Notez des films
Mon AlloCiné
    Himalaya, le chemin du ciel
    Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Himalaya, le chemin du ciel" et de son tournage !

    Marianne Chaud : l'Himalaya pour passion

    Marianne Chaud, la réalisatrice du documentaire Himalaya, le chemin du ciel est une jeune ethnologue de 33 ans. Elle a consacré sa thèse de doctorat à l'étude de la relation des hommes à leur territoire dans la région du Zanskar, un ancien royaume bouddhiste de l'Himalaya. Pendant huit ans, elle est retournée régulièrement dans cette région, effectuant des séjours de trois à sept mois dans différents villages, à toutes les époques de l'année. Accueillie par des familles zanskari, elle a appris leur langue, adopté leurs règles, participé à leurs travaux, elle a observé et questionné inlassablement. Les habitants lui ont donné un pré- nom, Zanskari, et il lui a semblé parfois avoir toujours vécu parmi eux. Après avoir participé en 2006 au tournage du documentaire Devenir Femme au Zanskar en tant que co-auteur et assistante de réalisation, Marianne Chaud a décidé de tourner et de réaliser ses films seule.

    Le monastère et son intimité

    Marianne Chaud, la réalisatrice du documentaire Himalaya, le chemin du ciel, évoque son expérience au sein du monastère : "J'ai vécu trois mois dans le monastère. Au fil des jours, les moines ont compris que je ne les trahirai pas et ils ont accepté que je filme aussi bien les prières que les scènes de vie dans la cuisine, les salles de classes ou les cellules. Kenrap a été extrêmement bienveillant à mon égard, il aimait ma compagnie et son comportement n'a jamais été modifié par la présence de ma caméra. Je crois que la force du film repose essentiellement sur la relation très proche que nous avons créée tous les deux. La profondeur de cette relation transparaît dans la scène où il m'encourage à rendre mon coeur fort alors que nous marchons tous les deux sur un sentier enneigé terriblement vertigineux."

    Difficultés de tournage

    La réalisatrice Marianne Chaud évoque les difficultés de tournage d'Himalaya, le chemin du ciel : "Quand je suis arrivée au monastère de Phuktal aprés plusieurs jours de marche, les moines ont tout d'abord refusé que je les filme. La première difficulté a donc été de me faire accepter avec ma caméra en nouant une relation de confiance avec l'ensemble des moines. Les autres difficultés concernent les conditions géographiques et climatiques. Dans la cellule que les moines m'avaient prêtée, la température descendait jusqu'à -15 ou -20 °C. Pas d'eau chaude pour se laver, pas de fruit ni de légume, le menu se limitait à de la farine d'orge bouillie. Sans oublier le manque d'oxygène à prés de 4000 mètres d'altitude. Pour la caméra, je rechargeais les batteries grâce à un panneau solaire, mais je ne pouvais pas visionner les rushes. L'écriture du film s'est donc faite au montage."

    En caméra subjective

    La réalisatrice Marianne Chaud explique pourquoi elle a choisi de tourner son documentaire en caméra subjective : "La situation du monastère est spectaculaire, les décors de neige et de glace grandioses, les prières extrêmement belles, mais cet esthétisme apparent ne doit pas entretenir un cliché simplificateur. En choisissant d'installer ma caméra dans un monastère de l'Himalaya bouddhiste, j'ai voulu déconstruire une vision fantasmée d'un ailleurs rendu mystérieux et exotique par des photographies et des récits de voyage. L'autre, qu'il soit villageois ou moine, nous est semblable, aussi complexe et contradictoire que nous. C'est dans la proximité et la durée que nous le découvrons. Grâce à la relation qui se construit entre les personnages et moi, qui suis derrière la caméra, Himalaya, le chemin du ciel n'est pas un film contemplatif. Je les regarde autant qu'ils me regardent et nous nous interrogeons mutuellement. Grâce à la caméra subjective, je voudrais que le spectateur s'approprie cette relation."

    La tournée des festivals

    Himalaya, le chemin du ciel a été présenté dans de nombreux festivals internationaux, remportant de nombreux prix. Le documentaire a notamment reçu la Jarre d'Or au Festival Georges Decaunes de Vallauris, le Prix FIPA à Biarritz et le Prix du public au Festival International du film de Femme de Dortmund. Il a également été sélectionné au Festival Visions du réel de Nyon, au Festival du Filmù Bouddhiste de Londres, au festival DOK de Lepizig, au festival Etonnants Voyageurs de Saint-Malo, au Festival International de Montagne de Torello et au Festival International du film de Montagne d'Autrans.
    Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
    • Tout Simplement Noir (2020)
    • Eté 85 (2020)
    • Divorce Club (2019)
    • Scooby ! (2020)
    • T’as pécho ? (2019)
    • L'Aventure des Marguerite (2018)
    • Adorables (2019)
    • Les Blagues de Toto (2019)
    • Lucky Strike (2020)
    • Terrible Jungle (2020)
    • Greenland - Le dernier refuge (2020)
    • La Voix du succès (2020)
    • Madre (2020)
    • Les Parfums (2019)
    • The Vigil (2019)
    • Ip Man 4 : Le dernier combat (2019)
    • Mon ninja et moi (2018)
    • Tenet (2020)
    • Felicità (2020)
    • Lands of Murders (2019)
    Back to Top