Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
Un héros très discret
note moyenne
3,4
1098 notes dont 92 critiques
14% (13 critiques)
42% (39 critiques)
28% (26 critiques)
9% (8 critiques)
7% (6 critiques)
0% (0 critique)
Votre avis sur Un héros très discret ?

92 critiques spectateurs

chrischambers86
chrischambers86

Suivre son activité 1033 abonnés Lire ses 10 092 critiques

3,0
Publiée le 17/07/2009
Avec ce "Hèros très discret", Jacques Audiard retrouve Mathieu Kassovitz dans cette fable sur le mensonge, prix du meilleur scènario à Cannes! Sans porter de jugement, Audiard porte un regard caustique et distanciè sur une èpoque troublèe! "Dehousse" n'a rien d'un cynisme calculateur! il ne cherche pas un gain, un pouvoir! il ressent plutôt la frustration d'un esprit romanesque qui avait des rêves de gloire et n'a pas vu passer la guerre! Adaptant un roman de Jean-François Deniau, l'allure timide et renfermèe, Mathieu Kassovitz campe à merveille cet anti-hèros qui invente son passè au grè des èvènements! Mais pour donner plus de poids à son imposture, Audiard a su l'entourer de seconds rôles riches en couleur: notamment un capitaine homosexuel, campè par Albert Dupontel, et deux surprenates èpouses, interprètèes par Sandrine Kiberlain et Anouk Grinberg! Un beau film...
Plume231
Plume231

Suivre son activité 544 abonnés Lire ses 4 608 critiques

4,0
Publiée le 16/03/2013
Deuxième film pour Jacques Audiard et pour moi clairement son meilleur après "Un Prophète", "Un Héros très discret" est d'ores et déjà intéressant par sa description de la Résistance d'après l'Occupation, qui ne manque pas d'ironie, et surtout pour son portrait d'un mythomane pour lequel l'empathie est totale et en conséquence auquel on ne peut que s'attacher. L'histoire, ainsi que ces nombreux rebondissements, est tellement grosse qu'elle ne peut qu'être crédible et le rythme, sur lequel est brassé de nombreuses idées de mise en scène qui parfois ne fonctionnent pas mais qui souvent si, ne laisse place à aucun temps mort qu'on est très facilement captivé du début jusqu'à la fin. Mathieu Kassovitz est parfaitement à l'aise dans le rôle trouble du protagoniste bien aidé par de très bons acteurs secondaires (surtout Anouk Grinberg, lumineuse comme tout !!!) ; de plus Jacques montre très bien qu'il est le fils de Michel en nous réservant quelques dialogues excellents. Une franche réussite.
Caine78
Caine78

Suivre son activité 730 abonnés Lire ses 7 310 critiques

4,0
Publiée le 12/02/2006
Un très bon film, très intelligent et original, durant une période très intéressante. Kassovitz campe un personnage fascinant, capable de s'adapter avec beaucoup d'habileté aux situations. Audiard est très bon. A méditer tout en le savourant.
soniadidierkmurgia
soniadidierkmurgia

Suivre son activité 194 abonnés Lire ses 3 155 critiques

4,0
Publiée le 15/07/2014
Petit brûlot de la part du fils d’Audiard qui commençait ici fort bien dans la carrière de réalisateur. Son film tiré d’un roman de Jean-François Deniau narre la montée irrésistible d’un jeune homme caméléon en quête d’identité qui profite de la confusion de l’après-guerre pour usurper une place parmi les anciens résistants, grimpant ainsi dans la hiérarchie de groupuscules avides de récolter les fruits de leurs exploits encore frais. Audiard décrit très bien la frénésie de cette période propice à tous les abus et à tous les mensonges. Chacun sait bien qu’après la guerre tout le monde était résistant. L’audace du jeune homme aura été d’y croire et de l’affirmer bien fort profitant ainsi de ses dons d’imitateurs qu’il aura peaufinés jeune garçon dans sa chambre en écoutant la radio. Sa rencontre avec un Albert Dupontel stupéfiant en mercenaire revenu de tout lui aura permis de comprendre tout le parti qu’il pouvait tirer de son petit talent. La machine était lancée et plus rien n’allait l’arrêter obligeant même le jeune ambitieux à ordonner l’exécution de deux déserteurs vendus aux allemands. Le tout est raconté à postériori par Jean-Louis Trintignant qui tente maladroitement de justifier et de comprendre lui-même cet enchaînement de circonstances qui l’a mené jusqu’au sommet de l’appareil d’Etat. On peut y voir une allusion à Maurice Papon les crimes en moins. Original. On retrouve encore une fois le syndrome Petri d’ « Un citoyen au dessus de tout soupçon » qui veut que les puissants même repentis ne peuvent jamais payer pour leurs fautes.
Val_Cancun
Val_Cancun

Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 763 critiques

3,0
Publiée le 08/05/2014
Ca y est, j'ai bouclé, dans le désordre, ma filmo de Jacques Audiard, avec "Un héros très discret", son 2ème long-métrage. On sent une progression dans la fluidité du récit et de la mise en scène, 2 ans après "Regarde les hommes tomber". Surtout, même si on retrouve au générique Mathieu Kassovitz et Jean-Louis Trintignant, et si ses (anti-)héros restent des marginaux solitaires et ambigus, la tonalité de "Un héros très discret" est nettement moins sombre et pessimiste que son prédécesseur. Audiard signe un vrai-faux documentaire (mise en scène innovante en 1996, bien avant Maïwenn) sur un certain Albert Dehousse, faux résistant mais vrai imposteur après la Seconde Guerre Mondiale, au motif un brin immature que son rêve était de devenir un héros, et qu'il ne supporte tout simplement pas d'avoir manqué son rêve. Jolie histoire, quoiqu'assez difficile à croire, tant Albert l'adolescent effacé va devenir un meneur d'hommes rusé et audacieux, grâce à sa mémoire phénoménale et à la rencontre de 3 personnages qui vont accélérer son apprentissage de la vie : un employeur opportuniste et mythomane, une prostituée au grand coeur, et surtout un soldat homo flamboyant (magnifique Dupontel!). Concernant l'oeuvre d'Audiard dans sa globalité, le niveau est globalement très bon, avec une progression chronologique visible de films en films, les 3 plus récents étant les plus aboutis : "De battre mon coeur s'est arrêté" (2005), "Un prophète" (2009), et "De rouille et d'os" (2012). Autant dire que j'attends avec impatience son septième long-métrage!
SuperMadara
SuperMadara

Suivre son activité 53 abonnés Lire ses 934 critiques

4,0
Publiée le 30/04/2012
Un drame qui surprend et qui passionne , entre réalité et fiction , un scénario qui joue avec l'imagination dans un contexte historique particulier avec finesse . Récompensé a Cannes , le scénario retrace le parcours d'un mythomane qui se fait passer pour un héros de la résistance a la fin de la Seconde Guerre Mondiale , un parcours crée de façon ultra réaliste , un schéma narratif particulier et prenant , la création d'un personnage sous nos yeux mais surtout le doute qui reste après le générique , qui croire ? Pour la deuxième fois chez Audiard , Matthieu Kassovitz arrive a vraiment être excellent , il joue le double jeu de son personnage avec assurance et rend crédible toutes les hypothèses possible , entouré par des seconds rôles reconnu comme l'excellent Albert Dupontel , Sandrine Kiberlain ou encore Jean-Louis Trintignant . Bien avant son chef d'oeuvre absolu "Un Prophète" , Jacques Audiard réussit une mise en scène vive , surprenante et qui crée encore plus le doute et le contraste apporté par le scénario , son style original semble aussi parfait que d'habitude ! Une belle réussite , un film particulier , intelligent et avec un casting de choix porté par un grand cinéaste.
Alain D.
Alain D.

Suivre son activité 82 abonnés Lire ses 1 749 critiques

4,5
Publiée le 17/10/2017
Un film profond, sans concessions, un film dur et réaliste comme sait les faire Jacques Audiard. Les dialogues, comme la mise en scène, sont grandioses. Le scénario très habile, coécrit par le réalisateur, met en scène une histoire se déroulant dans la France de 1945. Elle nous conte l'histoire d'un écrivain opportuniste qui passe à coté de la guerre. Cette comédie dramatique, avec quelques touches d'humour et de légèreté, bénéficie d'une jolie BO signée Alexandre Desplat. Elle nous offre également un prestigieux casting avec la voix off du cultissime Jean-Louis Trintignant, de superbes seconds rôles avec François Berléand dans le rôle de Monsieur Jo le collabo, d'Albert Dupontel dans celui du Capitaine Dionet, François Chattot le caporal Louvier… Les premiers rôles sont aussi très bien assurés par la toujours brillante Sandrine Kiberlain et Mathieu Kassovitz, excellentissime dans un rôle délicat et ampli d'ambiguïté.
fandecaoch
fandecaoch

Suivre son activité 418 abonnés Lire ses 2 229 critiques

4,5
Publiée le 07/04/2013
Un héros très discret : Une très bonne comédie dramatique grâce une histoire joliment raconté et porté par des acteurs convaincants, parfait dans leur rôle. Vraiment, on se laisse porté par cette histoire loufoque et assez amusante a suivre. Car on nous raconté l’histoire d’un homme pendant les années 40, qui va par répétition de mensonge s’inventé un personnage, une vie assez hors du commun (car comme dis si bien l'affiche du film : les vie les plus belles sont celles qu'on invente). Car grâce (ou pas) a ces mensonges, il va arriver a faire plein de chose et ce faire passer pour quelqu'un qu’il n’est pas bien sur (un général de guerre, alors que il a jamais fait la guerre de sa vie…). Donc vraiment, on suit avec intérêt et amusement ce personnage qui va abuser de ces mensonges. Donc voila, l’histoire est bien faite, bien ficelé, il y a quelque longueur mais elle passe presque inaperçu. L’histoire et bien travaillé, tous comme les personnages et l’époque (année 40, la guerre…). Grace à une réalisation et une mise en scène soigné comme il le faut. De plus, les acteurs sont comme je le disais convaincant et parfait dans leur rôle. On a le droit aussi à un très beau casting : Mathieu Kassovitz, Anouk Grinberg, Albert Dupontel, François Berléand… Et ils sont tous vraiment bon. Donc voila, une comédie dramatique des plus sympa et divertissent à regarder, moi ce film ma bien plu et je vous le conseille.
Akamaru
Akamaru

Suivre son activité 527 abonnés Lire ses 4 333 critiques

3,5
Publiée le 16/03/2013
Une découverte rare. La seconde réalisation de Jacques Audiard contenait déjà ce qui fera son style et sa renommée plus tard. Elans poétiques et physiques,personnages troublants et troublés,montage idéal et regard critique sur le monde qu'il décrit. "Un héros très discret"(1996)décrit l'ascension irrésistible d'un modeste garçon du Nord,qui ne supporte pas de ne pas être devenu quelqu'un durant la guerre de 39-45. C'est après avoir fui le domicile conjugal et au gré de rencontres hasardeuses qu'il va avoir l'idée de se faire passer pour un ancien Résistant au parcours admirable. Ses mensonges basés sur l'omission et la mémoire de noms sont tellement énormes qu'ils ne peuvent qu'être crédibles! Mathieu Kassovitz,timide,téméraire et arrangeant est un dupeur exemplaire. Audiard établit une accusation tenace de l'armée française,entre collaboration avec l'ennemi et manipulations des uns et des autres,le but étant plus l'individualisme que le respect de la patrie française. Le scénario est si bien construit qu'il en devient palpitant. Quelques maladresses formelles,mais une puissance déjà remarquable dans la mise en scène.
reymi586
reymi586

Suivre son activité 129 abonnés Lire ses 2 443 critiques

4,0
Publiée le 17/02/2012
Un bon film français, c'est celui qui m'a fait découvrir Jacques Audiard. On reconnaît son talent pour la mise en scène et surtout pour le scénario et les personnages bien travaillés. Une histoire très intéressante, qui a du existé au lendemain de la seconde guerre mondiale.
annastarnomberon
annastarnomberon

Suivre son activité 103 abonnés Lire ses 241 critiques

5,0
Publiée le 09/09/2011
Génial ! Un film avec beaucoup d'ironie, qui se fait des clins d'oeil et des références à lui-même. Audiard semble mettre en abyme le mensonge en fait, l'idée que lorsque l'on regarde un film rien n'est jamais certain. A la fin on se demande si Dehousse n'est pas encore en train de nous duper. Et puis on s'en fout, car on vient de passer un moment "formidable" (terme qu'Albert utilise d'ailleurs à mauvais escient dans une scène très drôle). C'est très fin, et on prend un plaisir extrême à suivre cette grande supercherie qui fera de l'Albert petit empoté de campagne le héros qu'il s'était juré de devenir... On entre dans l'intimité d'un escroc, on suit le fil de ses mensonges on en finit par être ému quand la chance lui sourit. Kassovitz est une fois de plus très bon pour jouer les (faux) ingénus. Et Dupontel est parfait. Un film très bon, qui se démarque. Dès le début de sa carrière Audiard a su taper juste.
Rik13
Rik13

Suivre son activité 15 abonnés Lire ses 648 critiques

3,5
Publiée le 12/08/2011
"Un héros très discret" est l'histoire d'un individu timide et solitaire plongé dans le chaos de la seconde guerre mondiale. Ce jeune homme introverti vit dans son petit monde en rentrant dans la peau de personnages héroïques qu'il s'invente. De doux rêveur, Albert Dehousse va devenir un usurpateur, se faisant passer pour un héros de la résistance. Mais son stratagème, aussi rusé soit-il, va vite le dépasser. Ce film de Jacques Audiard est centré principalement sur le personnage d'Albert Dehousse, interprété de façon convaincante par un Mathieu Kassovitz très sobre. Les seconds rôles sont également bien distribués, en particuliers les deux rôles féminins tenus par Sandrine Kiberlain et Anouk Grinberg. Le film, un peu lent dans sa première partie, donne sa pleine mesure romanesque dans la seconde qui voit Albert Dehousse entrer dans le cadre très fermé des anciens résistants avec lesquels il va être confronté directement à la période troublée d'après-guerre. Avec cette production, Jacques Audiard, dans une mise en scène classique, a su mêler le romanesque du personnage de Dehousse à l'élan dramatique d'une période chaotique. Un film intéressant et bien traité par un réalisateur qui depuis a confirmé tout son talent.
vince113
vince113

Suivre son activité 20 abonnés Lire ses 206 critiques

5,0
Publiée le 20/09/2010
Film très discret dans l'impressionnante filmo de Jacques Audiard, ce héros est peut-être son oeuvre la plus audacieuce. Le réalisateur y embrasse à la fois l'Histoire d'un pays (la France, qui s'est reconstruite, après guerre, sur une imposture), y élabore la métaphysique d'un personnage (toujours ce thème de la constitution d'une identité qui est à la base de tous ses films) et y peaufine une esthétique poétique très personnelle, qui est avant tout un travail sur la sensation (aussi bien dans le filmage que dans la construction dramatique). Ce programme écrasant est pourtant exécuté avec une légèreté et une liberté sidérantes. Audiard donne à ce récit intimiste et mental la puissance épique des grandes fresques, tout en conservant l'ambiguïté d'une figure d'imposteur malgré lui, personnage proche de l'Idiot Dostoievskien dans sa terrible candeur, mais qui conserve jusqu'au bout sa part de mystère irréductible (puissamment incarnée dans son double vieillissant qu'est ici Jean-Louis Trintignant). Avec ce deuxième film d'une audace folle et d'une grâce absolue, Audiard finit de s'inventer une cinématographie unique, ouverte sur la puissance du mythe mais aussi vibrante d'humanité, très loin du psychologisme français. Une singularité qui le propulse parmi les plus grands. Oui, le cinéma français a encore un avenir !
stebbins
stebbins

Suivre son activité 310 abonnés Lire ses 1 782 critiques

3,5
Publiée le 12/01/2009
Un grand moment de cinéma. C'est avec un réel plaisir que l'on suit le parcours d'Albert Dehousse, personnage à la destinée incroyable qui, au fil du temps, s'est inventé une nouvelle vie. La prestation de Mathieu Kassovitz est d'ailleurs assez extraordinaire, à l'instar de la majorité des autres acteurs ( on retiendra le capitaine Dupontel, toujours aussi magistral ). La mise en scène de Jacques Audiard n'est pas aussi aboutie que dans ses derniers films ( je pense à De Battre mon Coeur s'est Arrêté ) mais l'on sent que le cinéaste a du style. La première demi-heure tient du génie, et plus particulièrement la séquence dans laquelle Mathieu Kassovitz joue son rôle de représentant. A mon humble avis, Un Héros très Discret n'a rien d'un simple téléfilm ( comme pourrait le laisser supposer la photographie ) tant le jeu des comédiens respire la virtuosité. Bref, le film de Jacques Audiard est un formidable morceau de bravoure, brillamment écrit et réalisé. Une petite pépite à découvrir absolument.
scorsesejunior54
scorsesejunior54

Suivre son activité 105 abonnés Lire ses 789 critiques

2,5
Publiée le 31/10/2008
Outre d'innombrables et mémorables scènes de liesse, la fin de la Seconde Guerre Mondiale en France, marquée par la libération, n'a soixante et quelques années plus tard toujours pas été éclaircie... Femmes tondues, délits de faciès, délations, innocents désignés arbitrairement collabos, faux héros mais vrais planqués, ces instants troubles ne font guère (ou très peu) partie des bouquins d'histoire scolaires. Ainsi, peu de gens ont réellement pris connaissance de la situation, cela étant évidemment bien plus facile et glorieux de s'en tenir à la vision de nos Résistants revendiqués (parmi eux, certains mériteraient le panthéon, d'autres la prison !). Bref, en 1996, Jacques Audiard, fils de Michel et prometteur jeune cinéaste Français mit en scène une histoire complètement rocambolesque autour d'un opportuniste mythomane s'étant taillé une brillante carrière (inventée de toutes pièces) au moment où la roue tournait. Pour interpréter ce petit malin, Matthieu Kassovitz (là aussi, réalisateur au potentiel énorme mais qui a depuis retourné sa veste) fut désigné. Jeune, vif, énergique, il se révèle être tout au long du film un excellent choix de casting, comme l'ensemble de la distribution, impeccable jusque dans les seconds rôles (Dupontel, Kiberlain, Berléand, Nahon...). "Un héros très discret" a donc des atouts et s'appuie sur une certaine qualité technique lui permettant de rester à flots y compris lors de certaines séquences un peu difficiles. Globalement, il se tient : rythmé et propre, il respecte ses ambitions de départ, la véritable interrogation correspondant à ce moment au dilemme entre la simple exécution du minimum syndical ou l'envie d'aller chercher plus loin ? Visiblement, Audiard s'en est tenu à la première proposition, choix caractérisé par une fin aux limites de la morale bête et méchante. En somme, un très agréable divertissement rondement mené qui trouve son intérêt dans son sujet de départ et s'exprime à travers le talent de Matthieu Kassovitz.
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top