Mon AlloCiné
    Dressé pour tuer
    note moyenne
    3,9
    313 notes dont 49 critiques
    14% (7 critiques)
    33% (16 critiques)
    37% (18 critiques)
    10% (5 critiques)
    6% (3 critiques)
    0% (0 critique)
    Votre avis sur Dressé pour tuer ?

    49 critiques spectateurs

    beautifulfreak
    beautifulfreak

    Suivre son activité 82 abonnés Lire ses 301 critiques

    4,0
    Pendant longtemps les producteurs ont voulu faire de cette histoire une simple série B horrifique avec un gros chien montrant ses crocs (blancs), alors que cette dénonciation du conditionnement raciste - tirée du génial bouquin de Romain Gary ("Chien Blanc", à lire absolument) - est bien plus profonde. "Le racisme est-il une maladie mentale incurable ou un comportement acquis, susceptible d'être soigné ?" C'est sur la base de ce questionnement philosophique que s'articule le film, censuré à l'époque par des mal-comprenants, qui jugèrent avant de voir et de savoir. Fuller envoya promener les associations qui voulaient surveiller le tournage pour voir si le film n'était pas raciste. "White Dog" connut hélas la censure à cause de sa mauvaise réputation non fondée. C'est bien au contraire un film émouvant et humaniste fustigeant la haine et le besoin de corrompre l'innocence, un film bouleversant - avec ses défauts et sa sincérité - qu'il est temps de redécouvrir.
    paddawane01
    paddawane01

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 23 critiques

    4,5
    D'après l’œuvre littéraire aux faits réelle sanglant et horrifiant de Romain Gary , Dresser pour tué fait figure d'une éprouvante histoire de racisme comme j'en n'avais encore jamais vue ! La représentation de se chien c'est faite délicatement et avec beaucoup d'attention que nous sommes obliger d'être sous le charme , pourtant le réalisateur décide de nous mettre en garde mais en restant dans un flous très soigneusement joué , ceci ne fut qu'un temps avant de découvrir l'animal sauvage qui se cachais dernière ce chiens si beau et protecteur a nos yeux ! On assiste donc à d’effroyable scènes d'attaques , une très belle démonstration de compréhension entre l'homme et l'animal sans pour autant en devenir la même histoire splendide que notre film français " Belle et Sébastien " . On reste dans quelque chose d'absolument froid et ferme jusqu'au bout , le spectateur reste craintif jusqu'au bout , on s'attend a tout un ta de rebondissement , le chien garde toute sa domination malgré tout et c'est se qui fait la force et l'admiration de se film , rien n'est lâcher , c'est vraiment spectaculaire !! Nos acteur sont incroyable , Kristy McNichol nous donne envie d'y croire , elle tiens tête et nous persuade de l'impossible , pourtant elle n'est qu'un petit bout de femme . Paul Winfield est tout autant perceptif , nous comprenons sans hésitation qu'il va rendre l'histoire fabuleuse et poignante et il nous en donne même plus que se l'on n'en attendais , il était merveilleux . Convaincu que se chien est plus qu'un animal a guérir , il s'embarque dans un combat personnelle dans la lutte du racisme et espère trouver au bout de cette lutte l'espoir , la preuve qu'un jour cette haine ne sois plus ! Samuel Fuller donne de l'amour dans ces scène et n'hésite pas a nous refroidir dans les scène d'attaque , c'est une sorte de trahisons sentimental qui se dissimule dans ce film , il nous met en garde et laisse se sentiments amère a la fin d'une mission accomplis mais dans un dernier regard toute culpabilité et désolation se fait ressentir . C'est une belle leçon sur la vie qui nous laisse le cœur en berne , c'est fous comme se film est beau et terrifiant a la fois !
     Kurosawa
    Kurosawa

    Suivre son activité 213 abonnés Lire ses 354 critiques

    4,5
    "White Dog" est la réponse de Samuel Fuller à tous les films académico-didactiques sur le racisme. Aucune leçon d'histoire dans cette apparente Série B efficace mais une expérimentation d'une lutte contre le racisme avec pour objet principal un chien, qui va devoir être redressé afin de ne plus attaquer la peau noire. Celle-ci n'est pas, pour l'animal, attaquable d'un point de vue racial mais d'un point de vue visuel, ce qui ne fait, au final, aucune différence. Car ce qui reste, c'est encore cette cruauté inacceptable du noir persécuté, cible d'autant plus menacée que sa simple présence enclenche ici un réflexe pour l'animal. Les moments où le chien attaque sa proie sont d'ailleurs d'une violence sèche et débouchent sur un constat d'échec amer, incarné dans la scène de l'église avec ce gros plan déchirant sur le visage défait de Keys et dans un final qui ne sonne en aucun cas comme un coup de force scénaristique mais qui avait été préparé lors d'un moment où étaient expliqués les risques de cette tentative de redressement. Magnifique film révolté qui ne cesse de questionner les possibilités de lutter face à l'horreur raciste, "White Dog" tire sa force réflexive de choix formels abstraits, composés entre autres de ralentis et de la musique d'Ennio Morricone. Après cette image des larmes de Keys dans l'église, la caméra se pose sur un vitrail représentant Dieu entouré d'animaux : le Créateur se serait-il trompé ? Ne serions-nous pas tous égaux ? Un problème apparemment posé de façon simpliste mais qui trouve sa pertinence dans un refus de faire du chien l'unique coupable, car Fuller garde à l'idée que le racisme de l'animal a été inculqué. C'est donc une ouverture sur la question de l'origine et de la transmission du Mal que propose "White Dog", idée large et complexe qui émerge grâce à une mise en scène hétéroclite et à une écriture qui refuse tout sens explicatif. Un film important, d'une intelligence rare.
    Maytooka
    Maytooka

    Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 2 critiques

    5,0
    Ce film montre également la bétise humaine dans toute sa splendeur en faisant d'un chien un tueur. Etant moi même dans le milieu du chien il y a deux dictonsi sont significatifs : Montre moi ton chien je te dirais qui tu es ! ET : Il n'y a pas de mauvais chiens, il n'y a que de mauvais maîtres... Et c'est tellement vrai !!!!! Ce film est magnifique, dommage qu'il ne sorte pas en DVD.
    gimliamideselfes
    gimliamideselfes

    Suivre son activité 909 abonnés Lire ses 2 629 critiques

    4,0
    Ce film est un peu l'exemple de ce que devrait être un éventuel cinéma "antiraciste", c'est-à-dire un cinéma qui est certes radical, mais qui ne va pas faire la morale de manière larmoyante et qui ne va jamais sacrifier un premier degré vraiment intense au profit d'un certain message bienpensant. Parce que White Dog est vraiment un film intense, avec de vrais moments de spectacle, où la musique (ou son absence), la mise en scène, l'utilisation du ralenti, les acteurs, tout est là pour que tu ressentes cette tension jusqu'à qu'elle devienne limite insoutenable. C'est donc l'histoire d'un chien qui attache les noirs qui est recueilli par une jeune comédienne qui a décidé que porter des soutifs c'est tellement 70's. Et le reproche que j'aurais à faire au film est là, c'est limite trop beau pour être vrai, on sent que c'est du cinéma dans la mécanique d'écriture. Parce que ce chien va la sauver d'un violeur dès les premières minutes du film, donc forcément elle s'attache à lui. Ce qui explique donc pourquoi elle garde son chien qui attaque les noirs et veut tout faire pour le guérir. Bon après c'est du détail. Mais pour moi la vraie qualité du film est comme je l'ai dit son intensité, cette façon que peut avoir Fuller pour que tu vibres, que tu ne saches pas ce qui va passer, que tu aies toujours ce doute en tête de que va faire le chien, est-il entrain de guérir ? Ne va-t-il pas arracher la tête du premier venu ? Et ça fonctionne d'autant mieux que Fuller utilise tout son talent de metteur en scène pour le faire, mais il le distille avec parcimonie, ce qui a pour effets de rendre l'attaque, le doute, encore plus violent. J'aime me poser la question lorsqu'on voit ce chien courir et que l'on ne peut pas différencier s'il attaque ou s'il vient juste faire câlin, parce qu'on a ce doute. Et le doute je trouve ça formidable, ça veut dire qu'on est face à l'inconnu, que moi spectateur, pour une fois, ne sait pas ce qui va arriver. Forcément voir ça, ça prend aux tripes. Quant au message antiraciste, il n'est jamais lourd et ceci malgré que le film soit assez manichéen (d'un côté les bons pas racistes et de l'autre les méchants raciste). Il n'est pas lourd parce que le film ne montre pas un type être un salaud, mais les conséquences de son inhumanité, de sa cruauté, qui l'ont poussées à créer quelque chose de totalement absurde et dévastateur. Parce que ni le chien ne mérite de se faire abrutir de la sorte, ni le noir ne mérite de se faire déchiqueter (la puissance du hors champ). J'ai cependant peut-être préféré Shock Corridor, mais ce film là n'est pas en reste.
    Akamaru
    Akamaru

    Suivre son activité 549 abonnés Lire ses 4 294 critiques

    3,0
    Samuel Fuller a toujours vilipendé la supériorité américaine et son infernale arrogance. L'ambiguïté de son discours rend chacun de ses films passionnants et singuliers,sous leurs atours de genre. A première vue,"Dressé pour tuer"(1982) est une série B coriace et irrationnelle,sur un berger allemand blanc,très doux en apparence,tueur sanglant à l'occasion. Une jeune actrice vivant sur les collines hollywoodiennes,le recueille,l'éduquer,avant de s'apercevoir avec effroi de ses penchants. La polémique intervient lorsqu'on s'aperçoit que l'animal ne tue que les hommes noirs... Métaphore imparable du racisme crasseux,le film montre que la sauvagerie des hommes et des bêtes ont des traits communs. Dans une scène indicible,on voit que le mal peut porter le visage le plus innocent possible. Impossible d'oublier toute la séquence de dressage en cage. L'image du chien blanc ensanglanté est la meilleure idée de Fuller. Si l'interprétation laisse à désirer,elle n'empêche pas la terreur de s'installer,baignée dans la mélancolie tenace de la BO d'Ennio Morricone. Surprenant,ludique et intelligent.
    erilaka
    erilaka

    Suivre son activité 3 abonnés Lire sa critique

    5,0
    Ce film, est une superbe realisation, je l'avait regardé beaucoup plus jeune, et il m'avait enormement touché. L'histoire elle même est tres emouvante, Car se servir d'un animal, pour assouvir sa haine contre certaines personne est un acte de pure violence gratuite. Je remercie le réalisateur, de faire voir aux gens, a quel point, certaines personnes, peuvent etre lâches au point de se servir d'un chien, qui est à la base sans défense. Les acteurs ont jouer leur role avec tellement de convictions, que s'en était touchant. Et la musique est tellement sublime, que cela rend le film encore plus emouvant, Encore un grand merci, pour ce chef d'oeuvre
    Roub E.
    Roub E.

    Suivre son activité 71 abonnés Lire ses 1 098 critiques

    4,0
    Film cherchant à comprendre les mécanismes du racisme et à le dénoncer, "dressé pour tuer" s attaque à se thème d un point de vue original. Le racisme n'est pas quelque chose d inné mais le fruit d un conditionnement voir d un endoctrinement. Mais le film montre aussi avec les scènes de dressage la difficulté une fois que les idées sont ancrées de les combattre. Du point de vue de la réflection le film est remarquable, bravo aussi aux dresseurs des différents chiens qui ont servi au tournage du film car le chien est vraiment un personnage à par entière du film. La musique de Morricone est une réussite malheureusement elle est trop présente et vampirise par moment le film. Dommage aussi que certains ressorts du scénario paraissent un peu trop gros (comme le fait que le chien ne soit pas abattu alors qu'on sait qu'il a tué); mais malgré cela c'est un film que je recommande vivement.
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 1473 abonnés Lire ses 8 623 critiques

    3,5
    C'est avec une grande finesse que Samuel Fuller èvoque, dans ce film anti-raciste, la surprise qui attend une jeune femme quand elle dècouvre que le chien qu'elle a recueilli a ètè dressè pour s'attaquer aux Noirs! Adaptation du roman quasi-autobiographique de Romain Gary, "White Dog" est ambigu d'un bout à l'autre, tout comme l'anticommunisme primaire (d'ailleurs bien attènuè depuis) de certains films de Fuller qui avait suscitè jadis de nombreux malentendus et masquè le talent exceptionnel du cinèaste. "White Dog" n'est peut-être pas un chef d'oeuvre mais le plus important ici, c’est que Fuller nous fait savoir que par le mal de l'homme, les êtres vivants autre que l'homme (le chien ici) peuvent aussi être victime de leur supèrioritè! Une petite rèhabilitation s'impose...
    misssie
    misssie

    Suivre son activité Lire sa critique

    5,0
    J'avais vu ce film étant adolescente et il m'avais énormément marquée (dans le bon sens). Mais j'avais complètement oublié le titre. Et aujourd'hui je suis tombée dessus par hasard. Je l'ai donc regardé de nouveau et une quinzaine d'années plus tard, il a toujours le même effet sur moi. Je me rappelais même des scènes en détails. Et à la fin y a toujours cette petite larme ... Un bon film sur la connerie humaine qui s'exerce sur les animaux.
    gallo31
    gallo31

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 35 critiques

    5,0
    Une somptueuse fable sur le racisme. En adaptant Romain gary, Samuel Fuller nous montre comment réaliser un bon film intelligent et passionnant. Avec une musique envoûtante de Morricone, Dressé pour tuer est un chef d'oeuvre d'émotion sans temps mort. Un film humain qui fait longuement réfléchir sur le racisme.
    dagrey1
    dagrey1

    Suivre son activité 58 abonnés Lire ses 178 critiques

    5,0
    Réalisé par Samuel Fuller en 1980," white dog" est un excellent film qui traite de la rencontre d'un berger allemand trouvé par une apprentie actrice et de la tentative de ré éducation de cet animal dressé pour tuer les personnes de couleur. Le film explique les origines du phénomène et montre toute l'énergie des protagonistes pour essayer d'influencer le cours du destin. Film d'action mais également réflexion sur le racisme et le genre animal, ce film tourné dans la région ensoleillée de Los Angeles dans les années 80 a, de plus, un petit parfum de nostalgie qui personnellement m'a beaucoup plu.
    Moon In June
    Moon In June

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 20 critiques

    4,5
    Un film magistral sur le racisme, au développement parfaitement construit. Mise en scène magistrale et bande-son capitale de Morriconne.
    Raw Moon Show
    Raw Moon Show

    Suivre son activité 83 abonnés Lire ses 536 critiques

    3,0
    Le chien blanc serait-il la métaphore la mieux choisie pour décrire ces esprits fragiles, ces innocentes oies blanches victimes de trafiquants d'âmes, de vendeurs de haine à la sauvette... Naît-on violent, haineux ou le devient-on ? Puis quand le mal est fait, toute rédemption est-elle encore chose possible ? A défaut de rédemption, une rémission est-elle envisageable ? Des questions maintes fois soulevées chez Stanley Kubrick dans des films bien plus amples, bien plus forts que celui-ci. car White Dog (Dressé pour tuer) n'est certes pas un grand film, il n'est pas non plus très sympathique, il souffre de mille défauts liés aux stigmates de l'époque à laquelle il est tourné, lié à son statut assumé de série B assez quelconque côté traitement visuel, mais voilà, c'est Samuel Fuller et cela reste un sujet passionnant qui sur le plan métaphorique n'a rien à envier aux grandes réflexions philosophiques sur la violence innée ou acquise, sur la civilisation, vernis ou instinct grégaire pensé par les hommes, sur l'endoctrinement, manifestation de la loi du plus fort déjà présente dans la nature ou perversion 100% made in l'Homme... Un film qui dérange et fait réfléchir. Rien que pour cela, il faut le redécouvrir.
    Yannickcinéphile
    Yannickcinéphile

    Suivre son activité 215 abonnés Lire ses 1 413 critiques

    3,5
    Dressé pour tuer est un film classé dans le genre horrifique par allocine, mais ce n’est pas vraiment le cas en fait. C’est plus un film dramatique, et il ne faut donc pas s’attendre à une sorte de Cujo, ce qu’avec Samuel Fuller on pouvait attendre en fait. Si ma première incursion dans le cinéma du réalisateur m’avait vraiment déplu, ici Fuller livre un film bien plus propre, séduisant surtout par sa simplicité finalement. Le scénario est assez consistant, avec un aspect divertissant qui n’est pas sacrifié sur l’autel du message social. Car évidemment, sans surprise, le film livre un message social, cherchant à dénoncer le racisme. Je pensais que cette dimension serait assez envahissante, et vu le sujet du film plus que lourdingue, mais finalement ça passe bien, c’est là sans être pénible et moralisateur. Le film est court, bien rythmé, doté d’une fin attendue mais assez logique, il y a quelques redondances et quelques passages qui en font un peu trop dans la surenchère, mais Dressé pour tuer évite le piège de la facilité et du manichéisme caricatural, et ça je dois dire que je ne l’attendais pas. Le casting est bon, avec une Kristy McNichol excellente face à un Paul Winfield qui frappe fort. Indéniablement sans ses acteurs le film ne serait pas aussi bon ! McNichol livre une prestation sobre mais elle rend bien les troubles de son personnage, les émotions qui la traverse, tandis que Paul Winfield, s’il n’échappe pas toujours à l’aspect un peu caricatural de son personnage se débrouille réellement bien. A noter aussi la qualité des seconds rôles, spécialement un très bon Burt Ives, rôle assez subtil auquel il apporte du charisme et un jeu très alerte. Sur la forme Fuller ne fait pas preuve d’un grand sens de l’esthétique. J’ai le sentiment qu’il est avant tout un bon technicien mais il n’a pas un grand sens plastique. La mise en scène est correcte mais pas exceptionnelle, les décors ne sont pas très bien exploités. Il y a quelques beaux passages, mais Dressé pour tuer dégage trop cette impression de film techniquement propre mais sans grande recherche de singularité, de style, sans une grande volonté de retenir l’attention par des effets travaillés. Ce dépouillement est sûrement voulu, mais c’est dommage de ne pas avoir cherché à accentuer davantage les émotions, les sentiments, si ce n’est lors d’un final qui est probablement le meilleur passage en terme de réalisation, avec pour le coup une vraie dramatisation. A noter une bande son bien faite, bien ancré sur les événements du film pour le coup, et quelques scènes assez violentes qui ont sans doute justifier le classement horreur de ce film. Dressé pour tuer est à mon sens un bon film, qui mérite le visionnage, même si ce n’est pas forcément un film très séduisant. Il ne faut pas s’attendre à un Cujo bis, ici c’est un film dramatique qui aborde le sujet des chiens dangereux de façon réaliste, avec un arrière propos sur le racisme. Un film qui me réconcilie avec Fuller. 3.5
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top