Mon Allociné
Deep End
Séances Bandes-annonces Casting Critiques spectateurs Critiques Presse Photos VOD
Blu-Ray, DVD Musique Secrets de tournage Box Office Récompenses Films similaires News
Note moyenne 4,9 7 titres de presse
  • Le Nouvel Observateur
  • Marianne
  • Excessif
  • Première
  • Critikat.com
  • Les Inrockuptibles
  • Télérama

Attention, chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barême de Allociné, de 1 à 5 étoiles.

7 critiques presse

Le Nouvel Observateur

par Pascal Mérigeau

C'est drôle et noir, incisif et intelligent, superbement écrit, filmé et mis en scène.

La critique complète est disponible sur le site Le Nouvel Observateur

Marianne

par Myriam Perfetti

Cette balade d'Eros et de Thanatos dans l'East End londonien, si elle a perdu de son caractère sulfureux - plus personne ne crie au loup devant des corps dénudés -, n'a, en revanche, rien perdu de son propos intemporel et universel.

La critique complète est disponible sur le site Marianne

Excessif

par Romain Le Vern

L'un des plus beaux films sur les amours adolescentes, paumées au fond de la piscine, noyées dans un bassin vide. En découvrant ça, on éprouve le sentiment rare de toucher du doigt le nirvana.

La critique complète est disponible sur le site Excessif

Première

par Gérard Delorme

Skolimowski trouve un équilibre miraculeux entre justesse psychologique et poésie visuelle, entre humour et tragédie. (...) Quarante ans après, le film n'a pas pris une ride.

La critique complète est disponible sur le site Première

Critikat.com

par Clément Graminiès

Jerzy Skolimowski sort "Deep End" en 1970 et fait de cet impétueux récit initiatique l'une des plus belles pièces de sa filmographie. Fulgurant, grotesque, romantique, social et pop, le film est un étrange mélange, resté trop rarement visible.

La critique complète est disponible sur le site Critikat.com

Les Inrockuptibles

par Olivier Père

Le film enfin restauré avec ses rutilantes couleurs pop venant balafrer la grisaille londonienne est un chef-d'oeuvre de mélancolie et de cruauté, ancêtre pas si lointain des teen-movies sensibles signés Gus Van Sant dans son exploration empathique des émois définitifs de l'adolescence.

La critique complète est disponible sur le site Les Inrockuptibles

Télérama

par Jacques Morice

Couleurs violentes, chronique kaléidoscopique : le tableau décrit le tumulte de l'adolescence, le désir obsessionnel, l'énergie et la peur liées au rite de passage tout en dépeignant le crépuscule d'un époque, le Swinging London.

La critique complète est disponible sur le site Télérama
Les meilleurs films de tous les temps