Mon AlloCiné
    Il Bidone
    note moyenne
    3,8
    143 notes dont 21 critiques
    14% (3 critiques)
    43% (9 critiques)
    33% (7 critiques)
    10% (2 critiques)
    0% (0 critique)
    0% (0 critique)
    Votre avis sur Il Bidone ?

    21 critiques spectateurs

    philippeguillemin
    philippeguillemin

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 44 critiques

    4,0
    C'est maîtrisé! Force des caractères, pas de mièvrerie dans les contrastes de cette Italie des villes (Rome) et des champs. B Crawford très fin et puissant. Une magnifique scène de fête de la St Sylvestre, qui me rappelle le banquet de Tati dans Playtime. Du tout bon, de l'émotion.
    max6m
    max6m

    Suivre son activité 52 abonnés Lire ses 180 critiques

    3,5
    Réalisé en 1955, "Il Bidone" fait partie de la 1ère période, plus ou moins néoréaliste, du cinéma de Fellini. Période qui n’est pas la plus riche du Maestro, mais qui compte quelques films intéressants, dont "Il Bidone" n’est pas des moindres. Le film nous narre l’histoire de 3 détestables arnaqueurs, passant leur temps à "bidonner" de pauvres gens. Leurs diverses arnaques, assez machiavéliques, ont d’abord l’allure de sketchs, suscitant plutôt un effet comique. Mais le contexte social des arnaqués finit progressivement par changer le ton du film. Les arnaques deviennent odieuses, les situations tragiques, et la conscience des 3 loustics commence à être sérieusement mise à l’épreuve. Le film s’éloigne alors du réalisme attendu et prend l’allure d’un conte sur la face sombre de la nature humaine. Les 2 personnages encadrant Augusto, le vieux "boss" de la bande, se déréalisent petit à petit, se révélant n’être que le reflet des 2 facettes de la personnalité du chef: la crapule sans âme et le repenti en quête de rédemption. Augusto oscillera dès lors entre ces 2 pôles, poursuivant ses arnaques mais se rapprochant parallèlement de sa fille délaissée depuis de trop nombreuses années. Il ne parviendra cependant pas à trouver le chemin de la rédemption, et, après une séquence fabuleuse qui évite la facilité d’un dénouement attendu et donne de la profondeur au film, finira misérablement sur le bord de la route. Nous trouvons déjà dans "Il Bidone" certaines scènes qui annoncent le style à venir de Fellini. Ainsi de cette séquence d’errance nocturne, pourvue d’une certaine irréalité fantastique, qui annonce ces sublimes scènes d’aurore, où la griserie enfin dissipée laisse place à la solitude, à l’angoisse et à la peur. De même, la séquence du réveillon rappelle inévitablement les soirées mondaines de "La dolce vita". "Il Bidone" fait partie d’un cinéma que l’on qualifiera de "classique" dans sa forme, mais qui contient déjà en son sein les éléments de sa propre révolution.
    Plume231
    Plume231

    Suivre son activité 562 abonnés Lire ses 4 143 critiques

    3,0
    A travers la vie de trois escrocs franchement minables, Federico Fellini n'a pas eu peur de choquer et son talent de caricaturiste n'épargne personne. Quelques longueurs sont hélàs présentes mais cela n'empêche pas l'ensemble d'être du très bon Fellini. De la distribution dont il est dommage que l'épouse du réalisateur Giuletta Massina est un rôle mineur par rapport à celui qu'elle a joué dans "La Strada", on retient surtout la silhouette imposante de Broderick Crawford. Sans être un grand Fellini, "Il Bidone" est une oeuvre d'un grand intérêt.
    Maqroll
    Maqroll

    Suivre son activité 74 abonnés Lire ses 1 123 critiques

    5,0
    Après I Vitelloni et La Strada, voici le troisième grand chef-d’œuvre de Fellini. On ne peut qu’être ébahi devant la maturité étonnante de cette œuvre, réalisée finalement par un - encore - jeune homme de trente-cinq ans. La deuxième caractéristique concerne sa portée universelle : au-delà de la simple dénonciation de la foi aveugle en la religion, Fellini se livre à une véritable étude de mœurs et de caractères de toute la société italienne de son époque, digne de Balzac. La « Comédie humaine du cinéma », c’est peut-être finalement le sous titre le plus approprié pour l’œuvre grandiose de Fellini… Au niveau de l’interprétation, Broderick Crawford est parfait dans la composition difficile de cet homme à facettes dont l’ambivalence causera finalement la perte. Du très grand cinéma une fois de plus et encore une fois une grande fin qui reste dans toutes les mémoires.
    il_Ricordo
    il_Ricordo

    Suivre son activité 85 abonnés Lire ses 407 critiques

    4,0
    Chez Fellini, les escrocs sont des clowns. Mais des clowns tristes, des minables condamnés à une vie insignifiante et une fin aussi glorieuse. Après le succès mondial de La Strada, Fellini réalise une œuvre plus mineure, mais non moins dramatique, Il Bidone. C'est l'histoire pitoyable de ces voleurs ratés qui vont de coup en coup sans jamais pouvoir décoller. Ils se déguisent comme les gens du cirque, et l'on retrouve avec leur recherche de mise en scène dans leurs méfaits la passion de Fellini pour le spectacle. Mais le rire côtoie les larmes, et ce n'est que pour nous enfoncer dans le pathétique que Fellini nous fait cheminer dans la bassesse et la misère de ses personnages : ils dérobent les plus indigents et les plus démunis, sans honte ni vergogne. L'un d'eux est marié, et il finit par éprouver des remords pour sa dignité perdue, de même que le plus âgé d'entre eux, lassé par une vie de rapines et de lâchetés. Federico Fellini est désabusé devant tous ces individus solitaires parce qu'isolés, de même qu'il sera enthousiaste face aux foules et aux familles unies.
    pierrre s.
    pierrre s.

    Suivre son activité 39 abonnés Lire ses 842 critiques

    3,5
    Drame social à l'accent comique, Il Bidone, narre l'histoire d'une petite bande d'escrocs sans scrupules ni grandes ambition. Un beau film.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top