Notez des films
Mon AlloCiné
    Lost Highway
    note moyenne
    3,9
    5454 notes dont 361 critiques
    répartition des 361 critiques par note
    146 critiques
    89 critiques
    37 critiques
    32 critiques
    35 critiques
    22 critiques
    Votre avis sur Lost Highway ?

    361 critiques spectateurs

    CeeSnipes
    CeeSnipes

    Suivre son activité 167 abonnés Lire ses 1 631 critiques

    4,0
    Publiée le 2 octobre 2013
    Après Fire Walk With Me, il était temps pour David Lynch de définitivement clore le chapitre Twin Peaks. Le voici de retour, en 1997, avec Lost Highway, considéré par tous comme un de ses films les plus emblématiques. Lost Highway démarre par 20 minutes de huis clos entre Bill Pullman et Patricia Arquette. On ne sort pas ou très peu de la maison et les cassettes affluent. On est dans une vraie ambiance Lynchienne mais le film ne décolle pas réellement. Dès que Bill Pullman laisse sa place à Balthazar Getty, le film démarre vraiment (bien qu’une scène dans une soirée huppée avec Pullman, quelques minutes avant, soit assez remarquable) et atteint des niveaux auxquels on est habitués avec l’immense réalisateur. Il est alors dommage que ni Getty, ni Arquette et ni Pullman soient aussi bons que les seconds rôles qui les entourent, sur lesquels Lynch ne s’appuie pas assez. La meilleure scène du film appartient à Robert Loggia, dont la colère envers un automobiliste un peu trop collant nous offre un grand moment de cinéma dont seul le réalisateur d’Eraserhead sait en livrer. C’est justement grâce à ces quelques séquences et cette bande-son absolument exceptionnelle que Lost Highway parvient à passer outre son manque de matière narrative pour sa durée plutôt importante. Lost Highway permet aussi à Richard Pryor et Jack Nance de faire leurs adieux au cinéma, les deux excellents acteurs décédant après la sortie du film. Rien que pour cela, le film est indispensable. Les fans de Lynch apprécieront beaucoup aussi, même si l’on est loin de la perfection d’un Fire Walk With Me.
    Kloden
    Kloden

    Suivre son activité 61 abonnés Lire ses 617 critiques

    4,0
    Publiée le 31 décembre 2015
    On pourrait reprocher à Lost Highway l'irréalité dans laquelle il s'enferme, par une intrigue construite comme un ruban de Möbius sur laquelle le temps et l'espace tels qu'ils sont d'ordinaire perçus n'ont absolument aucune prise. Ce serait un peu vite oublier que ce dédale mental cherche à raconter, plus qu'une simple histoire de crime passionnel, l'infinie irrésolution des sentiments qui engendrent de tels actes, la détresse impuissante de l'homme dans sa quête de possession de la femme. De Lost Highway, sentier interminable de la perdition, ne demeure plus qu'un tronçon d'autoroute à jamais répété et qui ne mène nulle part. Le pire, c'est que l'enfermement ne vient même pas d'un récit à jamais voué à se répéter par des processus ataviques, il vient de la cause bien plus profonde de ce que ce récit n'a ni début ni fin, et n'en aura jamais, poursuite de ce qui n'existe pas à travers des routes qu'on ne peut même pas parcourir. Et cette sensation d'une irréalité vide seulement peuplée de la cauchemardesque certitude de devoir ressentir (les personnages, impuissants, n'en sont pas moins passionnés, et le spectateur, que Lynch fait entrer dans le récit par le biais voyeur des enregistrements vidéo, met naturellement une ardeur inappropriée à démêler les nœuds du canevas), le réalisateur la transmet petit à petit à tout un imaginaire de cinéma (le sien comme le cinéma américain en général) qu'il dévide avec cruauté, le soumettant de façon implacable à la même irréalité, le privant de sens et le laissant aux seules mains des désirs charnels exacerbés qui tissent chacun de ses embranchements. S'il est une boucle ou une spirale, ce grand classique d'un maître du cinéma américain s'anime petit à petit sous la forme d'un serpent, d'un être plus vivant que tous ses personnages et que tous ses mécanismes, qui se repaît toujours plus des sensations avec lesquelles on tente en vain de l'éclairer et prend le pas sur tout, dans un spectacle macabre et insensément puissant.
    Carne
    Carne

    Suivre son activité 46 abonnés Lire ses 1 117 critiques

    5,0
    Publiée le 29 septembre 2006
    Lost Highway est le film le plus incompréhensible de David Lynch. Même au bout de plusieurs visionages, on élucide à peine un tiers de l'énigme. C'est ça qui le rend culte !!!
    titiro
    titiro

    Suivre son activité 24 abonnés Lire ses 1 001 critiques

    5,0
    Publiée le 10 octobre 2010
    David Lynch tient son chef-d'oeuvre. Tout ce que l'on peut faire, c'est encaisser cette claque monumentale, puis applaudir. "Lost Highway" est son film le plus maîtrisé, le plus profond, le plus abouti. C'est un incroyable voyage au bout de la folie d'un homme. Absolument tout dans ce chef-d'oeuvre est magistral. La perfection n'existe pas? Lost Highway s'en rapproche sensiblement. David Lynch s'impose durablement comme un maître avec ce film.
    Vladimir.Potsch
    Vladimir.Potsch

    Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 389 critiques

    4,0
    Publiée le 29 septembre 2006
    Un couple trouve, devant chez lui, une cassette vidéo sur laquelle il est filmé à l'intérieur de son propre appartement en train de faire l'amour... La suite est à l'avenant et on fini par comprendre qu'il n'y a rien à comprendre. Lynch nous invite tout au plus à interpréter cette histoire sortie de son imagination délirante. Il nous avait habitué à ne pas trop s'inquiéter des phénomènes étranges qui se produisaient régulièrement dans ses films mais c'est la première foi qu'il base tout un film sur l'inintelligibilité de l'histoire. Lynch ne cache pas qu'il considère le spectateur comme le témoin de ses rêves éveillés. Sa mise en scène s'attache constamment à créer un climat étrange, voire délétère. Dés les premières scènes, il installe sa caméra immobile dans un appartement qu'il caractérise par des angles saugrenus, une lumière orangâtre persistante. Quant aux habitants d'apparence ordinaire de ce luxueux appartement, Fred (Bill Pulman) et Renée (Patricia Arquette), ils marchent à pas feutrés, tout de noir vêtus, tout en s’échangeant des banalités. Fred est un homme ordinaire victimes d’événements extraordinaires qui, dans un premier temps, vont altérer le comportement au point d'en faire un assassin inconscient, et , dans un second temps, littéralement transformer en une personne différente. Schizophrénie ?, intervention du Diable ? le film n’en dit pas plus et chacun doit se faire son propre film car pour Lynch, "les mystères sont merveilleux jusqu'à ce qu'on les résolve" (Cahiers du cinéma n° 509 p.29).
    PIRVIA
    PIRVIA

    Suivre son activité 15 abonnés Lire ses 14 critiques

    5,0
    Publiée le 5 mai 2012
    N'y allons pas par quatre chemins, Lost Highway, c'est juste LE film de David Lynch. Une ambiance froide , parfois effrayante, des personnages ultra complexes, une Patricia Arquette magnifique, un Bill Pullman au top, des scène cultes qui s'enchaînent spoiler: avec à son apothéose, la scène de Mystery Man et du téléphone spoiler: le tout bercé par la mélodie de David Bowie "I'm Deranged", et d'Angelo Badalamenti, Le chef-d'oeuvre absolu de David Lynch.
    Rictus1260
    Rictus1260

    Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 18 critiques

    4,0
    Publiée le 24 juin 2017
    Un des films énigmatiques de Lynch, qui prépare le célèbre Mulholland drive 4 ans plus tôt. Avec ses films, nous sommes plongés dans son monde schizophrène ou les personnalités réelles et imaginaires d'un même personnage se croisent dans différents plans d'un même film. Il est conseillé de visionner plusieurs fois le film pour comprendre l'essentiel de la trame, voire la finesse des détails et les indices subtils qui parsèment l'histoire. Dans lost highway, nous avons un crime passionnel. Fred tue sa femme Renée par jalousie, la soupçonnant de le tromper avec un ami à elle. Fred est condamné à la chaise électrique. C'est ce qu'on comprend vu ses fréquents maux de tête et saignements. Toutefois, il se repasse plusieurs fois l'histoire dans son imagination en présence de sa propre conscience et d'un témoin mystérieux. Notamment, il essaie de déculpabiliser un peu l'horreur de son acte en imaginant une histoire différente, plus digne à ses yeux, tellement différente que c'est un autre acteur, qui joue le rôle de son être imaginaire Pete. Dans cette histoire, il n'est plus musicien mais mécanicien (avec néanmoins une bonne oreille...), il tombe amoureux d'Alice (qui n'est autre que Patricia Arquette, celle qui joue le rôle de Renée) et la délivre de son bourreau Eddy, homme monstrueux et inquiétant qui abuse d'elle avec violence. Mais comme Alice le dit elle même: tu ne m'auras jamais! Ni l'imagination, ni le remord ne suffisent à changer la réalité sombre de cette histoire. Il aurait fallu l'espérance du pardon, mais c'est peut être trop demandé à Mr Lynch. Bon, Lost highway reste un film déroutant, avec pas mal de scènes érotiques, un peu trop à mon goût. Ce n'est donc pas mon Lynch préféré mais quand même il faut reconnaitre la patte de l'artiste avec cette ambiance envoutante, ses plans filmés avec une maitrise incomparable, cette bande son particulièrement réussie. Cela reste un film à voir mais n'oubliez pas de consulter avant le mode d'emploi.
    mlight
    mlight

    Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 52 critiques

    3,0
    Publiée le 8 avril 2017
    Il est de ce genre de film que j'aime, où le réalisateur joue avec nous. Je n'étais pas très ouvert à ce genre de cinéma au moment du visionnage il faut que je l'admette, mais une fois les 20 - 30 premières minutes passées, je me suis laissé emporter par cette découverte étrange et assez dérangeante. D'un point de vue visuel et auditif, c'est très réussi, David Lynch sait nous montrer des plans dignes de ce nom. Ayant un peu laissé retomber mes émotions avant de poster mon avis, je dirais être un peu déçu, si on me demande de noter ce film sur le fait qu'il soit totalement bizarre et à par des autres alors la oui, je peux mettre 4 ou 5 étoiles, malheureusement ça n'a pas été assez maîtrisé à mon goût, tout n'est pas parfaitement cohérent ou assez bien masqué pour en faire un de mes coups de cœur et c'est dommage car quasiment tout y était, la folie, le jeu d'acteur, les plans, la BO, etc. Mais il manque ce petit degré pour convaincre totalement quand le film se termine. Il reste bien évidemment dans le genre "film de dingue", à voir absolument.
    Acetee
    Acetee

    Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 10 critiques

    5,0
    Publiée le 18 juillet 2012
    Ce film marque une transition dans la carrière de l'immense David Lynch. Il est le petit premier de ce qui deviendra à mes yeux les "bébés" de Lynch. Mulholland Drive et Inland Empire en seront les deux suivants. Lost Highway reste selon moi le meilleur des trois de par la complexité de son histoire. En effet si en premier lieu l'absence totale de liens et de cohérence entre les scènes du film peut rebuter, une fois terminé on comprend qu'il s'agit d'un film à "sensations". Non pas par une avalanche d'effets spéciaux ou de cascades, mais par le génie de la mise en scène, des acteurs absolument impeccables, une musique omniprésente qui renforce la noirceur du récit et surtout une audace scénaristique absolument inédite depuis 2001, l'odyssée de l'espace. Ce film est un vertigineux tourbillon dans lequel s'entrecroisent l'amour, la folie, la vengeance et la mort. En mêlant à une histoire bien réelle des éléments purement métaphoriques, David Lynch nous plonge au coeur d'un film qui se "ressent" à défaut de pourvoir se comprendre. Une expérience cinématographique absolument unique à ne pas manquer.
    peter W.
    peter W.

    Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 2 critiques

    2,5
    Publiée le 2 avril 2017
    L'atmosphère de départ ne trompe pas on est bien dans un Lynch mais son introduction parait bien longue et la première réflexion qui vient c'est qu' à ce rythme on est encore là dans dix d'heures. Puis enfin il finit par embrayer, le film devient alors de plus en plus étrange et plutôt accrocheur hélas pour le final on tombe dans une boucle temporelle difficilement compréhensible ou chacun peut se refaire son film. Il reste un sentiment mitigé à la fin de la projection.
    Fred Madison Beaumont
    Fred Madison Beaumont

    Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 11 critiques

    4,5
    Publiée le 24 juillet 2013
    Film excellent et dérangeant venu tout droit de l'esprit tortueux du génie David Lynch. Le scénario est hors du commun, la réalisation est haletante, les acteurs s'en sortent très bien. Le film est un classique de David Lynch (comme si le "classique" existait chez David Lynch) qui, comme toujours a réussi a me scotcher dans mon fauteuil. Petit bémol à la musique qui, vers la fin du film est peut être un peu trop rock. Une œuvre dérangeante, originale, à voir absolument .
    cinevasions
    cinevasions

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 51 critiques

    4,5
    Publiée le 20 mai 2013
    Un film que je préfèrerais ne pas noter. Des mots valent toujours mieux que des étoiles pour exprimer ce qu'on ressent derrière notre écran. Du reste c'est le genre de films difficilement notable. D'un côté, il y a ce récit, qui il faut l'avouer, est assez incompréhensible. Au passage, Allociné pourrait se retenir de mettre dans leur phrase de description un élément qu'il est préférable de découvrir par soi-même pendant le visionnage (mais bon, simple opinion personnelle). Si on recherche un film linéaire, avec une structure début/milieu/fin à laquelle se rattacher, ce n'est pas le bon endroit. En même temps, comment s'attendre à autre chose avec un David adepte de la méditation transcendantale. Un récit donc, qui est l'illustration parfaite du procédé assez Lynchéen de mêler à outrance réel, fantasmé, conscient, inconscient, nous donnant peu de clés pour saisir les frontières entre tous ces mondes. On nage donc dans cet univers, en supposant, en imaginant les différents liens qui unissent les personnages. Bien sûr, en opérant de la sorte, Lynch s'expose à certains risques. Auteur du scénario, et de la réalisation, on a parfois l'impression qu'à moins d'être dans sa tête on passe un peu à côté du propos. D'ailleurs pour ma part, et explication d'après-film à l'appui, je suis loin d'avoir saisi toutes les subtilités du complexe schéma qu'il nous propose. Mais mon parti est de penser qu'il n'est pas besoin de comprendre de A à Z pour apprécier. C'est peut-être même parfois le contraire. Car au milieu de toute cette complexité, une chose demeure: chaque image, chaque seconde proposée à l'écran est un régal. Probablement sans beaucoup d'équivalents aujourd'hui. Le moindre plan pourrait appartenir à un magazine de photo. En témoigne le soin qui est porté à la composition, l'équilibre de chaque espace. Quand on sait que Lynch a lui-même dessiné la maison des protagonistes, on comprend mieux l'oeuvre d'art que l'on contemple. La réalisation nous enferme à l'intérieur du film. Un gros plan sur un visage, une bouche ou une main nous fait perdre toute capacité de repli. Les mouvements très lents de caméra font monter une pression accentuée par les jeux d'ombres et de lumières. Et puis, quelle BO. Indépendamment de confier un septième rôle à Marylin Manson, la passion qu'entretient Lynch envers la musique apporte énormément au film. Notes graves et prolongées ou stridentes et courtes dans la première partie, musique plus posée proche de l'électro (façon Drive?) dans la deuxième pour maintenir une atmosphère tendue. Peu savent aussi bien allier un fond sonore à l'image qu'ils proposent. En résumé, je ne peux pas me vanter d'avoir compris grand chose au film, ce qui peut, il est vrai, être un peu frustrant. Mais chaque seconde passée devant mon écran a été savourée. Peut-être justement par cette dimension hors du temps, hors du monde présente dans Lost Highway. Lost Highway ne ressemble à rien, Lynch ne ressemble à personne, et c'est ce qu'on aime!
    Shékiinä .
    Shékiinä .

    Suivre son activité 31 abonnés Lire ses 613 critiques

    5,0
    Publiée le 21 septembre 2013
    Rêve, psychose, passion destructrice... le film s'inscrit dans la lignée de Mulholland Drive. Lost Highway, un autre chef-d'oeuvre de David Lynch. Il m'a une fois de plus emporté dans son ''monde'', je suis sous le charme. Une fois de plus les acteurs sont bien dirigés. Une fois de plus la bande originale est de choix. Une fois de plus il arrive à faire de scénarios simples en apparence sur le papier, à des scénarios qui s'avèrent bien plus tordu en trompant le spectateur avec de nouveaux éléments au fur et à mesure que le film avance. La réalité est donc la première partie, le rêve : la deuxième partie. Le personnage principal, Fred Madison, culpabilisant d'avoir assassiné la femme qu'il aime, s'invente une autre personnalité et imagine une autre version de l'histoire. Un personnage qui semble souffrir de troubles psychotiques (trouble tout court), thème de prédilection de David Lynch, en plus du rêve. On regrettera toutefois dans ce film un voyeurisme plus poussé que dans ses autres longs-métrages (mais bon il y a pire).
    sinekonata
    sinekonata

    Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 123 critiques

    2,0
    Publiée le 28 juillet 2010
    C'est pas vraiment un mauvais film, il y a pas mal de scènes intéressantes, intrigantes et qui ont un brin de sens qui me donnent envie de persévérer dans ma recherche d'une éventuelle logique au film. C'est juste pas non plus un bon film parce la logique, le sens, la raison du film on la trouve jamais.
    dimitriweb
    dimitriweb

    Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 34 critiques

    0,5
    Publiée le 25 novembre 2013
    Un film qui malgré quelques notables efforts pour brouiller les pistes garde un scénario en définitive très classique. On retrouve en effet comme toujours le sempiternel héros qui rend la justice lui-même. Mafia, police, armée, tout cela n'a jamais été bien sûr qu'une seule et même chose depuis l'époque féodale. ——————————————————————————————————————————————— Dans ce film, le travail de Lynch consiste encore une fois à interroger le spectateur sur les limites de l'identité. Ecarts significatifs dépouillant l'homme de toute sa personnalité ou au contraire dangereux rapprochements allant jusqu'à la fusion entre deux personnages, le spectateur se retrouve à nouveau balloté dans un marasme total. ——————————————————————————————————————————————— Il faudra donc accepter de faire le lien entre deux acteurs principaux qui ne se rencontrent pourtant à aucun moment, leur seul point commun étant d'aimer la même femme et d'avoir les mêmes méchants contre eux. ——————————————————————————————————————————————— On remarquera par ailleurs l'enfermement manichéen du scénario dans une séquence du milieu du film où le grand méchant s'en prend en toute gratuité à un innocent conducteur accusé de le "coller de trop près au pare choc".——————————————————————————————————————————————— Jusqu'à cette fin puérile et somme toute très vulgaire où une analogie est établie entre notre justicier qui est poursuivi sur la route par une meute de flics et sa femme quand elle est prise en levrette lors des séances de pornographie mafieuse, le tout étant soutenu par la dérangeante musique métal du groupe Rammstein où une voix à peine énervée domine de solides riffs de guitare électrique exécutés avec méthode.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top