Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
Miracle à Milan
note moyenne
3,8
90 notes dont 16 critiques
13% (2 critiques)
63% (10 critiques)
13% (2 critiques)
13% (2 critiques)
0% (0 critique)
0% (0 critique)
Votre avis sur Miracle à Milan ?

16 critiques spectateurs

weihnachtsmann
weihnachtsmann

Suivre son activité 67 abonnés Lire ses 2 895 critiques

2,0
Publiée le 21/01/2015
Un conte assez naïf qui a pas mal vieilli je trouve. J'ai l'impression de voir Oui-Oui en réel.......Quelque peu ridicule. Le fantastique n'excuse pas tout. L'opposition riches-pauvres est très marquée mais tous sont égaux..... L'histoire n'est pas passionnante au final, c'est pourquoi c'est moyennement intéressant.
kinophil
kinophil

Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 252 critiques

2,0
Publiée le 04/12/2012
Conte merveilleux basé sur des bons sentiments mais interprété de façon vraiment insupportable dans son excès de mièvrerie par un « ravi de la crèche » dont l’amour du prochain dégouline par trop de sirop. La surenchère de comique recherché mais jamais atteint, l’insouciance qui tourne au ridicule, la légèreté qui devient vite assez lourde vont à l’encontre des effets recherchés. Le film est intéressant quand on est dans la veine néoréalisme (jolis plans et scène de l’enfant qui suit le corbillard) et par certaines séquences comme celle où les sans abri se regroupent au milieu du terrain vague pour profiter d’un rare rayon de soleil. A oublier pour revoir « Le Voleur de bicyclette » et « Umberto D »
ygor parizel
ygor parizel

Suivre son activité 73 abonnés Lire ses 2 500 critiques

4,0
Publiée le 22/07/2012
Très joli conte moderne, une belle histoire simple mais pleine d'humanité sur les sans-abri de Milan à qui ils arrivent des choses merveilleuses. De l'humour gentil et plein de bons sentiments.
chrischambers86
chrischambers86

Suivre son activité 1044 abonnés Lire ses 10 110 critiques

4,0
Publiée le 30/10/2009
Vittorio De Sica tourne en 1950 ce qu'il appelait lui-même une fable, "Miracle à Milan", qui èvoque avec humour la misère dans les faubourgs de la grande ville où l'on voit Toto le Bond (inoubliable Francesco Gilosano), èlevè par une vieille dame, conduire la rèvolte des chômeurs de Milan avec l'aide des anges du ciel! De Sica cherche dans ce film superbe à articuler le rèalisme et le fantastique, inaugurant ainsi une ècriture chère à Pasolini! Peintre de la solidaritè humaine, de la lutte contre l'ègoïsme et l'indiffèrence, De Sica ne devait jamais dèmentir sa première orientation, même s'il n'a pas toujours retrouvè la rèussite exemplaire qui fut la sienne, dans les premières annèes du nèo-rèalisme! Une poèsie merveilleuse plane dans cette espèce de cours des miracles, qui montre que le rèalisateur italien pouvait passer au surrèalisme comme il le souhaitait! Une totale rèussite qui reçut la prestigieuse Palme d'or au festival de Cannes...
Cinéphiles 44
Cinéphiles 44

Suivre son activité 162 abonnés Lire ses 2 600 critiques

4,5
Publiée le 12/05/2019
« Miracle à Milan » est un film italien récompensé par le Grand Prix du Festival de Cannes 1951. Il s’agit d’un conte poétique où les clochards d’un bidonville de Milan sont menacés d’expulsion par un homme d’affaires qui a découvert du pétrole sur leur terrain. Toto, est un jeune homme qui vit avec eux. En réalité, c’est un ange et il va accomplir de nombreux miracles. Bien que le sujet soit sombre, « Miracle à Milan » est un film qui dégage beaucoup d’optimisme en mettant en avant la bonté de l’âme humaine. Les effets spéciaux de l’époque font sourire aujourd’hui, mais n’enlèvent rien au charme de cette fable fantaisiste. D'autres critiques sur notre page Facebook : Cinéphiles 44 et notre site cinephiles44.com
Benjamin A
Benjamin A

Suivre son activité 317 abonnés Lire ses 1 900 critiques

3,5
Publiée le 04/12/2014
Tout commence un beau matin, lorsqu'une vieille femme découvre un bébé dans un chou de son jardin. L'élevant avec certaines valeurs d'humanité et fraternité, il est ensuite confié à une institution lorsqu'elle meurt. À sa majorité, il découvre Milan et son bidonville... Avec ambition, Vittorio De Sica prend le parti pris d'intégrer la fable et le fantastique au néo-réalisme italien, tout en s'éloignant de ce dernier. Il braque sa caméra sur le personnage de Toto, jeune homme pauvre, heureux de vivre, un peu naïf et souhaitant faire le bien autour de lui. Très vite intéressant et intrigant, il va le mettre en scène au milieu d'un bidonville qu'il va considérablement améliorer mais aussi où il va faire face à des puissants souhaitant en profiter. De Sica met en scène une fable poétique et humaniste où il dresse le portrait de la nature humaine à travers une opposition de classes sociales pas toujours subtil mais qui sert bien son récit.Il est assez optimiste, l'amour, la gentillesse ou encore l'entre-aide sont les maîtres mots du film mais c'est tout de même de manière dure et amère qu'il décrit la pauvreté ainsi que la dureté de la vie, sans pour autant tomber dans un excès de sentimentalisme béa ou de mièvrerie bien que ce soit parfois un peu trop démonstratif. Toujours dans un cadre réaliste, l'intrusion du fantastique est faite de manière sobre et avec des effets spéciaux réussis. Le film prend alors une autre direction mais ça reste toujours un plaisir à suivre et il ajoute aussi quelques touches d'humours plutôt subtils en traitant de sujets difficiles. Dans le rôle principal, Francesco Golisano est impeccable et retranscrit à merveille toute la bonté de son personnage, autour de lui, les autres acteurs sont très bons. Grand prix au festival de Cannes en 1951, "Miracle à Milan" est une fable humaniste, touchante, légère et poétique bien que parfois légèrement maladroite où De Sica inclue de belle manière le fantastique au néo-réalisme.
Plume231
Plume231

Suivre son activité 544 abonnés Lire ses 4 609 critiques

4,0
Publiée le 17/05/2014
Vittorio de Sica n'avait pas laissé tomber entièrement ici le Néoréalisme, dont il est un des papas, mais il est ici qu'un très petit ingrédient dans une oeuvre qui est en fait un conte de fées, lorgnant principalement sur "Cendrillon" l'héroïne étant remplacée par un orphelin naïf et gentil du nom de Toto et la marraine par la vieille dame qui l'a élevé, où les pauvres sont braves et solidaires et où les riches sont juste avides... Le réalisateur ne trahit jamais ses thèmes de prédilection habituels, il change juste le registre et ça lui va très bien puisqu'il réussit une comédie poétique drôle, inspirée, divertissante et vive. Les bons sentiments, l'amour, la bonté finissent par triompher à leurs manières, on est dans un film fantastique donc on peut se permettre de ne pas être réaliste, au contraire, donc ils ont bien raison de le faire ; d'autant plus que ça ne fait que du bien à le voir... Si personnellement, j'aurais plutôt attribué le Grand Prix du Festival de Cannes (l'équivalent de la Palme d'or à l'époque !!!) ex-æquo à "Mademoiselle Julie" et à "Ève", je ne peux que dire malgré tout que ce film délicieux n'a pas volé sa récompense.
JamesDomb
JamesDomb

Suivre son activité 48 abonnés Lire ses 1 060 critiques

5,0
Publiée le 29/02/2012
Trois ans après Le Voleur de bicyclette, le réalisateur Vittorio De Sica retrouve Cesare Zavattini pour Miracle à Milan en 1951. Reprenant les partis-pris du néoréalisme (les acteurs professionnels côtoient des non professionnels, Milan est en pleine mutation) pour leur cinquième collaboration, le tandem les applique cette fois pour une fable adaptée du roman de l'écrivain intitulé Toto le Bon. Accueilli froidement à sa sortie où il fut même taxé d'extrémiste et de communiste, jugé irrespectueux envers l'église, Miracle à Milan, film furieusement poétique, optimiste (ou pessimiste comme l'indique l'issue finale où le paradis semble être le seul refuge) et magique, plonge le spectateur dans un univers merveilleux où se croisent les anges, les pauvres habitants d'un bidonville (qui ne s'apitoient jamais sur leur sort) menacés d'expulsion et les affreux entrepreneurs. La bonté, l'insouciance, l'amour et l'euphorie auront raison de l'agressivité. Les effets spéciaux de l'époque n'ont rien perdu de leur ingéniosité et se fondent parfaitement dans ce conte extraordinaire récompensé par la Palme D'or en 1951 au Festival de Cannes.
Parkko
Parkko

Suivre son activité 68 abonnés Lire ses 2 013 critiques

3,5
Publiée le 11/02/2012
Mes premières expériences avec le néoréalisme italien n'avaient pas été très fructueuses mais je crois que c'est un genre que je finis par apprécier. Miracle à Milan est un film complètement fou et loin de ce qu'on attend d'un film néoréaliste - et c'est aussi pour ça qu'il m'a plu -. L'histoire part un peu parfois dans tous les sens mais le plaisir du spectateur est bel et bien là, l'acteur principal rayonne à l'écran, la mise en scène est très bonne et il y a des passages d'une incroyable poésie. C'est dommage que la dernière demi-heure (malgré certaines scènes excellentes) soit moins bonne à mon goût, le charme ne marche plus autant et le scénario s'essouffle un peu, mais le film est vraiment bon.
il_Ricordo
il_Ricordo

Suivre son activité 84 abonnés Lire ses 402 critiques

4,0
Publiée le 24/12/2011
Miracle à Milan est un conte manichéen, charmant quoique naïf, dans la verve du néoréalisme dont Vittorio De Sica est l'un des plus illustres représentants. Totò est un enfant trouvé, recueilli par une brave vieille dame qui ne tardera pas à mourir, mais veillera toujours sur lui comme ange gardien. Totò est un idiot, dans le sens dostoïevskien du terme : profondément bon, il ne cherche qu'à être aimable et rendre service aux autres. C'est ainsi que s'organise autour de lui une communauté de pauvres dans les bidonvilles de Milan. Bientôt menacés d'explusion, c'est le fruit de tant d'efforts qui est sur le point de s'effondrer. Refusant cette issue dramatique, ils vont réunir leurs forces et tenter de repousser les rméchants riches. Miracle à Milan est la deuxième des trois colaborations du scénariste Cesare Zavattini avec Vittorio De Sica, après Le Voleur de bicyclette et avant Umberto D. Mêlant réalisme et merveilleux, ce conte enfantin est véritablement enchanteur.
Alexcherbourg
Alexcherbourg

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 90 critiques

4,5
Publiée le 29/01/2011
Miracle à Milan est de prime abord une fable naïve et poétique sur un ingénu qui a le pouvoir de répandre le bonheur autour de lui. Toutefois, si on fait abstraction des éléments fantastiques ou merveilleux, il s'agit en fait d'un film de réalisme social: Toto est orphelin, il cherche du travail mais n'en trouve pas, il devient sans abri... Le recours au conte de fée est donc une trouvaille rusée pour que le spectateur puisse digérer un film au second degré d'une incommensurable noirceur. Tout est métaphore, souvent épaisse: ainsi, un homme qui porte des ballons de baudruche commence-t-il à s'envoler, retenu par ses congénères, on lui donne à manger. La masse ingurgitée lui permet de transporter ses ballons en restant les deux pieds au sol. Au premier degré, c'est un sketch de clown; au second, on nous montre que cet homme meurt de faim. Ainsi, un des fils d'Ariane de Miracle à Milan est-il un volet documentaire sur la misère en Italie, mais le film est aussi et surtout un conte philosophique. En effet, divers thèmes ontologiques sont abordés, telles les relations dominant/dominé, l'aliénation par la propriété, la contamination morale par la société etc... Le seul reproche qu'on puisse faire au film est que la surenchère comique frôle parfois, sans l'atteindre, le ridicule, et que ainsi l'effet de légèreté se fait lourdeur. Malgré cet écueil, Miracle à Milan est un film aux divers degrés de lecture comme toutes les grandes œuvres; il saura divertir ou être objet d'analyse et de réflexion philosophique, à un niveau d'une rare richesse par rapport au reste des œuvres cinématographiques.
loulou451
loulou451

Suivre son activité 58 abonnés Lire ses 1 498 critiques

4,0
Publiée le 03/12/2010
Comme nul autre réalisateur de l'histoire du cinéma, Vittorio De Sica sait instiller à ses images le bonheur simple de la vie des gens déshérités. C'est encore le cas ici avec ce splendide "Miracle à Milan", magnifié par l'interprétation au-dessus de la moyenne de Francesco Gilosano. Au final, le réalisateur du "Voleur de bicyclette" signe là une œuvre universelle, fable des temps modernes, naïve mais sincère, qui met en lumière la cruauté et le cynisme des puissants.
Maqroll
Maqroll

Suivre son activité 72 abonnés Lire ses 1 123 critiques

4,0
Publiée le 22/10/2010
Film mythique du néo-réalisme italien et de l’histoire du cinéma tout court, Miracle à Milan est une satire sociale en forme de fable. On y voit un jeune homme, aussi généreux que naïf, se dévouer à une communauté de déshérités pour qui il devient peu à peu l’ange gardien et le sauveur (avec l’aide de sa mère adoptive qui vient le secourir du haut du Paradis…) Au-delà de l’aspect merveilleux de cette histoire, il convient de se demander ce qu’a voulu dire Vittorio de Sica. La séquence finale semble démontrer que la seule aide à espérer lorsqu’on est dans la misère est celle du surnaturel… C’est donc un film beaucoup plus noir que ses apparences ne le laisseraient supposer, qui vient, juste après Le Voleur de bicyclette et juste avant Umberto D, délivrer un message sans espoir envers la classe prolétarienne. Au niveau du cinéma, ce film reste pour moi cependant assez loin du Voleur de bicyclette de par une construction nettement plus relâchée et aussi à cause de la composition de l’acteur principal (qui n’a presque rien joué en dehors de ce film et qui est mort en 1958), Francesco Golisano, qui, je l’avoue, m’est insupportable tellement il dégouline de sirop… C’est néanmoins une œuvre très honorable et qui apporta sa pierre à l’édifice du néo-réalisme.
JoeyTai
JoeyTai

Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 312 critiques

4,0
Publiée le 15/04/2009
Un orphelin s'installe dans un bidonville dans lequel la découverte d'un gisement de pétrole va bientôt attirer bien des convoitises. Le film réserve quantité de jolies scènes, très émouvantes, sans jamais tomber dans le misérabilisme. La vie miséreuse de ces exclus est réenchantée par une joie de vivre, un optimisme très touchant. Impossible de ne pas penser aux oeuvres de Capra. Le surnaturel vient dans la seconde partie bouleverser le rapport de force entre les pauvres et les forces de l'ordre. C'est me semble-t-il un constat extrêmement pessimiste de la part de Vittorio de Sica, incapable d'imaginer un heureux dénouement autrement que par l'arrivée d'anges aux pouvoirs magiques. C'est donc un film à la fois très optimiste (forcé ?) mais en même temps, si l'on s'y penche réellement, très négatif sur la vie en société, sur les rapports humains. Un beau film en tout cas, que la fin vraiment iconoclaste (grotesque ?) vient toutefois quelque peu gâcher.
Spiriel
Spiriel

Suivre son activité 19 abonnés Lire ses 313 critiques

5,0
Publiée le 04/05/2008
De Sica, réalisateur du Voleur de bicyclette, mythique figure de proue du néo-réalisme italien, a par la suite réalisé deux autres chefs d'oeuvre du genre, l'un résolument optimiste (Miracle à Milan) et l'autre où toute trace d'espoir a disparu (Umberto D). Dans ce film, De Sica mélange sans se soucier de cohérence le drame social et le conte de fée. Comment fait-il pour que cela ne sombre jamais dans la mièvrerie? C'est un miracle justement. Jamais la misère et la détresse ne quittent les personnages, et pourtant le film est d'une incroyable légèreté. Les pauvres, solidaires, s'entredéchirent dès qu'il y a quelque chose à "prendre", que ce soit du soleil, du pétrole, ou les dons de Toto, à travers lesquels De Sica exposent de façon hilarante (le mot est faible!) l'incapacité des pauvres d'en faire bon usage, se vautrant dans le ridicule (le couple qui échange de couleur, la femme qui, habillée en reine, rentre dans son taudis...). Il y a aussi la scène où deux notables marchandent des chiffres, qui se transforment bientôt en aboiements. Ou encore la scène finale, légendaire. L'ensemble regorge d'une pureté émotionnelle étonnante, indispensable. Mythique!
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top