Notez des films
Mon AlloCiné
    Un après-midi de chien
    note moyenne
    4,1
    3135 notes dont 268 critiques
    répartition des 268 critiques par note
    84 critiques
    107 critiques
    50 critiques
    15 critiques
    8 critiques
    4 critiques
    Votre avis sur Un après-midi de chien ?

    268 critiques spectateurs

    Julien D
    Julien D

    Suivre son activité 366 abonnés Lire ses 3 461 critiques

    4,5
    Publiée le 25 août 2012
    En s’éloignant des classiques films de braquages dans lesquels les bandits planifient avec minutie leur plan, Sidney Lumet s’inspire d’une histoire vraie pour nous présenter les conséquences d’un hold-up foireux fomentés par un duo de bras cassés. Pris au piège d’un siège policier avec leurs otages, les deux compères savent d’ors et déjà les heures comptées sont donc face à un drame intense souligné par l’excellent jeu de John Cazale et tout particulièrement d’Al Pacino. Celui trouve là un rôle qui s’avère finalement terriblement émouvant et qui restera parmi ses meilleures prestations. Mais alors que le huis-clos vire doucement vers la tragédie psychologique, le fait divers devient un événement médiatique faisant passer les deux braqueurs pour les défenseurs de leur cause. Le film s’avère donc être également une critique d’une société américaine manipulée par les journalistes. Malgré son rythme inégal, le long-métrage bénéficie d’une mise en scène diffusant à la perfection son propos.
    RENGER
    RENGER

    Suivre son activité 387 abonnés Lire ses 5 459 critiques

    5,0
    Publiée le 29 mars 2019
    Sidney Lumet, à qui l’on doit le chef d’œuvre 12 hommes en colère (1957), le flippant The Offence (2007) et plus récemment, l’étonnant 7h58 ce samedi-là (2007), adapte ici, avec Un après-midi de chien (1976), un vrai fait divers, l’histoire d’un braquage des plus banal qui va hélas mal se terminer pour les deux braqueurs. Rarement un titre n’a aussi bien collé au film. Et pourtant, on va pouvoir le constater très rapidement. Lorsque deux pauvres braqueurs s’en prennent à une banque. Alors que tout devait se dérouler dans le calme et dans la discrétion, la police surgit de nul part et les encercle. Là l’enfer commence pour les jeunes novices. Tous deux vont réellement vivre une sale journée. Entre le braquage qui s’éternise et d’un autre côté, la foule en délire à l’extérieur, sans parler de la présence médiatique qui s’intensifie. Sidney Lumet réussit, une fois de plus, un coup de génie, une réalisation prenante, qui ne nous laisse pas de répit, avec des acteurs très bien choisis, avec dans le rôle central, Al Pacino, que l’on a pu retrouver juste avant dans Serpico (1974). Et à ses côtés, deux acteurs aux physiques qui ne laissent pas de doute : John Cazale & Lance Henriksen. Ce film devenu un classique avec le temps, a failli rafler le gros lot, rappelons qu’il avait été cité dans six catégories (Meilleur Acteur pour Al Pacino, Meilleur Réalisateur pour Sidney Lumet, Meilleur Second Rôle masculin pour Chris Sarandon, Meilleur Film, Meilleur Scénario et enfin, Meilleur Montage), mais finalement, il repartit avec l'Oscar du Meilleur Scénario en 1976. Devenu indémodable, mais plutôt un modèle du genre, Un après-midi de chien reste et restera le hold up le plus impressionnant de sa génération.
    Estonius
    Estonius

    Suivre son activité 231 abonnés Lire ses 3 411 critiques

    4,5
    Publiée le 27 janvier 2016
    Voilà un film de casse traité de façon vraiment original avec un Al Pacino survitaminé, c'est passionnant, c'est intriguant, c'est spécial, c'est très bien fait. Il est simplement dommage que le film soit plombé par un interminable échange téléphonique dans le dernière demi-heure sinon on tenait là un chef d'œuvre.
    Flavien Poncet
    Flavien Poncet

    Suivre son activité 146 abonnés Lire ses 1 024 critiques

    4,0
    Publiée le 17 août 2009
    «Dog day afternoon» (USA, 1975) de Sidney Lumet se présente d’ores et déjà comme un remarquable film de suspense. Huis clos spatial et temporel dans lequel deux hommes de banlieues prennent en otage une banque, le film situe son point de vue du côté des braqueurs plutôt que de la justice policière qui les menace. Cette position renversée, qui plutôt que de construire une image forte de la puissance étatique américaine gonfle les citoyens moyens d’un pouvoir recouvert, assure de la charge politique du cinéma de Lumet. Rares sont les films du cinéaste qui témoignent avec autant de concrétude de son engagement socialiste que ce thriller urbain. A hauteur de la condition de deux hommes, très vite cernés psychologiquement et socialement, Lumet relate le braquage d’une banque, sur le mode du live, sans pour autant tomber dans l’écueil de l’esthétique TV, style «Breaking news». Le choix est important puisqu’a contrario de l’imaginaire TV, qui aspire à un point de vue omnipotent, selon un comportement foncièrement bourgeois, Lumet préfère la position de l’homme. Et si certains plans -vues d’hélicoptère, du côté de la police- ont droit de citer, ce n’est pas pour donner autant de voix à l’Etat qu’aux individus qu’il rejette, mais c’est afin de mieux instaurer un système de champ-contre champ, de donner droit de regard au hors-champ adverse pour mieux prêter vie et volonté aux marginaux. L’éthique de Lumet tient au fait qu’elle tend à donner un visage juste à l’adversaire. L’espace du film se découpe en deux aires : l’intérieur de la banque qui, progressivement, s’emplit de cordialité, et l’extérieur, où la tension médiatique et politique se fait palpable. Seule la télévision de la banque unit les deux lieux. Cette circulation entre les espaces permet à Lumet de jouer sur les niveaux de tension et de conférer progressivement aux petites gens, interprétés par le très bon Al Pacino et par l’excellent John Cazale, une puissance nouvelle, subtilisée à l’Etat.
    GabbaGabbaHey
    GabbaGabbaHey

    Suivre son activité 129 abonnés Lire ses 1 583 critiques

    4,5
    Publiée le 1 août 2010
    vraiment trop bon ! L'adaptation cinématographique d'un article de journal, un fait divers se transformant en chef d'oeuvre intemporel ! y'a pas a dire bravo ! Sidney Lumet nous réalise la l'un de ses films les plus marquants, interprété par un Al Pacino tres sincere et impliqué, accompagné de John Cazale qui offre une véritable performance également pour ce film ... vraiment ca mérite d'être vu, le film est tres prenant, l'histoire completement dingue d'un braqueur amateur qui se retrouve contraint de prendre en otage une banque et son personnel et se retrouve avec son complice dans un interminable calvaire mais profitent tout de même d'un instant de gloire .. c'est tres beau, on a même le droit a certains passages plein d'émotions, et a une fin malheureusement tres triste... la je crois qu'il est juste de considérer ce film comme un vrai chef d'oeuvre !
    oranous
    oranous

    Suivre son activité 93 abonnés Lire ses 1 097 critiques

    4,0
    Publiée le 28 avril 2008
    Ce qui est bien avec "Un après midi de Chien" c’est que ce n’est pas un simple braquage. Il y a aussi une dénonciation des médias mais aussi de la police. Sidnet Lumet ne nous présente pas un braquage commun, mais un braquage « raté ». Les protagonistes ne s’étaient pas préparés a ce que ca se passe mal. Al Pacino interprète très bien ce looser qui fait tout ca pour que son amant puisse changer de sexe. Une histoire vrai et une fin a laquelle on ne s’attend pas. En revanche j’ai trouvé qu’il y avait quelques longueurs mais globalement c’est assez rythmé.
    elisa2102
    elisa2102

    Suivre son activité 89 abonnés Lire ses 1 484 critiques

    5,0
    Publiée le 7 avril 2012
    Je croyais être fan de Al Pacino avant de visionner ce film. Maintenant j'en suis certaine. Je n'ai pas encore vu tous ses films mais en comptant ceux que j'ai vu, je pense qu'il livre là sa meilleure interprétation, car c'est celle qui est la plus authentique et touchante. A la base, le scénario, tiré d'une histoire vraie, est intéressant vu qu'il s'agit là d'un braquage de banque. Ce drame psychologique de Sydney Lumet analyse avec acuité les comportements : voyeurisme de la foule, faiblesses bien humaines des otages, nervosité ou sang-froid des policiers, et surtout le désarroi et la fragilité mentale d'un paumé, Sonny, bousculé par le Viêt-Nam et par son homosexualité, qui ne résiste pas au vertige de se trouver soudain sous les projecteurs. Il y a de ces films qu'on a juste envie de revoir une fois arrivé à la fin.. "Un après-midi de chien" est un chef d'oeuvre à découvrir de toute urgence !
    Housecoat
    Housecoat

    Suivre son activité 63 abonnés Lire ses 326 critiques

    4,5
    Publiée le 2 avril 2019
    Le summum du cinéma policier et social. Il est évidemment impossible d'évoquer tout ce qui arrive à passer dans Un après-midi de chien tant Sidney Lumet traite à partir d'un simple braquage raté toute les spécificités de la société Américaine, en pleine ère de la contre-culture où les différentes classes et mœurs ne demandent qu'à exploser au grand jour. Il ne suffisait que d'un grand coup médiatique pour que ça arrive, ce petit événement déchaînant tellement de passions pour ses enjeux et les raisons qui l'ont amené qu'elle concernait n'importe qui. L'une des principales forces du film qui permet de véhiculer confortablement les messages sociaux tout en jonglant entre les différentes étapes de la prise d'otages repose sur la caractérisation des personnages incarnés par Al Pacino et John Cazale (on peut aussi compter le troisième larron qui abandonne au début, préfigurant déjà l'impact de la nature sur une situation aussi tendue), de véritables débutants incapables de commettre le pire et sympathisants malgré eux avec les concernés et la foule qui les loue au rang de héros du moment. Lumet garde pourtant en tête la nuance indéterminable sur l'effet de masse, les réactions pouvant êtres imprévisibles. Les moments de collaboration et même d'amitié entre les protagonistes maintiennent la dangerosité de la situation mais se développent en véritable compassion, tant pour les otages que pour le spectateur malgré la tension qui pèse de plus en plus sur leurs épaules. Le film dont le Nouvel Hollywood avait besoin, le témoignage le plus réaliste et le plus tonitruant de son époque, parlant de tout et questionnant tout le monde en un temps record.
    Shawn777
    Shawn777

    Suivre son activité 68 abonnés Lire ses 1 679 critiques

    3,5
    Publiée le 17 avril 2018
    Ce film réalisé par Sydney Lumet et sorti en 1976 est bien. C'est l'histoire de braqueurs amateurs qui braquent une banque mais ils sont très vite cernés par la police, ils décident donc de prendre les employés de la banque en otage pour essayer de s'en sortir. Le scénario est plutôt sympa mais surtout, il s'inspire d'un fait réel qui s'est déroulé à Brooklyn en 1972, ce que je ne savais pas du tout et c'est donc intéressant de le voir également sous cet angle. C'est également le premier film du réalisateur que je vois et si apparemment il fait beaucoup de films en huis clos, j'ai été surpris de voir à quel point celui-ci avait été bien géré car finalement, le plus gros du film se passe dans une seule et même pièce mais pourtant, on a jamais l'impression de voir le même plan. En effet, il utilise toujours des mouvements de caméra ou des angles différents, ce qui donne l'impression d'avoir toujours un certain renouvellement et donc de ne pas se lasser. On a également de par la réalisation l'impression d'étouffer en même temps que les personnages dans la banque tellement l'ambiance est oppressante et bien retranscrite à l'écran. Le scénario est très bien écrit mais nous avons malgré tout à quelques moments des petites longueurs, ce qui est dommage car cela vient plus ou moins casser le rythme du film mais en dehors de ça, on ne s'ennuie pas du tout. On se prend également d'affection pour les cambrioleurs qui sont au final très attachants et ils sont également très travaillés. Si on ne connait pas l'histoire originelle, la fin peut beaucoup surprendre, elle est très bien faite mais surtout très crue et étant donné qu'il n'y a aucun fond musical, cela renforce cette atmosphère très prenante. Du côté des acteurs, nous avons principalement Al Pacino qui porte le film et qui joue très bien et il en est de même pour John Cazale. "Un après-midi de chien" est donc un bon film que je ne trouve personnellement pas exceptionnel mais qui reste tout de même très correct.
    benoitparis
    benoitparis

    Suivre son activité 54 abonnés Lire ses 1 277 critiques

    4,5
    Publiée le 27 septembre 2011
    Un film de braquage atypique, et c’est peu de le dire. « Un après-midi de chien » est constamment surprenant et à coté des stéréotypes. Les personnages ont des réactions ordinaires, et du même coup rendues dérisoires par la gravité exceptionnelle de leur situation. La situation sentimentale du principal protagoniste, ses motivations profondes (un père de famille marié aussi à un homme et voulant lui payer son changement de sexe) sont dans la continuité, inattendues et décalées. Lumet filme avec naturel et empathie des personnages et des situations à contre courant. La mise en scène des hystéries médiatiques, spectaculaires et policières est étonnamment clairvoyante et moderne, quand on pense qu’elle date de la fin des années 70. C’est un excellent suspense en huis clos, et en même temps un film qui nettoie le regard de la bêtise conservatrice. Al Pacino y est formidable, bien entendu
    willydemon
    willydemon

    Suivre son activité 40 abonnés Lire ses 1 544 critiques

    4,0
    Publiée le 15 décembre 2012
    Enorme ce scénario décalé d'un braquage de banque. On se met à avoir pitié pour le personnage d'Al Pacino qui nous joue une partition impressionnante.. Très bonne mise en scène de Lumet et un film très bien construit malgré quelques coups de mou.
    The Claw
    The Claw

    Suivre son activité 28 abonnés Lire ses 727 critiques

    3,5
    Publiée le 24 mars 2019
    Un classique de 1975 que je n'avais encore jamais vu : c'est maintenant chose faite. On entre directement dans l'action dès le début du film, qui est inspiré d'une histoire vraie. C'est très bien interprété (on s'en doutait), mais j'ai quand même trouvé que c'était un peu long, et soporifique sur la fin, peut-être à cause de l'absence de musique. Bon film tout de même, avec quelques scènes mémorables.
    blacktide
    blacktide

    Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 795 critiques

    3,5
    Publiée le 10 mars 2014
    Al Pacino et John Cazale réunis pour un braquage pas très fructueux, on demande à voir. Entre Comédie et polar, "Un après midi de Chien" divertit amplement le spectateur notamment par les passages de Al Pacino où il fait son guignol en public. Dans la catégorie plus gentil cambrioleur, on nomme bien sûr le personnage de Al Pacino, qui tout au long n'arrête pas de s'excuser pour son impolitesse et son énervement. John Cazale est plus tranquille, assis tout le long dans un fauteuil avec son flingue, près à tuer tout le personnel de la banque. Les acteurs sont bons et le scénario assez original (en tout cas pour une histoire de braquage). La fin est plutôt malheureuse (surtout pour Cazale) et la morale est qu'il ne faut jamais aller dans une banque où il n'y a que 1000 dollars dans le coffre. Résultat: drôle, émouvant et divertissent, un film intéressant voir même culte!!!!!!!
    Kuku458882597
    Kuku458882597

    Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 122 critiques

    4,0
    Publiée le 10 août 2010
    Une histoire original, qui paraissait un peu basique et pas terrible. Et bien non, car Sydney Lumet nous livre un fait divers émouvant. De plus une étoile est rajoutée à l'interprétation ahurissante de Monsieur Al Pacino, qui 5 ans plus tard allait tourner un film en qui j'avais misé gros, "La Chasse".
    Xavier D
    Xavier D

    Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 393 critiques

    4,0
    Publiée le 7 octobre 2012
    un film d'otage de banque cultissime, qui au lieu de durée une demi heure, durera 12 heures. Deux malfrats campé par Al Pacino qu'on ne présente plus et qui retrouve le regretté Sidney Lumet après "Serpico", joue un braqueur pris dans un engrenage incroyable dont il n'est plus vraiment maître de la situation entre le FBI, les médias et la foule, qui par la suite on apprend qu'il était devenu homosexuel ce qui donne à se rôle une certaine étrangeté qu'on ne lui connaissait pas et John Cazale qu'ont n'a vu que dans les deux premier volet du "parrain" et dans "voyage au bout de l'enfer" de Micheal Cimino avec Robert de Niro et Christopher Walken joue l'autre braqueur complément sonné et peureux, comme pour prendre l'avion. Un scénario un peu faible, mais est ce là le but du film non, l’intérêt est ces deux là! deux gangster complètement idiot et qui à la fin s'en rend vraiment compte, une fin dramatique bien entendu! On reconnaitra Lance Henriksen qu'on verra notamment dans"Terminator", "aliens" ou encore la série de Chris Carter "Millenium". Une histoire vraie vraiment décapant, saisissant qui se prend pas trop au sérieux surtout avec le personnel enthousiaste de la banque bien décidé à les aidés et qui n'as pas trop mal vieilli. à voir!
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top