Notez des films
Mon AlloCiné
    Zabriskie Point
    note moyenne
    3,8
    632 notes dont 81 critiques
    répartition des 81 critiques par note
    27 critiques
    25 critiques
    15 critiques
    9 critiques
    2 critiques
    3 critiques
    Votre avis sur Zabriskie Point ?

    81 critiques spectateurs

    Marcoromeu
    Marcoromeu

    Suivre son activité

    0,5
    Publiée le 10 février 2008
    Payer sa place pour aller voir ce film est une perte de temps et d'argent, dommage qu'il prenne la place que d'autres films mériteraient plus.
    wesleybodin
    wesleybodin

    Suivre son activité 207 abonnés Lire ses 3 864 critiques

    4,0
    Publiée le 15 mars 2010
    Une oeuvre d'une rare intensité qui repose sur un duo d'acteurs transcendants leur personnage, une BO envoutante, des décors magnétiques et un plan final au ralenti qui m'émerveille encore aujourd'hui. Restera quelques petites longueurs venant parasiter l'osmose parfaite qu'il y aurait pu avoir. Dommage.
    NeoLain
    NeoLain

    Suivre son activité 187 abonnés Lire ses 4 370 critiques

    5,0
    Publiée le 8 octobre 2009
    Culte ! Zabriskie un point c'est tout. Un des mes films préférés de tous les temps, c'est le Antonioni le plus accessible. L'actrice Daria Halprin qui à présent est psychologue, elle n'a pas une grande carrière d'actrice car elle à prit la décision d'y mettre fin, une des ex femme de l'acteur Dennis Hopper. L'acteur Mark Frechette mort le 27 septembre 1975, il a obtenu le rôle masculin principal alors qu'il n'avait pas d'expérience antérieure d'acteur. Voilà le duo qui restera à jamais dans vos esprits, deux complicités pour une histoire d'évasion, de quête du bien être, l'amour et de la paix et tant d'autres messages qu'Antionioni nous balance aussi parfois sous une forme subtile. Deux scènes cultes comme quand les personnages font l'amour dans la vallée Zabriskie, et le final tout simplement somptueux sous un morceau du groupe Pink Floyd.
    Sylvain P
    Sylvain P

    Suivre son activité 116 abonnés Lire ses 889 critiques

    4,0
    Publiée le 26 avril 2008
    Parcourant l'Ouest américain, Antonioni y dépeint une jeunesse révolutionnaire intolérante et bornée sous les traits d'un jeune homme croisant provisoirement la route d'une jeune femme plus ouverte. Le scénario s'envole et plane dans les hautes sphères avant de s'essoufler un peu pendant la dernière demi heure.
    BlindTheseus
    BlindTheseus

    Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 24 février 2008
    Excellent fait que cette réédition et accessoirement belle démonstration d’une révolte menée à l’instinct; -Et particulièrement cet étudiant hors-normes ( Portant bien sûr seul l’honnêteté sur son visage ) et enfin ce couple ayant contracté l’habitude de la rébellion sinon de déranger bien entendu à tout prix , loin de ces rapports moroses et ces rejetons fuyants qu’infecteront + tard une révolution achetée - permettant tant de ces choses - & de tous ces absents pas toujours dans le vrai quelque part … A ne pas rater : La scène de boue et de défoulement un tant soi peu exhibo et instinctive de la fin de ce film ultra-innovateur bien évidemment !
    Alasky
    Alasky

    Suivre son activité

    3,0
    Publiée le 5 août 2012
    Inclassable ! A la fois ancré dans son époque et très avant-gardiste, Zabriskie Point est un road-movie psychédélique très sous-estimé et injustement boudé par le public.
    il_Ricordo
    il_Ricordo

    Suivre son activité 85 abonnés Lire ses 407 critiques

    5,0
    Publiée le 4 juillet 2011
    Le génie d'Antonioni éclate pour une fois au grand jour : nullement adressé à une élite (ce qui était le cas de sa trilogie "Monica Vitti", mention spéciale pour La Nuit), Zabriskie Point relate des évènements de la tendance contestataire de la fin des années 60. Des scènes marquantes s'enchainent les unes après les autres, l'avion et ses dessins psychologiques, l'amour dans le désert, et enfin le final étourdissant : ce film s'achève magnifiquement avec le rêve de la fille, qui imagine l'explosion d'une villa luxueuse représentant toute la société qu'elle rejette, bourgeoise et conformiste, sur un sublime morceau de rock progressif dû au groupe mythique Pink Floyd. Le seul film de Michelangelo Antonioni que l'on peut voir en boucle sans se lasser.
    anonyme
    Un visiteur
    2,0
    Publiée le 13 avril 2012
    Des belles images et un joli bronzage pour Daria Halprin. Heu, mais dites donc n'auraient ils pas oublié de construire un scénario, pour moi ça reste une ébauche. Je suppose que la réputation du film doit beaucoup au final explosif de la société de consommation sous fond de pink floyd.
    Mosse.
    Mosse.

    Suivre son activité 67 abonnés Lire ses 445 critiques

    4,5
    Publiée le 22 juillet 2010
    Il y a 2 parties très distingues dans ce film : une première partie super positive, avec des scènes magnifiques, comme la scène culte de sexe dans le désert. Tout dans cette première partie fait sourire, elle rend heureux, c'est esthétiquement splendide, c'est juste Magnifique. Puis il y a le retour du personnage principal à l'aéroport, et là se produit un drame que je n'aurais jamais soupçonné, et qui change totalement l'ambiance du film. Là débute la deuxième partie, plus triste, plus noire, qui prête moins à sourire mais qui est toujours aussi belle esthétiquement. Puis, comme en réponse à la magnifique scène de sexe, la revanche de l'actrice principale, la scène de l'explosion, peut-être un peu longue, mais de nouveau particulièrement soignée et visuellement très très belle. Les deux acteurs principaux sont excellent, et j'ai vraiment eu un coup de coeur pour la magnifique Daria Halprin! J'ai d'ailleurs été très surpris que ce soit son seul film! Je trouve ça assez incroyable... "Zabriskie Point" est en fait un véritable bijou du 7ème art, un road-movie fabuleux totalement en phase avec son époque, montrant les Etats-Unis plongés en pleine guerre du Viêtnam, et dans laquelle les manifestations des étudiants sur les campus universitaires étaient sauvagement réprimées par l'administration de président Nixon, c'est d'ailleurs par une manifestation que commence l'histoire. Chef d'oeuvre!
    benoitparis
    benoitparis

    Suivre son activité 56 abonnés Lire ses 1 277 critiques

    4,0
    Publiée le 22 juin 2012
    Filmer en auteur, en explorant les potentialités proprement artistiques du cinéma, a permis à Antonioni de restituer une vision extrêmement originale et révélatrice de l’espace américain, celui urbain bouffé par l‘affichage publicitaire, qui se superpose à la démesure des paysages naturels. Pour le reste « Zabriskie point » vieillit bien parce qu’il est de plein pied dans l’esprit de son époque (avec à la fois un tableau des mouvements contestataires et une histoire de rupture et d’initiation) sans en être la caricature, sans tomber dans les dérives, les fatras pseudo spirituels de la fin des années 60 (on en est tout de même pas loin avec les couples dans le désert…).
    Noistillon
    Noistillon

    Suivre son activité 55 abonnés Lire ses 408 critiques

    4,5
    Publiée le 5 juin 2012
    Pur chef d'œuvre. Sur le plan formel, l'œuvre est un bijou : mouvements de caméra audacieux, travellings d'une finesse désarmante, images d'une très grande beauté. Mais c'est surtout le génie du montage qui frappe d'emblée dans le film de Antonioni. S'ensuit un rythme complètement saccadé, bourré d'énergie qui confère à Zabriskie Point une ambiance assez tripesque, truffée de trouvailles visuelles en tous genres (le final, superbe). Mais outre la virtuosité évidente de Antonioni derrière la caméra, Zabriskie Point demeure un objet décalé, décapant et subversif, baroque et magnifique. Une véritable perle qui évoque autant Blow-Up du même réalisateur que les Badlands de Malick. Absolument génial.
    max6m
    max6m

    Suivre son activité 52 abonnés Lire ses 180 critiques

    4,5
    Publiée le 1 décembre 2010
    Après le Londres de Blow Up en 1966, Antonioni continue à témoigner de la réalité de son temps et part filmer la société américaine des années 70. Contestations étudiantes, racisme, violences, omniprésence policière, posent le décors d'une société qui oppresse et aliène les individus. Toujours très attaché au thème de la déshumanisation à l'oeuvre dans la société occidentale, Antonioni porte un regard ironique sur l'Amérique et inhabituellement politisé chez ce cinéaste. On lui a alors reproché de faire une démonstration trop explicite, simpliste et de dresser un portrait caricatural de l'Amérique. Un procès à mon sens injuste, non seulement parce que la caricature n'en n'est pas vraiment une, mais qu'en plus, Antonioni use d'un humour salvateur qui libère le propos de toute lourdeur. Qu'elle soit révolutionnaire ou ancrée de plein pied dans le système, la jeunesse apparaît comme perdue, et rêve d'un ailleurs que la société ne lui autorise à atteindre que par l'imagination et l'art. Pour éprouver réellement cet ailleurs, qui n'est autre qu'un mélange de vie, d'amour et de liberté, Daria et Mark choisissent l'évasion hors de la société, en plein coeur de la Vallée de la mort. C'est au cours de cette errance hypnotique au milieu d'un désert magnifié par la caméra d'Antonioni, qu'éclate la première révolte fantasmée de Daria: une ode à l'amour fou, à l'extase sexuelle et sensuelle donnant lieu à une scène fabuleuse, d'une poésie visuelle extrêmement vibrante et justifiant à elle-seule le visionnage du film. Puis, comme à son habitude, Antonioni nous gratifie d'une séquence finale époustouflante: une vision fantasmée de l'explosion de la société, véritable chorégraphie de la destruction qui scotchera littéralement le spectateur à son fauteuil. Moravia expliquait qu'il s'agissait là d'un final prophétique, la vision eschatologique d'un feu moraliste. 30 ans après, l'actualité redonne sens à cette analyse. Et 30 ans après, Zabriskie Point reste un chef d'oeuvre.
    conway
    conway

    Suivre son activité 51 abonnés Lire ses 667 critiques

    5,0
    Publiée le 19 janvier 2010
    Un seul mot nous nous vient à l'esprit en voyant ce chef d'oeuvre :Liberté.
    hubertselby
    hubertselby

    Suivre son activité 44 abonnés Lire ses 406 critiques

    4,0
    Publiée le 9 mai 2009
    Les A.G. qui discutent, beaucoup pour...fabriquer de l'ennui, des croyances, vider sa rancoeur et hurler son envie de changer le monde...Un cloaque. L'action mais la fuite. La liberté ou sa sensation. l'amour ? Le sexe oui . Un seul destin : la mort. Antonioni a compris qu'il était impossible de changer les choses. A moins de dérégler l'ensemble par la violence et dans un temps circonscrit, rien n'avance. Les manifestations comme moyen de se faire entendre ? Désillusions en chaîne. Beauté explosive de la bourgeoisie qui disparaît mais qu'en fantasme, rêve extraordinaire mais c'est l'argent qui a le pouvoir. Frustration de la jeunesse, satisfaction bourgeoise. De 1970 à 2009 qu'est-ce qui a vraiment changé ? Les peurs et les ignorances sont les mêmes. L'esthétisme du film est somptueuse, la beauté du désert comme seul place possible du paradis. Un paradis fait de sexe, d'oisiveté, est-ce possible ? Non, retour à la civilisation qui ne veut plus de vous, marginal que vous êtes. Un film déroutant et qui a un goût bien amer au vue de l'histoire écoulée depuis...
    Hotinhere
    Hotinhere

    Suivre son activité 45 abonnés Lire ses 1 324 critiques

    3,5
    Publiée le 5 mai 2013
    Dans l’Amérique des années 60, un étudiant injustement accusé du meurtre d’un policier s’enfuit dans la Vallée de la Mort. Un road movie d’une beauté formelle indéniable, une description poétique des mythes de la contre-culture américaine avec une certaine idée de l’éden où l’on se déshabille, on fume, on fait l’amour, et un pamphlet politique qui dénonce les travers de la société de consommation.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top