Mon AlloCiné
    Los Angeles 2013
    note moyenne
    2,9
    2583 notes dont 227 critiques
    11% (24 critiques)
    26% (58 critiques)
    26% (60 critiques)
    19% (42 critiques)
    12% (27 critiques)
    7% (16 critiques)
    Votre avis sur Los Angeles 2013 ?

    227 critiques spectateurs

    Chris46
    Chris46

    Suivre son activité 260 abonnés Lire ses 555 critiques

    3,0
    Publiée le 21 juillet 2016
    " Los Angeles 2013 " bonne suite de " New York 1997 " . En 1998 Un terrible tremblement de terre a eu lieu et a totalement isolé Los Angeles du reste des Etats Unis . 15 ans plus tard en 2013 Los Angeles devenu inhabitable et totalement isoler du reste des Etats Unis a alors été reconvertit en une immense prison ou sont transférer tout les plus gros délinquants des Etats Unis . Un jour la fille du président des Etats Unis décide de trahir son père en lui volant une malette dont le contenu pourrait neutraliser toutes les sources d'energie artificielles du monde . Elle decide de se rendre avec la malette à Los Angeles pour se rallier à Cuervo Jones un prisonnier anarchiste Latino Americain qui règne sur tout les delinquants de Los Angeles et qui à décider de neutraliser toute les sources d'energie artificielles du monde . Snake ( Kurt Russell ) cette ancien soldat qui avait sauver la vie du président à New York est alors envoyer par le gouvernement Americain pour une nouvelle mission à Los Angeles pour récupérer la malette ... " Los Angeles 2013 " est une bonne suite du film culte de jonh carpenter " New York 1997 " . Bon le scénario a tendance à copié coller l'intrigue du premier opus . On a seulement remplacer New York par Los Angeles mais le principe reste le même avec snake qui va devoir se rendre une nouvelle fois dans une ville en ruine devenu une prison gigantesque remplit de prisonnier pour exécuter une mission . On a affaire à un remake déguiser de " New York 1997 " dans les grande lignes mais bon c'est efficace et puis les peripeties sont assez differentes de celle du premier opus . L'intrigue est prenante avec snake qui va être envoyé à Los Angeles devenu une immense prison remplit de delinquants pour récupérer une malette détenu par l'un des prisonniers et sa va être explosif ce qui va donner lieu à son lot de suspense , d'action et d'humour noir . Les scènes d'actions sont efficaces . L'humour fonctionne bien . Le film est beaucoup plus rytmé que le précédent avec beaucoup plus d'action . Bref on s'ennuie pas et on passe un bon moment . Les décors qui donnent vie à Los Angeles en ruine sont réussit . On s'évade dans cette univers apocalyptique avec plaisir . Les effets speciaux sont plutot correct bien que certains laisse un peu à désirer par moment nottament quand spoiler: snake se rend à Los Angeles avec son sous Marin , les séquences sous marines sont pas très bien fichu on voit que c'est faux . La musique est pas mal et colle bien a l'ambiance du film . Kurt Russell est toujour aussi bon et charismatique dans le rôle de snake qui va tenter ce coup ci de récupérer une malette à Los Angeles et il me sera pas au bout de ses peines . Un divertissement sympa .
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 1562 abonnés Lire ses 8 727 critiques

    3,0
    Publiée le 29 août 2010
    Quinze ans après "New York 1997", le duo John Carpenter-Kurt Russell a souhaitè retrouver cet anti-hèros individualiste et cynique en transposant l'action en Californie, avec pas mal d'humour et d'action! Une suite plus moderne et toujours aussi jubilatoire avec le retour du mercenaire au look de hard rocker: Snake Plissken! Energique à souhait, cette deuxième mouture entraîne le spectateur dans une ambiance apocalyptique carpenterienne avec un Kurt Russell très à l'aise même quand il s'agit de surfer ou de faire une partie de basket pour survivre! Distribution prestigieuse et èclectique avec Peter Fonda, Stacy Keach, Steve Buscemi, Valeria Golino et même Georges Corraface! De l'action pur jus et des effets spèciaux rèussis! Très bonne B.O comme souvent chez Big John...
    Hugo.Mattias
    Hugo.Mattias

    Suivre son activité 46 abonnés Lire ses 16 critiques

    2,5
    Publiée le 19 août 2019
    Je n’étais déjà pas fan du premier volet, mais il y avait un petit charme 80’s de série B fauchée et inventive. Pour cette suite, Carpenter a plus de budget, mais ses effets spéciaux sont plus ringards que jamais, avec des scènes tout droit sorties d’un vieux jeu vidéo sur CD-ROM. Côté scénario, on n’y comprend pas grand-chose, l’intérêt étant surtout de retrouver le personnage de Snake. Et de ce côté-là, on est servi jusqu’à l’overdose: Snake fait du basket, Snake fait du surf, Snake fait du deltaplane... Le second degré vire au grand n’importe quoi et c’est visuellement de plus en plus laid. Je sauverais une très efficace scène de poursuite à moto, un face-à-face au sommet Kurt Russell/Pam Grier et un arrière-plan politique joyeusement iconoclaste et libertaire qui est à peu près le seul vestige de la patte Carpenter dans ce sommet de kitsch.
    fandecaoch
    fandecaoch

    Suivre son activité 440 abonnés Lire ses 1 507 critiques

    5,0
    Publiée le 14 mars 2012
    Snake est de retour pour une mission encore plus palpitante, plus risqué, plus rythmé et avec plus d'action et d'humour et ce qui a fait la force du premier volet. Los Angeles 2013 est vraiment une excellente suit, vraiment j'ai encore plus adoré que le premier, pour moi c'est un gros coup de cœur. Cette mission est encore plus rythmé, plus divertissent et plus sensationnelle et sa c'est juste énorme. On retrouve avec plaisir le légendaire et unique soldat Snake toujours aussi bien interprété par Kurt Russell qui est encore une fois très charismatique et on peut dire que ce rôle lui va a merveille, vraiment il est parfait dans se rôle. Cette fois si on l'envoie Los Angeles mais en version apocalyptique, les décors sont vraiment excellent et de qualité grâce a la réalisation et la mise en scène toujours aussi efficace du très talentueux John Carpenter qui se remet a la réalisation et l’écriture pour notre plus grand plaisir. Vraiment pour l'époque, les effets spéciaux, décors, actions est vraiment excellent et de très bonne facture. Ensuit, le scénario est plus prenant, plus captivant et sa c'est génial. Les acteurs sont toujours aussi convaincants. Et pour finir des le début du film au générique, on retrouve la mythique musique de John Carpenter que j'adore et met tout de suit le ton. Donc on peut dire que les musiques sont vraiment sympas. Voila cette suit est une grand réussit, un film de SF comme je les adore, donc je vous le conseil. Un gros coup de cœur mais aussi un véritable chef-d’œuvre du genre SF/Fantastique.
    Black-Night
    Black-Night

    Suivre son activité 114 abonnés Lire ses 52 critiques

    3,5
    Publiée le 8 février 2015
    Los Angeles 2013 est un bon film. Il s'agit ici d'une suite faisant plutôt office de remake à New York 1997 du même réalisateur. J'ai pour ma part trouvé celui-ci meilleur et supérieur à l'original. Le premier m'avait donné une certaine déception sans pour autant qu'il soit totalement mauvais. Tandis que celui-là m'a bien plu car c'est beaucoup plus rythmé, avec plus d'action, des dialogues cultes et aussi doté d'une pointe d'humour appréciable. Un film cependant qui aurait sans doute pu sombrer dans le nanar car les effets spéciaux sont spéciales c'est le cas de le dire et pas tous bons car certains plans ne sont pas beaux à voir. Il l'évite d'y sombrer surtout grâce à l'acteur Kurt Russel qui délivre une fois de plus une excellente prestation dans son rôle de Snake Plissken. Le reste du casting est dans son ensemble bon avec des acteurs qui s'y prêtent bien : Steve Buscemi, Stacy Keach, Pam Grier, Valeria Golino, Cliff Robertson, Peter Fonda. La bande son composée une fois de plus par ce cher bon vieux John Carpenter où y est aussi incorporé différents morceaux de hard rock de différents groupes, participe à l'ambiance et reste de très bonne facture avec notamment le thème principal du premier film ici revisité d'une belle façon pour l'introduction du métrage. En clair, au final c'est un bon film de SF futuriste et d'action plutôt réussi. Ma note : 7.5/10 !
    Akamaru
    Akamaru

    Suivre son activité 562 abonnés Lire ses 4 294 critiques

    1,5
    Publiée le 21 juin 2012
    "Los Angeles 2013"(1996) est en quelque sorte une suite-remake du mythique "New York 1997" de John Carpenter,plus célébrée pour son fun anarchiste que pour sa qualité intrinsèque.Dans ce second opus,15 ans après,Carpenter se repose de nouveau sur le personnage de Snake Plissken,qui est autant frondeur que provocateur,qui pèse ses mots,mais qui ne sort que des répliques cultes!Kurt Russell reprend les fringues débraillées et le cache-oeil d'un personnage qu'il connaît sur le bout des doigts.Toute la présentation de la mission laisse augurer d'un spectacle novateur,ou tout du moins respectueux.Mais on se rend vite à l'évidence:volontaire ou non,Carpenter verse dans le nanar contestataire.Ou est passé la série B d'action/SF promise.Surement évaporée dans des effets spéciaux ridicules,des costumes cheaps et des acteurs prestigieux en totale roue libre,comme Peter Fonda,Pam Grier et Cliff Robertson.Malgre tout,on se surprend à se prendre au jeu,surtout dans les scènes irréalistes,comme le lancer de ballons de basket ou le sous-marin furtif.Pour singer Snake,"tout change,mais tout reste pareil!".
    cylon86
    cylon86

    Suivre son activité 482 abonnés Lire ses 2 991 critiques

    4,0
    Publiée le 24 septembre 2014
    John Carpenter ose recycler "New York 1997" dans cette suite aux airs de remake qui reprend les mêmes principes et qui met de nouveau en scène Snake Plissken, anti-héros cynique qui va d'ennuis en ennuis avec une classe toujours aussi folle. Kurt Russell semble s'amuser à reprendre le rôle et Carpenter lui-même nous promène dans ce film aux allures de série B avec une joie évidente. Ville en ruine, méchant aux airs de Che Guevara, personnages hauts en couleur (Peter Fonda en surfeur cool, Steve Buscemi en agent de stars) et dictature aux commandes, tout y est et on n'a pas le temps de s'ennuyer une seule seconde. Derrière cette aventure se cache tout de même un propos loin d'être inintéressant et transformer la cité des anges en ruine aux mille dangers n'est sûrement pas anodin de la part du réalisateur qui a affirmé son indépendance par rapport à Hollywood. La mise en scène ne manque pas de talent et la musique aux airs de western font de ce film un vrai régal de cinéphile. Et puis la fin... Quelle fin ! Inoubliable, elle s'impose comme l'une des fins les plus osées que j'ai pu voir.
    selenie
    selenie

    Suivre son activité 470 abonnés Lire ses 3 538 critiques

    3,0
    Publiée le 6 septembre 2011
    Suite sympa de "New-York 1997"... Le grand plaisir de retrouver Snake et les seconds couteaux tous plus forts les uns que les autres. Cependant moins réussi que le premier opus. Plus de facilités otyamment dans certains scènes "cheveux sur la soupe". Reste que c'est un bon divertissement et que JOhn Carpenter a le talent pour limiter la casse.
    RENGER
    RENGER

    Suivre son activité 362 abonnés Lire ses 5 436 critiques

    1,0
    Publiée le 1 juillet 2008
    Sincèrement, quel est l’intérêt d’avoir fait une suite 15 ans après ? Car John Carpenter refait presque plan par plan le remake du précédent chapitre : New York 1997 (1981), et ce, dès le début du film ! Aucune originalité, négligence dans la qualité des SFX qui sont ici complètement risibles, tant ils sont de mauvaises qualités, ils s’apparentent à ceux que l’ont trouve dans les Série Z ! Grosse déception car si le premier s’en sortait, celui-là patauge dans le ridicule, bien que cette fois-ci il bénéficie d’un casting plus étoffé, avec toujours Kurt Russell, et comme nouvelles têtes : Peter Fonda, Cliff Robertson, Steve Buscemi & Valeria Golino. Une suite inutile et grotesque, décevante et mauvaise, autant voir et revoir le premier !
    Malevolent Reviews
    Malevolent Reviews

    Suivre son activité 294 abonnés Lire ses 2 958 critiques

    3,0
    Publiée le 2 mai 2013
    Les fans en rêvaient, Big John a exaucé leurs prières : seize ans après New-York 1997, le réalisateur ramène Snake Plissken dans une nouvelle aventure. Nouvelle, certes ; originale, pas vraiment. Car Los Angeles 2013 est plus un remake du film précédent qu'une véritable suite. Même topo : sauver un personnage politique dans une ville géante transformée en île avec des gadgets, des méchants et une promesse de libération pour notre borgne préféré... Dans un souci de gros clin d'oeil, Carpenter renouvelle même certains gimmicks et passages du premier film, comme l'inévitable « Apellez-moi Snake » ou encore le recrutement de Plissken, quasi-identique. C'est donc avec une légère déception que l'on regarde cette suite tardive qui s'avère tout de même bien plus grandiloquente, comprenant moult scènes d'action dantesques et une flopée d'effets spéciaux assez novateurs pour l'époque, comme le parcours sous-marin entre les buildings noyés de la vallée de San Fernando (tout en images de synthèse) ou encore le surf improvisé de Snake sur un tsunami, rien avec ça. Pour le reste, nous faisons face à une péripétie encore plus dynamique que la précédente, l'effet de surprise et le charme en moins. Ainsi, malgré son manque évident d'originalité, Los Angeles 2013 reste une suite de qualité, mise en scène avec efficacité par un John Carpenter en grande forme, nous livrant comme d'habitude des scènes d'action explosives, cette fabuleuse et inoubliable musique ainsi qu'une galerie de nouveaux personnages tous plus les sympathiques les uns que les autres allant de Steve Buscemi à Pam Grier en passant par Stacy Keach, Valeria Golino et même Bruce Campbell, ici méconnaissable en chirurgien taré de Beverly Hills accroc aux opérations esthétiques..., Bref, une séquelle drôle, mouvementée et efficace, on en demandait pas plus.
    JimBo Lebowski
    JimBo Lebowski

    Suivre son activité 234 abonnés Lire ses 295 critiques

    3,0
    Publiée le 27 mars 2014
    Un remake de "New York 1997" par Carpenter lui même, mais là avec plus de moyens. Il privilégie l'efficacité à la magie du premier, mais il faut dire que le film est un bon divertissement, Kurt Russell reprend son rôle de Snake Plissken, lui donnant une dimension supérieure avec un petit côté badass non négligeable. A noter le second rôle du toujours excellent Steve Buscemi et le cameo de Bruce Campbell (alias Ash dans "Evil Dead"). Le film est sorti en 1996, les effets spéciaux sont quand même assez tape à l'œil (notamment lors de la scène de surf surréaliste avec Peter Fonda), même si cela devait mieux passer à l'époque. Je pense que sans le charisme de Kurt Russell ce film aurait beaucoup plus flirté avec le nanar, comme quoi parfois un acteur peut rendre un film crédible à lui tout seul. La petite histoire veut que ça soit Russell lui même qui ai largement contribué à la création du film et à l'écriture du scénario avec Carpenter, au final on a un bon film de science fiction qui se regarde avec plaisir. Mission accomplie.
    JamesDomb
    JamesDomb

    Suivre son activité 49 abonnés Lire ses 1 061 critiques

    4,0
    Publiée le 29 septembre 2006
    John Carpenter n'est pas passé loin de son ultime chef d'oeuvre. Pourquoi ? Si les effets spéciaux n'avaient pas été confiés à une boite qui a coulé durant la postproduction et si la partie avec Pam Grier ne ronronnait pas tant, Los Angeles 2013 aurait été le film ultime du cinéaste. On a rarement vu un film aussi désabusé et il s'agit probablement du film le plus politique de son auteur. Snake Plissken est l'alter ego de John Carpenter et il n'a pas changé. "Plus les choses changent plus elles restent les mêmes" : Snake Plissken résume à la fois la situation politique des Etats-Unis ainsi que la position de John Carpenter vis à vis des studios. Carpenter aborde le monde artificiel d'Hollywood, l'extrême-droite, les faux révolutionnaires, le puritanisme exacerbé de ses compatriotes, les oppresseurs, les pacifistes. et même les chirurgiens esthétiques. Carpenter est fatigué, Plissken l'est aussi. Plissken a lui-même conscience d'être manipulé, de servir de pion aux hauts-dirigeants (=producteurs) pour une société qu'il ne reconnaît pas...et dans une histoire qu'il a déjà vécue ! Les studios ont demandé à Carpenter de "refaire son plus gros succès" ? Le cinéaste le prend au pied de la lettre, il reproduit New-York 1997 à l'image près. Carpenter se moque éperdument des studios et des conventions. Son discours n'a pas changer alors pourquoi faire un film différent ? Ce film donne l'occasion à Carpenter de réaliser son ultime pamphlet, ravageur, sans concession, grinçant, cynique, drôle, politiquement incorrect. Plissken (Carpenter) veut continuer son chemin sans qu'on l'emmerde. La réponse implacable de Plissken à tout ça se trouve dans le dernier quart d'heure, probablement le plus surréaliste du cinéaste et le plus engagé et nihiliste du cinéma américain. Plissken renvoit les USA rejoindre le Tiers-Monde. Plissken allume sa cigarette. Ecran noir. La voix de Plissken : "Bienvenue à la race humaine.". Carpenter et Plissken se barrent par la grande porte.
    Fêtons le cinéma
    Fêtons le cinéma

    Suivre son activité 62 abonnés Lire ses 71 critiques

    4,0
    Publiée le 18 avril 2019
    Le retour de Snake Plissken offre à l’histoire du cinéma sa suite la plus anarchiste, en ce sens où elle fait un pied de nez à l’ambition d’une industrie cherchant à capitaliser sur le succès du premier volet. Nous avions un héros baroudeur et grande gueule, le voici devenu sombre et coi. Tout est amené à se répéter encore et encore, sauf que la répétition ne va pas sans l’appauvrissement des modèles. Ici c’est une légende qui, réputée immortelle, tombe dans la banalité : « je t’imaginais plus grand », qu’ils disent. Ou le combat entre métaphysique et physique de la légende. La société contemporaine voue un véritable culte à l’apparence, preuve à l’appui cette scène délirante dans un centre de chirurgie esthétique. En déviant sa suite du côté de la parodie cynique et sinistre, Carpenter refuse l’idée même de suite et surenchérit à la manière d’une série Z. La charge aventureuse se change en grotesque revendiqué, le héros grommelle à l’identique une série de mots sans y croire, le héros s’ennuie d’un parcours qu’il a déjà fait et que la menace d’une mort imminente ne suffit plus à revivifier, le héros espère mourir. Los Angeles 2013 déforme les bigarrures, exacerbe les excès, présente l’Histoire comme un circuit fermé destiné, inévitablement, à reproduire les mêmes erreurs. Carpenter réussit ainsi à s’extraire de cette boucle infernale pour mettre le feu à Hollywood (littéralement), parodier les grands succès d’Universal Studio (par exemple Jaws), se parodier en vue de préserver son âme. Ici l’héroïsme semble suranné, d’un autre temps, et la science a remplacé la créativité : le blockbuster s’affiche tel un algorithme, la projection insipide et inutile d’un hologramme. Ce qui est certain, c’est que le cinéaste affiche ici une maturité artistique et politique qui confirme son indépendance face à un système qui absorbe pour digérer. Reste un problème qui bloque quelque peu le film : son impossible premier degré. Car si Los Angeles 2013 fonctionne en connaissance de l’ambition de John Carpenter, il perd l’autonomie que possédait chacune de ses œuvres précédentes. Une suite aussi anarchiste que tributaire du système mis en place par le cinéaste.
    Carne
    Carne

    Suivre son activité 46 abonnés Lire ses 1 117 critiques

    5,0
    Publiée le 29 septembre 2006
    Los Angeles 2013 est un film de John Carpenter qui m'a beaucoup marqué par son ambiance apocalyptique gigantesque et par son message politique toujours d'actualité. En outre, les scènes d'actions sont nombreuses et impressionantes avec un second degré toujours assumé (La partie de basket et la scène de surf en sont les exemples les plus frappants). Cela dit, il est un peu dommage de voir les scènes en images de synthèse qui sont vraiment dépassées d'un point de vue technologique mais qui font malgrès tout passées leurs messages. Avec les participations de Pam Grier en transexuelle, de Bruce Campbell en chirurgien sadique (Habillé comme dans Evil Dead, c'est dire la référence), de Steve Buscemi toujours aussi bon, de Stacy Keach, Michelle Forban et Georges Corraface en sosie de Che Guevara. Un grand film politique dans la lignée de ceux à Roméro...
    ruiz95100
    ruiz95100

    Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 521 critiques

    4,0
    Publiée le 25 novembre 2007
    Plus desabusé que jamais,carpenter nous livre cette suite remake,etats des lieux d'un changement secretement esperé mais jamais survenu. Plus les choses changes et plus elles restent les memes...tu l'as dit bouffi!
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top