier est plus touchante que jamais. Anne Hathaway est sublime en Selina Kyle. Quant à Tom Hardy je l'ai trouvé excellent dans le role du colossale Bane. Inutile de le comparer au Joker. Les 2 personnages n'ont rien en commun si ce n'est de martyriser les habitants de Gotham. Joseph Gordon-Levitt est lui aussi très bien dans son rôle et d'un charisme certain. Sans oublier les excellents Gary Oldman et Morgan Freeman. Tout ce petit monde au service d'un scénario que je trouve vraiment excellent et, il faut le dire, qui arrive à nous surprendre. Bref, conclusion émouvante et réussie qui clôture habilement la légende du chevalier noir version Christopher Nolan. J'ai eu le plaisir de le revoir en salle en 2020 (soit 8 ans plus tard) et le plaisir de le revoir sur grand écran est exquis. Encore merci !!!!! Et bravo !
    Hastur64
    Hastur64

    Suivre son activité 104 abonnés Lire ses 2 289 critiques

    5,0
    Publiée le 7 juillet 2013
    Voilà après douze ans la conclusion de la trilogie de Nolan sur Batman, une œuvre qui a su sur la durée et dans ces différentes parties garder son homogénéité et sa qualité. Nolan a su réinterpréter le personnage de Bruce Wayne/Batman de façon à en faire un personnage à la psychologie complexe et ceux en créant une œuvre en trois parties où il évolue continuellement et où chaque intrigue est à chaque fois solide et aboutie. Il ne sacrifie pas non plus les personnages secondaires et particulièrement les « méchants » qui sont loin de l’image comics, presque cartoonesque, que les œuvres précédentes sur le héros à la cape se sont plu à exploiter. Pour en revenir à ce dernier opus on retrouve tout ce qui a fait le succès de la saga dans cette nouvelle adaptation du « Dark Knight », un héros torturé et un Gotham en danger sous la menace d’un « vilain » aussi baroque que déterminé à détruire la ville et son héros. L’intrigue est toujours aussi dense et riche de la psychologie de ces personnages sans négliger une part d’action vraiment époustouflante. Le casting de cet ultime volet est toujours aussi luxueux et d’une sacrée qualité, outre les acteurs récurrents on retrouve ici les talentueux : Marion Cotillard, Tom Hardy, Joseph Gordon-Levitt, Anne Hathaway. Bref un film puissant à tous les niveaux dont la qualité intrinsèque et les deux premiers volets parlent pour lui. À voir de toute urgence si vous n’avez pas encore eu la chance de le visionner.
    maximemaxf
    maximemaxf

    Suivre son activité 287 abonnés Lire ses 260 critiques

    4,0
    Publiée le 4 août 2015
    The Dark Knight Rises est, en plus de la conclusion d’une trilogie de film quasi-populaire sur l’homme chauve-souris, exactement ce que je craignais avoir avec ce film après les deux premiers opus, à savoir une déception comparé à mes attentes et au souffle épique que beaucoup m’ont vendu après avoir vu ce film même si je ne lui attribue pas le statut de navet, bien loin de là. La première chose à savoir c’est que ce film a été énormément plus compliqué pour Christopher Nolan à sortir et à produire que les deux premiers Batman, avant que Heath Ledger rende l’âme Nolan avait déjà un scénario de prévu dans sa tête. Parmi ces idées, il y avait le Joker qui était jugé et le retour de Harvey Dent alias Double-Face qui était toujours vivant, sans compter l’arrivée de la fameuse Harley Quinn mais tout ceci ne s’est finalement pas fait (on se rassure, 2016 arrive et on l’aura notre Quinn sur grand écran). Et pour ne pas aider à la réputation du film, les controverses et événements malheureux ne manquent pas : lors d’un de ses avant-premières, une fusillade a eu lieu à Aurora au Colorado faisant 12 victimes à la suite de laquelle Zimmer a fait une musique pour leur rendre hommage. Et pour ne pas aider ce film, des débats politiques ont eu lieu à la sortie du film aux USA mais aussi en Angleterre, sans compter que depuis ce film cette pauvre Marion Cotillard se fait (très injustement) cracher à la gueule par les haters pour sa performance dans ce film. Mais bon, vous savez, primo c’est un film dans un monde de fiction et de comics malgré l'aspect réaliste donc j’en ais rien à battre, et de deux je ne pense pas que ça soit à Cotillard qu’il faut inculper la faute de sa performance pour la fameuse scène que beaucoup décrient. Et si je dois vous donner mon avis sur ce film… ben beaucoup des craintes que j’avais pour ce final se sont clairement confirmé, ça reste un film de qualité avec une écriture efficace mais ça se voit beaucoup trop que le scénario a été fait précipitamment et que beaucoup d’élément font défauts à ce final, tout cela étant certainement dû à la réécriture du script. Comme pour le précédent film, Christopher Nolan réutilise le format de caméra IMAX pour filmer les scènes en extérieur, un format de caméra 70 millimètres bien plus privilégié ici que dans le précédent film alors que le format d’image de 35 millimètres est moins présent. Dans le but de rendre l’action plus immersive et entraînante je veux bien et très souvent ça marche, spoiler: il n’y a qu’à voir le combat en équipe de Catwoman et Batman contre les hommes de Bane, la course poursuite en fin de film, ou même la bataille finale entre les flics de Gotham et les anarchistes à la botte de l’homme au masque, mais par moment je me suis demandé si Nolan n’était pas trop ambitieux à force de privilégier l’IMAX car à de nombreuses reprises, dans les scènes d’intérieurs la mise en scène à l’aide de la caméra de 70 millimètres est privilégiée sans qu’on ne sache trop pourquoi, à croire que Nolan voulait rendre son film le plus saisissant possible même en allant contre la logique de l’utilisation de ses caméra. C’est qu’un détail mais ça peut devenir un peu énervant par moment. Et au risque de chipoter pour rien, on n’atteint rarement l’impact visuel qu’avait The Dark Knight : Le chevalier noir malgré des plans larges, des cadrages et un jeu de format en général efficace et très maîtrisé en plus d’une splendide photographie. De plus, même la direction artistique a quelques problèmes : déjà parce que la plupart des scènes qui se déroulent dans Gotham se passent de jours, l’aspect sombre et réaliste en prend un sacré coup quand on sait que dans les deux précédents films. Ceci étant dit, on retiendra quand même des idées bien trouvé pour les costumes, spoiler: surtout celui de Selina Kyle avec les oreilles de chat très discret ou le masque à gaz de Bale qui aide à rendre la masse de muscle plus imposant encore, mais après certains choix me paraissent discutable. A la musique, pour ce dernier volet, Hans Zimmer revient à la baguette sans la présence de James Newton Howard cette fois-ci. Son travail sur les deux premiers Batman étaient déjà exemplaire et là, c’est malheureusement pas aussi bon. Si je ne devais juger que The Chant qui constitue le thème principal de Bane, j’aurais rien de mal à dire tant il est génial, mais très souvent les morceaux ne sont pas aussi entraînant qu’on pourrait l’espérer et j’ai vraiment eu l’impression qu’il manquait quelque chose à tout ça, je trouve juste correcte et de la part de Zimmer, c’est un peu dommage. Par contre, le morceau Aurora en hommage aux victimes de l’attentat est magnifique, ça y’a rien à redire. Poursuivons avec les acteurs pour retrouver une dernière fois Christian Bale dans le rôle du justicier masqué, désormais détruit de l’intérieur spoiler: et qui semble avoir des séquelles physique… ce qui est pas très logique puisque 8 ans sépare l’histoire de ce film au précédent, il aurait dû récupérer physiquement ou alors on aurait pu nous dire ce qui lui était arrivé entre les deux films. Comme pour les précédents films, Bale se révèle toujours aussi investi dans le rôle de Bruce et de Batman, le double personnage qu’il interprétait depuis deux films. Seulement, autant l’idée même de le faire reprendre du service face à une menace qu’il ne peut pas vaincre seul est sympa mais son parcours est trop expéditif sur plusieurs points, spoiler: déjà parce que son rétablissement est beaucoup trop rapide vu qu’on nous le présent comme très affaiblie physiquement, et pourtant on le revoit rapidement s’en prendre au groupe de Bane après le braquage à la bourse comme si il n’avait pas prit une pli. Néanmoins, il y a quand même du bon à retenir, ses relations avec les autres personnages toujours aussi bien écrites et Bale garde toujours autant de charisme que dans les précédents. Michael Caine revenait, une dernière fois, pour jouer un majordome toujours aussi attachant et proche de Bruce qui s’avère plus touchant que dans les précédents volets spoiler: et montrent sincèrement ses inquiétudes pour le devenir de Bruce, allant jusqu’à lui avouer que Rachel avait renonçait à lui pour qu’il puisse cesser à son rôle de justicier et tourner la page sur sa vie à Gotham, difficile de ne pas le prendre en sympathie quand on le voit à l’œuvre. Morgan Freeman est toujours aussi classe en Lucius Fox, de même pour Gary Oldman toujours aussi bon spoiler: et un caméo, une fois de plus, de Cillian Murphy qui n’aura finalement pas eu une occasion de vraiment briller, dommage pour lui. Venons-en maintenant au méchant avec la bête en personne parmi les acteurs d’Hollywood, le monstre sur grand écran, l’animal qu’on a lâché pour nous dévorer de sa posture monstrueuse : Tom Hardy en Bane ! Physiquement, il est juste parfait, et mille fois plus crédible que la vision Schumacher ça ne fait pas de doute. Sa démarche et sa musculature ainsi que la manière de le filmer continuellement en contre-plongée en font un pur monstre qu’on ne peut arrêter, bref un combattant imprenable. Sa première apparition frappe fort et il impose pendant la première moitié du film, spoiler: quand à ses motivations et son plan, autant il y a des bonnes idées mais ça n’excuse pas le fait que son plan devient un peu con voire inutilement compliqué. Et je ne parle même pas de sa mort qui est juste merdique… ah si, si et si, désolé mais le faire crever avec une roquette dans le bide c’est juste minable de chez minable, quand on a un méchant comme Bane, l’homme qui brise la chauve-souris dans les comics et à la carrure bestiale, tu lui donnes un mort digne de sa force, pas cette fin bâclée qui le fait passer pour une tapette ! Au final, la méchante le plus réussi, ce n’est même pas l’antagoniste principal, mais Selina Kyle jouée par l’excellente Anne Hathaway qui est juste mignonne à croquer dans son costume en latex moulant (quoi, c’est vrai), et qui se montre crédible aussi bien en tant qu’actrice que dans son personnage qui jouie ici d’une écriture qui reste bonne du début à la fin. Elle a du charme, même plus que Michelle Pfeiffer dans Batman : le Défi, spoiler: elle montre un certain dédain pour la bourgeoisie dont envers Bruce Wayne, elle a une réputation et autre élément bien trouvé, celui de ne jamais l’appeler par le nom du personnage en question car assez d’élément sont présent pour qu’on sache qui elle est. Et j’aime bien la façon dont Nolan tira profit de sa relation amour/haine avec Bruce, et la chimie entre le justicier et la voleuse passait bien. Donc franchement, aucun problème avec la comédienne jusqu’à présent. Le cas de Marion Cotillard en revanche est plus compliqué, parce que franchement je ne peux pas dire qu’elle joue mal, elle est même correcte mais son personnage est trop fade et faible pour qu’on la prenne vraiment au sérieux. De plus spoiler: en faire une love interest pour Bruce rend le subterfuge et le mystère sur son personnage très faible, on devine sans mal qui elle est mais on ne lui donne pas assez de personnalité, et c’est quand même dommage quand on sait que dans les comics, Talia et Ra’s sont quand même parmi les méchants les plus redoutables de Batman. Quant à spoiler: sa dernière scène, je reproche plus à Nolan d’avoir bâclé la scène que le jeu de Cotillard parce que ce n’est pas forcément évident de jouer une mort soudaine, et en plus il paraît que Nolan n’a fait qu’une seule prise de ce passage donc désolé mais la faute revient au réalisateur et non à la comédienne. Et enfin, pour ce qui est de Joseph Gordon-Levitt, j’avoue avoir été assez sympathiquement surpris par la manière dont Nolan a tiré profit du personnage qu’était John Blake, spoiler: flic inspiré par l’image de Batman et qui a un penchant pour le risque et un sens du corps à corps qui fait un clin d’œil très sympathique au partenaire du justicier masqué. Et en faire la relève de Batman était plutôt chouette comme idée, pas la plus originale mais c’est en accord avec la résolution finale de Bruce et l’influence qu’il laisse sur John. En gros on a un casting excellent et porté par de très grand comédien mais des personnages tantôt intéressant et tantôt mal exploité par le scénario. D’ailleurs parlons-en parce que, le scénario est justement le principal élément qui m’a posé énormément de problème dans ce film. Surtout que j’ai senti une chose de vraiment perturbant pendant le visionnage : ce n’est pas l’histoire que Christopher Nolan voulait raconter, je sais qu’il n’avait pas énormément de temps pour réécrire le script avec la mort de Ledger mais j’ai vraiment senti que cette histoire n’était pas celle que Nolan voulait raconter et qu’il était très loin d’être aussi investie que les deux films précédents. C’est la première fois que je ressent ça pour un de ses films parce que, que ça soit les deux premiers Batman de Nolan, son bon Insomnia, le très bon Memento ou encore le splendide Interstellar, il a toujours été au bout de ses projets en terme d’histoire alors que là, quand on voit toutes les incohérences et facilités à travers les ellipses et le manque de réalisme qui était pourtant présent dans les deux précédents films, ça se sent que l’histoire a été réécrit. Déjà parce que, les ellipses sont nombreuses et pas toujours maîtrisé ou évident, comme pour la première réapparition de Batman. C’est déjà difficile de croire spoiler: qu’en huit ans ses blessures n’aient pas guéri (les morsures des chiens du Joker peut être), mais le voir revenir aussi vite alors qu’on l’a vu quelques minutes avant en rétablissement pour sa jambe c’est beaucoup trop gros à avaler pour un film de super-héros qui se veut réaliste. Quant à son second retour après que Bane l’ait brisé, je veux bien y croire que ça soit le coup de la corde ou le relèvement de Bruce même si ça reste difficile à avaler. Mais les ellipses sont souvent utilisées trop facilement, spoiler: comme le fait que Bruce ait réussi à rentrer dans Gotham après avoir quitté le puits de Lazare alors que toute la ville est entourée de militaire et qu’il y a à la fois des résistants à la loi de Bane et des mercenaires à sa botte un peu partout… impossible que Bruce Wayne ait pu rentrer dans Gotham sans problème (ou alors il avait un passage souterrain à l’extérieur de la ville mais puisqu’on ne nous le montre pas). Après, le plan de Bane est pas aussi con que certains le disent, en fait c’est même loin d’être aussi simple : spoiler: le but de Bane étant de tenir tout Gotham City en otage, piéger les flics sous terre pour avoir une autorité complète avec son armée de criminel et de mercenaire et faire exploser un réacteur à fusion qu’il a changé en bombe nucléaire à retardement pour achever l’œuvre de Ra’s Al Ghul et de la ligue des ombres. Mais après, c’est là que ça devient compliqué et vraiment salaud... mais peut être même que ça va trop loin. spoiler: Bane dévoile à la population que Harvey Dent était un criminel et que Batman et Gordon ont caché le secret à tous pour une paix durable dans Gotham, et ce afin de détruire le pourquoi du combat de Batman, avant d’installer sa propre loi martial pour détrousser les riches et donner aux pauvres et également de libérer les prisonniers de Black Gate pour leur donner le pouvoir. Et c’est là que ça devient plutôt débile, pourquoi installer sa loi martial et faire crever des riches et des policiers encore libre si Bane prévoit déjà de tous les crever dans quelques mois ? Pourquoi tu ne te contentes pas de dire la vérité à tout Gotham et de faire tout péter ensuite en les laissant dans le désespoir au lieu de rester dans cette ville ? Et surtout pourquoi libérer les prisonniers de Black Gate puisque, encore une fois, tu vas faire exploser Gotham pour finir le travail de la ligue des ombres ? De plus, spoiler: le twist final sur Talia Al Ghul ne marche pas, déjà que Cotillard n’est pas aidé avec son personnage fade et prévisible, le twist final a beau être techniquement bien fait et bien construit, moi ça ne m’a pas plus surpris que ça. Et surtout sa relation avec Bruce est beaucoup trop vite expédié et trop vide pour qu’on croit une seule seconde que leur liaison ait un quelconque sens, j’ai même du mal à croire que Bruce et elle ait pu coucher ensemble. En gros… ouais, je trouve Talia trop peu exploité malgré tout le suspens que Nolan tente de mettre autour d’elle. Et au final, avec toutes ces maladresses et complications souvent huileuses et inutile je ne l’ai pas vraiment senti ce fameux souffle épique. Je pose donc la question : ou es-tu souffle épique que j’en prenne plein la tronche ? Ou es-tu ? Mais pour ce qui est des bons points, on a quand même du bon, voire même des vrais bonnes choses : l’idée d’exploiter Bruce Wayne complètement démoralisé et détruit est en soi une bonne initiative et le fait de le confronter avec les autres personnages apporte souvent son lot de beau moment. spoiler: Je retiens surtout son dernier face à face avec Alfred qui se confesse enfin à Bruce et lui avoue n’avoir jamais voulu le voir revenir à Gotham et refaire sa vie ailleurs plutôt que de s’infliger de nouvelle souffrance dans une ville ou Bruce n’a connu que des tragédies la plupart du temps : la mort de ses parents, de sa petite amie Rachel et bien sur le fait qu’il ait dû jouer le méchant pour sauver les apparences, je trouve cela sympa de voir les répercussions que ça a sur Bruce et ses convictions qui s’en retrouvent chamboulé. A tel point que, spoiler: sachant que Gotham ne sera jamais entièrement en paix, il finira pas céder le flambeau après s’être fait passer pour mort en sauvant Gotham d’une fin désespérée. A savoir, John Blake que Bruce évaluera à chaque rencontre et qui, d’ailleurs, montre une vraie inspiration pour ce que Batman lui a inspiré (vous pensez que c’est le jeune garçon que Rachel a protégé dans le premier film ?) et fait donc office de successeur en tant que protecteur de la ville. Et enfin, le meilleur élément dans ce film : spoiler: la liaison amour/haine entre Catwoman et Batman, puisqu’ici je trouve l’aspect ambiguë de Catwoman mieux géré que dans la version Burton et son ton sarcastique avec Batman plutôt fun, ça arrive même à arracher pas mal de sourire je trouve. Mais au final, je reste quand même sur ma position : The Dark Knight Rises reste une grosse déception, surtout par rapport à la qualité des deux précédents films et même comparé à ce que Burton a fait avec ses deux films. Ça a plus de bon que de mauvais et les acteurs sont toujours aussi bons, mais les nombreuses imperfections et trous scénaristiques du film ne m’ont pas aidé à totalement adhérer à ce final. Ce qui me pousse à répondre à la question : qui de Christopher Nolan ou de Tim Burton a fait le meilleur travail, d’un point de vue personnel, sur le justicier masqué ? Et bien, si je dois résumer mon avis brièvement sur les 5 films : j’adore le premier Batman de Burton, Batman : Le Défi est mon second Batman préféré, j’adhère largement à Batman Begins, The Dark Knight est désormais un de mes films préférés mais je n’accroche pas pleinement à The Dark Knight Rises. De plus, si j’adore la mise en scène et la vision de chaque réalisateur ainsi que le travail musical de Danny Elfman, de Hans Zimmer et de James Newton Howard pour la musique, j’avoue avoir une grosse préférence pour Christian Bale en Batman que Keaton et il en est de même pour la version Nolan de Catwoman que je préfère à la version Burton, néanmoins le Joker gangster de Nicholson ma plus emballé que l’anarchiste Heath Ledger (d’ailleurs j’ai hâte de voir la version psychopathe de Jared Leto l’année prochaine). En gros, oui, je garde une minuscule préférence pour Burton, mais je respecte entièrement Christopher Nolan pour un travail aussi gargantuesque (je vous avez bien dis que j’aimais ce mot) sur Batman. Et je pense que chacune des deux versions méritent d’être vu donc, si vous n’avez vu aucune des deux versions, lancez vous et faites votre propre opinion sur les visions que donnent Burton et Nolan, en tout cas elles restent milles fois meilleurs que les bouses de Schumacher.
    fandecaoch
    fandecaoch

    Suivre son activité 592 abonnés Lire ses 2 232 critiques

    5,0
    Publiée le 2 août 2012
    The Dark Knight Rises: Première film que je vois en IMAX et déjà ça, j’ai eu ma plus gros claque cinématographique de ma vie, le voir en IMAX, ça accrois la puissance du film : l’écran est géant et le son fait trembler les murs : juste incroyable. Et quand le film est juste grandiose, c’est encore mieux. Voila, l’épilogue d’une des trilogies les plus extraordinaires de l’histoire du cinéma. Et avec cet ultime épisode, la légende s’achève. Et pour moi, elle s’achève de la plus magistrale des manières. Vraiment, Christopher Nolan nous livre la conclusion la plus sombre, la plus mature, la plus épique, la plus parfaite des conclusions. Il nous avait dit : un épilogue spectaculaire et épique : et bien moi, c’est ce que j’ai eu. Cet ultime épisode est tout simplement énorme. Il ne faut pas dire qu’il est meilleur que les précédant car ils sont tous énormes. Mais comme celui la, c’est la fin, c’est sur qu’il est plus intense et excitant à voir. Mais pour moi, cette trilogie est un gros film, chaque épisode est différent et ce suit avec cohérence et intelligence. Donc, un début, un milieu et une fin, comme Nolan le voulez et je l’ai eu ma fin digne de ce nom car le film est tout simplement monumentale. Voila, une fin comme je l’espérais et je suis émerveillé car cette fin ne ma pas déçu. Je m’attendais à une fin magistrale, épique, mémorable et c’est ce que j’ai vu. Vraiment, Nolan a réussit le pari de conclure l’épopée de Batman de façon mémorable et ce n’était pas facile de conclure une trilogie, et pourtant il la fait. Déjà, ce que j’ai adoré dans ce film : c’est que ce n’est pas ce film conventionnelle, divertissant, ou on te balance des grosses scènes d’action spectaculaire et basta. Non, ce film est bien plus recherché et c’est ça la force de cette trilogie. C’est qu’on n’a pas peur de montrer le chaos, la peur, l’anarchie, la violence… Ce film relève les films de super-héros à un autre niveau. De plus, ce film est plus palpitant et plus excitant que les Batman précédant car l’enjeu de Gotham est plus menacé. On se plonge vraiment dans ce film à la noirceur et au chaos parfait. Ce film n’a pas peur de montrer une telle anarchie et c’est très rare pour un film de ce genre. Et c’est ça qui rend le film exceptionnelle et unique. Car on voit vraiment l’apocalypse, la violence, la souffrance des personnages et de la situation. Déjà, grâce au scénario qui est vraiment énorme : il reprend parfaitement et avec cohérence la fin et l’origine des premiers épisodes. Et puis, le scénario est vraiment intense, fascinant et captivant comme jamais. Jamais, j’ai eu une telle impatience et envie de voir un film et jamais j’ai eu le souffle coupé comme ça pendant un film tellement c’est énorme. Et à la fin, je suis vraiment content car le film ma conquis. Vraiment, on ne s’ennuie pas pendant les 2H44 car chaque seconde nous rapproche de cette fin tant attendu qui est heureusement mémorable et épique. Et je suis dotant plus content car malgré les nombreux spoil que j’ai eu, grâce au nombre fou de rebondissement et de surprise que réserve le film, on est encore bluffé : juste incroyable. Et puis, les personnages (leurs émotions, leur relations…) sont vraiment travaillés, on ressent vraiment leurs émotions et on pourrait même dire que c’est un film psychologique est ça c’est génial. Et puis, ce que j’ai adoré, c’est dans cette épisode, on est plus centré sur Bruce Wayne/Batman : son coté humain, ces limites derrière le masque… Car dans TDK, tout tourné avec le plan Joker, alors que la, on revint plus sur Bruce Wayne et je dirais que c’est mieux. Et les acteurs qui la mon impressionné et bluffé. Surtout Christian Bale qui est juste époustouflant, il donne vraiment tout pour cet ultime épisode : une grosse claque sa prestation. Et puis aussi le terrifiant et colossale Bane qui reprend le rôle du méchant après le mythique Joker. Et je peux vous dire qu’il est juste ahurissant, il ma fait vraiment peur a des moments. Bravo à l’acteur Tom Hardy qui est vraiment sidérant. Anne Hathaway est très féline en Selina, elle ma agréablement surprit, magnifique interprétation. Et puis: Gary Oldman, Morgan Freeman, Michael Caine qui eux sont toujours aussi énorme, belle émotion pour Michael Caine. Et super interprétation pour Marion Cotillard et Joseph Gordon-Levitt : très convaincants. Pour la réalisation et la mise en scène du pur Nolan : vraiment réalisation spectaculaire et époustouflante. Et les scènes d’action sont impressionnantes, surtout les combats de Batman contre Bane qui mon mis sur le cul : juste impressionnant et maintenant mythique : une grosse claque car elles sont d’une puissance rare. Et les musiques sont toujours aussi énormes, et intensifient les scènes a tous moments (signé par l’excellent Hans Zimmer). Voila, bravo et merci a Nolan pour cette légendaire et maintenant mythique trilogie de Batman qui se finit en apothéose. Pour moi, un des meilleurs films de l’année : un énorme coup de cœur pour ce véritable chef-d’œuvre !!!
    ConFucAmuS
    ConFucAmuS

    Suivre son activité 208 abonnés Lire ses 663 critiques

    4,0
    Publiée le 27 novembre 2016
    Triomphe public et critique comme il s'en produit rarement -surtout dans ce genre-là- The Dark Knight est devenu la synthèse parfaite du divertissement haut de gamme dont l'intelligence parvient à séduire tout type de spectateur. En plus d'immortaliser Heath Ledger, Christopher Nolan transcendait les attentes en offrant une consistance époustouflante au Chevalier Noir. La question restait ouverte: comment passer derrière une telle suite? À l'instar de ses pairs, C.Nolan a bien compris que la meilleure chose à faire pour une séquelle est de s'affranchir très vite de ce qui l'a précédé. The Dark Knight coupait assez vite les ponts avec Batman Begins, en conséquence The Dark Knight Rises s'émancipe rapidement de son aîné. On retrouve donc Gotham 8 ans après les ravages semés par le Joker. La mégalopole est désormais en paix et Batman a disparu de la circulation après avoir endossé les crimes commis par Harvey Dent. Mais cette accalmie va être mise à rude épreuve par l'arrivée de Bane, un mercenaire aux motivations pour le moins menaçantes. Christopher Nolan voit ici la possibilité de raconter le dernier chapitre de son anti(?)héros tout en clôturant une histoire débutée depuis 2005. Comme de juste, le film se rapproche autant du premier volet que du deuxième tout en évoquant une nouvelle facette de son personnage principal. Batman Begins évoquait sa peur, The Dark Knight sa colère. Cette fois-ci, le thème pourrait être la souffrance. Christopher Nolan l'exprime ici avec duplicité (thème récurrent de ses œuvres). Même quand Bruce Wayne/Batman pense s'offrir un baroud d'honneur, la réalité de sa situation le rattrape. Pendant une bonne partie du film, on lui rappelle son impuissance et on remet en cause sa volonté. Le milliardaire dépressif se fait bousculer par son entourage (qui lui révèle sa négligence quant à ses actions philanthropiques), et le justicier vieillissant est physiquement dépassé par son ennemi. Il devra parcourir un long chemin pour s'extirper de l'obscurité et s'élever vers la lumière (le "Rises" du titre n'étant pas là pour rien). La partie intimiste, d'une noirceur inhabituelle pour le genre (mais coutumière du cinéma de C. Nolan), est une franche réussite. Subtil et touchant, Christian Bale livre ici sa meilleure incarnation de Bruce Wayne à mon sens. Ce sont donc les actions et les tourments d'un homme qui cimentent le récit et non les acrobaties délirantes ou le spectaculaire facile. Il est d'ailleurs assez important de signaler que Christopher Nolan prend le temps d'installer son intrigue et ses personnages. Avec rigueur, le metteur en scène pose le contexte et l'ambiance sans oublier d'offrir un peu de spectaculaire (le préambule par exemple). Au milieu de films de super-héros, qui tape souvent dans l'extravagant dès le début au détriment de l'histoire, ça fait du bien. Les nouveaux protagonistes trouvent vite leurs marques. Avec son physique musculeux et sa voix particulière, Tom Hardy n'a aucun mal à s'imposer en Bane. Le toujours aussi rafraichissant Joseph Gordon-Levitt est parfait dans un rôle plus symbolique (le lieutenant Blake). Mais la vraie révélation du film demeure Anne Hathaway, fracassante en Selina Kyle. Féline et pétillante, elle incarne la figure emblématique avec une force insoupçonnée. Les habituels, également irréprochables (Gary Oldman, Michael Caine, Morgan Freeman), permettent eux-aussi de boucler la boucle avec panache. Et en terme de spectacle, Christopher Nolan maitrise de plus en plus. En plus de l'ouverture vertigineuse, le réalisateur se montre à l'aise quand il s'agit d'une attaque de la Bourse suivie d'une jolie course-poursuite. Mais c'est bien le combat Batman/Bane qui m'a le plus marqué. Brutale et impitoyable, cette scène fait mal. On est à des lieux de combats hyper-chorégraphiés qui brillent par leur absence de sensation. Ici, les coups font du bruit, les os se brisent et la douleur s'entend. Enfin, la percée de Bane qui voit, entre autres, un stade tout entier en faire les frais, est un régal pour les yeux. Mais il y a bien un "mais". Ici, c'est la deuxième partie, moins inspirée. Franchement, je ne me suis pas ennuyé mais je m'interroge sur certains choix scénaristiques. Par exemple, je ne vois pas l'utilité du personnage de Marion Cotillard (qui, malgré une prestation correcte, termine le voyage avec une scène gênante). Pourquoi avoir également rendu le plan de Bane si primaire, alors qu'il permettait une mise en œuvre plus pertinente? Au lieu de le rendre plus menaçant, cela le rend trop traditionnel. C. Nolan remplit le cahier des charges mais cette partie manque clairement de fulgurance. Il y a bien quelques petites idées çà et là et un sous-texte plus intéressant qu'on a bien voulu le dire. En évoquant le conflit des classes, il est intéressant de constater l'état des lieux dressé par Nolan. Une nation empêtrée dans ses disparités et où il suffit d'un psychopathe pour tout embraser (en se servant de l'avidité des uns ou de la détresse des autres). Il est cependant dommage de constater que lors du final, seuls les policiers participent à la bataille contre Bane, tandis que ce qui reste de la population reste passif. Par contre, il est assez révélateur de constater qu'aux États-Unis, le film fut qualifié simultanément de "pro-démocrates" et de "pro-républicains". Où est la vérité là-dedans? À vous de voir. Indépendamment de ces considérations, le film conclue magnifiquement le voyage intérieur de Bruce Wayne. Peu de sagas de ce genre ont eu le bon sens de s'arrêter avant de pédaler dans la semoule. Malgré quelques réserves, je trouve que la trilogie Batman de Christopher Nolan a su le faire.
    J.J. Dixon
    J.J. Dixon

    Suivre son activité 12 abonnés Lire ses 336 critiques

    4,5
    Publiée le 28 août 2012
    Ouah ! Quelle fin ! Christopher Nolan achève avec brio sa trilogie sur Batman et le résultat est pratiquement parfait. Pratiquement, oui, car il y a quelques défauts mais qui n'entachent en rien ce film aussi spectaculaire que prenant. Cette fois, nous avons un héros au bout du rouleau, qui baisse les bras et qui, au moment où il reprend du poil de la bête... se fait abattre et redescend plus bas que terre. Après l'interprétation stupéfiante de Heath Ledger en Jocker dans "The Dark Knight", Tom Hardy relève bien le défi en jouant le colosse Bane, aussi puissant qu'intelligent, unique méchant à mettre Batman à terre. Gotham City sombre dans l'anarchie la plus totale, et Bruce Wayne perd tout ce qu'il possède. Un film de super-héros où le héros s'en prend plein la tronche, cassant un peu l'image du genre et franchement, ça fait du bien de voir que même les héros peuvent baisser les bras et se faire battre. Réalisation soignée, effets spéciaux sobres (juste ce qu'il faut pour ce film), musique génial et scènes d'actions maîtrisées et même prenantes par moment. Bien sûr, l'interprétation est impeccable : Christian Bale/Batman, Gary Oldman/Commissaire Gordon, Tom Hardy/Bane, Joseph Gordon-Lewitt/Blake, tous très bons dans leur rôle. Sans oublier Michael Caine, Morgan Freeman ainsi que la sublime Anne Hathaway qui nous offre une Catwoman des plus irrésistibles. Quand à Marion Cotillard, elle tire vraiment son épingle du jeu et je trouve toujours énorme de la voir dans de tels films sachant ce qu'elle faisait chez nous il y a encore de cela quelques années. Les seuls points faibles de "The Dark Knight Rises" en ce qui me concerne, sont la mort de Bane qui n'est absolument pas digne du personnage et le dernier soupire de Miranda est juste un peu... sur-joué ! La fin est belle, mais elle nous fait trop espérer une suite qui ne viendra sans doute jamais... dû moins, pas sous la caméra du génial Chistopher Nolan.
    Véronique I
    Véronique I

    Suivre son activité 134 abonnés Lire ses 58 critiques

    4,5
    Publiée le 7 mars 2013
    Alors franchement ce film est nul à chier ! Batman a perdu son âme ! Où est le Batman, le vrai ?! Vous voulez voir un vrai film Batman, regardez Batman & Robin ! Non !!!!!!!!!!!!!! Je déconne !! xP. Vous vous en doutiez bien non ? Bref, nous y voilà, le dernier chapitre de cette trilogie. Le dernier Batman de Nolan : The Dark Knight Rises. Est-il bon ? Evidemment !! Mais pour être franc, je préfère largement The Dark Knight (rien avoir avec le Joker !! Enfin si mais non !), mais ça après c'est un autre débat. Le film nous marque le retour de divers personnages des deux précédents films à l'aide de flash backs, de photos ou d'interventions directs : Harvey Dent, Ra's al Ghul, La Ligue des Ombres, L’Épouvantail, Rachel, tout le monde sauf le Joker ! Bordel ! xD (oui désolé j'arrête... xP). Parlons de Bane. Tom Hardy est excellent dans son personnage, le terroriste brutal et sans pitié à l'aspect assez soviétique (qui change du Catcheur Mexicain, il y a d'ailleurs un superbe clin d'oeil au comics, que j'ai fort apprécié), la scène de son discours devant la prison de Blackgate est tout simplement magnifique, révélant la vérité aux habitants de Gotham sur Harvey Dent, qui m'a laisser sur le cul. Mais une chute hélas trop rapide du personnage arrive dans la dernière partie du film pour laisser place à la véritable menace du film : Talia al Ghul, interprétée par une Marion Cottilard très, très.. Bof, il faut le dire, je suis pas le genre à flinguer cette actrice pour rien, juste parce qu'elle a eu un sucées fou avec "La Môme" mais je veux dire : Elle n'a rien à foutre dans un Batman ! Bon après ça c'est mon avis. Je suis bien content de retrouver l’Épouvantail dans ce film, ses deux apparitions sont courtes mais excellentes, une de ses phrases sera surement culte dans quelques temps "Ce sera donc la mort... par l'exil !!". Je suis également vraiment content de voir un Batman très bien exploité psychologiquement, un Batman qui va réapprendre à avoir peur pour pouvoir se surpasser et vaincre la menace qui pèse sur Gotham. Bale reste excellent dans ce rôle. J'ai été surpris par la Catwoman du film également, au départ j'ai bien cru que ce personnage allait faire tâche et bien je me trompais ! Les scènes d'actions sont bluffantes et magnifiques, Nolan nous donne se qu'on attendait de ce film et arrive même à nous surprendre. Le scénario n'est pas parfait, il y a quelques facilitées, mais elles ne sont pas énormes, donc ça ne gâche rien. Pour conclure, The Dark Knight Rises est un très bon film, présentant selon moi quelques défauts mais qui font vraiment détails sur on prend le film dans son intégralité. C'est une conclusion parfaite de cette trilogie et un excellent divertissement, à voir absolument ;D.
    MadRom
    MadRom

    Suivre son activité 36 abonnés Lire ses 403 critiques

    4,5
    Publiée le 13 avril 2014
    Rarement dans ce genre, aura-t-on eu l’occasion de voir un film de super héros s’affranchir de ses codes pour advenir à une grande œuvre de cinéma. Grande œuvre parce que non seulement le film fait preuve d’une intelligence lorsqu’il brosse le portrait de la société américaine actuelle où se mêle inégalité sociales sur fond de dérives fascistes et traumatismes post-11 Septembre refoulé (et enterré pour mieux resurgir) mais il impressionne aussi par sa capacité à allier l’intime au spectacle, à ne jamais délaisser les personnages et leurs drames au profit de l’action. C’est un film qui laisse exprimer la tragédie de son personnage principal et Christopher Nolan et ses scénaristes donnent une profondeur à Batman rarement vu dans les autres films. L’idée par ailleurs du puits est une des meilleurs de la trilogie, faisant référence à l’allégorie de la caverne de Platon, elle sert à synthétiser certains thèmes du film tels que le dépassement de soi et la quête de la vérité. Le film, bien que brillant tant dans le fond que dans la forme, souffre cependant du surplus d’ambition de l’entreprise, il faudra malheureusement faire fi d’un dernier acte prévisible et du personnage de Talia peu convaincant pour se rende compte de l’ampleur de l’œuvre. Blockbuster total, œuvre complexe et qui mérite d’être considérée comme importante, The Dark Knight Rises clôture magistralement une des plus grandes trilogies du cinéma américain.
    Lykra
    Lykra

    Suivre son activité 16 abonnés Lire ses 26 critiques

    5,0
    Publiée le 26 juillet 2012
    Dans le dernier opus de cette trilogie, Nolan pousse encore plus loin les limites ! Il a la capacité de donner le meilleur film, à chaque fois ! C'est ce qu'il a encore fait avec The Dark Knight Rises, qui surpasse le magnifique The Dark Knight ! Et pourtant, on sait tous que la mort de Ledger a perturbé les projets du réalisateur, mais le nouvel ennemi de Batman, Bane, s'en sort avec brio et est lui aussi un personnage vraiment très intéressant ! Cette fois-ci, Batman a affaire à un homme intelligent, mais surtout à un homme aux capacités physiques égales voire supérieures ! Grâce à ce choix, Nolan nous livre une performance des plus magistrales ! Le fait de voir Batman malmené cette fois-ci physiquement est aussi déchirant que de l'avoir vu s'être fait malmené psychologiquement même si Bane le malmène également psychologiquement, sachant qu'il y a également un lien entre les deux. Cette différence est d'autant plus intéressante puisqu'elle entrevoit des portes et nous montre un héros qui, cette fois, chute. Cette sensation en tant que spectateur est tellement forte.. Le scénario est très bien exploité et très bien ficelé, de bout en bout, même s'il comporte certaines incohérences et certains défauts. La fin est quant à elle magnifique, parfaite, même si, sans le détail qu'a apporté le majordome de Bruce en ce qui concernait sa vie en-dehors de Batman (l'histoire sur la terrasse, etc..), la mort du Chevalier Noir aurait été vraiment parfaite, puisqu'il se serait sacrifié pour Gotham. Je suis donc partagé. En ec qui concerne la musique, elle est sensationnelle et accompagne avec merveille toutes les scènes du film. Elle est très bien utilisée, même si parfois elle ne l'est pas dans le sens où il y a absence de musique, ce qui rend certains moments du films encore plus fort, étrangement. A souligner encore une fois l'excellent choix de casting, notamment avec la performance de, encore et toujours, Christian Bale, mais également d'Anna interprétant une Catwoman dont le personnage est très bien exploité ainsi que Tom Hardy, jouant un Bane excellentissime . Les personnages secondaires tels que Blake, Lucius, Gordon, Alfred, etc, sont aussi très bien interprétés ! En revanche, je n'ai pas totalement était convaincu par la performance de Marion Cotillard qui, pourtant, est une bonne actrice. De plus, la mort de Bane et de Talia auraient mérité un meilleur sort, dommage.. Il y a tant de choses à dire sur ce brillantdernier opus mais je vais m'arrêter là. La trilogie se termine avec perfection (ou presque, la perfection n'existe pas) et sera ancrée dans notre mémoire pour toujours. Sans doute l'une des meilleures trilogies qui existe, pas de doute ! Un grand merci à Nolan et à toute son équipe en intrégalité pour nous avoir signer ce dernier opus qui apporte une conclusion que l'on aurait pas révée mieux.
    CDRIX C.
    CDRIX C.

    Suivre son activité 26 abonnés Lire ses 243 critiques

    4,5
    Publiée le 24 juin 2015
    Un Batman infirme, seul, vaincu et mourant. Se relèvera-t-il ? Ce n'est pas certain. Un scénario millimétré, taillé dans la même pierre que les 2 précédents opus. Nolan, le maître du blockbuster cérébral, récidive. Réalisation méticuleusement dosé. Acteurs en béton armé. Et une fin conçue comme le prestige d'un tour de magie.
    Helretik
    Helretik

    Suivre son activité 24 abonnés Lire ses 54 critiques

    4,0
    Publiée le 4 mai 2014
    Clôture de la trilogie Batman de Christopher Nolan, attendu depuis 4 ans, TDKR se devait de surprendre après les deux précédents opus, excellents et en même différents. 2h 45, c’est 20 minutes de plus que le précédant Dark Knight et les fins analystes se doutaient bien que le film allait être d’une ampleur tel que le scénario ne permettrait pas un film court. Et c’est là où se situe son principal défaut sur lequel on s’attardera plus tard. Car ce TDKR dépasse sans peine ses deux prédécesseurs. Le scénario sort du carcan de la mafia pour s’attaquer à des problématiques plus d’actualité : le terrorisme, son idéologie et le capitalisme. Autant dire que le film frappe par l’importance de ses enjeux. Grand méchant de cet opus final, Bane est joué par l’excellent Tom Hardy, déjà en vedette dans Warrior et dans Bronson qui va réintégrer la brutalité de ces personnages dans le rôle de Bane. Alors que l’on s’attendait à une brute épaisse, Bane est au contraire, un intellectuel silencieux qui fascine. Il fascine ses hommes ainsi que les spectateurs. Parlant peu, chacune de ses paroles a le poids d’une enclume et l’efficacité d’une bombe A. Dans cet opus, Bane prépare un « plan » dont on ne comprend pas les enjeux au début. Au début, Batman n’existe plus depuis 7 ans, Bruce Wayne fait une sorte de dépression et tandis que les criminels les plus dangereux sont enfermés dans une unique prison, la liberté conditionnelle leur étant refusée, quelques affaires policières, un vol de bijoux, un enlèvement de député et la mort d’un jeune homme mettent deux flics, Gordon et son abri, le nouveau John Blake incarné par l’excellent Joseph Gordon-Levitt sur la piste de Bane. Pour ceux qui ne connaissent pas l’histoire, disons juste que celle-ci comporte un sacré lot de rebondissements et qu’elle prend une tournure assez inattendue. Dans une véritable ambiance de fin du monde, Nolan livre un récit incroyablement dense avec une profondeur hallucinante. Et c’est là où l’on peut remarquer son principal défaut. TDKR peut être comparé à Icare. Le film est bien plus ambitieux et meilleurs sur tous ses aspects que les deux précédents, le moindre faux pas est donc assez remarquable. Et ce faux pas a été fait, pas par l’équipe du film mais par les exigences commerciales. 2h 44 pour ce film, c’est TROP COURT. Le film aurait dut durer 30 minutes de plus, remarque approuvé par Nolan qui ambitionnait un film de 3h 30. Aussi, il y a des passages qui passent trop vite, des subtilités scénaristiques que l’on ne comprend pas très bien et si ce ne sont pas des incohérences (contrairement à ce qui a été beaucoup critiqué), ce sont des imprécisions qui gâchent un film qui se veut trop fin pour tenir en 2h 45, surtout avec toutes ces scènes d’actions qui complètent le film. Pour faire simple, on a l’impression de voir The Dark Knight Rise en version courte, si ce n’est pas le cas. Espérons donc d’une version longue verra le jour, ce qui n’est pas improbable au vue de la demande et de l’autocritique du réalisateur (ainsi que de son honnêteté). Car il faut bien reconnaître que Christopher Nolan a, malgré cela, fait un travail de tonnerre. Pas seulement en réalisant le meilleur film de super-héros qui soit mais un qui porte une ambiance forte, où tous les personnages sont intéressants, ont leur rôle et sont joués par d’excellents acteurs (même Marion Cotillard, malgré sa dernière scène qui est assez ratée). La mise en scène, la bande-son et la direction artistique sont au-dessus des précédents opus et Bruce Wayne a enfin une grande place dans ce récit, pas la place principale puisque chaque protagoniste est sur le devant de la scène. Les personnages ne sont plus secondaires, Gordon, John Blake ou Selena Kyle ont une place bien à eux. A cela s’ajoutent des scènes d’actions réalisées par de vrais « timbrés ». Un avion qui en aborde un autre, un vaisseau dans Gotham, des courses poursuites énormes et des combats à mains nues qui n’ont jamais étés aussi impressionnants (les face-à-face Batman/Bane sont juste à couper le souffle) auxquelles s’ajoutent des explosions spectaculaires. Par ailleurs, je parlais plus tôt de profondeur. On peut parler de la profondeur de l’analyse idéologique et politique de l’occident qui remet en question le premier opus et, au travers de quelques phrases incisives, emmènent le spectateur sur divers analyses. D’apparence manichéenne, le scenario est une métaphore de l’occident moderne et contrairement au précédant opus, le grand adversaire n’est pas réduit par Nolan au rang de simple adversaire à vaincre. Les idées de Bane fascinent. A-t-il raison, a-t-il tort ? A chacun de se faire sa propre opinion, Nolan, lui, ne fait que conter et terminer cet incroyable final qui aura fait couler beaucoup d’encre. Et je ne verserai d’encre à propos de ce film que pour une chose, pour une version longue. 19/20
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top