Notez des films
Mon AlloCiné
    My Little Princess
    note moyenne
    3,2
    630 notes dont 103 critiques
    répartition des 103 critiques par note
    4 critiques
    20 critiques
    43 critiques
    18 critiques
    10 critiques
    8 critiques
    Votre avis sur My Little Princess ?

    103 critiques spectateurs

    Lucille T.
    Lucille T.

    Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 375 critiques

    4,5
    Publiée le 29 octobre 2011
    Poupée, n, f : Petite figure humaine qui sert de jouet aux petites filles. Qu'on habille et surtout qu'on... déshabille.
    beautifulfreak
    beautifulfreak

    Suivre son activité 82 abonnés Lire ses 343 critiques

    3,5
    Publiée le 30 juin 2011
    En écoutant les commentaires à la sortie de la projection ("obscène", "trop baroque", "sombre merde"...), je me dis que ce film ne fera probablement pas l'unanimité. Dans cette autobiographie, Eva Ionesco règle des comptes (et pas de fées!) avec sa mère et avec une époque (la fin des 70's) moins scrupuleuse envers la représentation hautement érotisée de la pré-adolescence, au nom d'un art qui se veut libéré mais qui se paie cash. Ne nous leurrons pas, notre époque est aussi exhibitionniste/opportuniste, mais d'une manière différente (TV reality, internet...). L'interprétation est solide (Isabelle Huppert en mère mégalomaniaquement fofolle, Denis Lavant, et Anamaria Vartolomei, la révélation du film), et malgré certaines redondances et une réalisation un peu sage - peut-être pour contrebalancer la force du propos -, My little princess tient la route. Il ne joue pas tant que ça sur le traumatisme de l'enfance volée et présente, à la manière de Louis Malle dans "La petite", un contexte glauque avec un dynamisme, une subjectivité juvénile et un humour salvateurs. C'est bien moins trash que Le livre de Jérémie d'Asia Argento. Visuellement, dans certaines séquences, l'équipe s'est inspirée de Mario Bava, le maître du giallo et de Dario Argento (on aperçoit d'ailleurs une affiche de "La baie sanglante" et de "Suspiria"). Finalement, le film soulève une ambiguïté: une mère haïssable qui prétend "aimer à sa manière" a t-elle contribué à ce qu'est devenue Eva Ionesco (pour le pire et le meilleur)? Sans doute, mais à quel prix?
    gimliamideselfes
    gimliamideselfes

    Suivre son activité 1428 abonnés Lire ses 3 662 critiques

    1,5
    Publiée le 19 mai 2013
    Mouais, je suis très loin d'être convaincu par ce film. Dès les premières minutes j'ai senti quelque chose qui me dérangeait, ça voulait faire film d'auteur, mais ça en faisait des caisses, difficile d'y croire. Huppert fait du Huppert, ça ne me dérange pas, mais bon ça reste Huppert malgré la robe, les cheveux blonds, etc. En tous cas j'ai trouvé l'ambiance faussement vraie. C'est à dire que derrière le début qui presque faire "social", j'ai trouvé ça en toc, faux. Et une fois que cette impression c'est installée, difficile de s'en défaire. Ensuite la narration est juste calamiteuse, tout est basé à partir de "je te déteste, t'es une conne". Non mais à un moment on se demande si le monteur a bien fait son travail et si on n'est pas encore coincé au début du film. Après les quelques scènes biens sont les scènes de photos parce que justement ça va jouer sur l'ambigüité, à la fois les poses sont suggestives, mais ce corps de fillette va gêner, déranger et du coup ça fait vraiment bizarre de voir ça. Mais finalement le film n'en fait rien, j'ai l'impression de juste voir un prétexte pour que la fille gueule sur sa mère, ce qui ne m'intéresse pas le moins du monde. J'ai eu l'impression de voir un truc que j'avais déjà vu maintes fois, que ça se mord la queue et que c'est en plus d'être chiant complètement inutile et vain.
    jfharo
    jfharo

    Suivre son activité 28 abonnés Lire ses 1 232 critiques

    3,0
    Publiée le 6 juillet 2011
    Sur un sujet on ne peu plus épineux , le charme opère . Coup de chapeau à Isabelle Huppert et à la petite Anamaria Bartolomeï que l'o espère retrouver toute les deux aux Césars , ainsi que les costumes et la photo .Un film qui devrait malheureusement plaire à Cohn Bendit , Ribery ,Benzema , Govou et autres tristes sires...
    Claudine G
    Claudine G

    Suivre son activité 75 abonnés Lire ses 393 critiques

    0,5
    Publiée le 30 juin 2011
    Le jour où E. Ionesco a pris la décision de réaliser ce film, elle aurait mieux fait de rester couchée. Ce sujet, à la base sensible psychologiquement et intéressant, traité avec intelligence aurait pu valoir le déplacement. Mais là, cris, hystérie exagérée en ont fait un film sans aucun intérêt...et long.
    tedsifflera3fois
    tedsifflera3fois

    Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 210 critiques

    1,5
    Publiée le 3 novembre 2011
    Ma critique de My Little Princess : http://tedsifflera3fois.com/2011/07/19/my-little-princess-critique/
    uz E.
    uz E.

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 62 critiques

    2,5
    Publiée le 23 février 2013
    un film qui met mal à l'aise et qui intrigue en même temps, mais qui pêche un peu par des lacunes de mise en scène et une relative répétitivité des scènes. isabelle huppert est en pleine forme pour nous emporter au bout de cette histoire malsaine
    Tupois Blagueur
    Tupois Blagueur

    Suivre son activité 43 abonnés Lire ses 1 162 critiques

    3,5
    Publiée le 8 mars 2014
    Il n'y a que très peu de films qui me mettent mal à l'aise, mais "My Little Princess" est de ceux-là. Ici Isabelle Huppert, comme à son habitude impeccable, campe une mère manipulatrice et perverse qui entreprend de transformer en objet de désir sa fille qui n'a que dix ans, tout ça pour faire ses photos et être célèbre. Rapidement le malaise s'empare du spectateur. Mais ce n'est pas tant à cause de cette transformation qu'à cause de la mise en scène de Eva Ionesco : le fait d'esthétiser la transformation de la jeune fille en fait à la fois quelque chose de répugnant et quelque chose de beau. Ces sentiments contradictoires ne nous quittent jamais parce que tout au long du film Eva Ionesco maintient sans pitié cette emprise sur le spectateur avec habilité. Peut-être a t-elle voulu se libérer de ce poids en faisant ce film biographique, je n'en sais rien ; en tout cas c'est un bon film. A voir.
    anonyme
    Un visiteur
    3,0
    Publiée le 29 novembre 2011
    Film très personnel d'eva Ionesco , c'est un film provocant qui témoigne des limites de l'art , des rapports mère enfant , Je trouve le film plutot réussi , même si je sais que certains n'apprecieront pas car trop intime et provocant
    Myene
    Myene

    Suivre son activité 14 abonnés Lire ses 373 critiques

    3,5
    Publiée le 30 août 2013
    "Tout ce qui ne tue pas rend plus fort " illustration par Eva IONESCO Elle porte ce nom qui fait qu'on ne peut que se référer au dramaturge à chaque fois qu"elle apparait ,de plus une mère toxiquele, abusive et inconcevable lui a artistiquement empoisonné l'existence dans des confusions identitaires venimeuses De ce carnage elle fait un bon film par le choix de ses interprètes et d'un parti pris de mise en conte esthétique et funèbre mais ni glauque, ni désespérant BRAVO l'artiste!
    Sylvain P
    Sylvain P

    Suivre son activité 132 abonnés Lire ses 1 156 critiques

    3,5
    Publiée le 29 juin 2011
    My little princess dérange et dérape presque dans ses règlements de compte, mais Eva Ionesco, par la grâce de deux actrices incroyables (Anamaria Vartolomei et Isabelle Huppert), en tire un film dans la veine du Livre de Jérémie, sur une relation d'amour et de destruction entre une mère et son enfant. Il met mal à l'aise le spectateur, tout en ayant une esthétique propre (les tenues sont travaillées à l'extrême). Le rôle d'Hanna est l'un des plus personnages les plus intéressants d'Isabelle Huppert.
    Patrick Braganti
    Patrick Braganti

    Suivre son activité 75 abonnés Lire ses 375 critiques

    3,5
    Publiée le 2 juillet 2011
    Ce sont aussi les limites de l’art qui sont ici questionnées : que peut se permettre un artiste, l’œuvre de création peut-elle s’arroger tous les droits, où se situe la frontière du respect de l’autre, surtout lorsqu’il s’agit d’une préadolescente n’ayant pas encore toutes ses facultés de discernement, séduite, intriguée puis dépassée par l’étrange commerce de sa mère ? Toutes les deux blonde platine, Hannah et Violetta forment un curieux tandem où le rapport s’inverse souvent, semant le trouble : qui est au demeurant la plus mature, la moins inconsciente des deux ? Parce qu’elle a su créer une atmosphère onirique, Eva Ionesco donne à son film une forme de conte qui évite l’aspect scabreux ou racoleur qu’il aurait pu facilement revêtir. Hannah porte donc à sa fille un amour-monstre et peu importe que cette dernière en subisse les dommages. Pour l’artiste, seule sa création compte, peu préoccupée des moyens utilisés. L’actrice Isabelle Huppert paraît évidente dans le rôle de cette intellectuelle, chantre de l’érotisme littéraire, mais la nouvelle venue Anamaria Vartolomei stupéfie par sa présence à l’écran, son charme de lolita terriblement naturel et vénéneux, qui ne trompe d’ailleurs pas l’entourage d’Hannah. À un moment, celle-ci conseille la lecture de Ma mère de Georges Bataille à sa fille. La référence n’est pas innocente : la transgression, l’érotisme approché comme un rempart face au vide insaisissable de la mort sont des thématiques récurrentes chez l’écrivain, notamment dans l’opus cité vu comme la synthèse de ses préoccupations. Volontairement théâtral – diction ampoulée des comédiennes, affectation des poses et recherche dans les tenues vestimentaires, géographie des lieux, à la fois antres et bordels – My Little Princess interpelle et dérange, mais sans susciter de gêne malsaine. On voit bien combien il est compliqué, sinon impossible, de se remettre d’une telle expérience, dont le principal effet a été de projeter sur le devant de la scène et au sein d’un milieu interlope une jeune fille, tout en la privant de son enfance puisqu’elle était soudainement propulsée dans le monde des adultes.
    hubertselby
    hubertselby

    Suivre son activité 44 abonnés Lire ses 436 critiques

    3,5
    Publiée le 18 octobre 2013
    Une mère que certains jugeraient cintré puisque c'est une artiste qui utilise sa fille pour son travail, je ne vois pas l'once d'un amour maternel là-dedans, juste de la vanité. Une grand mère adorable et douce qui élève seule sa petite fille se la voit ôter par sa fantasque maman avide de la jeunesse et de la beauté de sa fille. C'est limite la marâtre de Blanche Neige cette femme. Elle est détestable, c'est très agaçant mais nulle autre qu'Isabelle Huppert qui peut être infiniment insupportable dans son jeu n'aurait pu incarner ce personnage barge. Son phrasé est agaçant et on l'imagine très facilement perché comme ce personnage...Désolé Isa... Elle la plonge dans son monde d'artiste adulte qui a eu le temps de comprendre les nuances de la vie et les hypocrisies alors que la petite n'est pas parée pour cela. On sent l'effondrement de l'enfant arriver très vite dans la façon de créer des personnages de mini diva baroque et gothique. Perso, je vais peut-être faire vieux jeu mais je considère qu'elle lui vole son enfance, alors oui certes faire ces photos là à cette période de la vie apporte sur les photos un charme sulfureux qui vire à la pornographie enfantine... Un bon film d'auteur bien dérangeant en somme avec des personnages aux sentiments exacerbés (ça m'énerve le sur jeu des émotions ! ) Visuellement le film est une réussite, le jeu des acteurs est bon mais le fait que la petite fille soit plus responsable que son artiste de génitrice ça fait froid dans le dos...Et dire que c'est autobiographique...
    ferdinand75
    ferdinand75

    Suivre son activité 130 abonnés Lire ses 2 750 critiques

    2,5
    Publiée le 4 mai 2020
    Un film qui laisse une sensation amère. Car c’est avant tout un déballage familial, un règlement de compte, voir même une psychanalyse. Est-ce que Eva Ionesco arrive à transformer cela en une œuvre d’art, voir en spectacle, la question se pose. ? La réalisation est correcte, sans plus, le montage un peu loupé, avec parfois des répétitions. Il semble cependant que Eva arrive à rester assez « objective », si cela est possible dans une telle circonstance. Ce n’est pas un document à charge contre sa mère : elle montre sa mère et elle même sous des jours pas très favorables. Irina un peu déjantée, très excentrique, opportuniste aussi, qui veut faire de l’argent avec ce qui marche, surfant sur la mode des JFilles pubères (comme Hamilton et d’autres le feront aussi). La fille, qui ne sait pas dire non , qui aime aussi ,quelque part, poser , flattée comme peut l’être une JF, mais ne connaît pas les limites de ce jeu, et une attirance pour l’interdit pas clair. Une relation complexe, justement parce que c’est la mère et c'est la fille. On voit aussi que cela se passe dans les années 70, où le curseur sur les bonnes mœurs n’était pas le même qu’aujourd’hui. Tout ce qui touche à la pédophilie (mot peu utilisé à l’époque) n’était pas encore blacklisté. D’ailleurs ce curseur n’est pas clair, car on peut se demander aujourd’hui si Eva Ionesco elle même n’abuse pas de la situation avec sa jeune actrice. Elle la déguise beaucoup, la dénude un peu, la pousse beaucoup. Est-ce que dans 10 ans ce film sera encore « acceptable ». ? Est-ce que le tournage n’a pas été traumatisant pour la jeune actrice ? Elle même a été confronté à tout cela à son époque. Où est la limite entre le nu artistique et l’abus sur personne mineure. La justice hésitera d’ailleurs dans la vraie vie, puisque Irina gagnera le procès en 1ere instance sur la liberté de création, mais perdra à la cour d’ appel, avec interdiction de diffuser les photos de sa fille JF mineure. Ce qui sauve le film c’est surtout l’interprétation remarquable des deux actrices principales : Isabelle Huppert formidable qui tient une de ses meilleurs rôles, extravertie, foldingue, mais belle et envoutante, et qui donne une vraie profondeur au personnage. Et la jeune A. Vartolomei qui est excellente dans un rôle très difficile, et s’en tire parfaitement bien, en s’impliquant fortement. . Certains seconds rôles sont très forts aussi : la grand mère roumaine, très attendrissante, Denis Lavant ( qui ne tourne pas assez , et qui nous rappelle toujours son cultissime rôle dans « Mauvais sang ») qui est ici très bien dans son rôle de « Corneille » , et Louis Do Lencquesaing toujours impeccable dans ses apparitions, mêmes courtes. Un film ambigu, un peu malsain, mais qui a le mérite d’apporter un éclairage unique sur ce sujet complexe.
    selenie
    selenie

    Suivre son activité 1615 abonnés Lire ses 4 877 critiques

    3,0
    Publiée le 13 décembre 2011
    Eva Ionesco revisite son enfance avec sa mère, célèbre photographe ; il s'agit d'une histoire vraie à la fois touchante et effrayante. Isabelle Huppert (Irina Ionesco mère) est toujours aussi juste, la petite Anamaria Vartoloméi (Eva jeune donc) bien que très jolie n'est pas toujours très bonne, pas assez naturelle. La mère est ici montré comme une mère aimante, plus inconsciente que indigne mais la réalisatrice a surtout voulu araser le propos et montrer des séances photos plus soft qu'en réalité afin de facilité la mise en image. L'amour mère-fille et leurs conflits est bien retransmise, la manipulation de l'enfant par la mère est aussi bien montré même si le film montre du doute dans les yeux de la mère (parfois) on se demande toujours jusqu'où la maman photographe aurait pu aller. Un très joli film et un beau témoignage malgré un sujet scabreux et certainement pas facile. Par contre le film manque peut-être de chaleur, et ce, même pour les scènes avec la grand-mère.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top