Mon AlloCiné
La Chance de ma vie
Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "La Chance de ma vie" et de son tournage !

Genèse du film

Le projet s'est lancé grâce au scénariste Luc Bossi : "Tout est parti de l’anecdote racontée par un ami qui avait fait un excès de vitesse. Sa femme avait proposé de dire que c’était elle qui conduisait, pour qu’il ne perde pas de points, et elle avait eu des soucis avec la police. Cela m’a donné l’idée d’un homme qui porte la poisse à la femme qu’il aime…"

Duo de scénaristes

Luc Bossi et Laurent Turner collaborent pour la première fois à un scénario avec La chance de ma vie. Ils ont retravaillé ensemble sur le thriller La Proie (2010) d'Eric Valette avec Albert Dupontel. Leur méthode est simple, comme le confie Laurent Turner : "Avec Luc, on discute beaucoup au préalable de l’histoire, des personnages, des noeuds dramatiques, des retournements de situations, etc. Et puis, en général, je fais la première mouture du traitement, puis du script. Luc passe ensuite dessus, corrige, améliore, transforme, rajoute des scènes, en enlève. Je repasse dessus et ainsi de suite, jusqu’à ce qu’on soit assez satisfaits pour l’envoyer au producteur et au réalisateur".

L'arrivée du réalisateur

Luc Bossi et Laurent Turner ont soumis une idée au producteur Eric Jehelmann. Nicolas Cuche raconte sa rencontre avec le trio : "Ils m’ont (...) proposé de réaliser le film alors qu’un traitement avait déjà été écrit. J’ai rencontré les deux scénaristes, et le courant est très vite passé. Nous étions sur la même longueur d’onde, avec l’envie de faire le même film. Le fait d’arriver très tôt me permettait aussi de m’impliquer dans le processus de développement et d’y apporter ce que j’aime."

Une comédie sentimentale différente

Le film essaye de sortir des sentiers battus de la comédie sentimentale traditionnelle en changeant régulièrement de ton, comme l'explique l'acteur François-Xavier Demaison : "il y avait de vraies scènes de dialogues avec des ruptures de ton, notamment avec Virginie, des scènes d’amitié bien senties avec Thomas. J’ai aussi bien aimé ce que l’on a tourné au monastère. On commence avec l’impression d’être dans "Des hommes et des Dieux" et on finit avec de la musique pop. Le film offre vraiment une grande variété d’ambiances, de situations et de sentiments, le tout sans jamais perdre son tempo."

Vite choisis

Le duo d'acteurs s'est imposé, aux dires du réalisateur : "Le nom de Virginie Efira est arrivé assez rapidement. J’aime son sens de la comédie, sa façon d’assumer les situations les plus incroyables. Sa fraîcheur correspond parfaitement au ton du film et à ce que je cherchais pour le premier rôle féminin. (...) L’idée d’avoir François-Xavier m’a tout de suite intéressée. C’est quelqu’un pour qui le sentiment passe avant le côté superficiel de la séduction. Il dégage quelque chose de sincère, de dense, assez éloigné du stéréotype du genre. Il offre quelque chose de plus sentimental dans les rapports de ce couple. De plus, je trouve que le côté très humain, un peu résigné, immédiatement sympathique, lui correspond très bien."

Un casting de showmen

Le one-man-show peut conduire au cinéma. La chance de ma vie en est un des meilleurs exemples : la majorité du casting masculin vient de la scène comique : François-Xavier Demaison, Elie Semoun, Thomas Ngijol (du "Jamel Comedy Club"), et Francis Perrin.

Une année romantique

2010 a été l'année des comédies sentimentales pour Virginie Efira qui, outre La chance de ma vie, a également joué dans L' Amour c'est mieux à deux aux côtés de Clovis Cornillac et Manu Payet.

Un producteur "fidèle"

Le producteur Olivier Delbosc, qui travaille pour Fidélité Films, avait déjà travaillé à deux reprises avec François-Xavier Demaison sur Sans laisser de traces de Grégoire Vigneron et Le Petit Nicolas de Laurent Tirard. La chance de ma vie est leur troisième collaboration.

Virginie Efira et la comédie

La comédie est un genre dans lequel Virginie Efira se sent à l'aise : "C’est un rythme qui me plaît et dans lequel je me sens bien. Je n’ai pas peur de jouer, je ne suis pas cramponnée à une image qu’il ne faudrait jamais écorner. La comédie demande un premier degré et j’adore m’y jeter. En tant que ressortissante belge, je viens d’un pays où il est très difficile de se prendre au sérieux. C’est dans nos gènes, dans notre culture", confie-t-elle.

Pas de place à l'improvisation

Le réalisateur laisse peu de place à ses acteurs pour improviser entièrement et pour cause : "À certains moments, tous ont eu des intuitions qui ont permis à leurs personnages de passer à un échelon supérieur. Mais cela n’est possible que sur une base écrite. Je ne crois pas à l’improvisation, surtout dans la comédie, qui demande énormément de rigueur. Quand les choses sont assez cadrées, que l’on a une vision assez précise et que l’on a travaillé, la liberté peut arriver et on peut capter des choses inattendues. De ce point de vue-là, tous ont été fantastiques", affirme-t-il.

Joanna, un rôle empreint de liberté

Virginie Efira confie la façon dont elle a interprété le personnage de Joanna, l'héroïne du film : "Le rôle demandait un goût pour la comédie qui me correspond parfaitement. J’ai pu nourrir le personnage d’attitudes, d’anecdotes et de mes mots. Nicolas et les scénaristes nous ont laissés cette place-là. Certaines scènes nous emmenaient jusqu’au burlesque, et c’est quelque chose d’assez rare que j’apprécie beaucoup."

Nicolas Cuche en quelques films

Le premier film de Nicolas Cuche était la comédie Jojo la frite avec Didier Becchetti. Le réalisateur retrouve ce genre qu'il apprécie avec La chance de ma vie. Entre temps, il s'est essayé au téléfilm avec La bonne copine, porté par Mimie Mathy.

Facile... en apparence

Une scène, en apparence anodine, a nécessité un travail minutieux : "il y avait des moments un peu techniques comme la scène de la fontaine, pleine de fantaisie mais compliquée à régler. Le personnage de Virginie ramassait les feuilles jetées à l’eau par un coup de vent. Il m’a semblé plus intéressant de développer l’idée, qu’elle fasse un véritable effort pour les récupérer, avec une chorégraphie à régler, même si elle n’est pas filmée d’une manière artificielle", confie le cinéaste.

Durée et lieu de tournage

Le tournage a eu lieu en Belgique et a duré huit semaines, entre novembre 2009 et janvier 2010.

Un ton anglo-saxon, adapté à la France

Le réalisateur raconte les séances de travail sur le scénario : "Nous avions des références communes, d’ailleurs plus anglo-saxonnes ou américaines romantiques que françaises, avec des concepts assez forts. Mais il ne faut pas renier sa culture et faire un film « à la manière de ». Nous avons eu de nombreuses réunions de travail au cours desquelles les scènes se développaient. J’ai parfois souhaité que sur des idées proposées, on approfondisse les choses, comme dans la scène à l’hôpital avec la femme qui a les lèvres gonflées. Au-delà de la réplique initiale, je l’ai développée pour la transformer en vraie scène de comédie. Ces apports allaient dans le sens du projet".

Quand la réalité devient fiction

La scène avec le chauffeur de taxi qui n’arrive pas à prononcer le lieu de destination pour son GPS s’est construite à partir d’une anecdote racontée par Virginie Efira, qui l'a vécue à Londres.

Elie Semoun et les autres

Elie Semoun a plusieurs points communs avec divers acteurs du casting. Ainsi, Armelle Deutsch et lui ont tous les deux joué (pas dans le même épisode) dans la série Maigret avec Bruno Cremer. De même, il a participé à la série Kaamelott tout comme Virginie Efira, qui y interprète la femme de Bohort. Il a enfin collaboré à Neuilly sa mère ! dans lequel figurait François-Xavier Demaison en aumônier du collège.

Primé en festival

La chance de ma vie a reçu du jury du festival du film de comédie de Monte-Carlo les prix de meilleur film et celui de meilleure actrice pour Virginie Efira.
Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
  • Les Frères Sisters (2018)
  • La Nonne (2018)
  • Première année (2018)
  • L'Amour est une fête (2018)
  • BlacKkKlansman - J'ai infiltré le Ku Klux Klan (2018)
  • Le Poulain (2017)
  • Photo De Famille (2018)
  • Mademoiselle de Joncquières (2017)
  • En eaux troubles (2018)
  • Les Déguns (2018)
  • Peppermint (2018)
  • Climax (2018)
  • Searching - Portée disparue (2018)
  • Un Peuple et son roi (2017)
  • La Prophétie de l'horloge (2018)
  • The Little Stranger (2018)
  • I Feel Good (2017)
  • Les Vieux fourneaux (2017)
  • L'Ombre d'Emily (2018)
  • Galveston (2018)
Back to Top