Mon Allociné
Le Convoi sauvage
Séances Bandes-annonces Casting Critiques spectateurs Critiques Presse Photos VOD
Blu-Ray, DVD Musique Secrets de tournage Box Office Récompenses Films similaires News
note moyenne
3,7 51 notes dont 11 critiques
27% 3 critiques 18% 2 critiques 18% 2 critiques 36% 4 critiques 0% 0 critique 0% 0 critique

11 critiques spectateurs

Trier par
Critiques les plus utiles
Caine78

Suivre son activité 586 abonnés Lire ses 6 239 critiques

4,0Très bien • Publiée le 24/02/2012

Richard C. Sarafian reste pour beaucoup aujourd’hui le réalisateur d’un film : « Point limite zéro », réalisé la même année que « Le Convoi sauvage ». Il serait pourtant plus qu’injuste d’oublier ce dernier à une époque où le western vivait ses dernières heures de gloire, sans doute l’un des plus beaux hommages que l’on pouvait faire au genre. La première scène donne le ton : un convoi de mules tire, en plein milieu d’une nature vierge, un bateau qu’un chef trappeur cherche à amener jusqu’au Missouri, rappelant irrémédiablement le sujet du mythique film que réalisera une dizaine d’années plus tard Werner Herzog : « Fitzcarraldo ». Ce sentiment d’étrangeté qui s’empare alors de nous, soutenu par une sublime musique de Johnny Harris, ne partira plus. On pourrait même parler de fascination tant les émotions se succèdent au fur et à mesure que les minutes avancent. L’environnement sauvage y est pour beaucoup : sublimement filmée dans d’impressionnants décors naturels et remarquablement mise en valeur par une réflexion intelligente sur la « renaissance » d’un homme, elle transcende le récit d’un bout à l’autre. Sarafian ne se limite jamais à la simple beauté de la nature, nous proposant même des passages très réalistes. La représentation du héros est également très intéressante : Bass n'est ni un héros ni salaud, et s'il est un homme simple, il n’est pas simpliste pour autant. Les flash-back subtilement intégrés à l’intrigue sont à ce titre particulièrement éclairants sur sa personnalité et son passé, mais ils ne sont pas les seuls, comme en témoignent les très belles scènes où Bass se prend d’affection pour un lapin, auquel il n’hésitera pas à lire un passage de la Bible dans lequel il se sera reconnu. Mais si la relation entre le personnage de Bass et le cadre sauvage apparaît comme un atout majeur du film, on apprécie également le traitement choisi par Sarafian quant à la question des Indiens. Loin des clichés hystériques et racistes des premiers films de John Ford ou de Cecil B. DeMille, mais également distant de ceux croisés dans « Little Big Man » ou « Danse avec les loups », les voilà ici débarrassés de leurs apparats habituels : danses, discours pacifique un rien pompeux... Le tout sans parler un mot d’anglais. La langue de Shakespeare n’est pourtant pas en reste grâce à l’interprétation remarquable de Richard Harris, magnifique de sobriété et d’émotion contenue, mais aussi de John Huston, splendide dans son rôle de Capitaine entretenant une relation complexe avec Bass, et ce jusqu’à un dénouement bouleversant d’humanité. Difficile dans ces conditions de ne pas cacher notre enthousiasme devant une oeuvre aussi brillante qu’inattendue, aussi loin du western « classique » de John Ford que de celui plus violent de Sam Peckinpah, et qui ne nous laisse en définitive qu’un seul regret : que la carrière de Richard C. Sarafian soit tombée dans la médiocrité télévisuelle après 1975 et son curieux « Fantôme de Cat Dancing ».

TTNOUGAT

Suivre son activité 120 abonnés Lire ses 1 913 critiques

5,0Chef-d'oeuvre • Publiée le 07/01/2016

Superbe dépaysement situé en 1820 dans une nature sauvage qui est la vedette principale de ce western minéral et végétal quasiment muet (à peine 20 minutes de durée pour la totalité du dialogue). C’est contemplatif de bout en bout avec comme sommet une femme indienne accouchant en pleine nature sans un cri. Quelques scènes d’actions rapides extrêmement violentes mais sans aucun voyeurisme signalant la présence constante de dangers. C’est un rôle de choix pour Richard Harris qui l’assume sans difficultés d’autant plus qu’il n’a rien à dire, seuls ses yeux exprimant l’angoisse, la vengeance puis l’apaisement . John Huston est un peu trop caricatural mais comme son rôle est insignifiant aux yeux des spectateurs bien que dans le scénario il soit le moteur de l’expédition, cela s’admet assez facilement. Il y a peu de femmes si ce n’est l’indienne et l’épouse du héros, elle se remarque par sa sa sagesse et sa douceur. Ce genre de film devrait être admiré par tous en hommage au passé lointain lorsque les hommes étaient dépendant de l’espace ouvert dans lesquels ils vivaient. Aujourd’hui il risque d’ennuyer et son message initiatique sur la rédemption par l’abandon de la vengeance ne sera pas perçu. La réalisation est superbe, Sarifian filme bien et la lumière naturelle est superbement restituée, les plans lointains sont toujours en situation et les effets spéciaux réduits à quelques visions floues ou vaporeuses. Ce film ne s’oublie pas pour ceux qui le perçoivent.

emmanuel v.

Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 16 critiques

5,0Chef-d'oeuvre • Publiée le 27/12/2015

Représentatif du western contestataire des années 70 qui mettaient en scène des héros en rupture avec le monde civilisé, ce film est une sorte de survival avant que le terme ne soit employé pour désigner des personnages plongés dans un environnement hostile. Film qui alterne entre des séquences où le héros blessé par un ours et laissé pour mort tente de revenir à la vie, et l'avancée pénible de ce convoi surréaliste à travers des étendues inhospitalières. Ce bateau dressé sur un chariot avec à son bord un capitaine Achab presque délirant donne lieu à des images pleines d'une poésie quasi fantastique et peu commune dans le western. Et tandis que le héros renait progressivement de ses cendres, notamment en mangeant le cœur d'un animal encore vivant, des flash-backs nous éclairent sur sa vie passée, depuis son enfance rebelle jusqu'à sa marginalisation inspirée par un tempérament réfractaire à toute forme de vie sociale. Magnifiquement mis en scène dans les Pyrénées espagnoles qui figurent le Nord de l'Amérique, accompagné par un très belle musique de Johnny Harris, laquelle apporte une touche de mélancolie à ce récit initiatique chargé d'émotion. La petite réserve à observer est ce travers de faire parler les indiens comme s'ils récitaient des sermons dès qu'ils s'expriment dans leur langue. Paroles graves et gestes amples. Un des quatre films importants de la filmographie de Richard Sarafian, qui gagne en plus-value avec le temps qui passe.

landofshit0

Suivre son activité 98 abonnés Lire ses 1 616 critiques

2,5Moyen • Publiée le 22/05/2012

Le convoi sauvage a été réalisé la même année que point limite zéro difficile a croire tant tout y est différent.Les cadrages en contre plongé sont moches et le déroulement de cette histoire est long.Il y a bien des points commun aux deux films,les magnifiques décors et aussi un héros face a lui même.Dans une nature hostile cette homme blessé lors d'une chasse se retrouve face a l'abandon de ses compagnons de routes.C'est la lâcheté du groupe face a l'individu mourant,que montre Richard C. Sarafian et la nature a l'état brut.Seulement il étire le tout plus que de nécessaire,les flashback sont plutôt bienvenue pour expliquer le parcours du personnage.Mais le parcours qu'il va suivre reste classique est peu prenant.

dagrey1

Suivre son activité 36 abonnés Lire ses 400 critiques

3,0Pas mal • Publiée le 06/03/2016

Compte tenu de la sortie et du succès de "The revenant", "Le convoi sauvage" (man in the wilderness) tourné en 1971 par Richard Sarafian avec, dans les rôles principaux, Richard Harris and John Huston bénéficie d'une seconde jeunesse dans quelques salles dans une copie 35 mm de médiocre qualité. Le script du film est effectivement très proche de celui de the revenant. Cependant, l'esprit est très différent. Dans "le convoi sauvage", le réalisateur dresse un portrait critique des pionniers blancs mais remet également en cause les bases du western traditionnel et les rapports avec les indiens. "Le convoi sauvage" est donc un film qui se caractérise par une moindre altérité que "the revenant". De plus, le film insiste également davantage sur le rapport entre l'homme et la nature. Le film bénéficie d'une bonne distribution, on ne présente plus Richard Harris ni John Huston mais surtout d'une excellente bande originale de Johnny Harris.

Yves G.

Suivre son activité 90 abonnés Lire ses 685 critiques

2,0Pas terrible • Publiée le 04/04/2016

Le saviez-vous ? The Revenant est le remake de Man in the Wilderness (bizarrement traduit Le Convoi sauvage), un western de 1971 où Richard Harris (le directeur Dumbledore des deux premiers Harry Potter) tenait le rôle repris par l'oscarisé Leonardo. Ce qui frappe, c'est la ressemblance entre l'original et le remake. Une ressemblance qui pourrait être fatale à The Revenant qui n'a pas inventé grand-chose qui ne se trouvait déjà dans Man in the Wilderness : la bataille avec l'ours, la trahison des deux trappeurs, la dépouille de bison disputée aux loups, les Indiens menaçants... Tout y était déjà et même en mieux. Le méchant est le Capitaine Henry joué magistralement par John Hudson, le grand acteur-réalisateur (alors que, dans The Revenant, le méchant est joué par son adjoint laissant au capitaine un rôle moins clair). Il existe entre le capitaine et le héros une relation familiale contrariée (alors que Iñarritu invente à DiCaprio un fils). Dans Man in the Wilderness, les trappeurs halent un bateau, conférant à leur course contre l'hiver une dimension absurde et grandiose, dont Herzog s'inspirera pour Fitzcarraldo. Enfin, la fin de Man in the Wilderness est plus convaincante que celle de The Revenant. De là à dire que The Revenant ne méritait pas les éloges que je lui ai ici-même adressés, il y a un pas que je ne franchirai pas. Car The Revenant est un film tourné au XXIe siècle, avec une technologie de pointe qui donne au spectateur, comme jamais, l'impression d'être au cœur de l'action. Par contraste, Man in the Wilderness est un film du XXe siècle, bien fade, lent, statique. Et l'interprétation sans profondeur de Richard Harris constitue un repoussoir au talent de DiCaprio.

kibruk

Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 1 486 critiques

2,0Pas terrible • Publiée le 27/03/2016

Quarante cinq ans avant "The revenant", "Le convoi sauvage" nous racontait déjà sensiblement la même histoire. Evidemment ce film souffre de la comparaison, le cinéma ayant fortement évolué dans sa manière de filmer, alors focalisons-nous sur ce qu'il est en faisant abstraction du film de 2016. Il est décevant dans la mesure ou d'excellentes scènes sont plombées par d'autres. On peut être impressionné par le côté réaliste 'survival' de certaines séquences (surtout pour l'époque), par d'autres avec le bateau qui rappellent un peu "Fitzcarraldo", et agacé par les yeux de biche de Richard Harris qui assiste de loin à l'accouchement d'une indienne, et par d'autres un peu ridicules (comme celle avec le lapin) qui viennent renforcer de manière lourdingue la thématique de l'homme en harmonie avec la nature. Tout cela manque de fluidité narrative (les flashbacks ne sont pas très bien intégrés), et l'histoire peine souvent à captiver.

Ragnarrok

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 53 critiques

4,5Excellent • Publiée le 04/03/2016

L'histoire du "Revenant", dont on n'a pas dit que c'était un remake, en 35 mm de 1971 mais merveilleusement filmé, avec une proximité intense et constante de la nature, et une histoire haletante, où les indiens sont aussi très bien mis en scène, sans chercher le politiquement correct

cylon86

Suivre son activité 329 abonnés Lire ses 3 772 critiques

3,5Bien • Publiée le 19/02/2016

Il est bon, avant de découvrir "The Revenant" sur grand écran de jeter un œil attentif sur ce "Convoi sauvage", adaptation du calvaire rencontré par le trappeur Hugh Glass avant que Michael Punke n'en tire un roman. Le film, réalisé par Richard C. Sarafian (à qui l'on doit le culte "Point Limite Zéro"), suit les mésaventures de Zach Bass, trappeur membre d'une expédition transportant un bateau sur des mules à travers le territoire indien. Attaqué par un grizzly, Bass est laissé pour mort par ses compagnons qui ne tardent pas à le quitter sans vergogne. Animé par le désir de vengeance, Bass survit et traque ses anciens compagnons ainsi que le capitaine Henry, celui qui a toujours vu en lui un fils. Avec peu de dialogues mais une mise en scène impeccable et des paysages grandioses, Sarafian nous montre comment Bass survit et comment, à travers de brefs flash-back, il a mené sa vie. La morale du film n'est cependant pas dans la satisfaction de la quête de vengeance mais comment Bass apprend à réévaluer la vie et sa signification à travers son calvaire. A ce niveau-là, la scène où il assiste à l'accouchement d'une femme indienne en pleine nature alors qu'il n'a jamais vu naître son fils, est assez magnifique. Pas forcément subtil dans son message, "Le Convoi sauvage" n'en reste pas moins une œuvre complexe, hantée par des images incroyables, en témoignent ce capitaine (John Huston) arpentant le pont de son bateau en pleine nuit au beau milieu de la forêt.

Le Grand Silence

Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 123 critiques

5,0Chef-d'oeuvre • Publiée le 06/10/2015

Un western très mystérieux basé sur des faits réels. Les paysages sont magnifiques et très bien filmés. Richard Harris joue le rôle d'un homme sauvage qui a beaucoup de connaissance sur la nature et qui a vécu des moments difficiles pendant son enfance. Il est remarquable dans ce film, c'était vraiment quelqu'un d'humain et un super acteur. La musique du film de Johnny Harris est sublime. Un grand coup de chapeau à Richard C.Sarafian.

Les meilleurs films de tous les temps