Mon AlloCiné
    Portés disparus III
    note moyenne
    2,6
    73 notes dont 16 critiques
    25% (4 critiques)
    13% (2 critiques)
    6% (1 critique)
    6% (1 critique)
    19% (3 critiques)
    31% (5 critiques)
    Votre avis sur Portés disparus III ?

    16 critiques spectateurs

    Phil MacGyver
    Phil MacGyver

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 23 critiques

    5,0
    Publiée le 3 août 2014
    « Je mets les pieds ou j'veux... et c'est souvent dans la gueule ! » Chuck Norris a parlé ! Yeeeaaaaaaaaaaaaaahhhh, Rock'n'Roll !!! J'avais beau avoir regardé "Portés Disparus" 1 et 2 à la suite, mon cerveau exigeant, gourmand jusqu'au délire, continuait à crier famine ! Aussi, je ressortais fébrilement de l'artillerie lourde afin de satisfaire au mieux mes prétentions intellectuelles: "Braddock: Portés Disparus 3"... Sublime beaufferie délicieuse à la connerie magnifique, splendide déliquescence intellectuelle aux suintements merveilleusement imbéciles, étourdissante salve trisomique aux vigoureuses saillies abêtissantes, cette perlouZe mongoloïde à la couillonnerie flamboyante et au parfum débilitant tenace, va vous faire oublier que vous avez un cerveau pour votre plus grand plaisir ! Après avoir découvert qu'il a eu un enfant avec sa femme asiatique qu'il croyait morte, Braddock va reprendre ses études de politique étrangère, et réutiliser son talent inné pour communiquer avec les niakwés sans ouvrir la bouche, mais en ouvrant le feu ! Saluons bien bas l'interprétation toute en retenue de l'ami Chuck, mono-expressive ("J'ai des couilles!"), proche de l'autisme, qui lui confère une majesté qu'aucun niakwé encore vivant ne saurait contester longtemps... Chuck revient pour la Liberté et la Justice, et y va casser tout plein du niakwé sans cligner d'un oeil sous vos yeux effarés et admiratifs, pour qu'enfin, enfin règne la Paix Américaine (« Ferme ta gueule et reprend des hamburgers ! ») partout dans le monde, même dans les endroits les plus nauséabonds et poilus de son trou du cul ! Tout comme le précédent opus, cette séquelle est nettement plus rythmée que l'original et offre des moments d'une rare violence, qui rappellent à quel point la Cannon était une boîte de production essentielle dans les 80's, tant elle était capable d'aligner sans complexe, avec une régularité qui forçait le respect, les plus grands nanars fascistes de l'histoire du cinéma d'action, purs délires visuels aux prétentions artistiques néanderthaliennes et aux idéologies admirablement arriérées, qui faisaient que l'on savait enfin pourquoi l'homme descendait du singe. Ce "Chaînon Manquant" dans la fière industrie de l'AKcheune-Movie ne doit être oublié sous aucun prétexte, et doit être célébré comme il se doit, religieusement, afin de pouvoir transmettre aux générations futures, toute notre culture bienveillante, car la culture nous le savons tous est une chose sacrée à laquelle on ne touche pas, qu'il est interdit de remettre en question, sous peine d'être montré du doigt et mis à l'index... Ce monde de tolérance doit donc être préservé à tout prix pour que l'homme comprenne pourquoi la survie de l'espèce humaine est si importante devant celle de toutes les autres espèces! Chuck Braddock... enfin James Norris... enfin le héros quoi, va donc péter la gueule à tous ces sales niakwés qu'ont décidément rien compris (Pfffffffffff !), et qui font rien qu'à embêter des gentils américains (enfin demi-américains, mais bon, y sont quand même un peu américains alors ils doivent avoir des valeurs), en rigolant bêtement avec des rires sadiques à-la-con. Mais Chuck va tomber sur un méchant particulièrement méchant et... méchant, qui va lui en faire voir de toute les couleurs (et pas que des couleurs patiotiques ! Mais ça va se payer...), notamment en le torturant ! Aaaaaaaaaaaaaaaaahhh, putain, fallait pas, fallait pas, parce que Braddock, quand on essaye de lui repeindre les couilles avec d'autres couleurs que celles du drapeau américain, ça laisse des poils dans la peinture et ça fait désordre ! Alors Norris casse tout et défonce la gueule à tout ce qui bouge bridé et respire communiste, en nous offrant glorieusement des scènes nanardes étincelantes, que même "Sa Sainteté" le Pape approuverait dans sa grande sagesse (puisque comme chacun sait, il est en communication directe avec Dieu et pas nous), notamment dans une séquence désormais mythique, où un vilain niakwé libidineux essaie de violer une petite fille, et que Braddock intervient en lui défouraillant les couilles au lance-roquettes ! Que du bonheur !!! Le Pape actuel réfléchirait d'ailleurs à remplacer ses "Notre Père" et "Je vous salue Marie" répétés compulsivement en boucle, par cette nouvelle pénitence, afin de calmer les ardeurs de ses prêtres un peu trop proches de leurs ouailles... Un Braddock IV futur Pape ? Pourquoi pas, ça sonne plutôt bien pour la franchise... Outre un rythme sans faille, des scènes d'actions souvent spectaculaires, reconnaissons également qu'en dehors de la profusion quasi irréelle de scènes nanardes, tellement jouissives que ma télécommande en est toute collée, certaines séquences fonctionnent bien au 1er degré, notamment celle de la torture avec Braddock et son gosse. L'acteur qui joue son gosse est d'ailleurs excellent, dommage qu'il soit autant sous-exploité... Donc Norris est le plus beau, Braddock est le meilleur, Nordock va mettre une trempe à tous ces sales niakwés anti-américains, et son pied trouvera encore leur cul en Enfer. Bradris va bien sûr tout faire pour sauver ces enfants amérasiens, car ils ont le droit de vivre aussi, meeeeeeRDeeeeeuuh, puisqu'ils ont du sang américain dans les veines ! Mais notre héros aux couleurs de l'amour va-t-il pouvoir les sauver jusqu'au bout ? Ils restent quand même moitié niakwés et ça risque de saloper la si belle Amérique... Peut-être qu'avec une savante dialise qui éliminerait le sang bridé pour ne laisser que celui de l'espoir et la justice, il serait possible d'en faire de vrais américains... Maiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiis, c'est une autre histoire, et Braddock n'a pas fait assez d'études pour ça (il a déjà du mal à compter quand il fait ses pompes), alors malheureusement il n'y a pas de "Portés Disparus 4" ! Tant pis ! Je vais aller me matter "Invasion USA", où Chuck Norris arrête tout seul une invasion soviétique... Putain, j'en suis déjà tout excité, et les chimpanzés qui me servent de copains sont déjà en train de se balancer des bananes à la gueule tellement ils ne peuvent plus attendre... Faut que j'vous laisse, le devoir m'‘appelle, et moi, tout comme Norris, je ne fuis pas mes responsabilités ! Bon maintenant, bien que je me foute souvent de la gueule de Norris, faisons une petite mise au point: j'aime bien Norris, je trouve qu'il est charismatique, et bien que limité ne joue pas si mal que ça ! Il dégage une force et une détermination impressionnante, mais également une bienveillance certaine (si si !) qui le rendent attachant. Tout comme lui, je pense qu'il ne faut pas être trop "courtois" avec les salopards, et qu'il y a des moments où il est impossible des dialoguer avec des cons. Seulement, contrairement à lui, j'ai conscience que tout n'est pas soit blanc soit noir, que le monde offre souvent un large dégradé de gris, et que l'être humain est infiniment plus complexe que d'être seulement gentil ou méchant sans nuance... Deuxième mise au point Sainte et Salutaire afin d'éviter toute équivoque sur certains de mes propos (très 2nd degré bien sûr): Je n'ai rien contre la religion, ça peut être une très belle chose pour faire évoluer l'être humain, c'est ceux qui la travestissent et s'en servent plutôt que de la servir que je méprise... CQFD ! Enfin, rappel du Norri-Dico: Un niakwé est un individu dont la particularité est d'être jaune aux yeux bridés, communiste, stupide, sadique et servile, et ne partageant pas les vraies valeurs, les valeurs américaines, celles qui ont des couilles...
    Alexarod
    Alexarod

    Suivre son activité 50 abonnés Lire ses 1 083 critiques

    1,5
    Publiée le 17 avril 2011
    Et oui, déjà 3 opus... Bon celui-ci ne change pas des précédents mais se démarque par ses dialogues, car les bastons restent les mêmes, le scénario aussi, la trame, la musique, le jeu d'acteur... tout est du copié collé sinon, bref un mauvais film de série B tourné à l'arrache. Donc la seule chose qui diffère, et que Nanarland a bien montré, ce sont les dialogues. Là que du culte, du bon, du redneck... une grande comédie rien que dans ce domaine, rien que ça justifie le fait de voir le film c'est dire. Enfin s'il n'y a que ça on comprend que je ne puisse mettre plus, surtout qu'un film d'action qui fasse plus rire qu'une comédie c'est dire le niveau de ridicule... Allez Chuck, fait nous Hot Shot 3 avec Charlie Sheen et là ce sera le plébiscite.
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 1544 abonnés Lire ses 8 694 critiques

    2,0
    Publiée le 17 mars 2019
    Le plus violent des "Missing in Action". Un troisième volet viril et dur dans sa violence, où les scènes d'action sont parfois bonnes, parfois poussives! Le mèrite en revient certainement à Aaron Norris (le frangin de Chuck) qui succède à Joseph Zito et Lance Hool, et qui signe là son premier long-mètrage! Avec une rèplique hilarante de Chuck ("Je mets les pieds où je veux, Little John...et c'est souvent dans la gueule") qui nous fait trop vite oubliè la volontè de Aaron à retrouver l'efficacitè et de donner aussi plus de profondeur au personnage de Braddock ! Le moins concluant de la trilogie...
    Cordell Walker
    Cordell Walker

    Suivre son activité Lire ses 13 critiques

    4,0
    Publiée le 26 avril 2013
    Braddock: Portés Disparus III, le film est mieux réaliser que les deux premiers et est plutôt intéressent, on y retrouve Chuck Norris à la recherche de sa femme et son fils, ce film est d'ailleurs le plus violent de la saga ! Certes le scénario reste très simple mais s'avère assez efficace, bref la force du film c'est le légendaire Chuck qui est ici, infatigable ! Un bon film pour les fans d'action pure et dure et un excellent film pour les inconditionnels de Norris.
    UlTiMaTe-MaStErMiNd
    UlTiMaTe-MaStErMiNd

    Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 287 critiques

    5,0
    Publiée le 29 avril 2013
    5 étoiles pour deux raisons : Pour la réplique du film : "Je mets les pieds ou je veux Little John et c'est souvent dans la gueule". Et aussi parceque a la fin du film Chuck Norris survie a une grenage et 5 missiles tirés d'un hélico. Du grand Chuck a voir pour les fans.
    Uchroniqueur
    Uchroniqueur

    Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 236 critiques

    4,0
    Publiée le 24 août 2016
    Après le succès des deux premiers films le colonel Braddock revient pour libérer les victimes de la guerre du Vietnam restés coincés là bas. Le cinéma américain des années quatre vingt tente de guérir les blessures de la guerre du Vietnam a grand coup de fictions héroïques. Un Chuck Norris très énervé, en super G.I, invincible face à des Vietnamiens, bien évidemment, stéréotypés et caricaturés pour servir la propagande. Un bon film, qui au-delà d'être un film de bourrins,où le colonel Braddock distribue des grands coups de pompes, montre une magnifique scène d'ouverture historique avec le chaos qui accompagne la chute de Saïgon en 1975.Une scène qui a certainement inspiré la prise de l'ambassade dans Argo. Ce film prend une dimension particulière avec le sauvetage d'un groupe d'enfants. Non sans rappelé "Les Ailes de l'espérance", le film marque la fin de la série. Contrairement aux habitudes la qualité s'améliore au cours du triptyque.
    Komestai
    Komestai

    Suivre son activité 30 abonnés Lire ses 427 critiques

    0,5
    Publiée le 24 mai 2010
    Ayant vu les deux premiers opus, on ne s'attend plus à rien du 3ème... et effectivement on a rien. Hormis la multitude d'incohérences, la (sur)dose de patriotisme, les Viets pas doués méchants pas beaux qui servent de cibles... Chuck Norris n'esquisse pas la moindre émotion devant les épreuves que lui inflige le semblant de scénario... comme tout au long des films de la série on se marre parfois devant tant d'absurde. Le seul intêret de ce film (et la justification de ma demi-étoile) ne tient qu'en deux phrases, en un dialogue devenu culte (à raison) pour tous les amateurs de nanards: "- Braddock, faites attention où vous mettez les pieds. - Je mets les pieds où je veux Littlejohn... et c'est souvent dans la gueule".
    cheyennehondo
    cheyennehondo

    Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 236 critiques

    5,0
    Publiée le 21 mars 2010
    La fin d'une bonne trilogie quoique les critiques en disent,la mienne n'est pas mauvaise du tout. Braddock qui repart au Vietnam rechercher sa famille. Encore une bonne raison de partir. Un bon Chuck Norris.Pour ma part je conseille cette trilogie.
    Max Rss
    Max Rss

    Suivre son activité 64 abonnés Lire ses 965 critiques

    0,5
    Publiée le 16 février 2014
    Après un peu plus de trois ans d’absence, le colonel James Braddock reprend du service pour aller secourir sa femme et son fils faits prisonniers au Vietnam. Attention les mecs, fallait pas toucher à la bonne femme et au fiston de Chuck Norris, préparez vous aux représailles. Franchement, je n’attendais rien, mais alors absolument rien de ce « Portés Disparus III ». J’espérais juste assister à un film d’action bien bas du front mais suffisamment fendard. Or ici on touche quasiment le fond. Même pris au second degré, ce film est d’un ennui profond. Si l’on fait abstraction d’un scénario crétin à souhait, tout est rebutant dans ce film, surtout la mise en scène et le jeu plus que défaillant des acteurs. Il n’y a rien de pire qu’un film qui n’est juste bon qu’à être un nanar et qui se prend au sérieux. C’est le cas ici. Tout est à jeter, de la première à la dernière minute. Il n’est même pas sur que les fans les plus fervents de Chuck Norris réussissent à trouver quelque chose à se mettre sous la dent. Une sombre bouse.
    GyzmoCA
    GyzmoCA

    Suivre son activité 20 abonnés Lire ses 284 critiques

    1,0
    Publiée le 9 janvier 2015
    Les années 1980 n'ont pas donné que des bons films ... loin de la et celui ci en est le parfait exemple. La lumière du film donne l'impression d'être sur une plage de cocotier, la mise en scène est digne d'une série de dimanche après midi d'une chaine câblée, les acteurs donne l'impression d'être sorti d'un casting sauvage sur place (l'action se passe en thailande/vietnam) ... Bref un nanar de chez nanar. On se prend au bout de quelques minutes à chercher les défauts de cadrage, de jeu d'acteurs ... et avec ce genre de film, je ne sais pas pourquoi, je me force à aller jusqu'à la fin .... pour rien
    Redzing
    Redzing

    Suivre son activité 118 abonnés Lire ses 2 071 critiques

    0,5
    Publiée le 30 mars 2008
    "Faites attention où vous mettez les pieds !" - "Les pieds j'les met où j'veux little John, et c'est souvent dans la gueule !". Cette réplique, devenue culte avec le temps, donne le ton de "Missing in action III", un nanar revanchard de plus où Chuck Norris affronte vietnamiens sadiques et bureaucrates lâches pour faire triompher la justice reaganienne. Comme la plupart des films de et avec les Norris, il se laisse donc regarder au troisième degré (sous peine de s'abrutir) même si "Delat Force 2" est plus poilant.
    NeoLain
    NeoLain

    Suivre son activité 183 abonnés Lire ses 4 365 critiques

    3,0
    Publiée le 30 mai 2015
    Troisième volet de Portés disparus. Re-re-retour au Vietnam. Qu'est-ce qui se passe encore ? pendant et après la chute de Saïgon, le Colonel Braddock cherche sa femme et apprend en plus qu'un fils l'attend. La seule surprise, spoiler: sa femme meurt devant ses yeux , son fils lui de même assiste à la spoiler: perte de sa mère . Et la suite, on s'y attend comme une grande routine. Encore un camp, encore un pont et encore un sauvetage de prisonniers, sauf que là, ce sont des enfants. Plus précisément des amérindiens. D'ailleurs le film laisse un message de fin citant qu'à l'époque 15000 enfants se trouvait encore là-bas. Mieux que le premier, mais je garde une meilleur satisfaction du second plutôt que cette nouvelle aventure. Rien que pour le chef de camp, moins de charisme que Soon-Tek Oh.
    Sildenafil
    Sildenafil

    Suivre son activité 35 abonnés Lire ses 810 critiques

    0,5
    Publiée le 6 mars 2017
    Authentique nanar qui prête à de francs éclats de rire à tous les niveaux (scénario, jeu d'acteur, décors, cohérence,...).
    Pascal I
    Pascal I

    Suivre son activité 100 abonnés Lire ses 2 391 critiques

    0,5
    Publiée le 12 avril 2009
    Celui de trop !
    pierrre s.
    pierrre s.

    Suivre son activité 41 abonnés Lire ses 844 critiques

    1,0
    Publiée le 23 janvier 2016
    James Braddock, Chuck Norris lui-même, et la Cannon, tout le monde touche le fond, avec cet ultime opus. En même temps, quand on voit dès le générique que le réalisateur est Aaron Norris, le scénariste Chuck Norris, et les producteurs, messieurs Golan et Globus, on pouvait s'attendre au pire.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top