Mon AlloCiné
    Everyone Else
    note moyenne
    3,0
    82 notes dont 12 critiques
    8% (1 critique)
    17% (2 critiques)
    17% (2 critiques)
    33% (4 critiques)
    25% (3 critiques)
    0% (0 critique)
    Votre avis sur Everyone Else ?

    12 critiques spectateurs

    traversay1
    traversay1

    Suivre son activité 547 abonnés Lire ses 1 392 critiques

    1,5
    Publiée le 14 décembre 2010
    Jeune cinéma allemand, suite. Robert Thalheim (Et puis les touristes) et Christian Petzold (Jerichow) ont plus d'un point commun avec Maren Ade, réalisatrice de 36 ans, qui signe avec Everyone else, un deuxième long-métrage qui a fait une jolie moisson de récompenses dans les festivals. Cette histoire dépressive d'un couple en déconstruction progressive est paradoxalement très bavarde alors qu'elle a peu à dire. Dialogues d'une grande banalité autour de l'usure de la vie à deux, colères vite jugulées, retrouvailles sur l'oreiller : c'est long, 2 heures, en la (presque) seule compagnie de deux êtres qui semblent être ensemble sans avoir quoi que ce soit à partager. Rien de saillant dans ce récit qui s'étire sous le soleil sarde dans l'oisiveté de ce duo bourgeois/bohème, plus sûrement irrésolu que déterminé à faire quelque chose de sa vie. L'ennuie les guette et finit par les gagner. Le pauvre spectateur, lui, a depuis longtemps cédé au refuge du grand sommeil. Sinon, les deux acteurs principaux ne sont pas mauvais, moins mous que ne l'est ce scénario que certains ont osé qualifier de bergmanien. Saynètes de la vie conjugale, oui !
    Lapin-54
    Lapin-54

    Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 130 critiques

    2,0
    Publiée le 2 avril 2011
    Difficile de se laisser convaincre par le scénario. On assiste à l'évolution d'un couple quasiment en huis clos, qui peine à trouver le chemin de l'amour. Mais tout ça n'est guère crédible, les incompréhensions réciproques sont un peu grossières. Reste le jeu intéressant des acteurs au coeur d'une ambiance poisseuse.
    anonyme
    Un visiteur
    2,0
    Publiée le 7 avril 2011
    "Everyone else" conjugue le verbe aimer à la mauvaise personne du présent, du passé et du futur de l'indicatif. La bonne nouvelle, c'est qu'il s'agit de scènes bien ordinaires. La mauvaise, c'est le manque de rythme, surtout à partir du milieu du film. De ce huis-clos sarde ressort une interprétation banale dotée de dialogues ne servant à rien. Ce qui mérite vraiment le détour, ce sont les paysages proposés par une photographie merveilleuse. "Everyone else", pur jus allemand, n'a pas de fond, et de ce fait, peine dans la forme. La trame de fond (l'amour ou la jalousie) est disséquée trop rapidement et la réalisatrice a bien du mal à donner une image positive sur l'amour des jeunes couples. Ce qu'elle arrive à retranscrire (par erreur ?), c'est uniquement la faiblesse de son scénario. Auréolé (pourquoi ?), "Everyone else" n'arrive pas à convaincre car cette comédie dramatique s'avère très (trôt ?) ennuyante. A méditer...
    Sylvain P
    Sylvain P

    Suivre son activité 116 abonnés Lire ses 886 critiques

    1,5
    Publiée le 8 décembre 2010
    Ridicule de bout en bout, Everyone else prouve, encore une fois, qu'il ne sert à rien de se mettre en couple lorsqu'on ne s'aime pas...
    nestor13
    nestor13

    Suivre son activité 33 abonnés Lire ses 985 critiques

    2,0
    Publiée le 9 janvier 2011
    Que peut-on dire de ce film allemand au titre anglais et qui se déroule en Italie ? Que l'on a du mal à trouver un sens à la description de ce couple teuton et ses mille et une vicissitudes. Que leurs dialogues m'ont assez ennuyé et que seul quand apparaissent d'autres personnages (surtout un autre couple) la courbe encéphalographique de cette histoire monte de manière intéressante. Présenté en compétition à la Berlinale 2009, "Everyone else" y a cependant reçu plusieurs récompenses dont l'Ours d'argent de la manière interprétation féminine. Cela tendrait-il à prouver que Birgit Minichmayr est une putain de bonne actrice ?
    Peter Franckson
    Peter Franckson

    Suivre son activité 15 abonnés Lire sa critique

    1,0
    Publiée le 8 janvier 2017
    Un couple d’allemands, lui architecte, elle dans le spectacle (Birgit Minichmayr), passe ses vacances en Sardaigne dans la maison de la mère de l’homme. Au supermarché, ils rencontrent un autre couple, lui architecte sûr de lui, elle, plus jeune et enceinte. C’est le point de départ de délitement du 1er couple. Malheureusement, c’est très ennuyeux (le film dure 1h59) et on est bien loin du « Mépris » (1963) de Jean-Luc Godard ou même de « La piscine » (1969) de Jacques Deray.
    Xyrons
    Xyrons

    Suivre son activité 154 abonnés Lire ses 3 359 critiques

    3,0
    Publiée le 14 avril 2011
    Everyone else est une belle comédie dramatique de Maren Ade. Le sujet traité est intéressant, le scénario travaillé et recherché se met au service du sujet et permet également d’intéresser le spectateur. La mise en scène de la réalisatrice est irréprochable. Elle nous plonge dès le début dans le film. De plus, les acteurs comme Birgit Minichmayr, Lars Eidinger ou encore Hans-Jochen Wagner sont corrects dans leurs interprétations. A noter cependant que le long-métrage manque peut être de rythme…
    islander29
    islander29

    Suivre son activité 296 abonnés Lire ses 1 134 critiques

    3,5
    Publiée le 13 décembre 2010
    Un couple en vacances qui cherche la vérité de leur amour...Le film est presqu'un huis clos dans lequel chacun s'efforce d'être le miroir de l'autre...Cela donne des dialogues intimistes et réalistes qui tissent un canevas plutot attachant... Le réalisateur de façon subtile nous délivre un beau portrait presque littéraire de deux âmes en quête de personnage...L'atmosphère de la Sardaigne est douce et rajoute une qualité à ce film surprenant où l'on cherche un peu le sens de la vie de ses deux personnes plutot originales...J'ai aimé
    overlook2
    overlook2

    Suivre son activité 11 abonnés

    2,5
    Publiée le 29 septembre 2016
    La radiographie d'un couple en délitement. Filmage cru, dramaturgie en creux : Maden Ade n'essaie pas de séduire, et son naturalisme est un peu pesant. On regrette surtout que le récit déroule sans surprise son programme : Chris, grand mou un peu mufle et un peu imbu de lui-même, et Gitti, jeune femme à fleur de peau, s'éloignent toujours un peu plus, autant par incompréhension et par peur de se mettre à nu. Tout cela n'est pas vraiment réjouissant, heureusement que le personnage féminin finit par nous toucher dans son combat entre affirmation de soi et soumission amoureuse.
    vuvuzela
    vuvuzela

    Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 324 critiques

    4,0
    Publiée le 2 février 2011
    Un film extraordinaire sur ce moment où l'air de rien on choisit de rester et faire sa vie avec son chacun ou sa chacune, car quoi d'autre? Qu'est-ce que la vie ira nous offrir? Pourtant ce n'est pas cruel, ni compatissant, juste euh... allemand? (au bon sens du terme).
    anonyme
    Un visiteur
    4,0
    Publiée le 12 septembre 2018
    Film à haut risque, car l'entreprise de focaliser sur une semaine des problèmes d'un couple de semi bourges Allemands en vacances était éminemment casse-gueule. C'est donc en permanence au bord du gouffre, en train d'y tomber, et rattrapé à chaque fois par le jeu de Birgit Minichmayr, qui assure pour deux. Certes, le rôle de l'homme n'est pas facile non plus : il consiste à avoir l'air niais et absent dans les bons moments, dur et autoritaire, fermé pendant les crises. Lars Eidinger y réussit en se laissant porter par sa partenaire qui est toujours là au bon étage pour lui ouvrir la porte de l'ascenseur quand il sort... Je pense qu'il est erroné de dire que la rencontre avec l'autre couple ébranle les "certitudes" des jeunes. ils n'en ont pas amené avec eux en vacances. En fait, Chris n'a que les ombres de celles projetées par son milieu familial, qu'il renie avec autant de mauvaise foi qu'il accomplit les rites de soumission au mâle dominant spoiler: (scène de la piscine) en essayant de s'inventer une personnalité. On se dit qu'elle a bien du courage d'aimer un pareil imbécile. Même si « Je voulais [...] prendre la vie du couple (Gitti/Chris) sur le vif, avec ses hauts et ses bas. Cela ne m'intéressait pas, à la limite, de savoir s'ils allaient rester ensemble ou non, à la fin. Je ne suis pas là pour porter un jugement sur ce couple, juste pour l'observer », déclare Maren Ade (article Wikipedia), on se dit que c'est un hymne à la richesse des ressources de l'amour qu'une femme peut porter à un homme. Mais il reste vrai de dire que le choc de la rencontre avec l'autre couple révèle les lignes de fracture. On parle peu du couple qui les invite sur le bateau, or il y aurait à dire aussi là-dessus, parce que c'est un épisode qui sert à mettre l'accent sur les moments où leur couple est soudé. Et c'est sans doute là un propos du film : malgré ses déchirures internes, un couple soudé contre les autres tient le coup. Les trahisons internes ne comptent pas face aux reniements publics. Brunehilde elle est, tandis que lui ne la soigne qu'en interne. On peut juger que c'est suffisant, comme elle semble le faire...
    Philippe T
    Philippe T

    Suivre son activité Lire ses 24 critiques

    5,0
    Publiée le 28 décembre 2010
    Film très juste qui participe du renouveau du cinéma allemand. L'interprétation de Birgit Minichmayr est tellement forte qu'elle en devient insupportable. De belles références, comme des contrepoints, au cinéma italien apportent des formes de dialogues entre les époques. La Sicile de l'Avventura en écho à la Sardaigne de Everyone Else.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top