Notez des films
Mon AlloCiné
    The Dark Knight Rises
    note moyenne
    4,3
    56407 notes dont 6418 critiques
    répartition des 6418 critiques par note
    2355 critiques
    2202 critiques
    856 critiques
    512 critiques
    250 critiques
    243 critiques
    Votre avis sur The Dark Knight Rises ?

    6418 critiques spectateurs

    malioth
    malioth

    Suivre son activité 30 abonnés Lire ses 241 critiques

    4,5
    Publiée le 29 juillet 2012
    Une tuerie! une nouvelle fois! Le film ne peut souffrir que d'une seule chose... La comparaison avec l'épisode précédent... Bien meilleur (niveau scénario... et avec la présence du plus grand "méchant" de toute l'histoire du cinéma... Bien que Bane ne soit pas en reste également!) Du grand grand cinéma! Un suspense remarquable jusqu'au dernier moment... Nolan offre une nouvelle fois une oeuvre qui honore les "super héros" (s'il ne pouvait en rester qu'un ça serait le bat...)
    Marcus Wright
    Marcus Wright

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 10 critiques

    0,5
    Publiée le 26 juillet 2012
    Il n'est pas dans mon habitude de participer aux débats sur internet, ni de prendre parti absolument pour ou contre quelque chose en général dans ma vie quotidienne, mais je suis allé voir The Dark Knight Rises, et si on dit que, dans la vie, rien n'est tout blanc ni tout noir, je suis tenté de croire le contraire, à mon plus grand désagrément, car mon opinion à propos de ce film est tout simplement opaque. Je viens de m'inscrire, et j'aimerai m'adresser maintenant aux 54% de spectateurs qui ont attribués 5 étoiles à ce film, car je ne comprends pas cette décision - peut-être n'avons nous pas vu le même film, et ne voyons-nous pas les mêmes choses. Et j'ai passé une partie de la journée à regarder des critiques élogieuses sur ce film, et je ne comprends pas qu'il y en ai autant, je me sens seul, mais je dois m'exprimer, afin de ne pas laisser la parole seulement à ce que je considère être des adorateurs aveugles. Je vous avoue avoir été voir ce film en compagnie de deux amis, et au début du film, nous étions plutôt enthousiastes, mais peu-à-peu, nous avons bien senti qu'un malaise s'installait entre nous (nous en attendions beaucoup) car ce que nous étions en train de voir n'était décidément pas digne de notre enthousiasme : comment pouvait-il en être ainsi ? Je comptais ne rien dire par la suite si mes amis avaient apprécié le film, et je me suis rendu compte qu'eux non plus ne voulaient pas gâcher nôtre plaisir potentiel en disant "mais c'est de la merde", ce qui était pourtant une vérité partagée bien au-delà de notre simple empathie psychique. Ce n'est qu'à la fin du film que cette vérité toute simple s'est exprimée sous la forme audible, d'un murmure plus précisément spoiler: , au moment ou tombe le nom "Robin" , qui avait la longue sonorité d'une plainte exacerbée : "pitié". C'est un mot, une expression, qui pourrait donner le titre à ma critique. C'est avec un sentiment de dégoût que nous sommes sortis du cinéma et que nous sommes allés boire, mieux installer afin de critiquer objectivement, et le problème principal nous est apparu : ce qui pourrait passer pour des défauts dans ce film - appelons ces "ratés" des défauts, tout compte fait - crève littéralement l'écran à tel point qu'on ne voit que ça, et ils sont nombreux. Faute à un scénario alambiqué, s'étalant sur une durée de presque trois heures tout de même, vous avez probablement remarqué ces erreurs (je l'espère pour vous), en tout cas, elles sont abondamment diffusées dans les critiques mises à disposition sur internet. Toutefois, nous n'allons pas nous priver de les répéter ici même, car tout ce qu'il nous reste de ce film, c'est néanmoins la possibilité d'en rire. Bruce Wayne, dépressif de surcroit, marche avec une canne, n'a presque plus de cartilage, bref, sa jambe est défoncée (son corps aussi tout d'ailleurs) et il lui suffit de s'enfiler une atèle d'un genre un peu gadget pour "défoncer les murs à coup de pied" (j'ai lu ça sur internet et je trouve cette formule très pertinente) et retrouver la totalité de son intégralité physique. Toujours dans la domaine de la médecine, et gommant toute les avancées dans la chirurgie et la rééducation, le moment ou notre héros déchu, craqué du dos par son colosse d'ennemi, se fait remettre en place la vertèbre qui dépasse de son dos par un bagnard tout comme lui au fond d'un trou perdu poussiéreux - quelque part - d'un simple coup de poing. Il y a aussi au début du film un point qui nous a choqué : nous n'avons pas remarqué la carrure de Bane, alors la tête dans un sac comme otage dans l'avion, lors des premiers plans, celui-ci se révèle pourtant être un grand costaud : faux raccord ? L'enquête reste ouverte. Toujours est-il que notre ami Bane, qui aurait très bien pu porter le masque de V pour Vendetta et des Anonymous de surcroît pour nous faire un peu marrer, enfile, sans aucune contrainte du tout malgré l'important dispositif qu'il porte au visage, un casque de moto. Avez-vous déjà porter un casque de moto ? Toujours par rapport à cette scène, les motos, elles sortent d'où au fait ? Parce que j'ai juste l'impression qu'elles étaient déjà prêtes dans la salle des bourses, moteur vrombissant. Suite à ça, bon, la police met en place des barrière afin de bloquer l'évasion de ces foutus terroristes, MAIS, manque de bol - sont-elles tout simplement à l'envers ? - elles servent de tremplin à nos vilains garçons. Bruce/Batman s'échappe de son trou et fait le trajet façon ultra-rapidos pour arriver à temps pour cette sordide histoire de bombe. Parlons-en de cette bombe, parce que là aussi, il y a des choses à dire. Tout d'abord, je ne sais pas si il y a des spécialistes de la physique nucléaire parmi vous, mais elle s'en prends quand même plein la tronche niveau transport et fusillade pendant le film, non ? Je dis ça, bon, son existence même est un peu discutable, étant donné qu'on a déjà vu cette "menace" cent mille fois dans cent mille films différents, et qu'elle est finalement à mon avis très personnel digne d'un formidable navet. Finalement, Batman la trimbale sur son jet privé - en prenant bien soin de heurter le maximum d'éléments urbains - afin de la larguer au large, sans aucune onde de choc, raz-de-marée, ni retombée radioactive à l'horizon. Bref, c'est la fête, si seulement Fukushima ça avait été comme ça ! Mais tout de même, l'ultime tragédie, à côté de Robin, qui à mon sens, n'a tout simplement rien à faire là ("je t'ai reconnu, batbruce, si si !"), c'est bien Marion Cotillard en grande méchante de Batman, quand même, avouez que ça fout un sacré coup au moral de tout les enfants qui ont suivi la série animée... sur laquelle Nolan a quand même bien pompé (et même pour Inception) ! Voyez que tout est lié, et nous aurions matière à faire durer le plaisir, mais j'ai déjà outrepassé la limite des cinq milles caractères accordés gracieusement par Allocine. Je vais donc m'arrêter là, regrettant une fois de plus l'idéologie capitaliste qui imprègne le film jusqu'à représenter Bane comme un dangereux anarchiste (bouh, pas beau) et Batman, finalement, comme un protecteur de l'ordre, Bruce devant reprendre son entreprise en main afin de faire du profit pour venir aux petits orphelins qui sont en plus obligés de finir dans les égoûts parce qu'on ne peut pas les garder parce qu'on a plus de sous (MAIS JE VAIS PLEURER). Ce Batman gomme également très efficacement toute la mythologie qui lui est associé rétrospectivement par le travail de nombreux auteurs et créatifs (Catwoman, dont le pseudonyme n'est pas une fois prononcé dans les dialogues, n'as pas d'oreilles de chat, peut-être parce que ça fait trop ring', Bane n'est plus un catcheur, pas de masque fantaisiste, ni de dispositif de dopage, ça aussi, ça doit être has been, tout comme le slip de superman au dessus de son pantalon, étrangement).
    TTNOUGAT
    TTNOUGAT

    Suivre son activité 278 abonnés Lire ses 2 523 critiques

    0,5
    Publiée le 1 août 2012
    Après un assez beau ''Batman beggins'' du moins pour la première partie et un exécrable ''Dark night'' Nolan récidive. Son dernier film atteint le niveau zéro de l'entrée en sixième, plus débile et même plus malhonnête ce n'est pas possible. Déjà avec ''Inception'' il s'était plu à faire croire que plus intelligent que lui ça ne s'était jamais vu mais avec les rêves sur 4 niveaux, on avait peu d'arguments pour bien l'expliciter clairement. Ici, c'est le contraire, la bêtise saute aux oreilles, elle est permanente,grave et dangereuse pour les esprits faibles. Seules les images et les sons permettent de demeurer dans la salle, il y a de beaux moments visuels et sonores; de plus les acteurs ne nous déçoivent pas, ils font ce qu'ils peuvent .L'absence totale de poésie que dégage ce beau personnage de la nuit qu'est Batman pèse sur tout le reste et les lourdes paroles de Bane, en particulier son long discours subversif, plombent gravement l'ambiance onirique. Quel gâchis ! Et encore, je suis certain que la version originale que j'ai eu du mal à trouver en province cache la vulgarité des propos de la version française. Heureusement qu'à une époque pas si lointaine messieurs les américains, vous nous avez offert les plus beaux chefs d'oeuvre qui soient. Les réalisateurs, il est vrai, étaient cependant tous d'origine européenne.
    Empereur Palpoutine
    Empereur Palpoutine

    Suivre son activité 68 abonnés Lire ses 194 critiques

    5,0
    Publiée le 7 mai 2014
    Comme on ne change pas une équipe qui gagne, on prends les même, et on recommence ! Nolan excelle dans ce chef d'oeuvre du film d'action épique, mélangeant thriller et science fiction. La présence d'Anna Hathaway, sublime voleuse d'une souplesse et d'une féminité incroyable dans le rôle de Catwoman, renforce le casting. Ajoutez à cela la présence de Joseph Godon Levitt dans le rôle de Robin. Marion Cotillard excelle dans le rôle de Miranda, excepté peut être la spoiler: scène de sa mort . Le décès d'Heath Leager a remis totalement en cause le scénario d'origine, puisque les scénaristes devaient suivre le Joker dans ce troisième et dernier opus. Attention, le film dur 2h45, il est relativement long, mais on ne les sent pas passer, et l'on en redemande à la fin !!!
    Matthieu D
    Matthieu D

    Suivre son activité 52 abonnés Lire ses 141 critiques

    4,0
    Publiée le 20 décembre 2012
    « Huit ans se sont écoulés, Batman est reclus tel un fantôme dans son grand manoir. Mais une tempête menace. Le chevalier noir devra faire face à sa plus grande responsabilité pour déjouer les sombres plans de Bane. Attendu comme le plus grand film de l’année, TDKR avait beaucoup à prouver à son public. Faire plus fort que l’opus précédent semblait impossible. Cependant, même si Nolan n’a pas totalement réussi son pari, ce chapitre final n’en demeure pas moins une excellente conclusion pour un héro poussé au bord du précipice. Le cadre est posé dès le début avec une sublime scène aérienne, peut être l’une des plus belles scènes d’ouverture jamais vue au cinéma. Bane pose déjà les bases, et l’interprétation offerte par Tom Hardy est extrêmement juste. Mais c’est ici que tout commence à capoter, l’heure qui s’en suit est interminable, avec des dialogues inutiles et à rallonge, comme si Christopher Nolan cherchait à prouver qu’il peut créer un scénario encore plus tordu qu’Inception. Le problème c’est que le film en devient lourd, on veut nous faire croire à du complexe pour un scénario finalement assez banal (en tout cas bien moins recherché que TDK) et des erreurs assez grossières. Ce cap de la première heure étant passée, le reste du film est bien plus subtile. Métaphore du chaos de notre société, le film retranscrit bien la peur du héros face à une perte de contrôle absolue due à un méchant qui possède le pouvoir total. On découvre aussi avec plaisir de nouveaux personnages comme Catwoman interprétée par Anne Hathaway. Son rôle est très important, mais les répliques totalement nunuches qu’elle lâche à des phases cruciales du film laissent de marbre. Joseph Gordon Levitt est la plus grosse découverte du film, son rôle est crucial et son interprétation est d’une puissance rare. Mais ces nouveaux personnages ne seraient finalement rien sans l’arrivée de Marion Cotillard, qui est capable de ridiculiser totalement le film en une seule séquence et par la même occasion de devenir la risée de la profession. Mais la faute ne doit pas être uniquement rejetée sur elle, c’est Nolan qui n’a pas su capter la bonne séquence au bon moment. Michael Caine reste la meilleure interprétation de ce film, avec certaines scènes très émouvantes, qui amènent à verser une larme. Ce qui s’apparente au final (qui dure quand même plus de 45 minutes) est sublime, la tension est palpable, la ville de Gotham est devenue le lieu d’un chaos sans nom. Le plan de Bane est machiavélique, sans faille et manipulateur. Aucune échappatoire n’est possible. Mais le combat final entre Batman et Bane est plutôt raté, car ce dernier est expédié aux enfers comme une lettre est expédiée à la poste. Mais ces quelques erreurs ne peuvent rendre le film mauvais. La musique de Hans Zimmer est omniprésente et retranscrit le coté épique de la plus belle manière qui soit. Les mouvements de camera sont astucieux et les effets spéciaux peu présents (ce qui donne ce coté si artisanal au film, caractéristique propre a Mr Nolan) et surtout bien cachés. La dernière séquence est le plus bel atout du film : à la fois sobre et granguignolesque, elle nous offre la plus belle sortie possible au chevalier noir et essuie d’un revers de la manche les différentes révélations un peu « plus belle la vie » des 20 minutes qui précédent. Batman c’est fini. Merci donc à Christopher Nolan de nous avoir montré que les films de super héros ne sont pas tous les même, que parfois l’originalité est de rigueur et que nous pouvons tous rêver à un cinéma blockbuster et d’auteur. Rise.
    Selingues G
    Selingues G

    Suivre son activité 38 abonnés Lire ses 903 critiques

    5,0
    Publiée le 20 octobre 2013
    Clap de fin pour Christopher Nolan dans ce dernier volet du Chevalier Noir. On peut avoir une double analyse de ce film, soit on peut le comparer à son prédécesseur " The Dark Night" et l'analyse sera de dire que ce film est en-dessous. Car même si l'ensemble du film est spectaculaire, le charme du second film est perdu par une accumulation d'intrigue. On pourrait même supposer que Nolan lui-même n'a pas réussit à finir son histoire et laisse trop de nombreux dossiers en suspend. Cependant on peut faire une seconde analyse en comparant ce film à ce qui a été réalisé en 2012. Et là, ont ne peut que dire que ce film est de loin ce qui s'est fait de mieux . La force du film repose sur la manière dont Nola arrive à manier l'histoire mais également la détresse de notre héros. En combinant le meilleur des casting d'Inception et de " The Dark Night", Nolan termine en beauté son aventure en laissant derrière une trace mémorable dans les aventures de super-héros, marque qui marquera l'ensemble des prochaines aventures du Chevalier Noir.
    stallonefan62
    stallonefan62

    Suivre son activité 78 abonnés Lire ses 1 753 critiques

    4,0
    Publiée le 10 septembre 2017
    Très bonne conclusion d'une nouvelle trilogie .l'histoire est très bonne,les acteurs sont parfait (bravo a Christian Bale) sauf peut être Marion Cotillard que je trouve peu intéressante.Beaucoup critiqué la voix VF de BANE moi je la trouve très bonne même si des fois il parle trop !!!!! Les effets spéciaux sont une nouvelle fois de grandes qualités, les scènes d'actions sont excellentes , se passant pour la plupart en plein jour , ce qui donne des scènes fluides
    Komestai
    Komestai

    Suivre son activité 29 abonnés Lire ses 448 critiques

    4,0
    Publiée le 18 février 2013
    Si je devais donner une note en fonction de l'impression laissée sur le générique final, j'irai sans doute jusqu'à donner la note maximale tant une certaine satisfaction s'installe après avoir vu cet excellent film qui fourmille de qualités: action, effets spéciaux, casting, ambiances sonore et visuelle. Cependant il ne faut pas occulter les défauts. Tout d'abord je trouve que Gotham City a perdu de son charme en l'ayant "incrustée" chez l'Oncle Sam en faisant que les actions qui se déroulent dans la ville fictive aient des répercutions dans le vrai pays. Ensuite, même si la réalisation de Nolan est dans son ensemble réussie, je pense qu'il a voulu trop nous en montrer et au final on ne s'attarde pas sur certains points qui auraient mérité plus de profondeur. Enfin le choix du méchant est sans doute contestable, n'aurait-on pas pu en avoir un beaucoup plus implanté dans l'imaginaire populaire comme Mr. Freeze ou le Pingouin. Bon, honnêtement ça ne gêne pas vraiment parce qu'on prend quand même beaucoup de plaisir et qu'on ne s'ennuie pas, mais avec le degré de perfection atteint par les deux premier opus, je pense qu'on a le droit se montrer tatillon. Pour conclure deux petits mots sur la polémique autour de Marion Cotillard: en effet.
    Lucie L
    Lucie L

    Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 38 critiques

    0,5
    Publiée le 10 mai 2013
    Sérieux les gars, vous ne vous êtes pas fais chier ? Franchement incohérent, frisant le ridicule certaine fois, fastidieux, Batman est absent les 3/4 du temps, des personnages très mal joués, Marion Cotillard nulle, et sur l'une des dernières scènes habillé comme un personnage de Star wars spoiler: vous avez vu comment elle meure, non mais sans déconner !!!! comment a t'on pu en arrivé là après le chez d’œuvre Dark knight ?
    oui_et_non
    oui_et_non

    Suivre son activité Lire ses 8 critiques

    0,5
    Publiée le 27 août 2012
    Tiré par les cheveux, rebondissements ridicules jusqu'aux dernieres secondes. Trop violent pour les enfants et grotesque pour les adultes ! A éviter !
    🎬 RENGER 📼
    🎬 RENGER 📼

    Suivre son activité 1978 abonnés Lire ses 5 770 critiques

    4,0
    Publiée le 4 août 2012
    Il y a 7 ans (Batman Begins - 2005), la Warner permettait à Christopher Nolan de redonner vie à Batman après avoir été purement et simplement ridiculisé par Joel Schumacher (Batman & Robin - 1997). Véritable succès tant critiques que spectateurs, il était tout naturel qu’on le retrouve aux commandes d’un second opus (The Dark Knight - 2008), une fois plus remarquable, mais qui nous avait laissé sur notre faim lorsque Batman fut contraint de fuir Gotham City et devenir un fugitif en s’accusant de la mort de Harvey Dent. 4 ans plus tard, on le retrouve une troisième et dernière fois (c’est hélas le dernier opus pour cette saga) avec The Dark Knight Rises (2012), la suite directe du précédent volet où Batman se retrouve obligé de reprendre du service suite aux menaces imminentes qui pèsent sur la ville avec l’arrivée d’un mercenaire pas comme les autres, à savoir Bane (ce dernier avait déjà été mis en scène dans une précédente adaptation, à savoir l’exécrable Batman & Robin - 1997). A la distribution, comme toujours on aura plaisir d’y retrouver quelques habitués à commencer par Christian Bale (troisième et dernière fois qu’il campe Batman, c’était l’une des meilleures interprétations parmi les nombreuses adaptations), Gary Oldman, Morgan Freeman & Michael Caine. Et parmi les nouvelles recrues on pourra signaler la présence de Tom Hardy, Joseph Gordon-Levitt, Cillian Murphy (déjà présent dans Batman Begins - 2005) & Marion Cotillard (soit une grande partie de l’équipe d’Inception - 2010, précédente réalisation de Nolan), sans oublier la charmante Anne Hathaway, dans la peau de Catwoman (un personnage aussi récurrent que Double-Face ou le Joker, puisque cette dernière fut déjà interprétée au cinéma par Lee Meriwether dans Batman - 1966 & Michelle Pfeiffer dans Batman : Le Défi - 1992). Christopher Nolan nous restitue comme il a l’habitude de le faire depuis son incursion dans l’univers de "l'homme chauve-souris", un Batman torturé et affaiblit, bien plus humain que dans toutes les précédentes adaptations, ce n’est pas un super-héros, c’est un anti-héros qui tantôt se fait lyncher, tantôt se fait aduler. Alors que le précédent volet mettait en scène un duel mythique, à savoir Batman & le Joker, cette fois-ci on n’est pas en reste, avec l’arrivée de Bane, redoutable et impressionnant colosse qui va en faire voir de toutes les couleurs à Batman (on a mal pour lui !). Toujours plus sombre, plus impitoyable et avec un petit côté apocalyptique histoire de bien relever la sauce et montrer que pour cet ultime opus, Christopher Nolan ne recule devant rien (quitte à prendre en otage tous les citoyens de Gotham City). Mise en scène menée tambour battant où une fois de plus le cinéaste ne lésine devant rien, comme en atteste les nombreuses courses-poursuites (on retrouve d’ailleurs les différents modèle de la BatMobile, appelé aussi le "Tumbler", ainsi que la fameuse BatPod et le nouveau venu, la BatWing), les scènes de destructions massives et les fusillades en pleine ville, le tout accompagné par une séduisante B.O signée Hans Zimmer (un habitué du cinéaste), ainsi que des SFX de grandes qualités où durant 165 minutes (!) on ne verra jamais le temps passer. Un blockbuster budgété à 250 millions de $ (!) qui les vaut largement, on en vient même à avoir de la peine de se dire que l’on vient d’assister à la dernière de Batman vu par Christopher Nolan, le seul à être parvenu à donner ses lettres de noblesse à ce personnage mythique.
    GyzmoCA
    GyzmoCA

    Suivre son activité 44 abonnés Lire ses 1 310 critiques

    5,0
    Publiée le 20 juillet 2013
    Cette trilogie est du pur chef d oeuvre et cette conclusion n échappe pas à la règle. Un film culte pour de nombreuses années et de nombreuses générations. Et Christopher Nolan nous fait encore une direction d acteur aux petits oignons. Tom Hardy fait une performance en méchant très convaincante et la catwoman (alias anne hataway).... Hummm. Donc à voir, revoir, acheté, louer ...
    Leodron
    Leodron

    Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 208 critiques

    0,5
    Publiée le 1 janvier 2013
    Enfin se termine cette nullissime trilogie de Christopher Nolan, avec en apothéose ce dernier volet d'une médiocrité affligeante. Décidément, on a ici atteint des sommets dans les films les plus nuls de cette dernière décennie. Quand on voie ce que nous a offert le génie Tim Burton avec Batman 1 et 2, comment peut-t-on apprécier les réalisations de Nolan? Même le très critiqué Joël Shumacher a su, lui au moins, nous apporter une ambiance, des décors magiques, des personnages hauts en couleur, en bref ce que l'on attend d'un film de super-héro comme Batman.
    Marsu P.
    Marsu P.

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 14 critiques

    0,5
    Publiée le 4 août 2014
    J'ai du m'y reprendre à deux fois pour le voir en entier (la première fois je me suis endormi). Bon, j'ai la flemme de me taper la critique séparée des trois bat-navets de Nolan alors je les fais tous dans la foulée. Seul Burton savait mettre en scène avec une esthétique impeccable le mélange d'humour nonsense et macabre de ce mythe du comix. Chez Nolan on est dans le pur film d'action de propagande facho usa anti-terroriste dans la lignée de "true lies" de cameron avec l'humour en moins, d'interminables fusillades-course poursuites-bastons, ça se prend totalement au sérieux et donc ça colle pas une seconde avec batman. Pour donner un semblant de "réalisme" à cet univers, alors que par définition le comix de super-héros se veut tout sauf réaliste, Nolan nous sert un pitch à la Vandamme avec une histoire de secte de super-ninjas qui expliquerait la genèse de super-héros... sic... Episode 1: un batman ridicule avec une voix d'ogre, un costume immonde à faire regretter schumacher, un arsenal militaire moche designé sous autocad, un épouvantail insignifiant qui sert à meubler, parce que le vrai super-méchant c'est le chef des ninjas qui fait des baston de karaté avec jean-claude batman. Episode 2: un joker sorti de nulle part sans aucune personnalité et maquillé à la truelle, et un double-face en 3d très laid qui meuble 10 secondes de l'histoire. Episode 3: un Bane relooké au rabais, fini la montagne de muscles au look sophistiqué et bardé de tuyaux à gaz dopant, tout ce qu'il reste du "design" c'est un masque à gaz moche, et une catwoman avec un costume encore plus moche qu'hale berry et qui sert juste à décorer en faisant de la moto en levrette. Je passe sur les innombrables incohérences de scénario que tout le monde a déjà relevé, mais je note quand même la baston générale finale où tout le monde jette son fusil pour se castagner à coups de poing, lol. Nolan est un vrai escroc, il suffit pas d'avoir des millions à engloutir en effets spéciaux pour faire un bon film, il faut aussi un minimum de sens esthétique et accessoirement trouver quelque chose à raconter...
    Incertitudes
    Incertitudes

    Suivre son activité 70 abonnés Lire ses 2 183 critiques

    4,5
    Publiée le 2 décembre 2012
    Le décès de Heath Ledger en 2008 a obligé Christopher Nolan a revoir ses plans pour le dernier opus de Batman "The Dark Knight Rises". Lui qui comptait réintroduire le Joker a finalement dû puiser dans 2 autres méchants appartenant à la mythologie Batman : Catwoman et Bane. Autant pour Catwoman, je n'y vois guère d'inconvénients d'autant qu'Anne Hathaway se glisse bien dans sa combinaison moulante, autant je me dis qu'à la place de Bane, Nolan aurait pu se tourner vers le Pingouin, L'homme-mystère ou Mister Freeze pourquoi pas, ce qui aurait pu permettre de faire oublier la prestation de Arnold Schwarzenegger. Comme on est bien obligé de faire avec, on constate que côté méchants, Hathaway restitue bien le côté trouble et vénéneux de Catwoman. C'est à dire qu'elle peut tout aussi bien décider d'aider Batman si elle y voit son intérêt ou au contraire de le trahir. Quant à Bane, il est à la fois semblable et différent du Joker. Semblable pour son goût du chaos et de l'anarchie auxquelles il veut soumettre Gotham City et différent car c'est une brute épaisse beaucoup plus coriace que le Joker au corps à corps. Batman semble seul contre tous. Il vit quasiment reclus, marchant à l'aide d'une canne, dans son manoir Wayne, s'étant accusé de la mort de Harvey Dent. Même son fidèle majordome Alfred le laisse tomber, c'est dire. Donc, au delà de la noirceur qui a toujours caractérisé les Batman de Nolan, c'est là plutôt le désespoir qui prédomine. Le désespoir qui saisit Batman, impuissant face à Bane, le désespoir de Bane dont il en tire sa rage et sa force, et le désespoir de Gotham City menacée par une bombe nucléaire. On en sort assez éprouvé à la fin après 2h30 de film d'autant que les motifs de se réjouir sont peu nombreux. En dehors des personnages, le savoir-faire de Nolan reste intact. Les scènes d'action sont impressionnantes comme il se doit et avec l'aide de son frère Jonathan, il a toujours le don pour pondre une histoire à tiroirs passionnante et bourrée de rebondissements. Avec en prime, pas mal de références aux 2 premiers épisodes. Une manière de boucler la boucle en quelque sorte. Comme quoi, on peut faire un blockbuster, en respecter les codes, et raconter une vraie histoire. Pour autant, je trouve The Dark Knight Rises un cran en dessous de The Dark Knight. Le film a en moins la prestation hallucinée d'un Heath Ledger en Joker ou même celle de Aaron Eckhart en Double-Face. Mais ne nous y trompons pas. Comme il est temps de faire le bilan des 3 films, Nolan a parfaitement su ressusciter Batman pourtant massacré par Joël Schumacher au milieu des années 90. Signe que le chevalier noir est immortel. La fin de cet ultime épisode semble d'ailleurs dire que Nolan indique à son successeur la marche à suivre. spoiler: Robin en futur justicier et un Bruce Wayne considéré comme décédé mais pourquoi pas dans un rôle de mentor pour Robin ? . En attendant, chapeau bas monsieur Nolan en espérant que vous garderez tout de même un œil sur l'avenir de la saga. Autant pour les fans que pour le bien de la saga elle-même.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top