Mon AlloCiné
Strangers: Prey at Night
Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Strangers: Prey at Night" et de son tournage !

Une suite 10 ans plus tard

The Strangers: Prey at Night est la suite de The Strangers sorti en 2008 aux Etats-Unis (resté inédit chez nous) et qui avait connu un beau succès dans le monde en rapportant pas loin de 82 millions de dollars pour un budget de 9 millions. "The Strangers: Prey at Night est un film à plus gros budget et de plus grande envergure. On a pris les mêmes psychopathes que dans le précédent film et on a changé de scénario, impliquant cette fois-ci toute une famille qui se retrouve dans une situation similaire. Et au lieu d’être circonscrite à un espace clos, l’histoire se déroule en extérieur dans un parc à mobile homes avec plus de cascades, plus d’action et de problèmes de logistique", explique le producteur James Harris.

Références de prestige

Pour réaliser The Strangers: Prey at NightJohannes Roberts s’est inspiré des ingrédients caractéristiques des films d’horreur traditionnels des années 1970 et 1980. Le metteur en scène explique : "Je suis un fan inconditionnel de John Carpenter et son film Christine a largement inspiré ce projet. The Strangers: Prey at Night est essentiellement un hommage aux films de John Carpenter et aux grands classiques du genre comme Duel, Ne vous retournez pas, Halloween : La Nuit des masques et Massacre à la tronçonneuse."

Une équipe qui change

Bryan Bertino, réalisateur du premier film, laisse la main à Johannes Roberts, à qui l'on doit, entre autres, The Door et le film de requins 47 Meters Down. Devant la caméra, on retrouve, à la place du couple Liv Tyler/Scott Speedman, Christina Hendricks (Mad Men), Martin Henderson (Grey's Anatomy) et Bailee Madison (Don't Be Afraid of the Dark).

L'endroit idéal

L'un des plus grands défis a été de dénicher le lieu idéal pour instaurer l'atmosphère parfaitement terrifiante de The Strangers: Prey at Night : un espace enclavé et fermé, totalement éloigné de toute civilisation pour accentuer la terreur liée à la solitude et à la menace qui se rapproche. "On ne voulait pas utiliser un parc de mobile homes classique car ça aurait été trop petit. On avait besoin d’un espace plus vaste, à mi-chemin entre le camp de vacances et le parc de bungalows mais ça n’existe pas. On a donc trouvé un terrain et créé le parc de A à Z", confie le producteur James Harris.

Absence de mobile...

Comme dans le premier film, les tueurs de The Strangers: Prey at Night se caractérisent par leur extrême dangerosité bien sûr, mais surtout par leur absence totale de mobile. "Il semble impossible de comprendre pourquoi ces inconnus se comportent comme ça. Je pense que c’est leur totale indifférence qui rend le film aussi tétanisant. Ils n’ont aucune motivation, hormis le désir de tuer. Et comme on n’a pas l’occasion de découvrir qui se cache derrière ces inconnus masqués, on ne comprend pas leurs mobiles. Je pense que c’est cette ambiguïté totale et la dimension énigmatique du film qui le rendent aussi glaçant", raconte le comédien Martin Henderson qui incarne Mike, l’homme fort de la famille.

Côté BO

La bande originale du film comprend la musique composée par Adrian Johnston mais aussi d’autres morceaux. Johannes Roberts était tombé sous le charme du travail de Johnston sur I Am Not A Serial Killer (2016) et l'a contacté lui-même pour The Strangers: Prey at Night. Par ailleurs, la musique des années 1980 est l’un des aspects les plus marquants du film, puisqu'elle constitue une occasion supplémentaire de mettre le spectateur encore plus mal à l’aise. "C’est toujours amusant de juxtaposer une chanson pleine d’entrain sur une séquence vraiment terrifiante", précise le cinéaste.

De nuit !

Pour renforcer l'horreur au centre du film, Johannes Roberts et son équipe ont tourné de nuit, ce qui a été difficile d'un point de vue logistique. Le réalisateur se souvient : "Quand on tourne de nuit, il est parfois difficile de maintenir le niveau d’énergie de l’ensemble de l’équipe. Dans le même temps, c’est la course contre la montre avant que le jour ne se lève. Le tournage a eu lieu en juillet, quand l’obscurité est limitée et on avait l’impression d’être constamment minuté, mais on ne peut pas lutter contre la nature et quand la lumière arrive, il faut l’accepter."

Les flammes de l'enfer

The Strangers: Prey at Night comprend une séquence où un camion brûle et où tout semble sur le point d’être détruit... C’est le chef cascadeur Cal Johnson qui a bravé les flammes et exécuté les cascades du camion. Dans cette séquence, Johnson a même eu l’honneur de doubler l’un des tueurs. Il se rappelle : 

"Dans l’une des scènes, on a dû emboutir l’arrière d’une voiture de police à environ 60 km/h. Puis, on a démonté la voiture de police et installé l’actrice à l’intérieur de façon à ce que le camion puisse s’arrêter à son niveau et la provoquer un peu. La voiture est totalement hors d’état de rouler, elle y lance une allumette et met le feu aux deux véhicules alors que je semble être à l’intérieur. Une fois que le camion est en feu et que je suis à l’intérieur en train de le conduire, elle court le long de la route et je commence à la poursuivre. On arrive à un croisement et là encore, je l’encercle avec le camion pour l’effrayer encore plus. C’est une scène vraiment efficace."
Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
  • Ant-Man et la Guêpe (2018)
  • Break (2018)
  • Skyscraper (2018)
  • Les Indestructibles 2 (2018)
  • Ma Reum (2017)
  • Paranoïa (2018)
  • Christ(off) (2017)
  • Dogman (2018)
  • Sans un bruit (2018)
  • Au Poste ! (2018)
  • American Nightmare 4 : Les Origines (2018)
  • Mission: Impossible - Fallout (2018)
  • Jurassic World: Fallen Kingdom (2018)
  • Tout le Monde Debout (2018)
  • Come as you are (2018)
  • L'École est finie (2018)
  • À la dérive (2018)
  • Tamara Vol.2 (2017)
  • Interrail (2018)
  • Fleuve noir (2016)
Back to Top