Notez des films
Mon AlloCiné
    Eastern Plays
    note moyenne
    3,8
    116 notes dont 30 critiques
    répartition des 30 critiques par note
    14 critiques
    5 critiques
    3 critiques
    6 critiques
    0 critique
    2 critiques
    Votre avis sur Eastern Plays ?

    30 critiques spectateurs

    tixou0
    tixou0

    Suivre son activité 340 abonnés Lire ses 1 705 critiques

    0,5
    Publiée le 11 mars 2010
    Encore un film récemment primé au festival "Premiers Plans" d'Angers. J'ai fort peu apprécié cet "Eastern plays"- comme je n'avais pas adhéré à "La régate" belge (alors que j'avais aimé "La pivellina"). Je n'ai à aucun moment accroché à ce long métrage bulgare, pourtant généralement célébré par la critique professionnelle. Supposé suivre à la trace la dérive de Christo "Itso", dont le rôle est assuré par un comédien vrai drogué (et d'ailleurs mort d'une overdose depuis le tournage) le récit (sans originalité scénaristique particulière) est décousu et filmé à l'"arrache", et l'émotion n'est pas au rendez-vous, mais l'ennui.... si !
    Katiu88
    Katiu88

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 18 critiques

    4,5
    Publiée le 14 mars 2010
    Bulgare moi-même, je suis allée voir ce film avec beaucoup d'appréhension... J'ai beaucoup aimé, c'est très réaliste. Je suis partie de la Bulgarie à 18 ans mais ce film m'a rappelé le malêtre qu'éprouvent les jeunes dès la puberté. Très tôt, dès l'âge de 12-13 ans, on est à la recherche d'un sens à donner à sa vie, de valeurs, de projets mais la vie de nos parents nous fait croire qu'il n'y en a pas, que quoi qu'on fasse on est condamnés à une vie sans goût. Les liens dans la famille se désunissent (à la différence de ce qui se passait dans les foyers qu'avaient nos grands-parents et dont on se souvient avec nostalgie) et c'est chacun pour soi. L'argent devient la chose la plus importante, ce qui est très nouveau en Bulgarie. On perd le sens de la générosité et du contact humain facile qui caractérisaient les Bulgares, la joie de vivre et surtout la naïveté et la légèreté dont les gamins ont tant besoin. On a l'impression d'étouffer et il y en a beaucoup qui cherchent à fuir en buvant et en se droguant. J'avais de nombreux camarades de lycée qui ont arrêté leurs études parce qu'ils ont intégrés des bandes de drogués et qui ont sombré très vite. En manque de repères, certains cherchent à s'en inventer en s'en prenant aux autres, en devenant très violents ou en trouvant des moyens pas très clean pour se faire beaucoup d'argent. D'autres, cherchent à fuir. Déçu par son pays et sa famille, on est prêt à tout pour avoir le sentiment d'appartenir à un groupe. Je vous conseille d'aller voir ce film et d'essayer de ne pas juger. On dit beaucoup du mal des "pays de l'Est" mais la vérité c'est qu'on est souvent à côté de la plaque et qu'on cherche des explications un peu faciles à des réalités qui sont très complexes. La question est comment survivre quand on a un bon fond mais des conditions de vie très difficiles et de très mauvais exemples devant les yeux. Et ce n'est pas le cas uniquement de la jeunesse en Bulgarie.
    CinephileXX
    CinephileXX

    Suivre son activité 135 abonnés Lire ses 25 critiques

    5,0
    Publiée le 10 mars 2010
    "Un réalisateur né" comme le dit si bien Télérama. Et oui, le premier de ce jeune metteur est d'une maîtrise incroyable. Beaucoup d'émotion au rendez-vous ... des acteurs formidable. Un petit film tout simple qui nous transporte dans univers plein d'émotion ... Pour ma part j'ai été extrêmement touché ... A voir en priorité !
    traversay1
    traversay1

    Suivre son activité 954 abonnés Lire ses 3 183 critiques

    4,0
    Publiée le 28 mars 2010
    Une nouvelle vague bulgare vient-elle d'éclore ? En attendant Zift (impressionnant exercice de tyle tarantinien) et The world is big (Sortie en juin), Eastern Plays représente plus qu'une promesse. Tourné avec peu de moyens, éclatant d'authenticité, ce No future au goût bulgare évoque avec réalisme le quotidien de deux frères, symboles de la perte de repères de l'époque post-communiste : l'un est tétanisé par la méthadone et l'alcool, l'autre se réfugie dans le cocon de bandes xénophobes qui tabassent "du turc". Les parents, eux, ont déjà démissionné depuis longtemps. Mais au moment où le destin tragique des ces deux frères semble tout tracé, le scénario de Kamen Kalev a l'intelligence de donner un peu d'espoir et d'humanité (Inject me with love chante un groupe sur scène, la musique étant une composante essentielle du film). Sans mièvrerie et sans utopisme, la dernière partie d'Eastern Plays est lumineuse et peut faire croire en des jours meilleurs. Et elle laisse surtout à penser que Kamen Kalev, dont c'est le premier film, a un bel avenir devant lui.
    Christine G
    Christine G

    Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 84 critiques

    2,5
    Publiée le 10 mars 2010
    ce film est trés dur reflet de la société actuelle qui aurait pu être tourné à Paris l'acteur décédé nous entraîne dans sa dépresssion profonde
    velocio
    velocio

    Suivre son activité 436 abonnés Lire ses 2 138 critiques

    2,5
    Publiée le 10 mars 2010
    Dire qu'on voit rarement des films bulgares est un euphémisme. "Eastern Plains", présenté à la Quinzaine des Réalisateurs 2009, est le premier long métrage de Kamen Kalev, diplomé de la Fémis en 2002. Ce film raconte l'histoire de 2 frères, Georgi et Itso, qui se sont perdus de vue et qui se retrouvent lors d'un attentat raciste commis sur une famille de touristes turcs : Georgi fait partie des agresseurs alors qu'Itso porte secours à cette famille. A partir de ce moment, les 2 frères s'interrogent : Georgi sur son implication dans son parti d'extrême droite, Itso sur les liens qu'ils aimeraient nouer avec la belle jeune fille turque qu'il a sauvée et qui pourraient être l'occasion de quitter une existence jusque là plutôt morne ! "Eastern plains" est un film inégal mais plutôt intéressant. Cerise sur la gâteau : on y entend du Bach, magnifique bien que joué au piano (je préfère Bach au clavecin !).
    Hastur64
    Hastur64

    Suivre son activité 98 abonnés Lire ses 2 289 critiques

    4,0
    Publiée le 4 août 2013
    C’est je crois le premier film Bulgare que je vois de ma vie et j’avoue avoir passé un très bon moment. Le réalisateur nous traîne aux travers du regard de son héros dans les rues de Sofia entre tradition et modernité. Son héros artiste torturé et ex-toxicomane au gré d’une rencontre fortuite avec une famille de Turcs en vacances va renouer avec sa famille et entamer un cheminement intérieur pour combattre ses démons et essayer de trouver un sens à sa vie. Le réalisateur en profite pour évoquer les problèmes de son pays : chômage, manque de perspectives, violence des hooligans et des néonazis utilisés par des politiciens peu scrupuleux… mais il se dégage néanmoins de ce film une tendresse poétique pour cette ville et une nostalgie vraiment prenante qui vous happe durant les une heure vingt-trois du film. Évidemment le film n’est pas sans défauts, le frère un peu perdu offre une histoire pas vraiment achevée et le film lui-même finit un peu abruptement et étrangement du fait du décès de l’acteur principal Christo Christov (paix à son âme) dont le film s’inspire librement de la vie et des lieux de vie. Un premier film touchant qui appellera j’espère une carrière tout aussi réussie. En ce qui me concerne ce film est à avoir sans hésitation.
    anonyme
    Un visiteur
    2,0
    Publiée le 2 novembre 2012
    Il fait long et tristement vivre en Bulgarie ! Comme quoi, en Europe centrale, rien de nouveau. Ceci étant, il est nécessaire de continuer à encourager et favoriser le cinéma du monde et de frontières.
    Christoblog
    Christoblog

    Suivre son activité 425 abonnés Lire ses 1 198 critiques

    2,5
    Publiée le 20 mars 2010
    Eastern plays ne serait qu'un film bulgare "de festival", montrant l'errance morale d'une jeunesse déboussolée, s'il n'y avait la figure infiniment émouvante de l'acteur Christo Christov. Ce dernier joue un grand frère toxico, qui intervient dans une agression contre une famille turc menée par une bande de néo-nazis dont fait partie son jeune frère. Il tombe amoureux de la jeune fille turque. Il joue en fait en partie son propre rôle, puisque dans la vraie vie il était lui même artiste (ce sont ses oeuvres que l'on voit fugitivement au début du film), et drogué. Il est mort juste avant la fin du tournage. La charge émotionnelle du film est donc immense et c'est une sorte de miracle de le voir jouer sobrement un personnage désorienté, lunaire, presque angélique. A mille lieues du cliché du junkie, maigre et les yeux exorbités. Une prestation incroyable, portée par une réalisation impeccable, même si elle se situe un peu trop à mon goût dans la veine "poésie urbaine et image un peu floue" chère aux cinéastes d'Europe de l'Est. La manière dont la musique live est filmée montre parfaitement la sensibilité de Kamen Kalev, le réalisateur, passé par la FEMIS, et qui donnera probablement d'autres bons films. Il lui faudrait pour cela des scénarios plus consistants que celui d'Eastern Plays, vraiment un peu sommaire. A voir si le film passe chez vous, ce qui est peu probable (21 salles seulement en France)
    megapaul89
    megapaul89

    Suivre son activité 98 abonnés Lire ses 16 critiques

    4,5
    Publiée le 16 mars 2010
    J'ai été profondément marqué par la sincérité et la beauté sans artifices de ce film qui nous vient de l'Est. La fraicheur d'un nouveau réalisateur ambitieux se fait sentir sur le continent Européen; il a des choses à dire, il sait comment les dire, il est Bulgare et s'apel Kamen Kalev.
    Franzou C
    Franzou C

    Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 15 critiques

    5,0
    Publiée le 10 mai 2011
    Eastern Plays a été ma surprise de ce début d'année, c'est un très beau film avec plein d'émotions, les acteurs sont au top et Kamen Kalev les dirige au mieux. le DVD est plein de surprises dont les interviews de Kamen et de la jolie Saadet ! un DVD que je recommande et j'attends au plus vite son prochain film au cinéma !!!
    Captain fantastic
    Captain fantastic

    Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 285 critiques

    0,5
    Publiée le 19 février 2015
    Pffou que c est long ! Le rythme est trop lent; les dialogues inintéressants et on n arrive pas du tout à rentrer dedans !!! L agonie !!!
    Colette165
    Colette165

    Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 7 critiques

    5,0
    Publiée le 11 mars 2010
    il y a des films qui vous reste dans le coeur. Eastern Plays fait partie de ce là... L'émotion y ai d'une justesse rare, la grâce habite ce petit film bulgare d'une maîtrise étonnante. Les personnages à la cassure de leurs vie sont d'une honnêteté sympathique, et surtout la lumière : lumière du personnage féminin, lumière des jours sans avenir où la petite voix qi fait exister chacun vous souffle de résister et de chasser la brume qui vous immobilise... On sort de Eastern Plays comme réchauffé par l'image, c'est déjà énorme!!
    Julia B
    Julia B

    Suivre son activité 49 abonnés Lire ses 9 critiques

    5,0
    Publiée le 7 juillet 2011
    Un superbe film de Kamen Kalev avec une direction d'acteurs impeccable. Avec en bonus un entretien exclusif avec Kamen Kalev et Saadet Isil Aksoy A avoir chez soi absolument !
    WagTheDog
    WagTheDog

    Suivre son activité 102 abonnés Lire ses 5 critiques

    5,0
    Publiée le 11 mars 2010
    Eastern Plays trouve sa beauté dans sa faculté à ne pas emprunter les chemins qu'il trace à son commencement (l'état social des lieux et leurs correspondances), mais à s'en abstraire, s'en évader. Alors, le film se ressert sur le drame intime du personnage principal pour mieux s'ouvrir. La mise en scène, à ce moment là, prend la juste mesure du traumatisme, et en se mettant à la fois à distance et à vif de son sujet, permet au film de trembler et de laisser jaillir l'émotion. Itso, être à la dérive mais stagnant dans un espace défini, est un personnage en quête (de sens, de perspective -il faut voir ses peintures frontales, symptomatiques de l'impossibilité à trouver une profondeur de regard-) et dont la solitude s'exprime notamment dans le cercle familial éclaté. Son jeune frère, lui, provoque (des accidents, des regards, des rencontres...) mais sans jamais agir, sans jamais faire en sorte que quelque chose advienne. C'est un personnage embrigadé, qui avance bien malgré lui. Il est porté par le flux des choses et des gens qui l'entourent. Itso quand à lui, éperdument en quête, agit en vain. Tout se referme sur lui (portes, espérances...). Il n'est porté par rien ni personne et de ce fait, est un corps frappé par la pesanteur. Un poids que le cinéaste fait bien de ne pas définir: fatalité? destin social? consumérisme? Accablé, appesanti, mais beau, le film ne le laisse pas à l'abandon, et par le miracle d'une rencontre qu'on ne saurait définir comme réelle ou irréelle, lui permet finalement d'atteindre d'autres dimensions, infinies cette fois: la grâce et la beauté retrouvées.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top