Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
A Scene at the Sea
note moyenne
3,8
277 notes dont 38 critiques
37% (14 critiques)
29% (11 critiques)
21% (8 critiques)
8% (3 critiques)
3% (1 critique)
3% (1 critique)
Votre avis sur A Scene at the Sea ?

38 critiques spectateurs

Uncertainregard
Uncertainregard

Suivre son activité 48 abonnés Lire ses 1 212 critiques

3,0
Publiée le 04/09/2013
Takeshi Kitano se contente souvent de bien peu pour nous émerveiller ! Une plage pour décor, 2 acteurs jouant des personnages sourds et muets, une planche de surf et en avant la caméra ! Je crois d’ailleurs que c’est ce que je préfère dans son cinéma. Biensûr, j’aime aussi beaucoup ses films de Yakuza ultra violents mais je suis encore plus touché quand il se montre plus drôle et poétique comme ici. Il est difficile d’en parler, c’est toujours une pure expérience cinématographique d’un véritable artiste où chaque plan de caméra est un tableau, où chaque travelling semble touché par la grâce. C’est beau accompagné de cette musique étrange et envoutante. J’aime beaucoup…
Truman.
Truman.

Suivre son activité 136 abonnés Lire ses 1 350 critiques

4,0
Publiée le 04/08/2013
Takeshi Kitano nous offre une véritable déclaration d'amour au surf et a la mer , avec A Scene a the Sea il dévoile une fois de plus un film poétique et humain . Sans dire grand chose le film en dit beaucoup , une histoire touchante , humaine et parsemé de quelques scènes a l'humour typique des films de Kitano ( un humour que j'apprécie beaucoup ) , Kitano film la mer comme jamais elle ne fut filmée . L'originalité du récit vient du fait que les personnages principaux sont sourd et muet , des personnages qui sans rien dire nous dévoilent des émotions , leurs regards en disent long et ils sont très attachant . Shigeru est un jeune qui a au plus profond de lui un amour fou pour la mer et le surf , cette passion va détruite son amour qu'il partage avec sa copine elle aussi sourde et muette , et lui risquera même de faire perdre son emploi . On pourrait regretter ces quelques longueurs sur la fin notamment , comme souvent le rythme est assez lent mais c'est le style du réalisateur qui veut ça , ce rythme prononce encore plus la beauté des images et rend le film zen et doux, et comme souvent le tout est saupoudré d'une magnifique bande son . Une fois de plus un très beau film remplit de poésie maitrisé avec splendeur , Kitano le poète du cinéma Japonais nous touche au plus profond avec le silence et l'océan .
Attila de Blois
Attila de Blois

Suivre son activité 117 abonnés Lire ses 2 865 critiques

3,0
Publiée le 20/01/2013
A priori, un film sur le surf me gonflerait rapidement mais c'était sans compter sur la mise en scene de Takeshi Kitano qui insuffle à son oeuvre saveurs et émotions. Je préfère néanmoins lorsque le réalisateur japonais s'attaque aux films de yakuzas mais "A scene at the sea" a le mérite de constituer une parenthèse "soft" dans sa filmographie. Kitano aime la difficulté puisqu'en plus de l'aspect contemplatif de son long métrage, ses deux personnages principaux sont sourds et muets. Et pourtant, on ne s'ennuie pas une secodne devant le film. Il faut dire que, durant certaines scènes, l'excellente musique de Joe Hisaishi vient s'imposer pour notre plus grand plaisir. En définitif, "A scene at the sea" est un long métrage sympathique mais pas indispensable selon moi.
artaud
artaud

Suivre son activité 20 abonnés Lire ses 203 critiques

3,0
Publiée le 28/06/2012
AVERTISSEMENT : j'ai fait le choix de ne pas spoiler ma critique qui est davantage un commentaire obligé par le contenu du film. Je vous saurai gré de respecter ce choix qui est voulu de mon point de vue explicatif. Je crains fort que, sans ce type de lecture, les critiques demeurent vides et sans chemin. A scene at the sea n'est pas le meilleur Kitano mais il fut très distribué. Par contre, il complète la filmographie de l'auteur par son "ailleurs" et ses leurres de simplicité. Kitano/Beat Takeshi est un siamois dans son personnage, aussi bien que dans tous ses discours. Il ne cessera jamais de dédoubler sa vie comme ses films et c'est cela qui me fascine personnellement. A scene at the sea est un film qui traite de la communication et des handicaps qui sont engendrés lorsqu'elle est dysfonctionnelle - ce qui suppose le traitement de la pauvreté, de la marginalité et à plus forte raison de la normalité sociale et de l'émancipation individuelle. La question essentielle de l'apprentissage - simple chez la plupart d'entre nous - pose le véritable question de la transmission. L'autre question est plus en rapport avec le prétexte choisi de cet apprentissage. Kitano choisit ici le surf. Objet déconcertant et foutage de gueule éhonté pour le néophyte, le surf est un sport qui comporte des codes propres et son propre langage comme bon nombre de sport. Les portes sont ouvertes ou fermées. Comme le personnage principal, Shigeru, est sourd et muet, il apprendra par lui-même le surf, passion soudaine qui se révélera pleine de chute, de désillusion, de blessures intérieures et d'humiliations habituelles. Il est pataud et ridicule sur sa planche comme il est mal aisé dans la vie, naïf par conditionnement, pigeon social, condamné au dénuement, à la limite de la préhistoire. On se moque de lui. Les autres dans le film, et nous qui regardons. Un malin plaisir équilibré dans ce film par ce jeu permanent entre l'indicible et le "tout est dit", un équilibre qui entre en collusion pour délivrer dialectiquement une poésie farouche, qu'on décèle au compte-goutte, plan par plan. Cet apprentissage du surf n'est pas qu'une lubie de Kitano. Pas plus pour Shigeru. C'est - à ce que j'en sais timidement et au-delà de l'aspect sociologique - un rituel funèbre et un amour de l'eau en harmonie avec le corps, ce qui induit au sein du surf, un esprit non dénué d'érotisme. De cet érotisme, le film va en parler au travers de celle qui, sourde et muette aussi, s'est moquée de lui et de son amour avant de glisser pleine d'admiration et de compréhension. Elle s'appelle Takako. Elle a décidé de rester spectatrice, comme nous. Elle est secondaire, elle suit le courant de la vie comme de l'eau. Un fidèle soutien ? Je ne crois pas. Une commentatrice naturellement censurée ? Je le crois davantage. Une disciple ? Totalement ! Elle apprendra de l'apprentissage chaotique et misérable de Shigeru pour peut-être s'en inspiré au-delà du volet clos. Elle apprendra à développer, comme Shigeru, davantage d'effort et de volonté, à surmonter sa frustration de sa condition, inaliénable quoi qu'elle fasse. Le spectateur remarquera que le mouvement de la caméra aussi est frustrant et frustré puisque Kitano a choisi de ne bouger (tout aussi timidement que le reste) son plan qu'à la toute fin, comme une semi-libération. cette fixité est pour ma part l'expression d'une condamnation à la privation et à l'ignorance. Le spectateur doit aussi lui-même produire l'effort de comprendre ce que Shigeru fait sur une planche de surf qui coûte les yeux de la tête. Shigeru comprend assez bien que sa pauvreté n'est pour rien dans les difficultés de son apprentissage. La condition matérielle est l'un des problèmes le plus rapidement exclu, pour ne laisser place que Shigeru devant son apprentissage. Ainsi il ne pourra pas rejeter la faute sur planche ! Il ne laisse que l'essentiel, qu'une construction individuel, observé par un microcosme encourageant d'amateurs et qui lui prouve que ce Shigeru qui se mesure à d'autres n'est ni réellement handicapé ni adapté aux normes sociales. Un constat désolant sur lequel Kitano glisse une pirouette finale. spoiler: "Il est devenu poisson". Nouvelle déconcertation. De tout le film, j'ai trouvé que Kitano a eu ce don de ne pas susciter d'empathie pure et spécifique pour son énième "vaurien". J'y vois plutôt un spectacle empathique et rigoureux. J'apprécie particulièrement cette attention dans ce film, pour garder une objectivité toute discrète, surtout lorsque la finalité du film se révèle être davantage une fable sur l'accomplissement plutôt que sur le dépassement de soi-même. Par contre, je conçois très bien que le spectateur qui n'a eu cet oeil analytique et qui n'a pas fait par conséquent ce cheminement curieux au travers de ce film restera une formalité désoeuvrée de l'oeuvre, une fable niaise perdant l'intensité de son propos initial, autrement dit... il se fera poétiquement vite chié.
Sebmagic
Sebmagic

Suivre son activité 110 abonnés Lire ses 1 116 critiques

4,0
Publiée le 21/05/2011
J'ai vraiment beaucoup aimé ce film qui montre que Takeshi Kitano dès ses débuts était déjà un sacré réalisateur. L'amorce est plutôt originale puisqu'il est assez rare que le cinéma traite des sourds-muets, et c'est d'ailleurs ça qui fait tout le charme du film, car la même histoire sans ce détail aurait probablement été ennuyeuse. Le film est pour moi avant tout une histoire d'amour entre deux jeunes gens qui se peuvent pas s'entendre ni se parler mais n'en ressentent pas moins l'amour et surtout la jalousie. On peut même dire que leur amour est plus profond que n'importe quel autre car le monde qui les lie est très solide et beau. Ils sont tous les deux dotés d'une retenue impressionnante, ils ne s'énervent jamais et se comprennent en un regard. Bref j'ai adoré la douceur de ces deux personnages ainsi que leur simplicité. En plus de ça, ils évoluent dans un cadre que j'ai beaucoup aimé, la plage et le surf. Je ne vais pas dire qu'il m'a rappelé Point Break (sorti la même année) parce que ça serait n'importe quoi, mais visiblement les films sur le surf me plaisent. L'atout principal de A scene at the sea, c'est son côté contemplatif qui est constant pendant 1h35. De longs plans pratiquement sans son, si ce n'est la sublime musique (vraiment sublime) signée Joe Hisaishi qui appuie la beauté de ces scènes at the sea. Le film est vraiment un plaisir à regarder, et pas dénué d'humour grâce aux personnages parlants, notamment les joueurs de foot qui décident de suivre leur compère Shigeru, du jour au lendemain, en se disputant la planche ou la combinaison. Seules deux petites choses m'empêche de crier au chef d'oeuvre. Premièrement, j'ai trouvé l'image un peu fade, un peu grise, bref une photographie pas toujours à mon goût, mais ça ne fait pas trop défaut au film et ça m'a pas empêché de savourer chaque moment. Deuxièmement, j'ai ressenti un léger passage à vide peu avant la fin, lors des compétitions de surf. Je n'ai pas trouvé ça excessivement passionnant, mais la fin du film m'a vite réconforté car elle est magnifique et, contrairement aux habitudes, très réservée et absolument pas larmoyante. C'est vraiment un dénouement très très poétique, qui manque peut-être légèrement d'émotion (mais je ne suis même pas convaincu que ça aurait été mieux). Bref, un très beau film, rempli de poésie et de personnages (assez) attachants. A voir.
cylon86
cylon86

Suivre son activité 446 abonnés Lire ses 4 391 critiques

3,5
Publiée le 08/04/2011
Kitano a ce rare don de réaliser des films contemplatifs qui sont envoûtants et où l'absence de dialogues ne sert qu'à dépeindre magnifiquement les sentiments humains. Avec "A scene at the sea", son troisième film, il atteint des sommets dans l'économie de narration et dans le minimalisme de son récit. Il ne se passe pas grand-chose si ce n'est l'obsession d'un sourd-muet pour le surf qui pratique sans cesse ce sport sous l’œil de sa petite amie. Avec un humour léger, cachant souvent une foule d'émotions derrière, Kitano parvient à nous attacher à ces personnages en un rien de temps, dépeignant une tranche de vie avec une simplicité désarmante et particulièrement plaisante, bercée par la partition de sublime de Joe Hisaishi, annonçant déjà les futurs chefs-d’œuvre du cinéaste.
Trelkovsky
Trelkovsky

Suivre son activité 51 abonnés Lire ses 263 critiques

4,0
Publiée le 06/02/2011
L'un des films de Kitano les plus personnels. Et également l'un des plus beaux. On pourrait y voir une "pré-synthèse" de son cinéma (du moins, de son cinéma des années 90) : son sens de la poésie, ses cadrages précis, la mer, l'amour ... la mort. Dans son apparente tranquilité, "A scene at the sea" renferme quelque chose de terriblement vibrant : la passion consumée jusqu'au bout, conduisant lentement vers l'inéluctable ... tout cela accompagné par des envolées lyriques, renforcées par la sublime musique d'Hisaishi ... même si cette oeuvre est loin de représenter l'aboutissement des idées du cinéaste (en effet, elle ne va pas forcément au bout, mais cela contribue peut être après tout à son charme ...), elle met en place les bases (autant thématiques qu'esthétiques) qui lui permettront de réaliser ses grands films à venir. "A scene at the sea" est peut être également le film le plus préfigurateur de son chef d'oeuvre, "Hana-Bi" ...
Louis Morel
Louis Morel

Suivre son activité 20 abonnés Lire ses 850 critiques

5,0
Publiée le 23/12/2013
Quand la poésie côtoie la perfection, cela donne un film avec un couple muet qui en dit bien plus que la plupart des autres personnages de cinéma... Merci Kitano.
Tedy
Tedy

Suivre son activité 73 abonnés Lire ses 2 469 critiques

3,5
Publiée le 23/05/2008
Premier film de Takeshi Kitano, simple, efficace, prenant.
gimliamideselfes
gimliamideselfes

Suivre son activité 873 abonnés Lire ses 3 695 critiques

1,0
Publiée le 10/10/2010
J'aime beaucoup Kitano, du moins je respecte son travail et je suis avec attention ses nouveaux films. Mais là c'est pas possible. Je suis très friand de contemplation, mais là c'est moche, il n'y a pas d'autres mots, l'image n'est pas belle, l'histoire pourrait l'être, mais non, elle ne m'a pas intéressé du début à la fin, j'ai hésité à finir le film (c'est dire), le seul point plus ou moins positif reste la musique, mais le reste est juste horrible… J'ai l'impression que Kitana s'est dit : oh oui on va filmer ça, ça va faire poésie, ah mais viens on rajoute 3 minutes du même plan pour que ça soit encore plus poétique… au final je ne pouvais même plus regarder l'écran c'était insupportable. Et lorsque je regardais à nouveau, rien n'avait changé… Mais pourtant l'histoire de base avait du potentiel…
Nicolas L.
Nicolas L.

Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 897 critiques

2,0
Publiée le 03/03/2019
J'aime Kitano, j'adore même mais là non c'est pas passé. Histoire simplette et sans rebondissements. Personnages à peine attachants, image pas des plus jolies... Reste sa mise en scène reconnaissable d'entres tous qui parfois esquisse une esthétique mais trop léger pour en faire un Kitano inoubliable...
Cinéphiles 44
Cinéphiles 44

Suivre son activité 159 abonnés Lire ses 2 597 critiques

5,0
Publiée le 01/12/2018
Le silence, la mer, la simplicité, voici comment nous pourrions qualifier le chef d’œuvre de Takeshi Kitano. « A Scene at the Sea » suit un jeune éboueur sourd-muet dans son obsession à savoir surfer après avoir trouvé une planche dans la rue. Celui-ci est soutenu par sa fiancée, sourde-muette également. « A Scene at the Sea » est un doux voyage dans la sérénité et la bienveillance. Rien de plus à dire, si ce n’est de vous laisser bercer par les vagues. D'autres critiques sur notre page Facebook : Cinéphiles 44 et notre site cinephiles44.com
Nico H.
Nico H.

Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 99 critiques

4,5
Publiée le 22/08/2018
Un des chefs d'œuvre de Kitano, tout en poésie et délicatesse, magnifiquement mis e' musique par hisaishi. Du pur bonheur.
soulman
soulman

Suivre son activité 19 abonnés Lire ses 621 critiques

4,5
Publiée le 13/08/2018
Un petit miracle de Kitano, loin de l'univers violent qu'il a souvent mis en scène. Une histoire simple, admirablement mise en scène et interprétée, dans le monde apaisant du surf. La fin, tragique, donne plutôt à penser à une renaissance. Universel.
valentinbenito
valentinbenito

Suivre son activité 39 abonnés Lire ses 414 critiques

3,5
Publiée le 16/09/2013
Jolie petit film fait avec simplicité et classe. Le film nous rentre dans un cadre intimiste. La mise en scène est très bonne et permet l'émergence du spectateur. Le montage est simple et fin. La musique est peut être un peu é acteurs sont bon. Le film possède aucun surplus.
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top