Notez des films
Mon AlloCiné
    Je, tu, il, elle
    note moyenne
    2,6
    27 notes dont 7 critiques
    répartition des 7 critiques par note
    0 critique
    1 critique
    2 critiques
    2 critiques
    0 critique
    2 critiques
    Votre avis sur Je, tu, il, elle ?

    7 critiques spectateurs

    stebbins
    stebbins

    Suivre son activité 320 abonnés Lire ses 1 746 critiques

    4,0
    Publiée le 4 février 2008
    Je, tu, il, elle est un film OVNI, une consécration pour Chantal Akerman qui, décidément, nous offre un cinéma simple et personnel. Composé de quatre parties, cette première fiction est magnifiquement éclairée ( la photographie Noir et Blanc est somptueuse ) et très bien construite. Je : Chantal Akerman. Tu : l'Autre, qui apparaît sous la forme de lettres éparpillées ( s'agit-il de la mère d'Akerman présente dans News From Home ? ). Il : un camionneur qui recherche des sensations fortes. Elle : un corps de femme qui respire le désir...Le film est donc construit comme une digression, un cheminement évoluant au fil des rencontres. Certains diront que c'est un film nombriliste ( ce que je peux comprendre mais que je n'admets pas ) ; pour moi, cette égocentrisme apparent est d'une séduisante fragilité, d'autant plus que la réalisatrice s'implique totalement. Car si c'est un film trop personnel, c'est aussi un film fort peu individualiste. La force d'Akerman est d'avoir réussi à construire son film à partir d'elle-même ( ce qui est une chose ) mais aussi à partir de l'Autre. Après cela, que l'on ne vienne pas me dire que ce film est complaisant. Brillant.
    ferdinand75
    ferdinand75

    Suivre son activité 73 abonnés Lire ses 1 168 critiques

    2,5
    Publiée le 26 janvier 2016
    Un film qui était très expérimental à l’époque et qui avait pourtant connu un certain succès d’estime . Il était sorti dans le circuit classique, et avait bénéficié d’une bonne critique, faisant de Chantal Akerman , une sorte d’icône de ces années là (j’avais vu le film, jeune lycéen, lors de sa sortie en 1974 , et j’avais été frappé par sa liberté de ton et son audace ) . Ce film autobiographique, est centré sur le personnage de la réalisatrice post adolescente, une peu perdue, un peu sauvage mais qui arrive pourtant à monter un film autodescriptif, ce qui représentait déjà un exploit en soit. Le film n’a pas très bien vieillit, (revu en 2016) et les séquences d’autoanalyse sont longues et pesantes. La 1er partie sur le « Je » , où Ackerman s’ enferme dans une petite chambre de bonne est très ennuyeuse : elle bouge, écrit une lettre, change son matelas de place, se déshabille , puis mange des cuillères de sucre en poudre ( on se demande comment elle peut avaler autant de sucre). Il y a ensuite la rencontre avec un chauffeur routier, le « Il » , qui la prend en stop, l’incroyable Niels Arestrup, tout gringalet, que l’on reconnait à peine, et qui deviendra un très grand acteur , toujours d’actualité en 2016, au cinéma comme au théâtre. Il montre déjà des facilités exceptionnelles de diction. Il récite son histoire au volant de son camion ou dans des petits bistrots glauques. Et puis la 3e rencontre avec « Elle », son amie , car l’héroïne est lesbienne . C’est aussi cela qui avait fait le succès du film à l’époque, car c’était le 1er « outing » , public au cinéma d’une jeune lesbienne , se mettant en scène elle même. Mais la scène d’amour , est étrange. Il s’agit plutôt d’un combat au corps à corps, une sorte d’affrontement , qui fait partie du processus/combat de « Outing » ,il faut extirper la confession. Il n’y a rien d’érotique dans ces deux corps nus qui s’enlacent et se combattent. Elles ne jouissent pas, ce n’est d’ailleurs pas du sexe explicite comme on pourrait le penser mais bien une « mise en scène » d’une confession. Un film sur le mal être, sur la crise de la post adolescence ( et d’ailleurs le mal- être tout court de Chantal Akerman, qui après une brillante carrière de réalisatrice , douloureuse, mais reconnue par la critique, se suicidera en 2015). Un film culotté, intransigeant, qui fut un marqueur de son époque, mais qui aujourd’hui paraît très austère et froid.
    gimliamideselfes
    gimliamideselfes

    Suivre son activité 941 abonnés Lire ses 2 636 critiques

    3,0
    Publiée le 26 février 2015
    Film pour le moins particulier (je n'avais ni reconnu la réalisatrice dans le rôle principal, ni Niels Arestrup), très intéressant, mais aussi, il faut bien le dire assez long, alors qu'il dure moins de 1h30. En fait c'est le genre de film que j'aurai sans doute bien aimé réaliser... Au début on a cette fille qui écrit une lettre (le "je" du titre), qui mange du sucre, qui déplace les meubles... qui se met nue... Le tout en longs plans fixes. Il y a une scène que j'aime beaucoup, elle dit qu'elle joue à contrôler sa respiration, donc toi aussi tu te mets à le faire, et puis trente secondes plus tard elle dit qu'elle a oublié de jouer avec, alors que toi aussi tu as arrêté. Puis elle va rencontrer un camionneur, et là idem, un long plan fixe où il va vider son sac, j'ai trouvé ça assez juste dans ce qui était décrit, mais c'est peut-être la partie qui m'a le moins intéressé (le "il" du titre). Et vient la fin du film, avec le "elle", où on une scène de sexe lesbien, où justement, la réalisatrice lesbienne va coucher donc avec son actrice, alors je ne sais pas trop bien, je ne peux que supposer, que c'est comme ça qu'elle fait l'amour "en vrai", mais ça m'a marqué par la justesse de la scène. C'est toujours en plan fixe et on voit donc les deux se serrer bien fort, se frotter les jambes contre le sexe, mais ce que j'ai senti c'était que ce n'était pas suffisant, ça manquait de quelque chose, pour elles je veux dire. Il n'y a pas de pénétration, forcément... Comme si quelque part leur désir physique ne pouvait pas être assouvi alors elles étaient contraintes à se serrer bien fort comme si ça pouvait éventuellement remplacer une pénétration. Franchement le film m'a intéressé dans ce qu'il montre, parce qu'il ose les longs plans séquences, totalement fixes... Par exemple la scène de sexe finale est en trois plans et dure un peu moins d'un quart d'heure. Mais après je ne peux pas dire non plus que j'ai été passionné, parce que s'il y a des choses à voir, ça reste malgré tout long et lent, très lent. Une découverte sympathique, pas immémorable, mais intéressante, avec une scène assez érotique, où la réalisatrice défait le haut du chemisier de l'actrice, on comprend tout et c'est assez beau. C'est à voir je pense pour les curieux.
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 1573 abonnés Lire ses 8 738 critiques

    3,0
    Publiée le 12 décembre 2012
    Avec "Je, tu, il, elle", Chantal Akerman signe un premier long-mètrage prometteur! Jeune rèalisatrice belge pleine de courage et de talent, sa vision de cinèaste s'inscrit ici dans le mouvement d'un corps constant entre figuration et abstraction, entre ce qui s'affirme et ce qui se dèrobe! Son film se divise en trois parties: une jeune femme reste enfermèe dans sa chambre plusieurs jours et apprend à se connaître en ècrivant une lettre et en se nourrissant uniquement de sucre fin ; sa rencontre avec le camionneur Niels Arestrup (son monologue est remarquable et non dènuè d’humour, notamment ses pensèes sexuelles quand il conduit) ; et ses retrouvailles sensuelles avec son amante! Images en noir et blanc, style intellectuel, longs plans fixes comme pris sur le vif, prèsence physique des corps, le ton est donnè dans ce premier long avec au moins une très belle scène muette où Akerman et Arestrup boivent une bière à côtè d'un aquarium! Intèressant...
    Kai-Man
    Kai-Man

    Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 368 critiques

    0,5
    Publiée le 13 octobre 2006
    Film décomposé en trois partie ; la première demi-heure, on voit une femme seule qui écrit des lettres en mangeant du sucre en poudre.Je vous le dit tout de suite, c'est long, il ne se passe rien, autant poser une caméra chez soi en filmant ses plantes, il y aura plus de suspense. La deuxième demi-heure est consacré à une rencontre, l'héroine et un camionneur. cette partie est la plus intéressante pour moi parce qu'il y a le monologue du chauffeur. Il raconte sa vie, ses propos et ses histoires peuvent nous surprendre. Après ce long monologue à peine plus intéressant que la première partie du film, on arrive dans la dernière demi-heure qui est selon moi un mystère. L'héroine va chez une femme ( les premières minutes de la rencontre sont drôles ), elles n'ont pas l'air de bien s'entendre, mais soudain, on les voit nues sur un lit ( pendant 20 min ). Un film expérimental qui m'a bien retourné le cerveau, l'expression " il faut le voir pour le croire " prend tout son sens ici, je me suis longtemps demandé comment j'ai réussi à tenir du début jusqu'à la fin sans m'endormir, ou fuir face à ce film qui est vraiment très spécial. Lors de la projection, beaucoup ont abandonné pendant la prmeière partie du film. Un film vraiment original, qui marque les esprits.
    cinefil-31
    cinefil-31

    Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 98 critiques

    2,5
    Publiée le 21 juillet 2011
    "Je, tu, il, elle", est très inégal, on y voit déjà à l'oeuvre les procédés d'Akerman mais ils sont en construction, incomplets. De même que Hotel Monterey préfigure la construction fragmentaire de Toute une nuit (une construction par l'espace et le temps davantage que par la narration), Je,tu, il, elle, annonce Jeanne Dielman. Seulement voilà dans ses deux premiers films il manque l'essentiel, et quelque chose de vivant. Car si le monologue de Arelstrup est un moment réellement envoûtant et met déjà en place un système hypnotique (roulis du camion, corps fantasmé, voix qui raconte les intermittences du désir), le reste n'y parvient pas toujours. Les plans fixes travaillés sont là, mais les personnages les habitent sans grâce, que ce soit avec l'ingurgitation massive de sucre ou les roulé-boulés entre les deux femmes nues, les corps s'agitent plutôt lamentablement. Et c'est d'ailleurs curieux de voir que la lumière et le cadrage construisent une intrigue et que les personnes et les mouvements n'arrivent jamais à suivre ce rythme, sans doute le jeu maladroit d'Akerman n'y est pas étranger. A défaut d'être réellement intéressant, "Je, tu, il, elle" est un film qui laisse entrevoir l'oeuvre future, autrement plus passionnante.
    Cilou78
    Cilou78

    Suivre son activité Lire ses 2 critiques

    0,5
    Publiée le 21 mai 2012
    Jamais film ne m'a semblé aussi long, aussi plat. Une succession de longs plans fixes s'attardent sur une jeune fille dépressive qui passe des jours entiers couchée, à écrire, manger du sucre en poudre, se mettre nue... La seule chose qui pourrait être intéressante c'est cette voix intérieure qui raconte ses actions en les anticipant parfois ou en au contraire en les suivant. Cependant le film est lent, lent et lent et le son ne fait qu'expliquer les images. On se demande si la réalisatrice aime vraiment le cinéma car elle n'en utilise pas vraiment les procédés...
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top