Mon AlloCiné
Mères et filles
Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Mères et filles" et de son tournage !

Note(s) d'intention(s) : la femme et la maternité

La réalisatrice se confie sur la façon dont elle a pensé son film : "De manière très générale, j'avais envie de parler de la place de la femme aujourd'hui, et de l'évolution de sa situation depuis quelques années : le rôle qu'on lui assigne, la liberté qu'elle a pu gagner." (...) J'ai d'abord pensé à un documentaire, et puis je suis partie sur l'idée de trois femmes, de trois générations différentes. J'avais envie d'une histoire dure, violente, qui montre comment l'absence de liberté, pour les femmes, est encore dans les mémoires. J'ai imaginé trois personnages : une femme libre d'aujourd'hui, avec la question : que fait-on de sa liberté ? (...)Je crois que le moteur du film, c'est la maternité : l'instinct particulier que donne à Audrey le fait d'être enceinte. Comment elle en vient à porter en elle le fantôme de Louise, comment elle est habitée par quelque chose qu'elle ne comprend pas, qu'est-ce que ça engendre d'être mère. Et comment il faut arrêter avec l'image de la gentille maman. (...) le film ne devait pas non plus être construit autour de la révélation d'un secret(...) au contraire j'ai vraiment travaillé que ce soit à l'écriture, au tournage, au montage, à ne pas créer une attente, mais plutôt un climat."

Trio d'actrices pour famille décomposée

Dans son film à dominance féminine, Julie Lopes-Curval repense au choix, essentiel, de ses trois actrices. Catherine Deneuve d'abord, qui joue Martine, la mère qui ne veut pas parler de sa mère, lui reprochant d'avoir fui le domicile familial. "J'ai écrit en m'inquiétant de qui allait être Martine. J'ai très vite pensé à Catherine Deneuve. Je lui ai envoyé le scénario via son agent, j'ai attendu, elle a accepté de me rencontrer. On s'est vu au Lutétia, j'avais une trouille bleue, et je m'étais dit une chose : si mon admiration pour elle m'inhibe, je ne pourrais pas travailler avec elle. Et puis tout s'est passé de façon très simple." Marina Hands, elle, interprète Audrey, la fille de Martine venue visiter ses parents, et si possible leur passé. "J'avais très envie de travailler avec Marina Hands (...) Marina est une comédienne fantastique d‘une puissance incroyable. Je l'avais vue au théâtre dans Phèdre, et j'avais été impressionnée par ce qu'elle faisait avec son corps... En voyant Lady Chatterley, j'ai eu ce sentiment rare qu'une actrice pouvait être littéralement un film. Il y a une pureté en elle, pas du tout innocente ou mièvre." Enfin Marie-Josée Croze est Louise, la grand-mère qui voulait vivre libre. "Marie-Josée Croze est très différente : elle a quelque chose d'instinctif, elle réagit au quart de tour. Elle a été parfaite. C'est une actrice qui devient son personnage, souvent d'un film à l'autre je la trouve méconnaissable, elle réagit physiquement..."

De la cuisine à la mère

Mère et Filles était censé s'intituler "La cuisine". Pourquoi? Pour la réalisatrice, qui situe son film à la frontière de deux époques différentes grâce aux apparitions de la grand-mère, les progrès de l'électroménager ont été libérateurs pour les femmes. Le film aurait pu s'appeler "La cuisine", en partie parce que le personnage d'Audrey, qui prend les traits de Marina Hands, qui représente la femme libre d'aujourd'hui, se sent bien dans cette cuisine où elle a passé une partie de son enfance. Autre motif pour ce titre: dans le scénario, Louise quitte sa famille peu après l'installation de...sa nouvelle cuisine ! La pièce est une incarnation de la condition féminine à travers le temps."Toutes ces idées se sont mises en place petit à petit, y compris le secret que je jugeais nécessaire pour révéler la violence de la condition des femmes." précise Julie Lopes-Curval.

Bord de mères

Julie Lopes-Curval signe avec Mères et Filles son troisième long-métrage. Le tout premier, Bord de mer, se déroulait déjà comme son titre l'indique... Au bord de la mer. Ici encore, la jeune réalisatrice a choisi de tourner son film dans un environnement maritime, le bassin d'Arcachon. Elle explique ce choix : "Ça pourrait aussi bien se passer à la montagne ! Le bord de mer correspond simplement à un goût personnel. Dans Bord de mer, l'océan avait une double fonction : c'était un accès à autre chose, une promesse de départ, mais aussi un décor qui emprisonne – la mer dans un cadre... Ici en plus c'est le bassin d'Arcachon, une baie, ,un horizon séparé par l'eau." Dans Mères et filles donc, c'est différent. Il s'agit surtout d'un lieu côtier, un endroit à part ayant retenu l'attention de la réalisatrice, qui en fera la maison familiale où se déroule une partie du film. " Avec mon assistante, on a sillonné toute la côte et une seule maison m'a plu, c'est cette maison blanche art déco, un peu unique dans le paysage. Elle est devenue évidente pour moi. "

Un film sans Jonathan

Mères et filles a cette particularité d'être le seul film de Julie Lopes-Curval où n'apparait pas l'acteur Jonathan Zaccaï. ils avaient travaillé ensemble dès le premier court-métrage de la réalisatrice, puis dans son premier long Bord de mer et avaient poursuivi leur collaboration sur Toi et moi et même dans un film co-scénarisé par Julie Lopes-Curval, intitulé Le Rôle de sa vie. Curiosité amusante, dans ce film, le personnage que joue Jonathan Zaccaï porte le même patronyme que la réalisatrice, puisqu'il s'appelle Mathias Curval.
Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
  • Mortal Engines (2018)
  • Spider-Man : New Generation (2018)
  • L'Empereur de Paris (2018)
  • Rémi sans famille (2018)
  • Une Affaire de famille (2018)
  • Astérix - Le Secret de la Potion Magique (2018)
  • Pupille (2018)
  • Hunter Killer (2018)
  • Sauver ou périr (2017)
  • Bohemian Rhapsody (2018)
  • Le Retour de Mary Poppins (2018)
  • Le Grinch (2018)
  • Aquaman (2018)
  • Pachamama (2018)
  • Les Animaux fantastiques : Les crimes de Grindelwald (2018)
  • Casse-noisette et les quatre royaumes (2018)
  • Les Veuves (2018)
  • Oscar et le monde des chats (2018)
  • Edmond (2018)
  • Leto (2018)
Back to Top