Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
Boogie Nights
note moyenne
3,8
2174 notes dont 177 critiques
31% (55 critiques)
39% (69 critiques)
14% (25 critiques)
10% (17 critiques)
6% (11 critiques)
0% (0 critique)
Votre avis sur Boogie Nights ?

177 critiques spectateurs

Kloden
Kloden

Suivre son activité 59 abonnés Lire ses 996 critiques

4,0
Publiée le 14/05/2013
Une chose est sûre, on ne peut pas reprocher à Boogie Nights le manque de couilles que j'avais trouvé légèrement regrettable chez un Hard Eight (son premier long) assez poli. Ici, Paul Thomas Anderson s'essaye à la peinture d'un milieu qui, de son propre aveu, l'a fasciné : celui du monde porno des seventies. En cela, il s'aide d'une ambiance visuelle et sonore disco et funky très réussie. Si sa mise en scène est géniale - bien plus travaillée, là aussi, que celle de Hard Eight - son schéma narratif comme sa caméra rappellent un peu trop certains classiques de Scorsese. Certains plan-séquences sont quand même vraiment bluffants. Un peu agacé par ses personnages assez pathétiques lorsqu'ils ne sont pas décrits avec assez de causticité, je dois bien avouer que le ton de Boogie Nights souffre peu de défauts, et que le parti pris de PTA, qui montre sans porter une condamnation pure et simple, sert très bien son sujet. Bref, à seulement 26 ans, Boogie Nights était vraiment un coup de maître. A noter qu'au passage, et ce malgré une direction d'acteurs irréprochable, William H. Macy et son personnage de mari cocu sortent vraiment du lot, malgré une présence à l'écran très sporadique. Très bon !
ghyom
ghyom

Suivre son activité 54 abonnés Lire ses 150 critiques

4,0
Publiée le 31/03/2014
Boogie Nights, film choral de Paul T. Anderson, nous expose les derniers jours de gloire du cinéma porno américain à la fin des années 70, début des 80s. On y suit principalement Eddie "Dirk Diggler" Adams (Mark Wahlberg) jeune homme rapidement propulsé au rang de star grâce à sa belle gueule et une nature qui fut particulièrement généreuse. Cette ascension s'effectue grâce et en compagnie de toute une petite famille d'adoption. Le père : Jack Horner (Burt Reynolds) réalisateur médiocre qui a l'ambition de faire de ses films plus que de simples pornos La mère : Amber Waves (Julianne Moore), actrice porno et mère privée de son droit de visite qui reporte son affection sur les autres acteurs/actrices La petite sœur : Rollergirl (Heather Graham), lolita toujours en patins à roulettes (même pendant l'acte) Le grand frère : Reed (John C. Reilly) et tout un tas d' "oncles" et de "cousins" interprétés par William H. Macy (marié à une nymphomane), Don Cheadle (qui rêve d'ouvrir un magasin de chaînes Hi-Fi), Phillip Seymour Hoffman (homosexuel très attiré par Eddie), etc. Nous suivons donc les aventures tragicomiques de toute cette petite famille à la trajectoire Scorsesienne (ascension, sommet, chute). Scorsese a fortement inspiré PTA et cela se sent. La scène du drugstore n'est pas sans rappeler celle de Taxi Driver, celles de la visite de la maison ou le plan séquence final pas sans rappeler Les Affranchis. A propos de plans séquences, PTA se fait plaisir. Il y en a plusieurs dont 3 assez mémorables : Le plan d'ouverture est simplement magistrale, celui de la fête où la caméra entre dans la piscine et donc le plan séquence à la fin. Pour son 2è film PTA démontre déjà un talent rare pour la mise en scène et les mouvements de caméra. Sa direction d'acteur n'est pas en reste entre un Mark Wahlberg débutant et un Burt Reynolds sur le retour. Mais je retiendrai surtout Julianne Moore que j'ai rarement trouvé aussi juste (à part peut être dans Magnolia du même PTA et dans The Big Lebowsky des frères Coen). Côté négatif, mais c'est assez négligeable compte tenu de la qualité de l'ensemble, j'ai été un peu déçu par une fin un peu trop happy-end où tout fini bien pour tout le monde (sauf Little Bill et sa femme sacrifiés comme symboles du tournant pris à l'aube des années 80). J'aurais préféré des destins un peu plus nuancés et différents pour nos protagonistes. J'ai également été déçu des rushs des films pornos tournés. Si PTA s'amuse de notre côté voyeur en nous refusant toute vision érotique ou pornographique, et c'est un point fort du film, cela fait tout de même très bizarre, lors du visionnage des rushs, de ne voir que des plans du visage des acteurs. Tout d'un coup ça sonne faux. S'il n'avait pas inclus ces visionnages de rushs ou, mieux, s'il ne nous les proposait que flous ou trop lointains pour qu'on puisse distinguer ce qu'il s'y passe, ces moments auraient sonnés plus vrais.
Loskof
Loskof

Suivre son activité 241 abonnés Lire ses 688 critiques

4,0
Publiée le 23/03/2015
PTA est assez avare en films, je n'avais vu que There Will Be Blood, qui est excellent mais pêche un peu sur la fin, mais tu sens le mec qui a tout compris, et qui pour le coup fait de l'art, pas du produit commercial. Et dans Boogie Nights ça se sent tout de suite. Le mec a 27 ans, fait un film sur le monde du porno à la fin des 70's, avec des plans séquences dans tous les sens. Prétentieux? Peut-être, mais surtout incroyablement talentueux. Tout le monde retient la réalisation et à raison car c'est virtuose, pas parfait, mais virtuose. Quand le type balance un plan séquence, tu ne vois que ça, tu es happé par l'écran. En plus c'est écrit divinement bien, la galerie de personnages est succulente, les dialogues aussi, passant de la comédie au drame. L'histoire est somme toute assez classique, c'est l'univers dans lequel elle se déroule qui est original, et traité avec originalité (car sans perversion). Je ne peux quand même cacher un air de déjà vu, la trame ascension/chute/rédemption ça ne me captive guère, surtout la partie de chute en fait. C'est ce qui empêche le film d'arriver à 5/5. Mais pour le reste le film est incroyablement riche, le passage des 70's au 80's, la célébrité, la gloire, l'évolution technologie, l'art, tout cela est très bien traité.
Blaise Porchez
Blaise Porchez

Suivre son activité 36 abonnés Lire ses 5 critiques

4,5
Publiée le 16/11/2013
4,5 étoiles et demi. Pourquoi ? Parce que quand je sélectionne 5 étoiles, je vois écris "chef-d'oeuvre" dans la description. Vous voulez un chef-d'oeuvre académique d'une beauté figée ? Regardez "There will be blood". Vous voulez voir un film qui marque l'arrivée de l'un des plus grands cinéastes de sa génération ? Regardez "Boogie Nights". Vous voulez pleurez, rire ? Regardez "Boogie Nights". Vous voulez voir un film à haute teneur symbolique tout en écoutant une bande-son qui vous feras sauter sur le canapé ? Regardez "Boogie Nights". Vous voulez voir Mark Wahlberg porter une prothèse terrifiante ? Vous avez des fantasmes discutables, mais regardez "Boogie Nights". Vous.. regardez "Boogie Nights" quelque soit les raisons qui vous portent à le faire, ça ne me regarde pas, mais regardez-le, lui.
MC4815162342
MC4815162342

Suivre son activité 236 abonnés Lire ses 1 487 critiques

5,0
Publiée le 25/03/2014
J'avais vu Boogie Nights il y a un bon petit moment maintenant, il s’agissait à l'époque du dernier film de Paul T. Anderson que je devais découvrir, et bien plus tard je me suis procuré un coffret blu ray comprenant Boogie Nights donc, Magnolia et The Master, je ne les avais pas revu depuis l’acquisition de ce coffret. C'est bête hein ? Laisser traîner ces chefs d'oeuvre sur une étagère, et la sortie récente de son dernier Inherent Vice que je n'ai malheureusement pas encore vu m'a fortement donné envie de revoir ces films là, voilà pourquoi je viens aujourd'hui de me refaire Boogie Nights en haute définition et vostfr en plus. Un an après son très bon premier film mais pas encore aussi fort que ses suivants Paul Thomas Anderson nous dévoile son deuxième, et là c'est du high level, ce film est incontestablement un des plus grands de ces dernières années, une pépite époustouflante. Il s'agit de son second long métrage mais l'idée de celui ci date de bien avant son premier, en effet son court métrage daté de 1988 intitulé The Dirk Diggler story conter comme le titre le montre l'histoire de Dirk Diggler, une star du porno. Je n'ai pas encore vu ce court et sa qualité ne donne pas vraiment envie, surtout qu'une fois qu'on a vu le film il est impossible d'imaginer le personnage dans la peau de quelqu'un d'autre, enfin bon, je le verrais un jour tout de même, Anderson oblige. Boogie Nights nous fait donc suivre Eddie Adams, un jeune de 17 ans qui n'a pas son bac et enchaîne les petits boulots jusqu'au jour où il tombe sur Jack Horner, un célèbre réalisateur de film porno qui trouve en Eddie sa nouvelle recrue, suite à cette rencontre nous allons assister à l’ascension incroyable de Eddie renommé maintenant Dirk Diggler et de son entourage ainsi que la déchéance violente de tout ce petit groupe. Paul T. Anderson, PTA pour aller plus vite réalise ici un film choral monumental et extrêmement riche, il lui suffit de 2h30 pour nous offrir une histoire portée par de nombreux phénomènes, chacun à sa place et personne ne sert de décors, ils ont tous une histoire et sont passionnant à suivre. La richesse de ce scénario écrit par la main même de PTA est vraiment sensationnelle, écrire un film comme ça bon sang, faut être un génie à l'état pur et Anderson en est un. Cette histoire fascinante qui joue entre humour, drame et univers complètement barré se place dans les années 70', là où le porno était à son apogée, les films étaient projetés dans des cinémas et ce genre faisait vraiment parti de l'époque, les décors, les costumes et cette bande son de dingue retranscrivent parfaitement cet esprit et cette époque délirante, nous traversons cette décennie pour arriver dans les années 80' également toujours aussi bien retranscrites. Rien que les projets de Horner et Diggler avec leurs films mal faits et ridicules nous plongent clairement dans ce temps où rien n'avait d'importance, seul le sexe, la drogue et la musique vivaient, quelle ambiance franchement, on se sent carrément devant un film de cette époque avec le génie moderne d'Anderson. D'ailleurs pour réaliser ce film PTA utilise beaucoup de plans séquences totalement hallucinants, même ceux de Cuaron sont moins classes à mes yeux, rien que l'ouverture du film ou cette scène au bord de la piscine qui finira d'ailleurs dans la piscine, du boulot de taré surtout quand on voit le nombre de personnes présentes durant ces séquences. Au delà de ça la réalisation en elle même est impeccable, chaque plan est parfait, rien n'est laissé au hasard et la mise en scène d'Anderson est juste prodigieuse, comme son choix de musique, vraiment rien n'est bâclé ou simplement mis de coté, un vrai travail d'orchestre. Il choisi également un casting surprenant, Mark Wahlberg en tête, il trouve ici l'un de ses premiers rôles qui l'a évidement fait connaitre, ce n'était juste qu'un inconnu à l'époque, incroyable de se dire ça maintenant, il est accompagné de nombreux noms comme ceux de Julianne Moore, John C. Reilly, William H. Macy, Heather Graham, Don Cheadle, Philip Baker Hall, Thomas Jane, Philip Seymour Hoffman (of course), Robert Downey Sr., Luis Guzman, Alfred Molina et bien sur pour finir le grand Burt Reynolds, en gros un casting de malade mental. En bref, ce génie de Paul Thomas Anderson signe avec son deuxième long métrage une perle inoubliable, une fresque époustouflante sur le milieu du porno et surtout sur la vie qui peut basculer d'un jour à l'autre, une oeuvre mémorable avec un final en clin d’œil au grand Raging Bull de Scorsese, du très très grand... non pas du grand ni quoi que ce soit, du cinéma tout simplement, du vrai.
CeeSnipes
CeeSnipes

Suivre son activité 164 abonnés Lire ses 1 699 critiques

5,0
Publiée le 09/11/2012
Après son premier film, Hard Eight, Paul Thomas Anderson devint le Next Big Thing et décida d’adapter son premier court métrage, The Dirk Diggler Story en version longue, avec un casting de stars. Cela donna Boogie Nights, success story de l’acteur pornographique Dirk Diggler (inspiré de l’histoire de John A. Holmes). Ouvrant son film sur un plan séquence fabuleux qui présente presque tous les personnages de l’histoire, Paul Thomas Anderson donne le ton du film très vite et ne faiblit jamais : Boogie Nights est un véritable chef d’œuvre, sur tous les points, de la mise en scène à la lumière, de l’interprétation à la musique. Plus qu’une étude sur la pornographie, le film est l’image d’une époque, celle de la fin des 70’s et du début des années 80’s dans le show-biz américain. Sa mise en scène, faite de longs plans avec des mouvements de caméra divins, magnifie un scénario déjà passionnants, dont les multiples personnages sont tous travaillés et les ellipses modèles. Les acteurs y rendent parfaitement hommage, avec en fers de lance Mark Wahlberg, évidemment, mais aussi Don Cheadle (impérial), John C. Reilly, Burt Reynolds (aux antipodes du Burt qu’on connaît) et Julianne Moore, qu’on n’a jamais vu comme ça. Le tout est agrémenté d’une bande-son fabuleuse, tout d’abord joyeuse, quand on est dans une comédie (presque) pure, avec une scène de danse particulièrement réussie et ensuite bien plus grave quand on bascule dans la tragédie, non sans oublier la comédie sous-jacente. Le film se permet même de finir son dernier acte dans une séquence absolument dantesque, avec Alfred Molina, flippant à souhait, dans une ambiance surréaliste et finalement, assez crédible. Boogie Nights est un (premier ?) chef d’œuvre absolu de Paul Thomas Anderson, où il réussit tout ce qu’il entreprend, pendant 2h30 durant. On y notera la présence bienvenue de William H. Macy qui est quand même très souvent dans les bons coups.
Mad Gump 10
Mad Gump 10

Suivre son activité 103 abonnés Lire ses 716 critiques

4,0
Publiée le 06/05/2016
Quand Paul Thomas Anderson s'attaque à l'industrie pornographique, forcément, ça tape fort. Le film me fait d'ailleurs énormément penser au Loup de Wall Street de Scorsese : on a la même structure ascension/décadence, le même parti-pris de tout oser, le même côté no-limit... Et bien sûr des personnages qui ont quelque chose de sympathique, mais qui sont tous totalement à côté de la plaque. Dès la scène d'intro, on en prend plein les yeux : un plan-séquence de malade (d'autres reviendront dans le film), une esthétique so fin 70/début 80, une BO jubilatoire... Alors le film est peut-être un peu long, pas ennuyeux, mais un peu long, disons qu'il y a des moments qui auraient mérité d'être raccourcis, mais il a également pour lui un casting impeccable et une réalisation sublime, donc il serait dommage de passer à côté.
7eme critique
7eme critique

Suivre son activité 114 abonnés Lire ses 2 774 critiques

4,5
Publiée le 15/04/2015
C'est avec ce second film, que Paul Thomas Anderson se révèlera au grand jour comme un cinéaste de génie ! "Boogie nights" se penche sur l'univers du cinéma pornographique, avec une immersion que l'on aurait jugé impossible sans assister à des plans, dirons-nous, osés. PTA réussit pourtant cet exercice avec brio. Sa belle écriture, et sa direction sans faille, nous combleront de plaisir face à ce "Boogie nights" entraînant et surprenant. Entouré de son lot d'acteurs prestigieux (Wahlberg, Reynolds, Moore, Seymour Hoffman, Reilly, Cheadle...), et offrant des prestations plus vraies que nature (notamment le rôle du réalisateur et du producteur), le film ne mettra pas longtemps à convaincre le spectateur, tout en le laissant savourer une bande originale de qualité. PTA débarque avec puissance dans le cinéma en nous faisant part d'une réelle originalité sous une mise en scène remarquable !
maxime ...
maxime ...

Suivre son activité 37 abonnés Lire ses 1 440 critiques

4,0
Publiée le 20/07/2014
Après There Will Be Blood, Magnolia, The Master je visualise Boogie Nights ! Le casting ... une folie sur papier, une folie à l'écran également, Mark Walhberg, Burt Reynolds, William , Julianne Moore, John , Don Cheadle, Heather Graham, Philip Seymour Hoffman ... et tant d'autres ! j'ai beaucoup rit, même dans les situation tragiques ou on ressent l'ironie de Paul Thomas Anderson. Hier j'ai revu The Yards de James Gray, et il faut dire que Leo Handler et Dirk Diggler ( tout deux joué par Mark Walhberg ) n'ont absolument rien à voire, d'ou le talent exceptionnel de cet acteur. Ce long métrage ressemble un peu à Magnolia, on suit beaucoup de personnages à travers une fresque et d'ailleurs la scène ou Rollergirl et Jack frappent un gars en sortant de la limousine et qu'au moment même Dirk se retrouve être frappé par une bande de types et qu'il finissent tous par ce croisé sans s'en rendre compte ( + Buck qui va à la boulangerie ) me rappel une scène similaire de Magnolia justement. Le film dure plus de 2 h 30 mais à vrai dire je ne me suis pas rendu compte du temps qui défilais devant moi, je suis séduit par Boogie Nights et une B.O génial qui accompagne le tout !
vivien-b
vivien-b

Suivre son activité 41 abonnés Lire ses 206 critiques

5,0
Publiée le 17/04/2014
Une maîtrise assez impressionnante et même exceptionnelle venant de Paul Thomas Anderson, surtout pour aborder un sujet aussi osé (c'est-à-dire l'industrie du porno dans les années 70 et les terribles années 80), et surtout aussi pour seulement un deuxième film derrière la caméra, qui montre alors très bien l'étendue du talent du réalisateur. Et tout cas cela donne au final un film tendre et drôle mais qui peut s'avérer tout autant dramatique et sanglant (mais jamais véritablement malsain) ; tout vient au final du fait que les personnages barrés et hauts en couleur qui habitent le film ne sont jamais traités comme des horreurs, des gens rongés par le sexe et l'argent, mais au lieu de ça comme des humains, des âmes en peine qui essayent de vivre en communauté malgré la particularité de leur profession. Bref, super photo, supers acteurs, super bite de Mark Whalberg (non, sérieusement, elle est vraiment très grosse), super réalisation... Pour résumer, c'est là un petit chef d'oeuvre de 2h40 qu'on ne voit pas passer. Remarquez aussi que je n'ai glissé aucune blague de mauvais goût dans la critique d'un film traitant du porno, ce qui est tout bonnement un exploit, je peux donc maintenant me considérer blanchi. Merde.
Benjamin A
Benjamin A

Suivre son activité 314 abonnés Lire ses 1 899 critiques

4,0
Publiée le 09/03/2014
Deuxième film de Paul Thomas Anderson, "Boogie Night" nous emmène dans l'univers du film porno dans les années 1970 et 1980 et nous fait suivre l'histoire de Eddie Adams, dont les attributs et le physique avantageux lui permettront d'être une vedette du porno et d'entré dans ce monde si particulier (et fascinant à la vue du film) tout en montrant l'évolution de ce genre entrant peu à peu dans le marché vidéo. Il évite tous clichés, morales ou vulgarité, il traite le sujet de manière juste et nous dresse aussi le portrait impitoyable du monde du show-biz de ces année-là, entre drogue, glamour, excès, look ou encore ambitions. Il sait parfaitement osciller entre drame, humour ou encore chronique sur un ton plus ou moins sarcastique. Les personnages sont bien traité et intéressants, on suit leurs évolutions entre monté vers la gloire et le succès, les chutes, leurs relations et complexités. La maitrise technique (réalisation, mouvement de caméra, les plans...) de ce jeune réalisateur qui avait 27 ans est impressionnante et parfaite, tout comme sa capacité à choisir et utiliser ses musiques. Le casting cinq étoiles est à la hauteur, que ce soit Mark Whalberg (bluffant), Julianne Moore, Burt Reynolds, John C. Reilly ou encore Philip Seymour Hoffman. Une grande réussite de la part d'un des réalisateurs les plus talentueux de ces vingt dernières années.
Yetcha
Yetcha

Suivre son activité 111 abonnés Lire ses 3 441 critiques

5,0
Publiée le 04/01/2014
Attention très bon film! Superbement réalisé avec une photographie exceptionnelle et des acteurs fantastiques. Derrière un sujet "léger" on découvre la lourdeur des situations et la détresse des protagonistes. Un très très bon film dont on aurait souhaité qu'il dure encore plus afin de balayer sur une période encore plus longue l'évolution de ce milieu si particulier qu'est l'industrie du porno.
Skipper Mike
Skipper Mike

Suivre son activité 49 abonnés Lire ses 647 critiques

5,0
Publiée le 29/12/2013
Un film fun et virtuose, à l'énergie dévastatrice. Héritier de Martin Scorsese, Paul Thomas Anderson raconte avec brio la carrière d'un jeune acteur porno, incarné avec talent par Mark Wahlberg. C'est donc à une plongée passionnante dans l'industrie du sexe que nous convie l'équipe du film, monde à la fois accueillant, hilarant mais aussi dramatique. Au son d'une excellente bande originale, Anderson sait varier les ambiances et retracer les destinées sous une forme chorale. On pense à "Ed Wood", de Tim Burton, qui lui aussi montrait le parcours d'un réalisateur de nanars se comparant à Orson Welles. Les enjeux sont ici les mêmes : alors que son gagne-pain est généré par une industrie basée sur la consommation, Jack Horner tente de prouver son intégrité d'auteur et de ramener le cinéma X à un art au même titre que les autres. L'idée est excellente, les personnages immédiatement attachants malgré leur côté parfois tête à claques et le film un véritable bijou.
Don Keyser
Don Keyser

Suivre son activité 34 abonnés Lire ses 1 636 critiques

4,5
Publiée le 18/07/2013
Doté d'un scénario très bien écrit, original et s'adaptant de faits réels, "Boogie Nights" entraîne le spectateur dans une histoire loufoque et rocambolesque. De ce fait, la réalisation est très minutieuse pour mélanger moments très comiques, plus érotiques et aussi émouvants. Par ailleurs, les acteurs sont extrêmement convainquants, mention particulière à Mark Wahlberg et Juliane Moore. Ainsi, le film est totalement captivant, du début à la fin, grâce à un ensemble très maîtrisé pour toucher le spectateur et le divertir.
Guillaume182
Guillaume182

Suivre son activité 89 abonnés Lire ses 1 194 critiques

4,0
Publiée le 25/06/2011
Avec ce film on comprend qu'il ne sert à rien de suivre certaines voies. Paul thomas Anderson pour son deuxième film arrive une nouvelle fois captivé les spectateurs du début à la fin. Drôle, mais ce film est surtout un véritable drame qui s'attarde sur les relations humaines et sur l'univers impitoyable du showbiz. Réalisation de génie, casting exceptionnel, c'est la première fois que j'ai trouvé Wahlberg bon dans un film et puis bien sûr il y a toujours l'excellente Julianne Moore. Un film à ne pas louper.
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top