Mon AlloCiné
La Folie Almayer
Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "La Folie Almayer" et de son tournage !

Adapté d'un roman de Conrad

La Folie Almayer est l'adaptation du roman éponyme du romancier britannique Joseph Conrad. Il s'agit du premier ouvrage de l'auteur. La faute, la perte, la rédemption, l'autre, tous les thèmes chers à l'écrivain sont déjà cristallisés dans cette œuvre.

Genèse du projet

L'idée du projet La Folie Almayer est venue à Chantal Akerman à la suite d'une sorte de choc. Alors qu'elle finissait de lire le roman éponyme de Joseph Conrad, la réalisatrice a visionné le film Tabou de Friedrich-Wilhelm Murnau. Pour elle, c'est avant tout la beauté et la simplicité de ce long métrage, abordant un paradis troublé par un prédateur, qui ont résonné avec l'œuvre de Conrad.

Un parti pris risqué

La Folie Almayer a été tourné à la manière d'un documentaire. Chantal Akerman raconte : "Je ne regardais pas le plan de travail le matin, rien n’était de l’ordre du devoir et je tournais en pyjama. Les mises en place étaient improvisées le jour même". Pour la réalisatrice, l'idée était de recueillir ce qui se passait et de ne rien imposer aux comédiens.

Pas de pathos

A l'image de La Captive (un autre long métrage signé Chantal Akerman), La Folie Almayer est un film anti-romantique, ce qui a permis de contrecarrer l'ensemble des éléments mélodramatiques récurrents que l'on retrouve chez Dickens (Oliver Twist, etc.) par exemple, très présents dans l'œuvre originale de Joseph Conrad. Nina (Aurora Marion) est ainsi une personne incapable d'aimer, ce qui n'est pas le cas dans le roman. Chantal Akerman a cherché à donner un éclaircissement très personnel à ce personnage : "Lorsque Nina dit que son cœur est mort, c’est une reprise mot pour mot de ce que ma mère disait. Après la sortie des camps, son cœur était mort. Elle était belle, beaucoup de jeunes gens la courtisaient, mais elle ne ressentait plus rien. Alors un mélodrame aurait été déplacé", explique la réalisatrice.

Métaphore filée

Avec La Folie Almayer, on retrouve en filigrane, avec le couple père-fille, l'étrange relation des amants de La Captive. Une fois encore, c'est la rencontre entre deux névroses qui est mise en scène. Dans La Captive, Ariane nourrit en effet la névrose de Simon, et vice versa. Dans La Folie Almayer, le père et la fille représentent également ces deux facettes, et font office de métaphore de ce que la réalisatrice croit être. Des choix qui résonnent ainsi comme une quête d'elle-même pour la cinéaste.

Confusion temporelle

Dans La Folie Almayer, un plan sur l'eau troublée par la tempête revient trois fois. Il semble condenser la ligne directrice du film, symbolisant la limite entre le rêve et la réalité. Sans logique réelle, certains plans sont ainsi placés les uns à côté des autres. Au spectateur de démêler le vrai du faux en ce qui concerne cette construction onirique.

Des réminiscences inspirées

Pour mener à bien l'écriture de son scénario, Chantal Akerman pensait dans un premier temps se focaliser sur ses moments préférés du roman. Finalement, elle a d'abord rédigé une scène qui n'existe pas dans le livre. Il s'agit de la séquence où Almayer et Lingard poursuivent Nina enfant. La réalisatrice explique son choix : "On peut penser à La Nuit du chasseur, mais je crois que c'est venu d'ailleurs. Quand mon grand-père est mort, la première chose que mon père a faite c’est de s’emparer de sa fille et de la jeter dans une école publique. Mais c’était pour lui un signe de sa propre émancipation, moi là-dedans je ne comptais pas. C’est peut-être venu de là."

Il était un père

La Folie Almayer met en scène l'histoire d'Almayer, un père pas comme les autres. Chantal Akerman n'a pas hésité à prendre à contre-courant les idées reçues, s'éloignant du stéréotype de l'homme qui cherche à être un bon père : "C'est sans doute pour cette raison que personne n'y croyait au départ", raconte la réalisatrice.

Un projet difficile à monter

Au départ, il a été très délicat pour Chantal Akerman de dénicher des financements pour son film. Arte n'ayant pas accepté de mettre de l'argent dans la production, le projet a même failli ne pas voir le jour. C'est en partie grâce à Canal + que l'aventure a été rendue possible.

Une tragédie antique

La Folie Almayer se rapproche d'une tragédie antique, de par ce débordement permanent de la nature et de l'excès. Nina, interprétée par l'actrice Aurora Marion, a également quelque chose d'une tragédienne grecque.
Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
  • Sans un bruit (2018)
  • Bécassine! (2018)
  • Budapest (2017)
  • Le Doudou (2017)
  • Jurassic World: Fallen Kingdom (2018)
  • Ocean's 8 (2018)
  • Les Indestructibles 2 (2018)
  • Une prière avant l'aube (2017)
  • Hérédité (2018)
  • How To Talk To Girls At Parties (2017)
  • À genoux les gars (2018)
  • Paris (2008)
  • La Ch’tite famille (2018)
  • Jericó, le vol infini des jours (2016)
  • Le Cercle littéraire de Guernesey (2018)
  • Midnight Sun (2018)
  • Fou d'amour (2015)
  • Solo: A Star Wars Story (2018)
  • Opération Beyrouth (2017)
  • Désobéissance (2017)
Back to Top