Mon AlloCiné
    La Nuit des horloges
    note moyenne
    2,6
    26 notes dont 10 critiques
    0% (0 critique)
    30% (3 critiques)
    20% (2 critiques)
    10% (1 critique)
    20% (2 critiques)
    20% (2 critiques)
    Votre avis sur La Nuit des horloges ?

    10 critiques spectateurs

    Félix F
    Félix F

    Suivre son activité 77 abonnés Lire ses 1 828 critiques

    0,5
    Publiée le 14 juin 2017
    Faire un film postume quand on à du talent est quelque chose d'emblématique, voir même de beau, même si cela ne sert qu'a flatter son propre égaux, le problème est que Jean Rollin n'a aucun talent, qu'il nous pond quelque chose qui se veut réfléchis et "philosophique" sur ses oeuvres qui sont à peu prêt toute mauvaise et qui donc n'intéresse personne. La nuit des horloges est le comble du mauvais film lorsque l'on voit les dialogues et le jeux d'acteurs. Un grand moment de détresse pour tout le monde.
    brianpatrick
    brianpatrick

    Suivre son activité 28 abonnés Lire ses 712 critiques

    1,0
    Publiée le 13 novembre 2016
    ca va on a l'impression d'être dans un film romantique, on attend que l'actrice principale se déshabille et face l'amour sur la table en bois dans la salle à manger du chateau. Autrement il n'y a rien de probant, mal joué et mal réalisé. Le vrai nanar à deux balles.
    gimliamideselfes
    gimliamideselfes

    Suivre son activité 917 abonnés Lire ses 2 630 critiques

    3,5
    Publiée le 9 octobre 2016
    Qu'on soit bien d'accord, avant de voir ce film, pour moi Jean Rollin était un joyeux guignol enchaînant les pires bouses qui puissent être. Je me souviens même de mon visionnage de la fiancée de Dracula enregistré sur Arte dans le cadre du "cinéma trash" et d'avoir été choqué par la nullité du film (bon j'ai toujours pas vu le lac des morts-vivants, qui paraît-il est l'un de ses pires trucs). Mais je commence à voir qui est le bougre et entre deux apparitions dans Entrez-vite je mouille et Dinosaur from the deep (j'espère que les titres parlent d'eux-même) j'ai réussi à voir des films de lui, qui n'étaient pas si mal. Et finalement je tombe là dessus alors que je parcourais la page Wikipédia de Demy, où je suis retombé sur la table tournante, horrible navet parlant du cinéma de Paul Grimault. Or, d'après Wiki, ici c'est un peu le même principe, donc forcément je me suis précipité sur le film, car moins par moins, ça fait plus. Et effectivement. Ce que Demy et Grimault n'ont pas réussi à faire, Rollin l'a fait. Alors, oui, c'est chiant, c'est pas très rythmé, mais tout le film transpire la sincérité, on est loin d'un m'enfoutisme qui semblait caractériser ses films, le type donne tout pour créer du mystère, de la poésie, de la sensualité, sans jamais être vulgaire... Il se donne du mal pour intégrer intelligemment des extraits de ses films et qui rendent alors vraiment bien, malgré quelques trucages un peu kitch parfois. En fait j'ai eu un peu l'impression que Rollin s'inventait grand réalisateur dans son dernier film et que par un coup de Poker et une honnêteté sans égal il y parvenait. On suit donc Ovidie (ancienne actrice porno, féministe et "intello", qui a aussi joué pour Bonello) qui parcourt les spectres qui hantent l’œuvre de Rollin (enfin de son alter ego Michel-Jean) et les rencontres surprenantes, nostalgiques, mélancoliques s'enchaînent et certes ce n'est pas forcément très bien dialogué, mais la sincérité étant là l'émotion fonctionne malgré tout. Et le tour de force de Rollin est là, c'est de réussir à faire oublier tous les nombreux défauts du film (rythmes, écriture, jeu d'acteur parfois vraiment douteux) par sa sincérité, mais surtout par ses "bonnes intentions" qu'il souhaite véhiculer. Je veux dire par là qu'il donne ses intentions de réalisation et si souvent dans ses films c'était plutôt raté, l'idée était bonne et monté différemment, dans cette ambiance mélancolique, assez triste, les imagées tournées 30 ou 40 ans plus tôt fonctionnent vraiment bien (et ceci même lorsque les filles sont à poil ou dans une tenue totalement ridicules). Je disais plus tôt que les dialogues étaient assez mauvais, ce n'est pas totalement exact, les réflexions sont souvent intéressantes et parviennent à véhiculer de la nostalgie, de la mélancolie, cependant les dialogues en eux-même semblent parfois tomber un peu à plat. Disons que ça ne sonne pas aussi bien que ça aurait dû sonner, l'idée est là, mais l’exécution est imparfaite. Je retiendrai malgré tout une scène où l'on compare deux films de Wellman, la ville abandonnée et the ox-bow incident (alors j'ai vu les deux films d'affilé ou presque fut un temps et je dois avouer ne pas me souvenir de ce qu'il raconte) où il y aurait la même scène dans les deux films, puis Ovidie dit que Michel-Jean lui a dit la même chose, et c'est raconté d'une telle manière que ça permet de prendre un grand recul et de ne pas faire "je cite pour citer", mais ça s'intègre vraiment bien dans le récit. Le film joue sans arrêt avec la frontière du rêve, de la mort et du cinéma et de manière vraiment habile, puisqu'on ne sait jamais si le personnage est mort ou s'il est juste un personnage d'un film... Habile.
    heathledgerdu62
    heathledgerdu62

    Suivre son activité 91 abonnés Lire ses 1 359 critiques

    4,0
    Publiée le 21 mai 2015
    Un film français bien étrange et assez bizarre. On parle de vampirisme, de maison hantée , de fantômes , de sorcières. L'héroïne est jouée par une ancienne actrice de films pornographiques. Elle change totalement de registre.
    Yannickcinéphile
    Yannickcinéphile

    Suivre son activité 219 abonnés Lire ses 1 413 critiques

    4,5
    Publiée le 21 février 2014
    Voilà une bien belle surprise de Rollin. Je voulais voir ce métrage depuis quelques temps déjà, et, diffusé sur Cine Fx il n’y a pas si longtemps mais l’ayant raté, et la critique de mon programme télé étant bonne, je me suis lancé dans l’investissement. C’était une bonne chose. Coté acteur c’est du Jean Rollin, donc il ne faut pas s’attendre à des interprètes au taquet. Ovidie fait surement ce qu’elle peut, mais il est certain que son jeu d’actrice est amateur. Passons sur son expressivité limitée du fait du caractère du film qui s’en accommode bien, mais elle est aussi assez figée, et le manque de teneur dans la voix n’arrange pas grand-chose. Heureusement les autres acteurs qui apparaissent souvent à l’occasion de chapitres particuliers sont globalement meilleurs, avec notamment une excellente Nathalie Perrey, habituée des réalisations de Rollin. Mais à vrai dire les acteurs ne sont pas l’essentiel. L’histoire est une franche réussite. En fait c’est surement le premier film expérimental, je crois que le terme est justifié, pendant lequel je ne me suis pas ennuyer une seconde. Il dure 1 heure 30, et autant il y a des passages à vide assez souvent dans le cinéma de Rollin, autant ici ca coule parfaitement. Dialogues soignés, atmosphère hypnotisante, enchainements fluides, promenade très réussie dans le corpus filmographique de Rollin, l’ensemble apparait de ce point de vue nettement plus maitrisé que La Rose de fer, auquel très clairement renvoie surtout ce film. Par ailleurs l’aspect métaphysique du film est étonnamment bien fait, pour un film qui avec un minimum de moyen offre un voyage très agréable dans un univers atemporel passionnant. Scénaristiquement parlant surement le meilleur Rollin. La mise en scène est très propre. On retrouve ce qui fait l’essence des films de l’auteur, avec un travail lent, vaguement figé, mais une vraie maitrise des « images-tableaux » et une capacité impressionnante à exploiter jusque dans le moindre détail ses décors. Par ailleurs la Nuit des Horloges est un film récent, et du coup on peut profiter pleinement d’une qualité d’image très supérieure à beaucoup des classiques du réalisateur. Magnifique photographie, un peu classique peut-être compte tenu du genre du film, mais aux couleurs tristes et à l’atmosphère mélancolique sublime. Les décors sont eux aussi brillants, avec un cimetière tout aussi bien utilisé que dans La Rose de fer, des décors naturels enthousiasmants, et une seconde partie qui réserve par mal de surprises. Cette attention portée aux décors se révèle dans ce travail minutieux sur les accessoires, qui explose dans ce métrage. Pas d’effets sanglants ici, très peu d’érotisme malgré la présence d’Ovidie et le passé du réalisateur, on est vraiment dans une vision rétrospective et philosophique expérimentale certes, mais prenante. Enfin la bande son, un peu trop parcimonieusement utilisée est superbe. Il y a des thèmes vraiment magnifiques, qui sont un plaisir pour les oreilles. En conclusion La Nuit des Horloges est surement le meilleur film de Rollin. C’est clairement le plus maitrisé au niveau de l’histoire, et esthétiquement l’ensemble est brillant. Je mets un bémol sur Ovidie, sur quelques scènes qui flanchent un peu (le début est un peu laborieux), mais c’est un vrai plaisir à suivre, même pour quelqu’un d’ailleurs qui ne connaitrait pas l’œuvre de Rollin. A mon avis il faut prendre le film comme une sorte de poésie, sans forcément de sens narratif mais où tout est dans le ressenti, les sentiments, l’émotion que suscitent les images, les sons, les voix, les mots. C’est très métaphorique, et c’est le genre de film purement émotionnel qui est un vrai plaisir, car il est tenu par un réalisateur qui ne verse pas simplement dans l’exercice de style (genre Amer).
    Hélène L.
    Hélène L.

    Suivre son activité 8 abonnés Lire sa critique

    0,5
    Publiée le 10 février 2014
    Je n'ai jamais vu un film aussi risible, tant il est mauvais ! des dialogues sans queue ni tête, des plans de caméra qu'un enfant de 4 ans pourrait faire lui-même (je ne parle même pas des zooms...vive alzheimer!), un jeu d'acteurs (waou, pas étonnant que l'actrice principale soit dans le porno!!!), les effets spéciaux, les lumières, bref... un daube suprême !!! L'Apologie de la branlette philosophique !!!
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 1514 abonnés Lire ses 8 666 critiques

    1,0
    Publiée le 23 octobre 2011
    Même si "Le masque de la mèduse" est son film posthume, "La nuit des horloges" restera l'oeuvre testamentaire de Jean Rollin , une sorte de rètrospective de ses propres films! Teintè du lesbianisme et d'èrotisme, son "Mourir de plaisir" trouva son prolongement dans les sèries Z: "Le viol du vampire", "La vampire nue", rares exemples, au vrai peu convaincants, d'un fantastique à la française! Une connaissance prèalable donc de ses long-mètrages permettra (ou non ?) de rentrer dans cette histoire qui combine rèflexions philosophiques du pauvre et mauvaise poèsie qui naît de sentiments pourtant sincères! Entre la gardienne des clès qui brûlera comme une torche et les nombreux extraits qui ponctuent ce testament, il y a au moins une belle scène d'atmosphère: celle du cimetière du Père Lachaise, les spectateurs ressentiront une certaine fascination pour cet endroit très rollinien! Le reste est dèroutant ou incroyablement ennuyeux, au choix...
    AMCHI
    AMCHI

    Suivre son activité 219 abonnés Lire ses 4 837 critiques

    3,0
    Publiée le 28 juin 2013
    Avec ce film Jean Rollin se fait son propre hommage à sa carrière particulière vraiment en-dehors du reste du cinéma français ; un cinéaste qui a plus de détracteurs que d'admirateurs. Pour ma part j'ai vu peu de films de lui et ils m'ont plutôt déplu même si je leur reconnais une certaine beauté et une poésie languissante mais à ma grand surprise j'ai accroché à La Nuit des horloges (alors que pourtant il est recommandé de connaître l'ensemble de sa filmographie pour pénétrer ce film) et bien que maladroit j'ai trouvé que La Nuit des horloges est un bel exercice sur le pouvoir de l'imaginaire qui est plus beau et attirant que la réalité. On suit avec un certain envoûtement le parcours de la jeune femme incarnée par Ovidie et quelques séquences sont presque magnifiques comme celle du Père Lachaise ou de la forêt pétrifié. Une oeuvre singulière que beaucoup trouveront ennuyeux voire ridicule mais moi elle m'a donné envie de découvrir d'autres films de Jean Rollin.
    benoitparis
    benoitparis

    Suivre son activité 55 abonnés Lire ses 1 277 critiques

    4,0
    Publiée le 18 novembre 2009
    Film-testament, avec tout ce que ça comporte de narcissisme et de détachement. Rollin cite et s’auto-cite, c’est peut-être abordable aux seuls happy-few (j‘en suis), mais ça touche peut-être plus large, de l‘hermétisme assumé. Il envisage sa disparition, les symboles mortuaires sont omni-présents (les personnages fantomatiques et fantasmés, les écorchés, toute une imagerie de cabinets de curiosités et de natures mortes). Clovis Trouille est exposé sur les murs. Le film est délibérément à cotée, sans distributeurs, une sorte de défie à l’industrie culturelle. Plutôt formidable non ?
    flooxfunny
    flooxfunny

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 8 critiques

    2,5
    Publiée le 3 novembre 2009
    Un film testament sympathique... sans plus... On es loin de "la morte vivante " fascination" ou meme "la fiancée de dracula"... Pas mal de longeur toujours rattrappé par quelques passages gothiques.. poétiques... Le scénario est très bien trouvé, le jeu d'acteur, les moyens ne l'aide pas malheureusement. Malgrès tout les adeptes de jean rollin reconnaitrons le style, le talent si particulier à créer la poésie lugubre.. à ennivrer malgrès tous dans un univers original, tellement en marge que s'en est la force. à vous de voir. sachez capter les messages... ne jugez pas trop vite, faite marcher votre imaginaire et vous adhèrerez à cet univers..
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top